Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Claude Willard (1922-2017)

Jean-Louis Robert
p. 143-145

Texte intégral

  • 1 Le Mouvement socialiste en France (1893-1905) : les guesdistes, Paris, Éditions sociales, 1965, 770 (...)

1L’œuvre historique essentielle de Claude Willard fut assurément sa thèse d’État sur le guesdisme de 1893 à 1915, qui fit l’objet d’un grand livre paru en 19651. C’était une thèse pionnière, qu’il soutint en 1965, un an après la soutenance d’Annie Kriegel. Étudiant avec finesse des sources multiples, il sut reconstituer une sociologie politique du guesdisme, faisant ainsi apparaître trois points essentiels : le guesdisme fut la construction du premier parti politique en France, un modèle sans cesse réitéré et discuté ; le guesdisme fut un profond messianisme, le rêve de « la terre promise », mais évoluant progressivement d’un sentiment de crise définitive du capitalisme et de la victoire révolutionnaire rapide vers une croyance profonde en la victoire électorale et parlementaire ; le guesdisme fut aussi, pour Claude Willard, un vecteur essentiel de l’introduction du marxisme en France. Cette dernière thèse fit l’objet de beaucoup de riches discussions, voire de contestations amicales, tant sur la définition du marxisme que sur l’action concrète du guesdisme dans ce champ.

  • 2 La Correspondance de Charles Brunellière (1880-1917), Paris, Klincksieck, 1968, 280 p. 
  • 3 Claude et Germaine Willard, Babeuf : textes choisis, Paris, Éditions sociales, coll. « Les classiqu (...)

2La thèse seconde de Claude Willard était une étude critique de la correspondance du socialiste Charles Brunellière2. On y voit ici le goût de l’historien pour le texte et son analyse critique. Il édita ainsi également Babeuf et Guesde dans « Les Classiques du peuple3 ».

  • 4 Socialisme et communisme français, Paris, Armand Colin, 1978, 200 p.
  • 5 Le socialisme de la Renaissance à nos jours, Paris, PUF, 1971, 164 p.
  • 6 Claude Willard (dir.), La France ouvrière. Histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier f (...)

3Claude Willard fut aussi l’homme des synthèses claires et précises qui servirent à des générations d’étudiants : Socialisme et communisme français4, Le socialisme de la Renaissance à nos jours5 sont ainsi devenus des classiques de notre historiographie. Il dirigea aussi la grande entreprise parue en 1993-1995, La France ouvrière6, où se retrouvèrent plusieurs générations d’historiens qui avaient gravité, plus ou moins, autour de l’Institut Maurice Thorez.

  • 7 Danièle Tartakowsky, Claude Willard, Des lendemains qui chantent ? La France des Années Folles et d (...)
  • 8 Maurice Moissonnier, Claude Willard, Barricades. Révoltes et révolutions au XIXe siècle, Paris, Mes (...)
  • 9 Par exemple, voir les actes du colloque du GRECO de 1986 « Culture et Banlieue », Noëlle Gérôme, Da (...)

4Travaillant volontiers en équipe (notamment avec Germaine, la compagne de sa vie), Claude Willard s’avança aussi sur des terrains plus larges, abordant avec Danielle Tartakowsky la France du Front populaire7, avec Maurice Moissonnier les révoltes du 19e siècle8. Devenu membre actif du GRECO « Travail et travailleurs » du CNRS et professeur à Paris 8, il participa, à ce double titre, à l’ouverture du champ de recherches sur les banlieues9, alors embryonnaire.

  • 10 Henri Jourdain, Claude Willard, Comprendre pour accomplir, dialogue avec Claude Willard, Paris, Édi (...)

5L’humanisme de Claude Willard se trouve aussi dans deux publications qu’il réalisa en collaboration étroite avec deux militants. La part des hommes était pour lui essentielle. Il l’avait souligné dès sa soutenance de thèse : « La personnalité des militants, leur dévouement, leurs dons oratoires, leur chaleur humaine, constituent un facteur essentiel de persuasion ». Henri Jourdain et Pierre Villon acceptèrent de longues discussions avec lui et il en sortit deux beaux livres dans les années 198010.

6À compter des années 1990, Claude Willard consacra l’essentiel de ses activités aux Amis de la Commune de Paris-1871. Il ne souhaita pas se faire l’historien de la Commune et écrivit peu sur celle-ci, son souci principal étant le développement d’une organisation mémorielle, ouverte à toutes celles et tous ceux qui partageaient les idéaux de cette grande révolution, des idéaux qui ont animé toute sa vie.

7Claude Willard avait aussi été un enseignant remarquable. Il avait choisi d’enseigner dans les universités nouvelles, Nanterre, puis surtout Vincennes où s’ouvrait une perspective de la démocratisation de l’enseignement supérieur. Il y fit découvrir à nombre de militants une histoire où s’associent science rigoureuse et engagement citoyen.

8Car Claude Willard eut aussi une riche activité militante. Fils de l’avocat communiste Marcel Willard, il fut résistant, adhéra au Parti communiste en février 1944 et y resta fidèle jusqu’à sa mort. Il fut secrétaire de la commission nationale des historiens communistes, directeur adjoint de l’Institut Maurice Thorez, président de l’Association des amis de la Commune de Paris.

Haut de page

Notes

1 Le Mouvement socialiste en France (1893-1905) : les guesdistes, Paris, Éditions sociales, 1965, 770 p.

2 La Correspondance de Charles Brunellière (1880-1917), Paris, Klincksieck, 1968, 280 p. 

3 Claude et Germaine Willard, Babeuf : textes choisis, Paris, Éditions sociales, coll. « Les classiques du peuple », 1951, 100 p. ; Claude Willard, Jules Guesde, textes choisis (1867-1882), Paris, Éditions sociales, coll. « Les classiques du peuple », 1959, 158 p.

4 Socialisme et communisme français, Paris, Armand Colin, 1978, 200 p.

5 Le socialisme de la Renaissance à nos jours, Paris, PUF, 1971, 164 p.

6 Claude Willard (dir.), La France ouvrière. Histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français. tome 1 : des origines à 1920, Paris, Éditions sociales, 1993, 493 p. ; tome 2 : de 1920 à 1968, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 1995, 267 p. ; tome 3 : de 1968 à nos jours, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 1995, 274 p.

7 Danièle Tartakowsky, Claude Willard, Des lendemains qui chantent ? La France des Années Folles et du Front populaire, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1986, 270 p.

8 Maurice Moissonnier, Claude Willard, Barricades. Révoltes et révolutions au XIXe siècle, Paris, Messidor, 1991, 112 p.

9 Par exemple, voir les actes du colloque du GRECO de 1986 « Culture et Banlieue », Noëlle Gérôme, Danielle Tartakowsky, Claude Willard (dir.), La Banlieue en fête. De la marginalité urbaine à l’identité culturelle, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1988, 272 p.

10 Henri Jourdain, Claude Willard, Comprendre pour accomplir, dialogue avec Claude Willard, Paris, Éditions sociales, 1982, 216 p. ; Pierre Villon, Claude Willard, Résistant de la première heure. Pierre Villon, membre fondateur du Conseil national de la Résistance s’entretient avec Claude Willard, Paris, Éditions sociales, coll. « Notre temps/Mémoire », 1983, 210 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Robert, « Claude Willard (1922-2017) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 143-145.

Référence électronique

Jean-Louis Robert, « Claude Willard (1922-2017) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10064

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Robert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page