Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Dossier bibliographiqueRecensionsJack Thomas, Les Protestants du L...

Dossier bibliographique
Recensions

Jack Thomas, Les Protestants du Languedoc et la justice royale de Louis XIV à la Révolution. De l’obscurité à la lumière, Paris, Honoré Champion, 2022, 893 p., ISBN : 9782745357229

Sarah Rouvière
p. 242-244
Référence(s) :

Jack Thomas, Les Protestants du Languedoc et la justice royale de Louis XIV à la Révolution. De l’obscurité à la lumière, Paris, Honoré Champion, 2022, 893 p., ISBN : 9782745357229

Texte intégral

1Jack Thomas a beaucoup étudié les affaires judiciaires mettant en cause des personnes dont l’identité peut être contestée. C’est donc logiquement qu’il s’est intéressé au rapport qu’entretiennent les protestants français avec la justice royale dans un contexte de répression, des décennies précédant la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution. Sa région de prédilection, le Languedoc, est l’une des zones les plus propices à cette étude : de nombreuses paroisses y sont majoritairement protestantes en 1685 et la province devient par la suite l’un des foyers de résistance huguenote pendant la période dite du « Désert ». Cette étude met en lumière la relation asymétrique entre les huguenots et la justice royale : elle analyse surtout les manières dont les protestants tentent de se défendre contre l’arsenal judiciaire déployé à leur encontre. L’ouvrage est organisé de manière chronologique afin de souligner l’évolution de la situation juridique envers les protestants, d’une persécution grandissante à un contexte de tolérance, en passant par une période d’interdiction stricte.

2Les chapitres 1 et 2 abordent la mise en place de l’interdiction du protestantisme, avec l’intensification de la répression jusqu’en 1685. Jack Thomas y montre une alliance entre juges et clercs dans les poursuites engagées contre les protestants, ainsi qu’une volonté de rendre ces derniers « invisibles et muets », au sens figuré comme au sens propre. Si le but du gouvernement est bel et bien d’étouffer les activités des protestants et de les effacer peu à peu de la vie publique, il transparaît aussi un souhait de les évincer littéralement de l’espace public en interdisant notamment les processions funéraires ou les cloches. Face à l’ampleur et à la multiplication des mesures judiciaires contre les protestants, des avocats huguenots défendent la cause de leur communauté face au Parlement de Toulouse. Leur stratégie consiste souvent à contester la légitimité de la justice toulousaine, perçue comme biaisée à l’égard des protestants, et à chercher à la contourner via des requêtes au roi.

3Le troisième chapitre est consacré à la répression intense de la période du Désert, à travers l’exemple des mariages de 1724 à 1760. Ces années sont marquées, du côté de la législation, par la publication d’une déclaration royale qui réaffirme les modalités de la répression contre les protestants et, du côté de la communauté huguenote, par une restructuration et une institutionnalisation qui permettent à la vie religieuse de se développer et de ressembler de plus en plus à celle que menaient les réformés avant la Révocation. Depuis 1685, seul le mariage à l’Église catholique est reconnu par l’État. Pour concrétiser leurs unions, les protestants ont donc recours à diverses alternatives. Deux d’entre elles, ainsi que les procédures judiciaires qui sont engagées par les autorités, sont présentées dans ce chapitre. La première est le recours à de faux certificats de mariage à l’Église catholique, obtenus soit de la part de prêtres sympathisants, soit en échange d’une somme d’argent. La deuxième est la bénédiction clandestine de l’union par des pasteurs, qui exercent désormais un ministère clandestin permis par la restructuration de la résistance protestante. On parle alors de mariage « au Désert ». Ces deux pratiques peuvent bien évidemment faire l’objet de poursuites, mais les procès sont peu fréquents car les protestants languedociens sont trop nombreux à y avoir recours. Toutefois, en cas de procès, les possibilités de défense sont très fortement limitées pendant cette période de répression stricte.

4Les mariages au Désert deviennent la norme dans la communauté protestante du Languedoc dans les années 1740 ; les baptêmes des enfants sont également bénis par les pasteurs clandestins et non à l’Église catholique. Mais, au-delà de l’interdiction de ces pratiques, ce système de dissidence pose des problèmes pour la succession, puisqu’elle n’est pas reconnue par la loi. Cependant, dans les années 1760, une tolérance de fait est établie en Languedoc. À partir de ce moment-là, la défense des protestants dans les conflits de succession évolue ; c’est l’objet du neuvième chapitre. Les preuves de leur union au Désert peuvent en effet être utilisées sans crainte d’emprisonnement. Toutefois, cela ne signifie pas qu’ils obtiennent toujours gain de cause dans ces conflits de succession. Jack Thomas relève d’ailleurs une différence entre les manières dont sont traités les hommes et femmes protestants dans ces affaires judiciaires. À l’inverse, certains peuvent instrumentaliser la clandestinité de leur union pour en faciliter la dissolution : puisqu’ils ne sont pas légalement mariés, alors ils peuvent quitter leur conjoint. Mais la réalité est plus complexe, surtout pour les femmes, envers qui la justice est moins clémente et affirme plus souvent les obligations conjugales. Les poursuites pour mariages au Désert ne sont pas l’objet principal des procédures engagées contre les protestants, qui sont davantage poursuivis pour crimes d’assemblées. Si l’on peut regretter que les procès contre les assemblées ne soient pas présentés dans l’ouvrage (peut-être à cause de leur nombre important), l’exemple des mariages et des affaires judiciaires qui les entourent permet toutefois d’étudier l’évolution de la situation des protestants pendant le xviiie siècle, d’un contexte de répression à une période de tolérance de fait.

5Des condamnations à mort peuvent tout de même être prononcées pendant cette période de tolérance fragile, comme le montre le destin tragique de François Rochette. Ce ministre, pris pour un voleur et arrêté par hasard en 1761, est exécuté car la peine de mort est alors la seule sentence prévue pour les protestants qui prêchent lors d’exercices religieux clandestins. Par ailleurs, l’arrestation de Rochette engendre des émeutes et des troubles violents dans la région de Caussade et prend ainsi des allures de rébellion armée. Ce sont ces deux facteurs qui donnent lieu à un jugement sévère : certains hommes arrêtés avec Rochette ou lors des émeutes seront respectivement condamnés aux galères ou exécutés. Jack Thomas montre que la défense de ces prisonniers est organisée comme celle des décennies précédant la tolérance de fait ; c’est d’ailleurs la cause de son échec dans l’affaire Rochette. En effet, le ministre, tel un martyr, revendique fièrement sa profession (seule référence à l’accord de tolérance : il explique ne pas animer « d’assemblées d’éclat »). La communauté protestante de France, elle, rédige mémoires, lettres et placets demandant un adoucissement de la peine. Mais dans cette décennie, ce sont en réalité les défenses publiques, portées par des personnalités influentes, qui portent davantage leurs fruits, comme le montrent les trois derniers chapitres.

6Les chapitres 7 et 8 étudient la célèbre affaire de la mort de Marc-Antoine Calas sous un angle nouveau : Jack Thomas présente la défense des Calas par des avocats toulousains puis parisiens de la mort du jeune homme le 13 octobre 1761 à la réhabilitation des inculpés, le 9 mars 1765. À Toulouse, les défenseurs des Calas œuvrent incessamment, entre octobre 1761 et mars 1762, à l’aide de mémoires précis qui ne se contentent pas uniquement de clamer l’innocence des prisonniers, mais qui dénoncent méthodiquement les failles dans la procédure juridique. Cette affaire, reprise en 1762 par le conseil privé du roi, devient une préoccupation nationale suite à l’attention que lui prête Voltaire. Les défenseurs parisiens qui, comme les Toulousains, œuvrent pour innocenter les inculpés à travers des mémoires sont, eux, moins connus : ils font l’objet d’une étude minutieuse par Jack Thomas.

7L’affaire Sirven, qui ressemble en de nombreux points à l’affaire Calas, est également connue. C’est encore une fois la défense des principaux inculpés qui intéresse Jack Thomas. Sa présentation, claire, est structurée de manière similaire aux deux chapitres précédents et permet une comparaison aisée avec l’affaire presque simultanée des Calas. Elle souligne notamment le rôle primordial que joue Sirven dans sa propre défense.

8Ainsi, l’ouvrage de Jack Thomas apporte un regard nouveau sur la justice royale dans une France où le protestantisme est persécuté puis interdit. Ses recherches dévoilent un large éventail de stratégies déployées par la communauté protestante et ses défenseurs pour résister face à l’appareil judiciaire. Le recours à de nombreux exemples, extrêmement détaillés, permet une véritable immersion dans la défense des protestants languedociens dans les affaires judiciaires qui concernent leurs pratiques religieuses ou, parfois, de simples préjugés. En abordant ce sujet sous un angle peu exploré jusque-là, celui des condamnés, cet ouvrage est une contribution importante à l’historiographie juridique de la répression contre les protestants français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rouvière, « Jack Thomas, Les Protestants du Languedoc et la justice royale de Louis XIV à la Révolution. De l’obscurité à la lumière, Paris, Honoré Champion, 2022, 893 p., ISBN : 9782745357229 »Chrétiens et sociétés, 29 | 2022, 242-244.

Référence électronique

Sarah Rouvière, « Jack Thomas, Les Protestants du Languedoc et la justice royale de Louis XIV à la Révolution. De l’obscurité à la lumière, Paris, Honoré Champion, 2022, 893 p., ISBN : 9782745357229 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 17 mai 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/9975 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.9975

Haut de page

Auteur

Sarah Rouvière

Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3
LARHRA UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search