Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRecensionsJean-Jacques Rousseau, Sur la rel...

Dossier bibliographique
Recensions

Jean-Jacques Rousseau, Sur la religion

Yves Krumenacker
p. 216-217

Texte intégral

Jean-Jacques Rousseau, Sur la religion, Anthologie présentée et commentée par Alfred Dufour, Paris, Cerf, 2021, 630 p., ISBN 978-2-204-14666-1

1La religion ne fait pas partie des thèmes les plus abordés dans l’œuvre de Rousseau, mais celle-ci imprègne toute sa pensée. Alors qu’on a longtemps vu en lui un matérialiste, un incrédule – et beaucoup continuent à le faire, ne pouvant imaginer des Lumières qui ne s’attaquent pas à la religion – la recherche actuelle, dans la ligne de la thèse plus que centenaire de Pierre-Maurice Masson, La religion de Jean-Jacques Rousseau, prend au sérieux le sentiment religieux du philosophe de Genève, réexamine sa pensée théologique qui a tant gêné les protestants, se demande si son christianisme n’est pas une des clés de son œuvre. L’imprégnation calviniste, les influences de Fénelon, du christianisme raisonnable anglais, du piétisme, y compris sous ses formes radicales professées par Béat-Louis de Muralt ou Marie Huber, sont maintenant connues. Aussi est-ce une excellente initiative que de publier sous forme d’anthologie les principaux textes où la pensée religieuse de Rousseau apparaît explicitement.

2Une première partie (« Prières, opuscules et fragments »), révèle une propension à l’adoration du Créateur et montre la grande place de Dieu (mais, significativement, pas de Jésus-Christ) dans sa pensée, sans pour autant que cela mène à des considérations théologiques sur la notion de Dieu et ses attributs. Les œuvres épistolaires, professions de foi et exposés doctrinaux présentés en deuxième partie montrent un Rousseau très réformateur, refusant les subtilités théologiques et les traités savants au profit de l’Évangile, des vérités gravées par Dieu dans la conscience et de l’abandon à la « bienfaisante Providence ». En tout, explique-t-il, il faut suivre ce guide assuré qu’est la conscience et obéir à l’Être éternel, jusqu’à renoncer à ses plaisirs, comme le fait Julie en renonçant à Saint-Preux. La tolérance, le libre-arbitre sont affirmés, comme le refus des dévotions outrées. Les professions de foi de Julie dans La Nouvelle Héloïse, du vicaire savoyard ou celle de Rousseau adressée à Christophe de Beaumont sont naturellement présentes et développent largement ce qui apparaît dans les correspondances. Rousseau s’y dit chrétien protestant, ennemi des dogmes obscurs qui n’ont pas de conséquences sur les actions ni la morale ; les systèmes philosophiques sont récusés au profit de la conscience, « instinct divin ». La religion naturelle est affirmée, mais les révélations, qui n’ont pas et ne pourront pas toucher l’ensemble de l’humanité, sont rejetées, même si Rousseau convient que les Écritures ont un caractère de « sainteté » et de « majesté ». Ces convictions lui permettent d’être un véritable directeur spirituel pour ces correspondants : il veut écarter les doutes et les scrupules, il incite à faire son devoir, à pratiquer la vertu sans se préoccuper des difficultés d’ordre théologique que l’on pourrait avoir. Au terme de cette anthologie, la « lettre à Aymon de Franquieres » et la troisième promenade du Promeneur solitaire constituent de bonnes synthèses de toute l’évolution religieuse de Rousseau.

3Cette anthologie de textes montre incontestablement le fondement religieux de la pensée de Rousseau. Faut-il pour autant, comme insiste Alfred Dufour, en faire un authentique protestant ? Lui-même a revendiqué son appartenance à la Réforme, après son rejet du catholicisme auquel il avait un temps adhéré, dans de nombreux écrits reproduits dans le livre. Mais la plupart des pasteurs l’ont rejeté et son christianisme, qui insiste sur le libre-arbitre et la liberté, qui rejette tout dogme, qui considère la conscience comme instance radicales professées par Béat-Louis de Muralt ou Marie Huber, sont maintenant connues. Aussi est-ce une excellente initiative que de publier sous forme d’anthologie les principaux textes où la pensée religieuse de Rousseau apparaît explicitement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Jean-Jacques Rousseau, Sur la religion »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 216-217.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Jean-Jacques Rousseau, Sur la religion »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8603

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

LARHRA UMR 5190
Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search