Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRecensionsVincent Petit (dir.), Le temple n...

Dossier bibliographique
Recensions

Vincent Petit (dir.), Le temple national. Prêtres et pasteurs au Parlement français depuis 1789

Samuel Gicquel
p. 213-215

Texte intégral

Vincent Petit (dir.), Le temple national. Prêtres et pasteurs au Parlement français depuis 1789, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2021, 340 p., ISBN 9782729712488

1Le temple national s’inscrit dans le prolongement du livre de Jean Pascal sur Les ecclésiastiques parlementaires français publié en 1988. L’ambition de Vincent Petit, qui a dirigé ce travail collectif, était de dépasser la nomenclature réalisée par son prédécesseur sur ce terrain pour proposer un portrait de groupe et une mise en perspective historique de l’action politique des prêtres et des pasteurs parlementaires. La chronologie est légèrement étendue, puisque le présent ouvrage s’ouvre avec la Révolution de 1789, tandis que Jean Pascal ne débutait son étude qu’en 1848. Compte tenu de l’importance du clergé dans l’Assemblée nationale révolutionnaire, le nombre de clercs entrant dans l’étude s’en trouve singulièrement gonflé. Selon Paul Airiau, Laurent Ducerf et Vincent Petit, qui ont rédigé l’introduction, il s’élève à 490, 70 % d’entre eux n’ayant siégé que dans l’assemblée constituante.

2L’ouvrage suit un fil chronologique. Chaque régime est disséqué par un spécialiste de la période, qui présente les figures parlementaires cléricales de son temps. Caroline Chopelin-Blanc couvre la période révolutionnaire, Thierry Choffat le Consulat et l’Empire, Rémy Hême de Lacotte les monarchies censitaires, Sylvain Milbach et Vincent Petit la IIe République, Éric Anceau le Second Empire, Christian Sorrel la période allant de 1871 à 1914, Corinne Bonafoux l’entre-deux-guerres et Laurent Ducerf la IVe et la Ve Républiques. Deux chapitres intercalés, l’un d’André Encrevé sur les pasteurs protestants, l’autre de Claude Muller sur l’Alsace-Lorraine entre 1871 et 1918, rompent la stricte progression chronologique.

3Dans chaque chapitre, on retrouve les principales informations attendues, à savoir le nombre de clercs élus, leur profil, leur positionnement politique, de même que la fréquence et la nature de leurs interventions. L’approche retenue offre donc le mérite d’une grande clarté et s’avère pertinente pour mettre en lumière les évolutions au cours de la période contemporaine. Il en résulte certes une impression de morcellement, mais celle-ci s’estompe à la lecture de deux textes de synthèse, qui ouvrent et clôturent l’ouvrage. Le premier, intitulé « l’homme, l’ecclésiastique et le parlementaire » est l’œuvre de Paul Airiau, qui se lance dans un ambitieux « essai d’anthropologie historique parlementaire ». Il se penche notamment sur la façon dont on nomme ces hommes à l’identité singulière, sur leur manière de concilier vie politique et religieuse et sur les difficultés que ces parlementaires, pourtant habitués à prêcher, rencontrent à prendre la parole dans un milieu dont ils ne maîtrisent pas toujours les codes.

4Le second texte, plus classique mais non moins utile, est le chapitre de conclusion, rédigé par Christian Sorrel, qui synthétise l’ouvrage. Il analyse en particulier la tendance observée, à savoir la diminution du nombre de parlementaires ecclésiastiques au cours de la période contemporaine. Celle-ci n’est pas linéaire sur l’ensemble de la période, un rebond étant observé sous la iie République, par exemple, mais, sur le long terme, l’effacement des prêtres et des pasteurs sur le terrain parlementaire est indéniable. La cause en est bien sûr la crise des vocations, qui, dans la seconde moitié du xxe siècle, oblige à un recentrage apostolique. Cette évolution s’explique aussi de manière plus structurelle par la distanciation croissante entre l’image que l’on se fait de l’ecclésiastique et la vie parlementaire, alors que le modèle tridentin durci s’impose. Tandis qu’en 1848 les évêques encouragent encore des candidatures de prêtres pour promouvoir les intérêts catholiques, à partir de 1870, les clercs qui sollicitent les suffrages agissent de leur propre chef. L’individualisation des parcours de ces clercs élus n’est pas sans ambiguïté. On s’interroge sur leur identité sacerdotale, on se demande s’ils parlent au nom de l’Église ou en leur nom propre. Finalement, au terme d’un long processus, l’Église catholique fait en 1983 le choix de la clarification en promulguant un nouveau code de droit canonique, qui interdit toute candidature cléricale. L’abbé Landrin fut le dernier prêtre député, dans les années 1970. Il est toutefois à noter que les religieux non-prêtres ne sont pas concernés par cette décision et que le frère Robert Laufoaulu a pu représenter Wallis et Futuna au Sénat de 1998 à 2020. Mais, à bien des égards, son cas est une exception. Depuis la fin du xxe siècle, c’est davantage dans les couloirs des palais de la République que s’exerce le lobbying pastoral.

5À quelques exceptions près, le clerc parlementaire est avant tout une individualité qui a choisi l’arène politique comme terrain d’apostolat. Le livre en donne de magnifiques exemples disséminés au fil des pages, en évoquant les combats ou les interventions d’un Mgr Freppel ou de l’envahissant chanoine Kir. Bien sûr quelques-uns ont pu incarner un courant, à l’instar du démocrate Lemire, ou plus tard, de l’abbé Pierre, élu MRP. Mais leur carrière politique n’en est pas moins un choix personnel. Plus précisément, elle naît généralement de la rencontre entre un destin individuel et un territoire prompt à faire du prêtre ou du pasteur le représentant de la communauté. C’est ainsi que l’on retrouve parmi les circonscriptions qui fournissent le plus de clercs au Parlement après 1848 les terres fertiles en vocation, aux premiers rangs desquelles figurent la Bretagne, l’Alsace, le Nord-Pas-de-Calais et le sud du Massif central, comme le montre la carte proposée en annexe.

6Le mérite de cet ouvrage est d’offrir une belle présentation de leur parcours, vu essentiellement depuis les institutions parlementaires. Il gagnerait à présent à être complété par une approche collective par le bas, qui donnerait à saisir la façon dont ces prêtres et ces pasteurs font campagne et exercent leur mandat sur le terrain. Ce serait un beau complément, qui permettrait en outre d’alimenter les réflexions sur le rôle des Églises dans la politisation au cours du xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Gicquel, « Vincent Petit (dir.), Le temple national. Prêtres et pasteurs au Parlement français depuis 1789 »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 213-215.

Référence électronique

Samuel Gicquel, « Vincent Petit (dir.), Le temple national. Prêtres et pasteurs au Parlement français depuis 1789 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8593

Haut de page

Auteur

Samuel Gicquel

Université Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search