Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRecensionsUlinka Rublack, éd., Protestant E...

Dossier bibliographique
Recensions

Ulinka Rublack, éd., Protestant Empires. Globalizing the Reformations

Yves Krumenacker
p. 217-220

Texte intégral

Ulinka Rublack, éd., Protestant Empires. Globalizing the Reformations, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, 362 p., ISBN : 978-1-108-84161-0

1Cet ouvrage se veut une histoire globale du protestantisme à l’époque moderne. En étudiant ce que devient le protestantisme quand il est hors d’Europe, comment il s’adapte à d’autres contextes, il entend transformer l’ancienne histoire des missions (d’ailleurs peu développée en ce qui concerne le protestantisme moderne) et l’histoire des migrations coloniales en une histoire connectée.

2Le premier chapitre s’attaque au mythe fondateur des « Pères pèlerins » du Mayflower, ces puritains, d’abord établis à Leyde, censés avoir cherché une communauté chrétienne idéale et la liberté religieuse en Amérique. Carla Pestana rappelle que les membres de l’Église séparatiste de Leyde étaient minoritaires parmi les passagers du Mayflower, que la colonie qu’ils ont fondée à Plymouth n’a pas eu de pasteur avant 1629, et donc pas de baptêmes ni de cènes pendant neuf ans, que tous les immigrants pouvaient par conséquent assister aux prédications, quel que soit leur degré de piété, que la liturgie du Prayer Book ne pouvait pas être suivie, que le catéchisme n’était que familial, qu’on manquait de connaissances religieuses et qu’il n’y avait ni écoles ni universités… en bref, qu’une Église européenne ne peut pas purement et simplement être transplantée en Amérique, mais qu’il faut se débrouiller, renoncer à séparer les « purs » et les « impurs », et risquer d’accueillir des croyants indignes, comme ce John Lyford qui espère devenir pasteur de la colonie, veut fonder une Église dissidente et se révèle être un violeur en série ayant fui l’Irlande pour se faire oublier… C’est un peu la suite de cette histoire que raconte David Hall, en évoquant les puritains du Massachusetts des années 1630 et 1640 principalement à partir de la figure du pasteur Thomas Shepard. En Angleterre, ils ont participé à des cultes alternatifs ; arrivés en Amérique, ils bâtissent des églises et se demandent comment séparer les « purs » des hypocrites dont ils ont peur de faire partie, ayant perdu la ferveur qu’ils avaient quand ils refusaient l’Église établie. La fondation d’églises puritaines permet une alliance, impossible en Europe, entre limitation de la congrégation aux « saints visibles » et baptême des enfants, pureté du culte, orthodoxie doctrinale et soutien de l’État, aboutissant à un congrégationalisme paroissial propre à la Nouvelle-Angleterre. L’étude suivante, due à Anthony Grafton, montre comment, aux xvii et xviiie siècles, ces immigrants ou descendants d’immigrants ont gardé des habitudes de lecture héritées de l’humanisme européen, en annotant les livres, en les comparant, en en extrayant des citations ; cela influence leur vision du monde, y compris pour le pire, ainsi que le révèle la bibliothèque d’un des juges des procès de sorcellerie de Salem. Dans un très long texte pourvu de nombreuses digressions, Neil Kamil relit ensuite les Mémoires du Saintongeais réfugié en Angleterre puis en Irlande Jacques Fontaine. Revendiquant une origine noble qu’il ne peut prouver, Fontaine lègue à sa famille le sens des opportunités, le génie artisanal qui lui fait inventer un procédé d’imitation de la soie. Il incite ses enfants à partir en Amérique pour exploiter eux aussi de nouvelles opportunités. On peut en revanche être sceptique face à l’insistance de l’auteur sur l’héritage alchimique et sur l’influence de B. Palissy, jamais mentionné dans les Mémoires de Fontaine. Dans un texte très intéressant, Susanna Burghartz s’attaque à une autre œuvre très célèbre, la collection des récits de voyage aux Indes occidentales et orientales des graveurs De Bry père et fils. Elle montre de manière convaincante, en tenant compte du marché éditorial, que ce n’est pas en premier lieu une machine de guerre anti-catholique et anti-espagnole, mais plutôt une description des beautés de la création et de l’habileté technique et artistique des hommes des nouveaux mondes. Ainsi, tout en se positionnant, mais sans polémiquer, dans le débat sur la légitimité des images, les De Bry offrent une description du monde qui s’ouvre aux colonisateurs protestants.

3Envers l’Islam, l’attitude des protestants évolue. Les missionnaires de la VOC (la Compagnie néerlandaise des Indes orientales) rencontrent surtout des musulmans qu’ils s’efforcent de convertir – en fait, surtout ceux qui avaient été préalablement convertis au catholicisme. Charles Parker donne une chronologie en trois périodes : l’optimisme des débuts, avec la certitude que la proclamation du véritable Évangile suffira à attirer des néophytes ; après l’échec de ces conversions, un temps d’étude du Coran et de l’Islam dans les universités d’Utrecht et de Leyde, au milieu du xviie siècle, afin de donner des outils aux missionnaires ; au début du xviiie, une meilleure compréhension de l’Islam, pouvant aller, par exemple chez le linguiste d’Utrecht Reland, jusqu’à une relative tolérance. C’est bien la rencontre de l’autre en dehors de l’Europe qui amène à une perception nouvelle de la religion. Mais Renate Dürr, dans le chapitre suivant, rappelle que les musulmans sont aussi présents en Europe, dans le Saint-Empire, prisonniers de guerre ou esclaves saisis notamment lors de la reconquête de la Hongrie à la fin du xviie siècle ; certains se convertissent, attestant de la réalité d’un luthéranisme global et faisant connaître les mondes lointains même aux habitants de petits villages allemands. On invente pour ces néophytes une nouvelle liturgie de baptême.

4À l’époque moderne, les missions protestantes sont surtout le fait des piétistes. James Van Horn Melton s’intéresse au pasteur Martin Boltzius, qui a servi pendant plus de trente ans les réfugiés de l’évêché de Salzbourg dans la colonie d’Ebenezer, en Géorgie, et espérait convertir la population indigène et les juifs, conformément aux vues millénaristes enseignées à l’université de Halle. Face à l’échec de ses efforts, il place son espoir dans la conversion des esclaves noirs et devient un partisan de l’abolition de l’esclavage. On note le rôle des attentes millénaristes, souligné également par Ulrike Gleixner dans son étude des missions dans le sud de l’Inde au début du xviiie siècle et plus particulièrement du cas de Tranquebar, colonie danoise où la mission est entreprise par la cour luthérienne du Danemark, la SPCK anglaise et l’orphelinat de Halle ; elle est soutenue notamment par des femmes de la classe moyenne et par une abbesse protestante en Europe, qui y voient une occasion d’étendre le Royaume de Dieu. Pour sa part, Jacqueline Van Gent montre l’importance des émotions dans les missions moraves : les missionnaires recherchent les signes émotionnels témoignant d’une conversion intérieure ; l’amour spirituel, le partage des souffrances du Christ doivent se voir et ils se manifestent dans des rites annuels de « réveil ». Une des converties les plus célèbres des moraves est l’esclave noire d’Antigua, Mary Prince, dont l’autobiographie, parue en 1831, a beaucoup compté pour le mouvement anti-esclavagiste. Mais la lecture de ce texte par Jon Sensbach révèle qu’il a été transformé par les éditeurs anglais pour éliminer toute trace de liens entre le culte évangélique et des spiritualités africaines, ainsi que tout témoignage d’une culture mixte, alors que le christianisme afro-américain aux Caraïbes apparaît comme s’adaptant à une société coloniale très violente et multi-culturelle.

  • 1 Claude Prudhomme, « Les missions chrétiennes : d’une histoire édifiante à une histoire universitair (...)

5Pour finir, Merry Wiesner-Hanks fait une revue bibliographique des dernières publications mêlant genre et sexualité à l’histoire des émotions, au spatial turn et à l’étude d’acteurs auparavant négligés ou vus comme de simples sujets de l’histoire, les femmes et les peuples non-Européens. On note un intérêt certain pour des communautés non conformistes comme les quakers ou les frères moraves ainsi qu’un appel à étudier de près la manière dont le christianisme est perçu et transformé quand il quitte l’Europe - dans la ligne de ce que font les historiens des missions inspirés par l’anthropologie1.

6Les contributions de ce volume sont très riches et variées. On peut cependant regretter l’ignorance presque complète de la plupart des auteurs de l’historiographie française. Rappelons que, dès 1961, l’Histoire générale du protestantisme de Léonard se situait à une échelle mondiale, même si, évidemment, les problématiques développées dans ce recueil n’étaient pas encore présentes. Les nombreux travaux francophones sur De Bry, les études sur les essais d’implantation française en Amérique, notamment de F. Lestringant, auraient pu être mentionnés. L’introduction aux Mémoires de J. Fontaine est citée, mais c’est bien la seule. On touche là une des limites de la mondialisation de l’histoire, avec une historiographie anglo-saxonne abondante et très riche, mais qui ignore trop les historiographies qui ne sont pas en langue anglaise. Plus fondamentalement, une juxtaposition de monographies sur différentes parties du monde, quel que soit leur intérêt, suffisent-elles à faire une histoire globale ?

Haut de page

Notes

1 Claude Prudhomme, « Les missions chrétiennes : d’une histoire édifiante à une histoire universitaire », dans Yves Krumenacker, Raymond A. Mentzer (dir.), Penser l’histoire religieuse au xxie siècle. Thinking about Religious History in the 21st Century, Lyon, LARHRA, Chrétiens et Sociétés Documents et Mémoires n° 42, 2020, p. 55-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Ulinka Rublack, éd., Protestant Empires. Globalizing the Reformations »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 217-220.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Ulinka Rublack, éd., Protestant Empires. Globalizing the Reformations »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8608

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

LARHRA UMR 5190
Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search