Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRecensionsChristian Mühling, Le Débat europ...

Dossier bibliographique
Recensions

Christian Mühling, Le Débat européen sur la guerre de religion (1679-1714). Mémoire confessionnelle et politique internationale à l’époque de Louis XIV

Fabien Salesse
p. 210-213

Texte intégral

Christian Mühling, Le Débat européen sur la guerre de religion (1679-1714). Mémoire confessionnelle et politique internationale à l’époque de Louis XIV, Paris, Honoré Champion, 2021, 624 p., 9782745354594

1Dans cet ouvrage issu d’une thèse en cotutelle franco-allemande triplement primée (prix de la meilleure thèse de l’Université franco-allemande, Prix Caspar Olevian, Prix J.F. Gerhard Goeters de la Société pour l’histoire du protestantisme réformé), Christian Mühling s’attache à essayer de comprendre quand et comment s’est forgée la conception que nous avons d’une guerre de religion et comment celle-ci est également devenue un chrononyme lié aux guerres du xvie et du début du xviie siècles.

2L’auteur s’oppose fermement aux historiens qui, à la suite de Heinz Schilling, ont développé une histoire de la confessionnalisation conduisant progressivement à une autonomisation du politique et à « un méta-récit occidental de la sécularisation », croissante et linéaire à partir du xviie siècle, qui serait partagé par la majorité des historiens modernistes. Pour Christian Mühling, un tel récit conduit à une essentialisation du terme « guerre de religion » dont il est possible de se déprendre en mobilisant les ressources de l’histoire culturelle du politique actuelle, et notamment de l’histoire des notions afin de comprendre que la « guerre de religion » est le produit d’une construction sociale dont la fixation connaît une deuxième période essentielle entre la fin du xviie et le début du xviiie siècle, dans une période englobant la révocation de l’édit de Nantes et les dernières guerres du règne de Louis XIV.

  • 1 Le concept de transculturalité a été développé par le philosophe allemand Wolfgang Welsch autour de (...)

3Pour mieux comprendre la genèse de notre rapport actuel à la guerre de religion, Christian Mühling s’appuie sur un corpus de 300 textes imprimés sélectionnés dans les bases de données de plusieurs bibliothèques européennes et américaines dans lesquels apparaissait le terme « guerre de religion » qui le conduit à privilégier trois aires géographiques dans le cadre de son analyse : la France, le Saint-Empire romain germanique et l’Angleterre dans une démarche résolument transculturelle1. Cela le conduit notamment à souligner que « […] la France et les guerres de Louis XIV jouent un rôle déterminant dans la discussion sur la guerre de religion – qui parait impensable sans la personne et la politique du roi de France. Le lien entre guerre de religion et politique internationale aboutit à l’européanisation du débat sur la guerre de religion » (p. 34).

4L’auteur construit sa réflexion en deux parties : la première se penche sur la façon dont les historiographies catholiques et protestantes envisagent la guerre de religion et se répondent entre 1679 et 1714 tandis que la deuxième partie montre comment la construction du souvenir des guerres de religion dans ces historiographies crée un réservoir idéel inépuisable pour alimenter les imprimés d’actualité qui exposent les controverses de la période étudiée.

5Dans la première partie, Christan Mühling met en évidence des historiographies catholiques et protestantes se reprochant mutuellement «  de ne pouvoir mener une guerre vraiment religieuse à cause de leur incroyance et de leur caractère de rebelles. Ainsi se précise, dès cet instant, l’attitude majoritairement négative à l’égard de la guerre de religion » (p.503). Néanmoins, l’ambiguïté demeure présente car les imprimés catholiques comme protestants continuent à véhiculer l’idée de la nécessité pour le souverain de défendre sa confession, ce qui passe pour un certain nombre de catholiques par la nécessité d’extirper « l’hérésie » du territoire et pour les protestants par l’obligation de défendre les coreligionnaires établis en pays catholique. Si les deux historiographies se répondent, Christian Mühling pointe cependant des différences. L’historiographie catholique s’empare de la réflexion mémorielle sur la guerre de religion en mobilisant des exemples antiques et médiévaux en plus de ceux tirés des xvie et xviie siècles, ce qui conduit une partie de celle-ci, principalement en France, à proposer une lecture positive de la guerre de religion, en passant notamment par l’idée de croisade permettant de légitimer les guerres contre les Turcs comme les guerres contre les protestants. En réponse, les écrivains protestants développent une argumentation affirmant le souci de leurs coreligionnaires de rester fidèles à leurs souverains, y compris catholiques et dénoncent l’influence néfaste du clergé catholique, des jésuites, du pape mais aussi de puissances étrangères comme l’Espagne qui chercheraient à pousser les monarques vers la guerre de religion pour renforcer leurs positions. Ils trouvent ainsi une voie leur permettant d’articuler l’affirmation d’un droit de défense légitime avec celle du devoir d’obéissance au souverain.

6Grâce à une étude fine de son corpus, l’auteur parvient ainsi à mettre au jour une internationalisation progressive de ce débat sur la guerre de religion, qui commence en France dans une intensification de la polémique entre clercs catholiques et pasteurs protestants, par la diffusion des modèles d’argumentation et des exemples utilisés.

7Dans la deuxième partie, l’auteur observe comment ce travail de construction mémorielle confessionnel est réinvesti massivement lors des controverses occasionnées par la révocation de l’Édit de Nantes et les dernières guerres de Louis XIV, principalement la guerre de Neuf Ans et celle de Succession d’Espagne. De manière très convaincante, Christian Mühling montre bien les difficultés catholiques face à une actualité qui rend plus difficile l’appel à l’union. En effet, si la nécessité d’une guerre de religion défensive contre d’éventuelles attaques protestantes fait encore consensus ; ces guerres conduisent partisans de la France et des Habsbourg à s’opposer dans le débat catholique sur la guerre de religion. Ainsi, les imprimés français montrent que les plumes stipendiées par la monarchie utilisent l’argument de la guerre de religion de manière très flexible. Soit l’accent y est mis sur une guerre de religion protestante destinée à éradiquer le catholicisme et nécessitant une réponse catholique pour défendre leur Église ; soit l’existence d’une guerre de religion y est niée lorsqu’il s’agit de neutraliser les puissances protestantes voire de la ramener vers la Couronne de France dans le conflit qui l’oppose aux Habsbourg. Ainsi, « la guerre de Succession d’Espagne en particulier devient une véritable guerre de plume entre les deux monarques catholiques pour le monopole d’interprétation de la guerre de religion » (p. 344).

8En retour, les imprimés protestants d’actualité développent des stratégies de justification visant à souligner la fidélité civile et la tolérance de protestants incapables de mener une guerre de religion. Mais celles-ci évoluent vers une exhortation de plus en plus marquée à la résistance active contre le souverain et vers un anticléricalisme poussé lorsqu’il devient évident que Louis XIV n’arrêtera pas les persécutions. À ce titre, Christian Mühling souligne l’importance des contributeurs du Refuge huguenot français qui contribuent « par l’influence de leurs publications et leurs prestations de traduction, à créer une notion de la guerre de religion valable pour tout le protestantisme et qui unit le Refuge huguenot, les protestants anglais et allemands dans une idée commune » (p. 471) contrairement aux catholiques européens.

9Dans un dernier chapitre passionnant, l’auteur démontre comment la mise en place des alliances de Vienne et de La Haye permet l’élaboration d’un débat supra-confessionnel visant à répondre à la propagande du roi de France en touchant aussi bien un lectorat protestant que catholique. Dans cette optique, le Roi-Soleil est accusé de vouloir établir une monarchie universelle, comme en témoignerait sa volonté de s’allier avec le sultan turc.

10Il est alors possible de dépasser, et même de nier, l’existence d’une guerre de religion intra-chrétienne en développant un argumentaire faisant de Louis XIV un adversaire aussi bien des puissances catholiques que protestantes, notamment en mobilisant la figure repoussoir du Turc.

11Si l’on peut regretter le choix d’un corpus documentaire uniquement composé d’imprimés, qui pose la question de la performativité réelle de ceux-ci dans l’établissement d’une mémoire des guerres de religion partagée par le plus grand nombre, l’ouvrage de Christian Mühling n’en est pas moins un ouvrage pionnier et extrêmement stimulant.

12Grâce à sa parfaire maîtrise des historiographies française, allemande et anglaise, il permet à son lecteur de découvrir celles-ci et d’élargir son champ de vision tout en prenant compte notamment de la vitalité de l’histoire culturelle du politique dans l’historiographie germanique actuelle.

13Il démontre aussi de manière convaincante que le poids des discours confessionnels dans le débat public est loin de perdre toute vitalité en Europe au début de la période que l’on définit de manière générale comme étant celle des Lumières et que ce deuxième pic a fortement contribué à forger nos représentations actuelles sur ce qu’est une guerre de religion.

Haut de page

Notes

1 Le concept de transculturalité a été développé par le philosophe allemand Wolfgang Welsch autour de l’idée qu’une culture se constitue par l’échange avec d’autres cultures. C’est une démarche différente de celle engagée avec le concept d’interculturalité qui met en avant le caractère monolithique de cultures particulières en essayant de trouver des liens entre ces cultures différentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Salesse, « Christian Mühling, Le Débat européen sur la guerre de religion (1679-1714). Mémoire confessionnelle et politique internationale à l’époque de Louis XIV »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 210-213.

Référence électronique

Fabien Salesse, « Christian Mühling, Le Débat européen sur la guerre de religion (1679-1714). Mémoire confessionnelle et politique internationale à l’époque de Louis XIV »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8588

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search