Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Dossier bibliographiqueRecensionsRozenn Colleter, Daniel Pichot et...

Dossier bibliographique
Recensions

Rozenn Colleter, Daniel Pichot et Éric Crubézy (dir.), Louise de Quengo. Une bretonne du xviie siècle. Archéologie, anthropologie, histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, 365 p., ISBN : 9782753582330

Nadine Béligand
p. 227-233
Référence(s) :

Rozenn Colleter, Daniel Pichot et Éric Crubézy (dir.), Louise de Quengo. Une bretonne du xviie siècle. Archéologie, anthropologie, histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, 365 p., ISBN : 9782753582330

Texte intégral

1Cet ouvrage aborde l’histoire de Louise de Quengo, décédée le 10 mars 1656, puis inhumée dans le couvent des Jacobins de Rennes. Elle a été identifiée grâce au cardiotaphe déposé dans son cercueil, lequel est gravé au nom de son époux : Toussaint de Perrien, chevalier de Bréfeillac. Mort le 30 août 1649 à Rennes, il a été inhumé dans la chapelle Saint-Sauveur (paroisse de Saint-Hernin) relevant de l’un de ses domaines cornouaillais qu’il avait cédé aux Déchaux du couvent de Vannes en quête de « maison de campagne » où « se « désairer » (p. 152). La dépouille de Toussaint est doublée du cœur de Louise (p. 154) qui avait ordonné que son cœur fût porté près du corps de son mari (p. 77).

2Si Louise de Quengo est devenue une véritable « affaire » de notre temps, c’est que la découverte d’un corps identifiable (une rareté en archéologie) a donné lieu à un vaste projet interdisciplinaire comme il en existe bien peu. Le livre résulte d’une recherche qui a duré une dizaine d’années et a sollicité pas moins de 58 spécialistes. Comme le précise l’introduction, cette intrigue est celle de trois histoires : une femme noble bretonne, son époux, et une archéo-anthropologue, Rozenn Colleter, qui avait présenté cette fascinante découverte lors d’une conférence à la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine en 2017. Diffusé sur les chaînes radiophoniques et télévisées, l’histoire captivante de Louise a littéralement ébloui les Bretons, en premier lieu, la France ensuite, puis le monde entier, rejoignant, ainsi que titre la revue Okapi (septembre 2017), les momies célèbres de Chinchorro, Ötzi, Ramsès II, La Doncella et Lénine.

3Les fouilles archéologiques du couvent des Jacobins se sont déroulées de novembre 2011 à juin 2013, sous la direction de Gaëtan Le Cloerec : elles ont mis au jour 800 tombes, dont cinq cercueils en plomb et cinq cardiotaphes, répartis dans l’église conventuelle, les chapelles attenantes, le cloître et la salle capitulaire. Grâce au caractère exceptionnel de l’ensemble des sépultures et à l’état de parfaite conservation des restes de Louise de Quengo, dont le cercueil fut mis au jour à la fin des fouilles, une équipe pluridisciplinaire s’est constituée avec, pour objectif, de reconstruire l’histoire du personnage, le rite funéraire dont elle avait fait l’objet, tout en élargissant le contexte archéologique en direction des disciplines de l’histoire, de l’expertise médicale, biologique, textile, chimique, etc. Une première équipe s’est chargée de l’analyse de 600 squelettes, alors que les restes humains déposés dans les cercueils en plomb ont été passés à la loupe des anthropo-biologistes, médecins légistes, radiologues, microbiologistes, paléopathologistes de l’Institut médico-légal de Rangueil (Toulouse), de l’Inrap, du Centre archéologique de Bretagne et du Service régional de l’archéologie de Bretagne.

4Cette très belle publication est divisée en quatre parties : Louise de Quengo et la société rennaise (5 chapitres) ; Louise de Quengo : « la mort, la foi » (3 chapitres) ; Louise de Quengo : des funérailles multiples (4 chapitres) ; Louise de Quengo, ses homologues et son avenir patrimonial (6 chapitres), agrémentées d’illustrations de très grande qualité et précision. La première partie (p. 23-99) présente la ville de Rennes à l’époque de Louise (G. Aubert, historien) ; les pratiques alimentaires sont reconstituées d’après les isotopes par K. Jaouen, pour les analyses biochimiques ; J. E. Sonke, L. Laffont et P. Méjean, pour les analyses de mercure, ainsi que R. Colleter, qui contribue aux quatre parties de l’ouvrage. L’histoire du couvent des Jacobins est présentée par G. Le Cloirec, archéologue antiquisant, T. Béthus, archéologue médiéviste, E. Esnault, archéologue du bâti, et L. Schmitt, archiviste ; enfin, Bruno Isbled, conservateur général du patrimoine aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, nous guide sur les traces de Louise dans les archives rennaises.

5En 1650, Rennes compte environ 40 000 habitants ; ville parlementaire typique, moins portée sur l’économie marchande que d’autres villes de province, elle est moins marquée par la présence huguenote : un « catholicisme sans retenue » s’y développe. Jusqu’à l’édit de Louis XVI, du 10 mars 1776, interdisant toute inhumation dans les églises, la plupart des paroissiens sont enterrés dans les aîtres cimétériaux qui jouxtent les églises, alors qu’un quart des nobles optent pour une sépulture dans leurs couvents de prédilection : ceux des Cordeliers, Jacobins et Carmes sont dotés d’importantes fondations sépulcrales. Le couvent des Jacobins, fondé en 1369, a été agrandi au début du xviie siècle ; c’est avec l’élargissement de l’aile sud du cloître que la chapelle Notre-Dame a pu être bâtie. C’est précisément là que Louise a voulu être enterrée, entre l’autel Saint-Joseph (chapelle érigée en 1623) et l’arcade où se trouve l’ex-voto monumental en argent (figurant la Vierge de la Bonne-Nouvelle protégeant la ville sous la forme d’une maquette des principaux monuments) offert par la ville le 8 septembre 1634 pour remercier la Vierge de l’avoir épargnée de la peste (p. 74, p. 155-158).

6Les origines des Quengo remontent au xive siècle ; le père de Louise, François de Quengo, seigneur du Rochay et de Vaudeguip, épouse (en 1582) Jacqueline de Bourgneuf, dont le père, René de Bourgneuf, est premier président du Parlement de Bretagne en 1570. Cette union place Louise dans la très haute noblesse parlementaire rennaise. Néanmoins, Louise et son époux adoptent le mode de vie des gentilhommes campagnards : ils vivent des revenus de leurs seigneuries et demeurent au manoir de Bréfeillac en Pommeret dans les Côtes-d’Armor (p. 78-83). Ce n’est qu’après son veuvage que Louise alterne sa résidence entre un corps de logis du château de Lesmais et un appartement qu’elle loue à Rennes ; elle administre elle-même ses biens en affermant par exemple la seigneurie de Kerbrézellec (seigneurie des Quengo), tout comme le château et les terres de Lesmais (seigneurie des Perrien de Bréfeillac : carte, p. 84). Le 15 décembre 1649, Louise fait une fondation : elle choisit sa future sépulture aux Jacobins : un lieu de sépulture familial (« enfeu prohibitif ») où l’on déposera le cœur de son mari ; une messe tous les lundis à perpétuité et deux services solennels à perpétuité, le 30 août et le jour des morts. À cette fin, elle remet 1 000 livres aux religieux qui achètent une terre sur laquelle ils assignent une rente perpétuelle (p. 71). Une seconde fondation, le 10 mars 1656, par deux héritiers de Louise, René de Quengo et François du Chastelier, prévoit un service solennel le 10 mars chaque année et un annuel tous les jours, sauf le vendredi, jour du décès : la somme de 1 060 livres est alors remise aux Dominicains.

7La deuxième partie de l’ouvrage (p. 103-161) analyse le mobilier funéraire (crucifix, chapelets, médailles) associé aux sépultures dans le couvent des Jacobins (F. Labaune-Jean, spécialiste du mobilier archéologique), puis le costume de Louise (V. Gendrot, experte en textiles archéologiques, et G. Barracand, archéologue, calcéologue), avant d’aborder sa piété (G. Provost, historien). La majorité des archéo-anthropologues conviennent volontiers ne travailler que sur les « parties molles » ; ils disposent parfois d’indices taphonomiques d’accessoires vestimentaires métalliques ou de fragments de textile. Il en va bien autrement dans le cas de Louise puisque, malgré l’absence d’embaumement, son corps a été parfaitement conservé et son costume funéraire est complet. Dans le cercueil en plomb, clos hermétiquement, Louise est apparue vêtue d’une chemise, d’une robe de bure, d’un scapulaire de laine, d’une guimpe et d’une cape bleue, vêtements qu’elle a probablement acquis auprès des Carmélites. Sur la tête, elle porte trois bonnets et un béguin de toile de lin, ainsi qu’un voile ; aux pieds : des chausses à boutons, des chaussons et des mules en cuir à semelles de liège, celles-ci probablement achetées aux Jacobins pour parachever son costume funéraire. La restauration de ses vêtements (par les restauratrices M. Drieux-Daguerre et C. Bonnot-Diconne, p. 297-301) a également dévoilé la présence d’un masque funéraire, placé sur l’abdomen, et d’un anneau pour retenir sa chevelure rousse. Ce costume, sorte de « viatique pour l’au-delà », signale sa condition sociale. En revêtant l’habit du Carmel, choix aristocratique réservé aux plus riches, elle entendait bénéficier des indulgences accordées par les papes des xve et xvie siècles. Ce geste de piété conduit G. Provost à questionner la dévotion de Louise en prenant en compte la logique familiale et sociale. La généalogie des familles de Bourgneuf et de Quengo (p. 144) indique que le fondateur du premier couvent des Capucins (en 1604) est l’oncle de Louise, Jean de Bourgneuf, premier président du Parlement de Bretagne ; c’est également lui qui accueille les Clarisses à l’hôtel de Cucé. Un autre de ses oncles, Charles de Bourgneuf, est évêque de Saint-Malo puis de Nantes au moment de la Ligue, dont il embrasse la cause. La sœur cadette de Louise, Renée, veuve en 1628, est l’instigatrice de la fondation du couvent de la Visitation à Rennes. À l’époque de Louise, le plus grand pèlerinage rennais est celui de la Vierge de la Bonne-Nouvelle (p. 155), dont la chapelle se situe à l’angle sud-ouest du cloître. En choisissant d’être inhumée près de ce vœu, Louise manifeste sa dévotion mariale ainsi que son désir d’ancrage dans la ville, pour elle-même et ses neveux et héritiers, René de Quengo et François du Chastelier, qui ne se fixèrent pourtant jamais à Rennes.

8La troisième partie (p. 165-239) décrit le protocole d’ouverture et l’étude technique des cinq cercueils et des cinq cardiotaphes en plomb. Le mode opératoire de l’ouverture a tenu compte des critères de sécurité des agents, de conservation optimale des dépôts internes et de respect maximal de l’intégrité du cercueil (p. 170). La première analyse appliquée aux cercueils et aux urnes est la spectrométrie de fluorescence X portable mise en œuvre directement en cours de fouilles pour déterminer la matière première utilisée ; la seconde est une analyse chimique élémentaire par microsonde électronique couplée à un microscope électronique à balayage sur un fragment d’os de Louise. Les auteurs (R. Colleter, F. Labaune-Jean, S. Jean dessinateur-infographe, G. Querré et F. Pustoc’h, respectivement ingénieur et technicien de recherche) étudient minutieusement chaque cercueil et soulignent l’exceptionnelle conservation de la sépulture de Louise de Quengo ; enseveli sous un mètre de sédiments, son cercueil n’a subi aucune perturbation : au moment de la fouille, la cuve n’était pas perforée et les réactions physico-chimiques internes liées à la présence de plomb ont favorisé la conservation des matières organiques (p. 183). Le chapitre suivant (rédigé par F. Dedouit, F. Savall et N. Telmon, médecins légistes ; R. Colleter, et S. Duchesne, anthropologues ; F.-Z. Mokrane, radiologue ; E. Crubézy, anthropobiologiste ; C. Guilbeau-Frugier, anatomopathologiste ; H. Dabernat, paléopathologiste, et P. Gérard, photographe) présente les résultats des études autopsiques de matières organiques conservées, soit le corps de Louise et les cœurs issus des cardiotaphes (p. 188). Ils exposent les résultats des examens tomodensitométriques réalisés sur la dépouille de Louise, ainsi que les reconstructions sagittales du crâne, du rachis cervical, les coupes axiales du thorax, de l’abdomen, du pelvis et des membres inférieurs (p. 190-191). Plusieurs gestes préparatoires du corps ont été mis en évidence, notamment une incision thoracique de 26 cm de haut, en forme de croix, suturée par un fil grossier (p. 192) qui correspond à l’exérèse du cœur. Aucune lésion traumatique n’a été révélée comme susceptible d’expliquer son décès (p. 194) ; cependant, l’autopsie atteste la présence de calculs dans le rein gauche. Les cardiotaphes, qui s’étalent sur une période de 70 ans, de 1584 à 1655, ont été étudiés radiologiquement. Le cœur de Toussaint de Perrien était enveloppé dans un sac de toile ; une bourre d’embaumement garnissait l’intérieur de l’organe (p. 197). L’analyse des tissus organiques, réhydratés puis déposés sur la table de l’irm, a montré que Toussaint de Perrien est probablement décédé d’une complication d’une cardiomyopathie dilatée (p. 202). L’étude des ingrédients et pratiques d’embaumement (par D. Barbier-Pain, palynologue, M.-P. Ruas et R. Corbineau, archéobotanistes, et R. Colleter), branche récente de la discipline archéo-anthropologique, ont révélé la présence de 134 ingrédients végétaux, minéraux et animaux, ainsi que de l’alcool, du bitume de Judée et du mercure. La composition végétale des baumes (mélange de plantes moulues et d’huiles ou autres liquides) contenus dans le cardiotaphe de Toussaint Perrien comporte seize plantes différentes, mais aucune d’origine exotique, alors que dans les autres cardiotaphes trouvés aux Jacobins, les palynologues et archéobotanistes ont détecté la présence d’épices, tels le clou de girofle et la maniguette. La pharmacopée des baumes, détaillée dans les traités d’embaumement, est très vaste : les plantes sont sélectionnées en vertu de leurs propriétés antiseptiques et odoriférantes. Pour les auteurs, il reste à en déchiffrer plus précisément le vocabulaire symbolique, confessionnel et de genre ; la pharmacopée de l’embaumement ouvre également des perspectives sur l’histoire des sciences et leurs positionnements les unes par rapport aux autres (p. 224). La dernière contribution (R. Colleter) examine la question de l’embaumement et des funérailles multiples au couvent des Jacobins ; plus précisément la chaîne opératoire de l’intervention post-mortem, soit l’exérèse des organes et l’embaumement. Dans le couvent des Jacobins, conçu pour recevoir de nombreuses sépultures de nobles, 2,2 % (13/593 sujets) présentent des traces d’intervention post-mortem. Pour l’autrice, le prélèvement isolé du cœur (4/593), tout comme la craniotomie isolée (5/593), démontrent que les funérailles multiples permettaient d’intensifier les lieux de prière, pratique attestée dès le xie siècle. La dépouille de Louise a mis en évidence le prélèvement isolé du cœur. Cet acte qui mutile le corps n’a pas pour objectif de préserver l’intégrité du corps : elle n’a pas été embaumée ; le choix de Louise et de son mari a été guidé par la volonté d’honorer les édifices religieux dont ils étaient les bienfaiteurs. Par le biais d’inhumations inversées : le cœur de l’un réuni au corps de l’autre et vice-versa, on souhaite montrer l’attachement entre les deux époux.

9La dernière section du livre (p. 243-318) vise à élargir la découverte à d’autres terrains de fouilles rennais et se prolonge par une réflexion sur le devenir de Louise, du point de vue archéologique et médiatique. Le premier chapitre (R. Colleter, F.-Z. Mokrane, F. Dedouit, P. Poilpré, archiviste, V. Gendrot, S. Duchesne, P. Gérard, E . Crubézy et N. Telmon) analyse la découverte fortuite du cercueil de Louis de Bruslon du Plessis (décédé en 1661) sous le dallage de la chapelle Saint-Thomas, de l’église du collège jésuite de Rennes. Les gestes funéraires ont pu être reconstitués : le corps a été enveloppé dans deux suaires, qui couvrent le corps et la tête du défunt, puis dans deux linceuls, cousus et fermement maintenus par une corde. Vêtu d’une chemise et d’un scapulaire, le sujet présente une cicatrice thoraco-abdominale en forme de croix. Cette sépulture offre un mode opératoire complet des pratiques funéraires aristocratiques : les téguments ont été réclinés, les côtes sectionnées ; les cavités pelvienne, abdominale et thoracique vidées ont été remplacées par une succession de couches horizontales de baume végétal et d’étoupe (p. 256). La technique de fermeture est beaucoup plus aboutie que celle utilisée sur le corps de Louise. Cette découverte prouve que le but recherché était bien de préserver le corps et non de le présenter à la famille, ainsi que le préconise la thanatopraxie moderne. Le second témoignage remarquable de l’art des apothicaires est l’embaumement du jeune Thomas Craven, aristocrate anglais mort à Paris de la peste en février (ou novembre) 1636, à l’âge de 18 (ou 19) ans, et inhumé dans le temple de Charenton-Saint-Maurice, dans le Val-de-Marne (chapitre corédigé par D. Hadjouis, paléoanthropologue ; P. Andrieux, conservateur en chef ; P.-L. Thillaud, paléopathologiste ; R. Corbineau et M.-P. Ruas ; P. Verdin, archéologue ; P. Charlier, médecin légiste ; P. Froesch, pour la reconstruction faciale ; N. Garnier, pour les analyses biochimiques ; D. Lavu, pathologiste ; G. Aboudharam, odontologue ; M. Drancourt, infectiologue ; I. Bailly conservatrice-restauratrice et R. Haig, écrivain). Découvert en 1986, les analyses au scanner ont été réalisées en 1996 et prolongées, vingt ans plus tard, par celle des baumes et des traces de découpe laissées par l’opérateur. L’analyse biochimique des résidus amorphes organiques prélevés à différents endroits du corps de Thomas Craven ont permis de détecter des dérivés de fruit, notamment le vin rouge (ou vinaigre de vin rouge) et de la résine de conifère. Le troisième exemple concerne la préparation des cadavres des comtes de Flers (Orne), inhumés dans l’église paroissiale de Saint-Germain de Flers au xviiie siècle. Les recherches récentes ont permis de dégager deux caveaux seigneuriaux renfermant deux cercueils en plomb bien préservés qui pourraient contenir les restes mortuaires de Louis Anthoine de Pellevé, dernier comte de la lignée, né en 1670, décédé à l’âge de 51 ans, le 23 avril 1722, et Philippe-René de La Motte Ango, mort le 12 avril 1737. Les deux individus ont choisi d’être enterrés dans l’église paroissiale de leur seigneurie, montrant ainsi la place qu’ils occupent dans la hiérarchie lignagère, à la différence d’autres membres de la famille qui occupaient des charges plus honorifiques que leur statut de comte de Flers, comme Hyacinthe Louis de Pellevé, qui choisit d’être enterré chez les Capucins de Meudon (p. 283). Le chapitre suivant, par R. Colleter, explique qu’à l’issue des interventions archéologiques, Louise de Quengo (décédée en 1656) a été réinhumée, ainsi que l’ont souhaité ses descendants, à Tonquédec. Le projet est ainsi parvenu à concilier les sensibilités contemporaines (aussi ancien soit-il, un corps identifié peut être assimilé à un défunt contemporain) et la volonté de mieux connaître les pratiques funéraires du passé. L’avant-dernière contribution (M. Six) met en évidence le défi que représente la conservation pérenne d’objets archéologiques ; la sauvegarde des vêtements restaurés de Louise au musée de Bretagne nécessite une vigilance accrue. Le musée a élaboré une reconstitution numérique de l’élaboration du vêtement et un retissage de celui-ci pour en offrir une restitution matérielle au public. Le dernier chapitre aborde le « roman » de la momie (G. Aubert). Dès juin 2015, l’Inrap et Rennes Métropole révèlent l’existence de Louise lors d’une conférence de presse. Le succès est assuré ; les Google trends partent en flèche : après sa renaissance archéologique, Louise a connu sa « re-naissance médiatique ». Deux mois plus tard, Louise de Quengo a sa page Wikipédia. Le pic de la vague médiatique est atteint le 26 septembre 2015 quand elle est réinhumée à Tonquédec, puis de nouveau lors du grand Colloque des Champs Libres (14-15 décembre 2017), quand Louise entre dans le panthéon de l’archéologie mondiale, ou encore le 13 août 2018, lors d’un programme qui lui est consacré dans La marche de l’histoire sur France Inter. L’engouement médiatique est inséparable de l’infatigable ambassadrice de Louise de Quengo, Rozenn Colleter ; de plus loin, à l’acteur Guillaume de Tonquédec, un des descendants de Louise. Aujourd’hui, la passion internationale semble avoir fléchi. À l’échelle de la France, elle occupe une place secondaire, mais en Bretagne seules la marquise de Sévigné et Anne de Bretagne la surclassent.

10Ce livre est un exemple admirable de ce que les historiens, qui seraient encore dubitatifs quant à la nécessité d’associer d’autres disciplines à la leur, ont à gagner en combinant à leurs travaux les sciences de l’archéologie et de l’anthropologie. Sur le terrain des rites et des pratiques funéraires, il ne fait plus aucun doute que leur complémentarité s’impose. Cependant, cette recherche pluridisciplinaire va bien au-delà des sciences sociales, puisqu’elle associe également des disciplines peu sollicitées, en particulier en raison du coût qu’elles impliquent comme de la disponibilité des laboratoires ; ainsi en est-il pour les études autopsiques, les analyses techniques des cercueils et cardiotaphes en plomb, celles des ingrédients et des pratiques d’embaumement, les mesures de restauration et d’étude des vêtements.

11La noble dame a bel et bien été passée au scanner, au sens propre du terme, mais sans précipitation, en toute délicatesse et retenue, pour livrer tous les secrets des pratiques funéraires employées au xviie siècle et qui, grâce à elle, sont bien mieux connues aujourd’hui. Son histoire nous en dit autant sur les pratiques funéraires que sur celles et ceux qu’elle a enthousiasmés et à qui elle a permis de vivre une expérience de recherche inoubliable. Louise people d’un jour ? Certainement pas pour ceux qui ont participé à cette aventure scientifique et nous livrent ici les résultats d’années de recherches et d’émotions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béligand, « Rozenn Colleter, Daniel Pichot et Éric Crubézy (dir.), Louise de Quengo. Une bretonne du xviie siècle. Archéologie, anthropologie, histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, 365 p., ISBN : 9782753582330 »Chrétiens et sociétés, 29 | 2022, 227-233.

Référence électronique

Nadine Béligand, « Rozenn Colleter, Daniel Pichot et Éric Crubézy (dir.), Louise de Quengo. Une bretonne du xviie siècle. Archéologie, anthropologie, histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, 365 p., ISBN : 9782753582330 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/9950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.9950

Haut de page

Auteur

Nadine Béligand

LARHRA UMR 5190
Université de Lyon, Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search