Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRecensionsPascal Joudrier, Un « miroir » ca...

Dossier bibliographique
Recensions

Pascal Joudrier, Un « miroir » calviniste. Les Emblemes, ou Devises Chrestiennes de Georgette de Montenay et Pierre Woeiriot, 1567/1571

Quentin Roca
p. 205-207

Texte intégral

Pascal Joudrier, Un « miroir » calviniste. Les Emblemes, ou Devises Chrestiennes de Georgette de Montenay et Pierre Woeiriot, 1567/1571, Cahiers d’Humanisme et Renaissance n° 169, Droz, 2020, Genève, 511 p., ISBN : 9782600060677

1Ce volume est en fait une réédition, introduite et commentée par Pascal Joudrier, des Emblemes, ou Devises Chrestiennes, ouvrage dû à la collaboration de la poétesse Georgette de Montenay (environ 1540-1607) et du graveur Pierre Woeiriot (1531 ou 1532-1599).

2Comme genre littéraire, les recueils d’emblèmes proposent des séries d’images (le plus souvent des gravures), associées à un motto (une brève sentence, souvent moralisatrice) et un poème. Ces trois éléments constituent un ensemble dont le lecteur-regardeur doit travailler à chercher les significations : en effet, le symbolisme de l’illustration, les intertextes cachés dans le poème ou le motto, etc. tissent un réseau de sens, qui fait tout le sel de ces jeux humanistes. À la différence de simples illustrations, platement narratives, du propos de l’écrivain, l’emblème porte une forte charge symbolique : il est l’expression d’une idée, qui parfois complète celle exprimée dans le poème. Le Moyen Âge redécouvre les Hieroglyphica d’Horapollo, qui paraît à Paris en 1543 ; cet ouvrage composé au ve siècle propose une explication du sens des hiéroglyphes, entendus comme des illustrations symboliques ; les Emblemata d’Alciat, immense succès d’imprimerie au xvie siècle, paraissent en Italie en 1531 ; La Perrière fait paraître Le Théâtre des bons engins en 1539, et Maurice Scève propose une version originale du livre d’emblèmes avec Délie, en 1544.

3Pourtant, ces Emblemes du tandem Montenay-Woeiriot dépareillent à plus d’un titre dans le paysage de la littérature emblématique, en pleine vogue dans les milieux humanistes depuis les années 1530. Georgette de Montenay est une poétesse calviniste, admise et présente dès son jeune âge à la cour de Navarre ; elle est une proche fidèle de Jeanne d’Albret. Woeiriot naît dans une famille d’illustres graveurs : figure importante de la Réforme dans les années 1560, c’est à Lyon qu’il illustre ces Emblemes. L’ouvrage paraît d’abord en 1567 chez Jean Marcorelle, à Lyon, puis connaît une réédition en 1571. Ce recueil est authentiquement chrestien, c’est-à-dire calviniste : ici, point de thématique amoureuse ou pétrarquisante, point de jeux vains sur la mythologie païenne, point d’imitation des Anciens (comme l’entreprend la Pléiade), point de virtuosité stylistique creuse (comme s’y adonnent les Grands Rhétoriqueurs). La poétesse entend témoigner de son expérience de foi, et compose pour cela cent huitains de décasyllabes, en langue française, qui mêlent nombreuses paraphrases de la Bible, réflexions personnelles et apostrophes au lecteur, sur un ton qui n’est jamais ni polémique ni doctrinaire. Les illustrations sont gravées sur cuivre, procédé rare qui donne du cachet à l’ouvrage ; en outre, les poèmes sont composés par une femme, dans une optique chrétienne anti-humaniste : tous éléments qui justifient le caractère exceptionnel de ce recueil, qui connaît plusieurs traductions en langues étrangères dès les années qui suivent sa parution.

4Pascal Joudrier propose une reproduction fidèle de l’édition de 1571 : chaque emblème est ainsi visible intégralement (gravure avec motto, et le huitain en dessous). Après quoi, l’auteur, professeur de lettres classiques, livre pour chaque emblème les mêmes clefs de compréhension : citations bibliques correspondant, citations de l’Institution de la religion chrétienne de Calvin correspondant, remarques sur les renvois à d’autres emblèmes du recueil, explications sur l’iconographie, sur la doctrine, et sur le contexte historique immédiat. Ainsi, deux ou trois pages d’explications accompagnent chacun des cent emblèmes : le format est très clair, et facilite un repérage rapide.

5Ces reproductions sont précédées d’une introduction d’une centaine de pages. Pascal Joudrier, sans longueurs, y aborde tous les points essentiels pour une bonne compréhension de ce recueil : courte biographie de Montenay et de Woeiriot, les « aléas de l’entreprise éditoriale », une analyse des pièces liminaires du recueil, puis des analyses littéraires, théologiques et historiques d’ensemble.

6Il révèle que le style de Montenay se ressent de sa lecture de Calvin, en particulier par la place majeure qu’y occupe l’antithèse, comme figure structurante de la pensée (ici se trouvent donc une nouvelle fois confirmés les travaux d’Olivier Millet sur la rhétorique de Calvin). Il faudrait ajouter que le style de ces huitains frappe par sa clarté et son dépouillement, là aussi tout calviniens. Les allusions historiques, presque jamais explicites dans les emblèmes (sauf par exemple pour le premier, qui est adressé à Jeanne d’Albret), sont expliquées pertinemment par Joudrier : en particulier, Montenay « pique » de nombreuses fois Antoine de Bourbon, époux de Jeanne d’Albret qui passe coupablement du catholicisme au protestantisme selon les opportunités politiques. Les remarques théologiques ne sont jamais trop pointues, et constituent un excellent exposé des principaux points de la doctrine réformée. Enfin, l’auteur s’essaie à une composition plutôt convaincante du recueil : les cent emblèmes formeraient une série de quatre prédications progressives, chacune en mobilisant environ 25.

7La question du recours à l’image est également traitée en Introduction : n’y a-t-il pas paradoxe à ce que des réformés, qui voient comme une abomination le culte catholique des images, utilisent ainsi des gravures pour transmettre des idées religieuses ? Joudrier montre comment, citations de l’Institution à l’appui, Montenay et Woeiriot respectent la plus pure orthodoxie calvinienne. Les illustrations n’ont de valeur ni seulement illustrative, ni iconique, ni didactique, ni polémique : elles visent « à devenir les supports efficaces d’une méditation personnelle, confessionnelle, voire militante, dans une relation singulière entre l’image et le texte » (page 79). Ce sont des aides soumises à l’Écriture et à l’Esprit qui éveille le cœur du lecteur croyant, qui est ainsi plus sensible au feuilletage des sens cachés dans ces images et ces mots, qui se répondent comme un miroir.

8Ainsi ce volume peut légitimement prétendre au statut d’« ouvrage de référence » (quatrième de couverture). Il intéressera aussi bien les spécialistes de poésie du xvie siècle, qui y trouveront un texte rare sur lequel la critique s’est très peu penchée, que les lecteurs curieux, qui y trouveront toutes les clefs nécessaires à une bonne intelligence des emblèmes. Le lecteur cultivé, chrétien ou non, peut encore aujourd’hui s’amuser à chercher les sens cachés de ces pages.

9L’ouvrage propose plusieurs annexes : un bref exposé sur le couple Jeanne d’Albret-Antoine de Bourbon, un tableau de la situation de la ville de Lyon de 1561 à 1571, et plusieurs index (les termes importants du calvinisme, les citations bibliques, les images, les allusions historiques, etc.). Seul regret, que les pièces liminaires, commentées des pages 27 à 43, n’aient pas été toutes reproduites : il aurait été intéressant de pouvoir lire dans leur intégralité l’épître dédicatoire à Jeanne d’Albret et l’épître aux lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Roca, « Pascal Joudrier, Un « miroir » calviniste. Les Emblemes, ou Devises Chrestiennes de Georgette de Montenay et Pierre Woeiriot, 1567/1571 »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 205-207.

Référence électronique

Quentin Roca, « Pascal Joudrier, Un « miroir » calviniste. Les Emblemes, ou Devises Chrestiennes de Georgette de Montenay et Pierre Woeiriot, 1567/1571 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8573

Haut de page

Auteur

Quentin Roca

IHRIM UMR 5317
Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search