Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Dossier bibliographiqueRecensionsStefan Bauer, The Invention of Pa...

Dossier bibliographique
Recensions

Stefan Bauer, The Invention of Papal History. Onofrio Panvinio between Renaissance and Catholic Reform, Oxford, Oxford U.P., 2020, 262 p., ISBN : 9780198807001

Bernard Hours
p. 217-219
Référence(s) :

Stefan Bauer, The Invention of Papal History. Onofrio Panvinio between Renaissance and Catholic Reform, Oxford, Oxford U.P., 2020, 262 p., ISBN : 9780198807001

Texte intégral

1Onofrio Panvinio (1530 – 1568) n’est guère connu de l’historiographie française et plus en tant qu’« antiquaire » (cf. J.-L. Ferrary, Onofrio Panvinio et les antiquités romaines, Rome, 1996) que comme historien de l’Église et plus particulièrement de la papauté. L’étude savante et élégamment écrite que lui consacre S. Bauer, Lecturer au King’s College de Londres, spécialisé dans l’étude de la l’historiographie à l’époque de la Renaissance et de la Réforme, de la controverse et de la censure mérite donc de retenir la plus grande attention. Elle nous donne un éclairage à la fois sur la genèse d’un genre historiographique et sur les milieux intellectuels romains à l’époque du concile de Trente. Le livre est divisé en quatre grands chapitres : les deux premiers sont consacrés au récit biographique le plus précis qui ait jamais été donné à ce jour ; le troisième a pour objet le De varia creatione romani pontificis, histoire des élections pontificales ; le quatrième et dernier contextualise le travail de Panvinio, historien de l’Église, dans le processus contemporain de confessionnalisation qui se met en place.

2Giacomo Panvinio est né à Vérone le 20 février 1530 à l’époque de l’épiscopat de Gian Matteo Giberti, l’un des modèles d’évêque réformateur avant la réunion du concile. Il reçoit l’habit des Ermites de Saint-Augustin en 1541, à l’âge de onze ans, au couvent de Sant’Eufemia et prend le nom d’Onofrio. L’année précédente, l’ancien prieur Fra Niccolo a été expulsé de l’ordre pour avoir prêché la doctrine luthérienne et diffusé des livres hérétiques. Protégé par le prieur général, Girolamo Seripando, Panvinio quitte Vérone pour poursuivre ses études à Naples puis à Rome. Il bénéficie de protections puissantes au cours de sa précoce, brève mais féconde carrière d’historien : le cardinal Marcello Cervini, futur pape sous le nom de Marcel II, l’encourage dès 1551 à étudier l’histoire ecclésiastique ; le cardinal Farnèse, dont il partage le court exil en 1557-1559, l’introduit dans les cercles lettrés de Rome ; son voyage en Allemagne en 1559 lui procure le soutien du banquier Hans Jakob Fugger et du prince-évêque d’Augsbourg Carl Otto Truchess von Walburg ; il s’attire par ses travaux la bienveillance de l’empereur Maximilien II et du roi Philippe II. Il meurt prématurément en avril 1568 à Palerme, lors d’un voyage en Sicile dans la suite du cardinal Farnèse.

3Son premier travail, réalisé en 1551, est une chronique de l’Ordre de Saint-Augustin, mais il consacre une première série de recherches historiques à plusieurs grandes familles de la noblesse romaine contemporaine. Ses généalogies des Frangipani, Savelli, Mattei, etc., qui remontent crânement jusqu’à l’Antiquité, dissimulent des forgeries : entre autres, pour démontrer que le pape Honorius III appartenait aux Savelli, il n’hésite pas à introduire les mots « de Sabello » dans le texte d’une bulle. En 1557-1558, il renouvelle des inventions du même type dans sa publication des Fasti, ces listes de magistrats romains découvertes une dizaine d’années plus tôt sur le Forum. Il publie également des Commentaires sur la République romaine et ces Commentaires sur les empereurs romains, dans lesquels il prend en compte épigraphie, numismatique et archéologie pour bâtir un récit chronologique. Il recourt aussi à la reconstitution en faisant appel à des artistes. Ses recherches sur la Rome païenne se veulent dégagées de toute contrainte confessionnelle, à l’heure où les Protestants accusent l’Église de la Renaissance de paganiser tandis que les Catholiques soulignent au contraire la rupture opérée par le christianisme.

4Après son retour à Rome en septembre 1559, il ne publie plus que des ouvrages sur des matières sacrées, tout en continuant ses travaux sur la Rome antique qui resteront toujours manuscrits. Pendant un peu moins d’un an, en 1565, il est employé à la Bibliothèque vaticane. C’est au cours de cette dernière décennie qu’il écrit le De varia creatione romani pontificis (1559). Il est le premier auteur à écrire sur l’histoire des élections pontificales, en insistant sur deux points : d’une part la diversité des formes prises par l’élection depuis Pierre, d’autre part sur le fait qu’il n’y a pas de changement de procédure sans le consentement des papes eux-mêmes. Le livre a connu deux versions : une courte et une longue, cette dernière n’ayant jamais été publiée, mais présentée dans une version abrégée à Pie IV et à son neveu Charles Borromée.

5Ses travaux sur l’histoire de l’Église suscitent les censures des congrégations de l’Index et de l’Inquisition et nombre de manuscrits ne pourront ainsi pas parvenir à la publication. En 1592, plus de deux décennies après sa mort, une commission pontificale établit un catalogue de ses œuvres et en dresse la censure. On lui reproche de ne pas hésiter à recourir à toutes les sources fussent-elles peu orthodoxes. Par ailleurs, il met en évidence les variations de l’Église aussi bien que les désaccords internes, tout en critiquant aussi bien le comportement des clercs que l’irrésistible tentation de la papauté pour le pouvoir temporel en particulier depuis Grégoire VII à qui il consacre une biographie dans le De varia creatione… Mais s’il déplore l’appétit de pouvoir des papes, il affirme sans ambages la primauté pontificale dans l’Église. Et pourtant, Panvinio jouit d’un réel prestige, même chez ceux qui le censurent. Ainsi, Bellarmin, qui a examiné le premier volume de l’Historia ecclesiastica, reconnaît en lui l’un des plus grands savants italiens de son temps.

6D’autres, qui n’avaient pas à préserver la pureté de la doctrine, tels Scaliger ou Juste Lipse, ont vu en lui « père de l’histoire ». C’est ce premier titre qui doit requérir l’attention. En effet, Panvinio historien se situe à un moment charnière à plus d’un titre. D’abord comme historien tout court. D’un côté, il rompt avec l’écriture humaniste dont il critique l’éloquence souvent superficielle. D’un autre, il utilise des outils des humanistes (philologue, il recourt aussi à la langue pour dater des textes ; il partage le même intérêt « antiquaire » pour les inscriptions et l’épigraphie) et prolonge la critique humaniste des abus de la papauté. S. Bauer justifie ainsi son sous-titre : Panvinio n’est certes pas le premier à avoir écrit une histoire des papes, mais il est le premier à l’avoir fait en rassemblant un matériau aussi abondant, en appliquant une méthode critique à ses sources et en remettant en cause l’idée d’une belle et parfaite continuité dans l’histoire de l’institution.

7Ensuite comme religieux historien à un moment charnière aussi dans l’histoire de la confessionnalisation. Pour lui, écrire l’histoire critique de l’Église et particulièrement de l’élection pontificale, c’est faire œuvre positive en fournissant des matériaux pour une réforme de l’institution et notamment du conclave. C’est aussi fournir des munitions pour la controverse : il est le seul historien de la commission instituée par Pie IV pour réfuter les fameuses Centuries de Magdebourg. Mais, avant Bellarmin, avant Baronius, il revendique encore l’autonomie de l’histoire devant la théologie. Après 1580, ce ne sera plus possible. Désormais l’histoire doit se conformer à l’idéal post-tridentin, l’histoire et la théologie ne peuvent plus diverger : les écrits de Panvinio sont soumis à la censure et ses manuscrits gardés à l’ombre. Se démarquant de Reinhard et Schilling, S. Bauer voit dans cette évolution la démonstration a contrario du rôle décisif de la théologie dans la confessionnalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Stefan Bauer, The Invention of Papal History. Onofrio Panvinio between Renaissance and Catholic Reform, Oxford, Oxford U.P., 2020, 262 p., ISBN : 9780198807001 », Chrétiens et sociétés, 29 | 2022, 217-219.

Référence électronique

Bernard Hours, « Stefan Bauer, The Invention of Papal History. Onofrio Panvinio between Renaissance and Catholic Reform, Oxford, Oxford U.P., 2020, 262 p., ISBN : 9780198807001 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/9941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.9941

Haut de page

Auteur

Bernard Hours

Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3
LARHRA UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search