Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Dossier bibliographiqueRecensionsOlivier Grenouilleau, Christianis...

Dossier bibliographique
Recensions

Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 2021, 539 p., ISBN : 9782072868504

Paul Chopelin
p. 233-236
Référence(s) :

Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 2021, 539 p., ISBN : 9782072868504

Texte intégral

1Professeur à Sciences-Po Paris, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, Olivier Grenouilleau achève avec cet ouvrage un cycle de travaux consacré à l’histoire globale de l’esclavage commencé avec Les traites négrières (Gallimard, 2004), poursuivi par Qu’est-ce que l’esclavage ? (2014) et par La révolution abolitionniste (2017). Cette nouvelle synthèse, qui a reçu en juillet 2022 le prix Bernheim d’histoire des religions décerné par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, comble assurément un vide, tant la bibliographie sur le sujet est dispersée, rendant difficile sa mise en perspective sur le temps long.

2Appuyée sur une bibliographie anglophone et francophone, l’étude suit un déroulé chronologique, des textes fondateurs du christianisme aux discours abolitionnistes de la première moitié du xixe siècle, en s’articulant autour de trois parties : les Églises face à l’esclavage ; les Églises face à l’esclavage « des ailleurs » au temps des premiers empires coloniaux ; les Églises face aux abolitions. En s’appuyant notamment sur les travaux de Jean-Marie Salamito et de Marie-Françoise Baslez, l’auteur s’attache tout d’abord à exposer la doctrine chrétienne sur l’esclavage aux premiers siècles du christianisme, principalement à travers l’Ancien et le Nouveau Testament, les écrits de saint Augustin et ceux de Grégoire de Nysse, entre idéal égalitaire et soumission au poids du péché originel dont l’esclavage serait une inévitable conséquence. Par la suite, les premiers conciles justifient la possession d’esclaves, y compris par les ecclésiastiques, tout en ouvrant la porte à des affranchissements par voie d’Église (ordination d’esclaves), à des pratiques de médiation (asile accordé aux esclaves en fuite et négociation de leur pardon par leur maître, mise en place d’œuvres pieuses dédiées au rachat des esclaves) et à l’évolution de la législation (limitation des conditions autorisant la réduction en esclavage, interdiction faite aux juifs de posséder des esclaves chrétiens). Ces textes normatifs masquent évidemment la réalité des pratiques, mais donnent une idée de la façon dont l’Église contribue à réguler l’esclavage au regard de ses propres intérêts matériels et spirituels. Sans qu’une position commune se dégage : entre le vie et le xe siècle, les contradictions sont nombreuses dans le discours ecclésiastique sur l’esclavage, entre pessimisme promoteur de l’état de fait et défense de l’affranchissement comme chez Claude de Turin. L’étude de la Somme de Thomas d’Aquin permet de souligner la persistance au xiiisiècle d’une position de justification de l’esclavage, sujet devenu une préoccupation très secondaire au moment où le statut d’esclave tend à disparaître en Europe occidentale au profit du servage. En revanche, Duns Scot ouvre la voie à une ferme condamnation théologique de l’esclavage en dénonçant l’injustice d’une situation qui ne relève pas de l’ordre naturel.

3Le développement du commerce interocéanique à partir du xve siècle met les Européens en contact avec les circuits de la traite négrière, qui devient une traite atlantique au service de leurs intérêts économiques. Pour comprendre les positions chrétiennes à l’égard de l’esclavage américain à l’époque moderne, O. Grenouilleau souligne la nécessité de prendre en compte le précédent de l’esclavage méditerranéen, dont les chrétiens sont en partie les victimes. Les œuvres de rachat de captifs – que l’historiographie peine encore à qualifier d’esclaves, ce qu’ils sont de fait – se développent aux xve-xvie siècles. Il en résulte que l’esclave chrétien a vocation à être libéré, là où le non-chrétien doit accepter de continuer à expier le péché originel dans les chaînes. À la même époque, dans l’Atlantique et dans l’Océan Indien, la papauté légitime la pratique de la traite par les Portugais et par les Espagnols : elle est licite quand elle se fait au détriment des « ennemis du Christ ». Ce qui implique de soumettre le commerce d’esclaves aux impératifs missionnaires. Très vite, Rome interdit la réduction en esclavage des « néophytes », c’est-à-dire des populations en voie de conversion par les missionnaires. C’est ainsi que les monarques espagnols, « rois catholiques », interdisent aux conquistadors et aux colons de capturer, de vendre et de posséder des Indiens d’Amérique, à l’exception des rebelles. L’interdit est largement bafoué sur place, provoquant l’indignation des missionnaires franciscains et dominicains qui voient dans ces pratiques une atteinte au dessein providentiel d’une colonisation évangélisatrice. En 1538, dans la bulle Veritas ipsa, Paul III condamne fermement toute atteinte à la liberté des Indiens appelés à rejoindre le peuple de Dieu. En revanche, rien n’est dit des populations africaines, dont l’humanité est déjà acceptée contrairement à celle des Indiens (cf. la fameuse controverse de Valladolid). Les théologiens espagnols du xive siècle puisent dans Thomas d’Aquin des arguments d’autorité permettant de légitimer, sous conditions, la traite des noirs, mais la dénonciation du danger moral intrinsèque d’un tel commerce finit peu à peu par l’emporter. La pratique de l’asiento, la délégation du trafic à une puissance tierce, permet de surmonter ces obstacles moraux. Mais des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent dans les rangs des théologiens espagnols contre l’esclavage lui-même à la fin du xviie siècle, sans pour autant conduire la monarchie à prendre des mesures limitatives. O. Grenouilleau s’attarde moins sur les autres pays européens, mais tient à souligner, chiffres à l’appui, que les pays protestants n’ont pas moins pratiqué la traite que les pays catholiques : les deux confessions partagent les mêmes justifications et les mêmes scrupules à l’égard de l’esclavage. Il semblerait cependant que l’argumentaire théologique anti-esclavagiste espagnol n’a pas d’autre équivalent dans l’Europe du xviisiècle, au moment où l’argumentaire des partisans de l’esclavage tend, de son côté, à se séculariser au nom de la défense des intérêts économiques des empires coloniaux.

4La troisième partie examine les idées défendues par des abolitionnistes chrétiens du xviiie siècle et de la première moitié du xixe siècle. Après avoir abordé le cas d’un ecclésiastique rallié à l’abolitionnisme par le biais de la philosophie – l’abbé Raynal – et celui d’un négrier nantais – Joseph Mosneron Dupin – conciliant fort bien morale chrétienne et morale bourgeoise peu regardante sur les moyens d’accroître sa fortune, O. Grenouilleau présente une galerie de personnages bien connus de l’abolitionnisme chrétien des Lumières : John Wesley, Ottobah Cuguano, Antoine Benezet, Thomas Clarkson, Benjamin-Sigismond Frossard et Henri Grégoire. Le dernier chapitre est plus particulièrement consacré à la mobilisation des Églises, de part et d’autre de l’Atlantique, pour ou contre l’esclavage dans la première moitié du xixe siècle, avec long développement consacré au cas français.

5Cette synthèse au long cours ouvre de très riches perspectives sur un sujet finalement mal connu, en posant plusieurs hypothèses susceptibles d’orienter de futures enquêtes. Cette succession d’éclairages, appuyés sur des sources principalement normatives, s’en tient à l’histoire des idées davantage qu’à celle des pratiques. Il n’est pas question ici, par exemple, des ordres religieux, des congrégations et des paroisses propriétaires d’esclaves dans les colonies. Ni des prêtres acteurs locaux des combats abolitionnistes, à l’instar du P. Lafosse à La Réunion. Encore moins de la pratique religieuse chrétienne des esclaves et des formes de syncrétisme développées à partir des cultes de leurs régions d’origine. L’action missionnaire contre l’esclavage dans la seconde moitié du xixe siècle et au cours du xxe siècle n’est pas non plus évoquée. Au fil des pages, le lecteur comprend que l’objet du livre n’est pas de présenter tous les liens entre christianisme et esclavage, mais de fournir un premier cadre de réflexion globale à partir d’une sélection de textes. Le principal regret, de ce point de vue, est la trop grande brièveté de l’introduction – 4 pages – qui ne pose pas vraiment de cadre à la réflexion, empêchant le lecteur d’articuler l’état de l’historiographie religieuse, notamment les développements récents de l’histoire de la théologie, avec l’état de l’historiographie de l’esclavage. Ce préalable aurait permis d’emblée de mieux saisir l’intention de l’auteur qui est de rassembler un large éventail de positions théologiques pour mesurer ruptures et continuité dans le discours chrétien sur l’esclavage. Il reste cependant difficile d’apprécier la représentativité de telle ou telle position présentée par O. Grenouilleau, faute de contexte théologique et institutionnel précis. Il appartient à la stimulante conclusion générale de faire apparaître une trame interprétative d’ensemble, appelée à être vérifiée par des investigations plus approfondies. Il faut enfin regretter l’absence d’index et d’une bibliographie générale en fin de volume. Cette bibliographie générale aurait d’ailleurs permis de pointer un autre manque et non des moindres : l’absence de mobilisation de l’abondante production hispanophone, lusophone, italienne, néerlandaise et allemande, comme la très riche collection Sklaverei, Knechtschaft, Zwangarbeit dirigée par Elisabeth Herrmann-Otto aux éditions Olms qui a pourtant apporté ces dernières années de très intéressants éclairages sur les rapports Églises-esclavage. Disposer d’une synthèse bibliographique élargie serait aujourd’hui fort utile aux chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 2021, 539 p., ISBN : 9782072868504 »Chrétiens et sociétés, 29 | 2022, 233-236.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Olivier Grenouilleau, Christianisme et esclavage, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 2021, 539 p., ISBN : 9782072868504 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/9960 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.9960

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search