Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Dossier bibliographiqueRecensionsPatrick Cabanel, La fabrique des ...

Dossier bibliographique
Recensions

Patrick Cabanel, La fabrique des huguenots. Une minorité entre histoire et mémoire xviiie-xxie siècle, Genève, Labor et Fides, 2022, 648 p., ISBN : 9782830917710

Yves Krumenacker
p. 223-225
Référence(s) :

Patrick Cabanel, La fabrique des huguenots. Une minorité entre histoire et mémoire xviiie-xxie siècle, Genève, Labor et Fides, 2022, 648 p., ISBN : 9782830917710

Texte intégral

1Voici un livre singulier, car il traite de l’histoire de l’historiographie du protestantisme, et un grand livre, qui apporte beaucoup aussi bien sur le protestantisme du xixe et du début du xxe siècle que sur celui des xvie-xviie siècles. L’auteur se demande de quoi l’on parle quand il est question, aujourd’hui, des huguenots ; il s’interroge par conséquent sur l’identité des protestants d’aujourd’hui. Et sa démonstration est implacable : alors que le mot « huguenot » a été employé de manière dépréciative, et peu fréquemment, au xvie siècle, il est assumé et revendiqué à partir de la seconde moitié du xviiie siècle par les protestants français ou d’origine française de tradition réformée. Il s’est alors formé une construction mémorielle, œuvre des protestants eux-mêmes, qui s’est imposée en ne retenant que certains aspects de l’histoire de la Réforme française. C’est pourquoi nous sommes en partie prisonniers de ce récit qui est à la base de l’identité du protestantisme français historique et de l’image qu’il a dans l’opinion, mais dont il importe de prendre ses distances quand on envisage une analyse historique.

2Au cours des dix chapitres du livre, Cabanel égrène les différentes formes de représentation que les protestants ont eues d’eux-mêmes, d’Antoine Court dans les années 1759-1760 aux musées et plaques commémoratives de la première moitié du xxe siècle. Chacun de ces chapitres est passionnant, mais la conclusion est toujours peu ou prou la même : c’est une mémoire souffrante, martyrologique et hébraïsante d’une religion interdite et clandestine qui se construit, très différente de la mémoire des autres communautés protestantes européennes ; la mémoire d’une religion qui a sa culture propre, ses lieux, ses personnages, ses textes, ses objets ; une mémoire qui a permis de surmonter ses divisions internes (entre orthodoxes et libéraux) et de préserver une identité singulière, au prix d’une valorisation d’une certaine histoire et d’une certaine culture au détriment du religieux. C’est ainsi que les protestants huguenotisés peuvent se sentir à l’aise dans une société sécularisée.

3Plutôt qu’une analyse détaillée de chaque chapitre, nous nous contenterons ici, pour montrer la richesse de l’ouvrage, de faire une sorte d’inventaire à la Prévert des diverses sources examinées. Le premier chapitre s’intéresse aux premières histoires des huguenots, au xviiie siècle, écrites dans le but de les intégrer dans la nation, et à la manière dont la Saint-Barthélemy devient aux xviii-xixe siècles le sujet de poèmes, de pièces de théâtre, d’opéras, de romans, souvent dus à des non-protestants, pour promouvoir la tolérance et le libéralisme. Suit une étude de l’histoire romantique du protestantisme, avec Napoléon Peyrat, puis de l’institutionnalisation de la mémoire : les origines et les premiers développements de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, fondée en 1852, de sa bibliothèque créée en 1865 et installée rue des Saints-Pères, où elle existe toujours, en 1885, les premières grandes encyclopédies biographiques qui privilégient les protestants emprisonnés, martyrisés, expulsés. Vient ensuite la présentation de nombreux pasteurs historiens du xixe siècle (mais on aurait pu aller bien plus avant dans le xxe siècle) qui écrivent une histoire régionale et érudite du protestantisme français. Cabanel évoque aussi l’édition de « classiques » (les Martyrs de Crespin, les mémoires des victimes de la Révocation, etc.) ce qui permet à des éditeurs militants de se développer (c’est encore le cas aujourd’hui). Puis il est question des cultes en plein air qui se poursuivent pendant la première moitié du xixe siècle, mais qui n’ont pas le même sens que les assemblées commémoratives des persécutions que constituent les cultes au Désert, apparus en 1856 et qui ont toujours lieu de nos jours. Peut-être les huguenots ne faisaient-ils, en instaurant cette pratique, qu’imiter les vaudois ? L’hypothèse est avancée prudemment ; mais elle permet de souligner les nombreuses correspondances entre histoires huguenote et vaudoise. Ces rassemblements au Désert sont cependant ponctuels et ne matérialisent peut-être pas suffisamment la culture huguenote, ce qui pourrait expliquer l’intérêt pour des objets, Bibles de chignon, méreaux ou meubles ayant appartenu à des prédicants par exemple, sans oublier la fameuse croix huguenote. Cela a conduit à vouloir créer un musée du protestantisme, ce qui n’a jamais vraiment réussi à Paris, mais s’est concrétisé au cours du xxe siècle avec le Musée du Désert, dans les Cévennes, auquel est consacré tout un chapitre, puis à Noyon, à Wassy, en Vivarais, dans le Poitou, etc. Le territoire national est également peu à peu marqué de maisons, de plaques commémorant généralement des massacres, afin que les protestants, mais aussi tous les citoyens, puissent se réapproprier cette histoire de persécutions. Le livre se termine par l’évocation de Marie Durand, dont la popularité actuelle est sans doute significative d’une féminisation contemporaine du protestantisme.

4Dans tout ce qui précède, je n’ai fait que reprendre des titres de chapitres et de paragraphes ; mais cela donne une idée de la richesse du livre. À sa lecture, on prend conscience que ce que l’on connaît du protestantisme est en grande partie le fruit d’une construction élaborée principalement par les protestants eux-mêmes ; on voit également comment une minorité peut se donner une identité dans laquelle elle peut se retrouver, que la foi soit toujours présente ou non.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Patrick Cabanel, La fabrique des huguenots. Une minorité entre histoire et mémoire xviiie-xxie siècle, Genève, Labor et Fides, 2022, 648 p., ISBN : 9782830917710 »Chrétiens et sociétés, 29 | 2022, 223-225.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Patrick Cabanel, La fabrique des huguenots. Une minorité entre histoire et mémoire xviiie-xxie siècle, Genève, Labor et Fides, 2022, 648 p., ISBN : 9782830917710 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2023, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/9945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.9945

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3
LARHRA UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search