Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Dossier bibliographiqueRecensionsMarianne Carbonnier-Burkard, Jean...

Dossier bibliographique
Recensions

Marianne Carbonnier-Burkard, Jean-Pierre Trouchaud, Un huguenot de Marsillargues réfugié en Suisse. Lettres de Jean Farenge à sa famille, 1686-1689, Neuchâtel, Éditions Alphil – Presses universitaires suisses, 2022, 303 p., ISBN : 9782889304363

Yves Krumenacker
Référence(s) :

Marianne Carbonnier-Burkard, Jean-Pierre Trouchaud, Un huguenot de Marsillargues réfugié en Suisse. Lettres de Jean Farenge à sa famille, 1686-1689, Neuchâtel, Éditions Alphil – Presses universitaires suisses, 2022, 303 p., ISBN : 9782889304363

Texte intégral

1Les travaux peuvent avoir du bon : c’est lors de la rénovation d’un plafond dans une maison de la petite ville de Marsillargues, près de Lunel, qu’on a découvert, à la fin des années 1990, un lot d’une trentaine de lettres échelonnées de mars 1686 à juillet 1689, cachées depuis trois siècles sur une poutre de la charpente : des lettres adressées à Simon Fontanès, qui habitait alors là, un protestant qui avait abjuré au moment des dragonnades, écrites pour la plupart par son gendre, Jean Farenge, réfugié à Genève, Lausanne, Berne et Yverdon. J.-P. Trouchaud les a retranscrites et en partie annotées, aidé ensuite par M. Carbonnier-Burkard, qui a continué seule le travail à la mort, en 2016, de Trouchaud. Il en est résulté la publication des lettres accompagnées d’abondantes notes, mais aussi une très longue présentation et un index biographique. L’ensemble, bien illustré, constitue un document de grande importance pour l’histoire du Refuge huguenot.

2La première partie de la présentation donne une biographie de Jean Farenge, avec une description très fouillée des persécutions dans la région de Marsillargues, puis du Refuge à Genève, Lausanne, Berne et Yverdon, mais aussi en Irlande, puisque les recherches ont permis de repérer que Farenge a participé au projet d’Henri de Mirmand d’une colonisation huguenote de l’Irlande et qu’il s’est installé à Dublin en 1693 où il est mort, vers 1730. Des cartes retracent le parcours de Farenge et plus généralement des réfugiés ; des vues et des plans anciens permettent de bien visualiser les lieux. Tout cela s’appuie sur les lettres mais aussi sur une importante documentation traitant du Refuge. La fin de la présentation revient sur ce sujet, en insistant sur les conditions matérielles des voyages, en montrant la constitution de réseaux d’entraide et les liens maintenus entre les divers réfugiés de Marsillargues.

3La deuxième partie est bien plus qu’une présentation des lettres. Elles sont d’abord situées par rapport aux sources habituelles sur le Refuge : les correspondances y sont peu nombreuses, et celle-ci a la particularité de constituer une série suivie de lettres et de provenir d’un artisan, d’où leur grand intérêt. Vient ensuite une étude très matérielle qui considère les lettres comme des objets : on y apprend beaucoup de choses sur le papier utilisé, la manière de clore les missives, les adresses utilisées, la date des lettres (avec un jeu sur le « vieux » et le « nouveau style », puisque la Suisse n’a pas encore adopté le calendrier grégorien), les circuits du courrier (environ deux semaines pour aller de Lunel à Berne, en passant par Lyon et Genève et des administrations postales différentes), le tarif, le souci de conservation des lettres. La forme des lettres est étudiée de manière très détaillée : ce sont des lettres familières, suivant les règles de la civilité de l’époque. L’auteur manifeste son affection, il marque les liens et les rôles dans la famille. Farenge, artisan teinturier, grand lecteur, sait écrire, malgré une orthographe un peu fantaisiste. Ce qui est frappant, c’est qu’il ne se contente pas de donner des nouvelles et de maintenir un lien avec la famille et les connaissances restées en France, il cherche à persuader et à exhorter ceux qui sont restés à « Babylone » en écrivant de véritables petits sermons. Ses lettres nous donnent ainsi un aperçu très intéressant d’une pastorale du Refuge telle qu’elle est pratiquée par un laïc, sans formation religieuse particulière.

4On l’aura compris, ce livre peut apporter beaucoup, même à ceux qui ne s’intéressent pas à l’histoire du protestantisme. Ces derniers seront, pour leur part, attirés par le contenu religieux des lettres, fondé sur de nombreuses citations bibliques, des sermons de pasteurs, des lettres pastorales, des livres de piété, ce qui montre l’étendue de la culture religieuse de Farenge. À l’aide de ces matériaux, il joue le rôle d’un véritable prédicant, exhortant à « sortir de Babylone », à se convertir comme il l’a fait lui-même, à attendre l’arrivée prochaine de la « délivrance » qui suivra la fin des persécutions. Aux réactions des destinataires de ses lettres, Farenge sait que ses sermons ont peu d’effet ; mais il persévère, exhorte et encourage sans cesse. Il nous livre ainsi un témoignage fascinant de la piété et du zèle d’un réfugié du Languedoc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Marianne Carbonnier-Burkard, Jean-Pierre Trouchaud, Un huguenot de Marsillargues réfugié en Suisse. Lettres de Jean Farenge à sa famille, 1686-1689, Neuchâtel, Éditions Alphil – Presses universitaires suisses, 2022, 303 p., ISBN : 9782889304363 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/9949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.9949

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search