Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Ivry-sur-Seine, « banlieue rouge » revisitée

Pascal Guillot
p. 147-154

Texte intégral

  • 1 Paul Vaillant-Couturier, « Notre victoire. Paris est encerclé par le prolétariat international », l (...)
  • 2 Annie Fourcaut, Bobigny banlieue rouge, coédition Les Éditions ouvrières/FNSP, 1986, 215 p.

1Alors que la désindustrialisation, la gentryfication de la banlieue parisienne et les divisions internes à la gauche réduisent peu à peu les communes gérées par le PCF à une peau de chagrin, Ivry-sur-Seine demeure encore aujourd’hui l’un des derniers bastions électoraux du PCF de cette banlieue, avec Saint-Denis et Gennevilliers. Elle fait partie des communes qui se donnent un maire se réclamant du communisme dès 1925 et s’intègre à ce que Paul Vaillant-Couturier, député-maire de Villejuif, figure intellectuelle marquante du PCF, nomme au lendemain des élections législatives de 1924 la « tache rouge1 », topos dont s’emparent la droite et l’Église catholique (notamment le père Lhande), qui la considèrent comme une menace politique. Le communisme s’implante alors durablement dans cette commune, et Emmanuel Bellanger, auteur de l’ouvrage dont nous rendons compte ci-après, en fait même par antiphrase la « capitale du communisme français ». Cette monographie s’inscrit dans la lignée des travaux conduits par Annie Fourcaut dans les années 1980, et notamment sa thèse sur Bobigny2, mais renouvelle profondément cette histoire municipale. Nous rendons compte aussi du DVD récemment édité sur cette même commune.

2Emmanuel Bellanger, Ivry, capitale du communisme français, Ivry, Créaphis Éditions, 2017, 551 p., 35 €.

3Vivre à Ivry. Une sélection de 3 heures de films d’archives réalisées entre 1935 et 1976, Ville d’Ivry-sur-Seine/Ciné-archives, Coll. « Cinéma en banlieue rouge », 2017, DVD 180 min., 15 €.

  • 3 Emmanuel Bellanger, Julia Moro, Nogent-sur-Marne, cité modèle. Histoire d’une banlieue résidentiell (...)

4L’ouvrage d’Emmanuel Bellanger, spécialiste de l’histoire des banlieues, du Grand Paris et des politiques urbaines, chargé de recherches au CNRS, co-directeur du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, co-rédacteur en chef de la revue électronique sur la ville, <métropolitiques.eu>, fait suite à sa monographie sur Nogent-sur-Marne3, coécrite avec l’archiviste Julia Moro. Il s’inscrit dans une soutenance pour présenter l’ensemble de son travail sur l’histoire de la banlieue et de la métropole parisienne.

5Il s’agit d’un ouvrage d’envergure, au sens propre comme figuré, par son format inhabituel, son nombre de pages et son poids, avec une ligne graphique remarquable, dans la lignée de ce que sait si bien faire la maison d’édition Créaphis, spécialisée dans les publications de recherches urbaines. Un tel ouvrage ne peut être conçu aujourd’hui qu’avec l’aide du CNL, mais surtout grâce à une souscription populaire, lancée par la Ville d’Ivry elle-même.

6L’ouvrage est doté d’une iconographie abondante : pas moins de 150 illustrations en noir et blanc et en couleurs, de natures diverses, fort bien reproduites sur un beau papier, parfois de pleine page, sélectionnées conjointement par l’auteur et Michèle Rault, cheville ouvrière des archives municipales d’Ivry, qui signe la préface du livre. Des cartes et des graphiques complètent ce bel ensemble documenté. Il s’appuie sur des fonds très variés.

7Ivry fait partie de cette banlieue Est de Paris sur laquelle de nombreux travaux ont déjà été publiés, parmi lesquels la monographie citée précédemment. Emmanuel Bellanger poursuit et élargit les travaux de Jacques Girault, qui a été son directeur de thèse, notamment sur l’implantation du communisme, mais il n’hésite pas à recourir à la notion controversée de « communisme municipal » pour qualifier les politiques municipales conduites par le PCF, alors que pour Jacques Girault, seul existe le « socialisme municipal », la notion de « communisme municipal » étant inopérante à ses yeux. Évoquer Ivry comme la capitale du communisme municipal relève donc d’une certaine provocation. L’historiographie sur cette question s’est profondément renouvelée depuis les travaux d’Annie Fourcaut, dont Emmanuel Bellanger est en quelque sorte l’héritier.

8Le sous-titre de l’ouvrage est clairement revendiqué par l’historien. Alors que la banlieue est associée à la relégation, le sous-titre agit comme une antiphrase. La banlieue se veut ici une capitale.

  • 4 Valérie Perles (dir.), Le Pré entre Paris et banlieue. Histoire(s) du Pré Saint-Gervais, Grâne, Cré (...)

9Composé de six parties et observant la ville à différentes échelles, l’ouvrage ne relève pas de l’histoire militante, pas davantage de l’hagiographie. Emmanuel Bellanger exerce en effet un regard distancié sur son objet. Il ne s’agit pas d’une monographie comme on en a tant vu dans un passé encore récent. Rares sont les villes qui s’engagent dans un travail scientifique de si haut niveau et qui le soutiennent. À notre connaissance, en banlieue parisienne, seule la ville du Pré Saint-Gervais, sous la houlette du même éditeur, avait eu l’ambition d’un tel ouvrage il y a six ans, sous le titre Le Pré entre Paris et banlieue4.

10Ivry devient une ville dirigée par une équipe édilitaire socialiste dès 1896. Dès lors, elle s’inscrit dans la matrice du socialisme municipal et se veut à l’avant-garde politique, sorte de temple de la radicalité. Dans cette continuité, Ivry se caractérise par la longévité d’implantation du communisme, et reste encore aujourd’hui l’un des derniers bastions du PCF. En se donnant un maire communiste depuis 1925, elle devient un laboratoire de politiques municipales orientées autour de la justice sociale, avec un « notable rouge » charismatique, Georges Marrane, qui devient par ailleurs sous le Front populaire président du conseil général de la Seine.

11Mais en même temps, et c’est ce que montre bien Emmanuel Bellanger, le PCF accepte le jeu des institutions et collabore par exemple avec le préfet pour l’élaboration de son plan local d’urbanisme (PLU). Il faut dire que le PCF acquiert au lendemain de la Seconde Guerre mondiale une légitimité politique de par sa participation active dans la Résistance, alors que pendant longtemps la gestion municipale avait relevé pour le Parti communiste des basses nécessités. On y parlait même de « crétinisme municipal ».

12On est aussi frappé par l’enracinement dans ce territoire d’une « mémoire rouge », restant attachée à l’esprit municipal né voici près d’un siècle : les colonies de vacances, notamment celle des Mathes en Charente-Maritime, par ailleurs lieux d’embrigadement de la jeunesse, et l’habitat social (depuis les HBM des années 1930) constituent à la fois des fiertés municipales et de véritables lieux de mémoire pour la population ivryenne. Modèle de sociabilité militante et de contestation de l’ordre établi, Ivry peut ainsi être considérée comme la « capitale du communisme français ».

13Malgré cette continuité politique, on décèle des ruptures : celle du pacte germano-soviétique, celle des vagues successives d’immigration et enfin celle de la désindustrialisation, qui touche la cité dès le mitan des années 1970. Et surtout, on observe une rupture politique avec la mort de Maurice Thorez en 1964, suivie par celle du maire Georges Marrane l’année suivante. Pierre Gosnat lui succède, mais son second mandat est marqué par un début d’érosion du vote communiste, concomitant avec cette désindustrialisation.

14Enfin, on constate l’importance des symboles : la dénomination des rues ; la présence des femmes dans les conseils municipaux alors qu’elles ne sont pas encore éligibles (situation identique à celle d’autres municipalités communistes de France, comme Douarnenez) ; l’amitié franco-soviétique, avec notamment la visite de Youri Gagarine ; le culte de la personnalité rendu à Thorez, « Maurice », député de la circonscription (avec la seule interruption de la guerre) de 1932 à sa mort en 1964, avec une cité qui porte son nom de son vivant.

15Cet ouvrage, admirable par la densité de son propos, l’importance des fonds d’archives mobilisés, la qualité de son iconographie et de sa maquette, intéressera tous les passionnés d’histoire urbaine et sociale, préoccupés de comprendre ce qui motive l’attachement irénique d’une population à une ville et à une équipe municipale. Tout en revendiquant une grande exigence scientifique, doté d’un appareil de notes extrêmement pertinent par ailleurs, il se lit facilement comme une succession de tranches de vie. Cette facilité de lecture est d’autant plus grande que le texte se décline sur deux colonnes par page. Il ne manque qu’un index. C’est une histoire « par en bas » et non une histoire institutionnelle coupée des réalités sociales.

16Un DVD, publié par la ville d’Ivry et Ciné-Archives, en charge de la conservation et de la valorisation des archives audiovisuelles du PCF et plus largement du mouvement ouvrier, complète fort bien l’ouvrage. Ce DVD a été édité suite à une double projection au cinéma municipal de la ville, le Luxy, qui a réuni plus de 600 spectateurs. Le livret documenté et élégant qui accompagne le DVD est rédigé à la fois par Michèle Rault et Emmanuel Bellanger pour une mise en perspective historique, mais aussi par Maxime Grember, responsable de Ciné-Archives, et Julie Cazeneuve, archiviste de l’audiovisuel à Ciné-Archives, pour sa dimension audiovisuelle. Ce DVD met à notre disposition dix-sept films (parfois des rushes) de natures diverses, dont des films de propagande de la municipalité, retenus pour leur intérêt documentaire et leur qualité cinématographique. Provenant à la fois des archives municipales d’Ivry, de Ciné-archives et du fonds Maurice-Thorez, ils sont le plus souvent restaurés par le CNC. Il est vrai qu’au moment où le cinéma devient un média de masse, il se trouve au cœur de la vie de la commune. Ainsi, la municipalité soviétophile de Georges Marrane utilise la salle des fêtes de la ville dès 1927 pour le promouvoir, elle dispose d’un cinéma scolaire depuis cette même année et diffuse des films rares, certains d’origine russe. Le ciné-club ivryen naît l’année suivante.

17Le DVD se compose de trois sous-ensembles : « Ivry, banlieue exemplaire », « Ivry, capitale du communisme » et le plus modeste, « Ivry, mutations urbaines ».

18Le second corpus de films prend une dimension de commémoration ou de célébration, comme pour la visite de Youri Gagarine qui inaugure une cité HLM qui porte son nom. Celui-ci est adulé par une foule nombreuse venue en car de toute la région parisienne, difficilement maîtrisée par le service d’ordre. Applaudi et accueilli aux cris de « Youri ! » sous les confettis et les bouquets de fleurs, le cosmonaute en uniforme déambule dans la ville pavoisée de drapeaux tricolores et soviétiques, signe des autographes et se rend au domicile de Maurice Thorez où est servie une collation. Une réelle ferveur populaire se manifeste dans les deux films relatifs à sa venue. De même, deux documentaires célèbrent la figure thorézienne, notamment pour son cinquantième anniversaire en 1950. On perçoit aisément ce qu’Emmanuel Bellanger dit dans son livre du culte de la personnalité entretenu par les figures tutélaires de la commune. Le couple Thorez est adulé par la population, on lui remet bouquets de fleurs et cadeaux à l’occasion de cet anniversaire. D’ailleurs, il est célébré le jour-même des cinquante ans du député. L’osmose entre Thorez et la foule est tout à fait spectaculaire.

19Quelque vingt ans plus tard, au moment où l’ORTF donne parfois une image laudative des réalisations ivryennes (le théâtre des Quartiers d’Ivry fondé par Antoine Vitez ou les réalisations atypiques de renouvellement formel de René Gailhoustet et Jean Renaudie), la municipalité renouvelle profondément son approche de l’audiovisuel en recourant notamment aux services des professionnels d’Unicité comme Julien Merle, cinéaste militant, ou Albert Mourlan, cartooniste et réalisateur de films institutionnels : murs d’images sonores et surtout micros-trottoirs, expérimentés de façon très précoce à Ivry, où la parole directe d’Ivryens est captée, informations filmées itinérantes… Ainsi, ces productions vantent la gestion municipale, mais peuvent aussi donner lieu dans les années 1970 à une parole plus libre, moins encadrée, comme dans Vivre à Ivry, documentaire d’une petite vingtaine de minutes réalisé en 1975 par le service municipal d’information. Alors qu’on voit poindre la question du travail et les débuts de la désindustrialisation du territoire ivryen, un nouveau dialogue avec la population s’instaure, à contrepied du film municipal traditionnel. On y entend même des critiques sur les choix de la municipalité (par exemple sur le choix d’un centre commercial de centre-ville au détriment du petit commerce disséminé dans les quartiers) ou même sur le déficit d’équipements de la petite enfance.

20On perçoit en tout cas une nette confusion entre ce qui relève du parti et ce qui est du ressort de la municipalité, par exemple dans la fête de l’Avant-Garde de 1976, de même qu’il en existe une entre les plans national et local : les deux échelles s’interpénètrent, tant tout ce qui se joue à Ivry prend forcément une dimension nationale, aussi bien avec Maurice Thorez qu’avec Youri Gagarine ou encore le 13ème congrès du PCF en 1954, ou même la Cavalcade de la jeunesse... D’ailleurs, la fête de l’Avant-Garde constitue une fête de l’Humanité en miniature, avec ses villages thématiques et notamment son espace international. Cette fête du Mouvement de la jeunesse communiste de France de 1976, connue notamment pour son affiche subversive d’un Marx avec des lunettes de motard, créée par Grapus, au cours de laquelle se produisent sur scène notamment Julien Clerc et Catherine Ribeiro, permet de découvrir la ville autrement, grâce à l’œil complice d’un jeune adhérent du parti, en l’occurrence Lionel Lechevalier, qui vient d’acquérir une caméra et nous livre une sorte d’autobiographie empreinte à la fois de tendresse et de foi militante.

21Il se dégage de tous ces films une impression d’optimisme et de croyance à la fois digne et naïve en des lendemains qui chantent. « On refaisait le monde », comme le dit notre militant lorsqu’il filme la fête de la jeunesse communiste. Ivry devient en quelque sorte un des laboratoires d’élaboration d’une véritable contre-société, qui produit ses codes et ses références culturelles. On découvre à travers ces films tout à la fois une population très militante, souvent autocentrée et qui oublie ainsi les dures conditions de vie et de travail, et une mairie communiste qui donne de la dignité au monde ouvrier, et plus largement au monde du travail. Mais on s’interroge aussi sur l’identité de cette commune : « vraie ville », banlieue ou commune limitrophe qui pourrait être un 21ème arrondissement de la capitale ? Et là, les impressions divergent dans la population ivryenne, comme le montre fort bien Vivre à Ivry.

22Il faut reconnaître que cet ensemble séduit surtout par son intérêt avant tout documentaire. On est particulièrement surpris par certaines images, même si la qualité visuelle ou formelle fait quelque peu défaut. Rien d’original ni de novateur, forcément, dans ces films avant tout de propagande.

23À Ivry, on lutte, on espère, on fait la fête et c’est l’espoir qui sert de trame à cette identité collective ivryenne.

Haut de page

Notes

1 Paul Vaillant-Couturier, « Notre victoire. Paris est encerclé par le prolétariat international », l’Humanité, 13 mai 1924. En 1927, Édouard Blanc et Gustave Gautherot lancent une enquête sur la situation politique de la banlieue, intitulée La Ceinture rouge, qui revient dans son chapitre premier sur « le choc électoral de 1924 ».

2 Annie Fourcaut, Bobigny banlieue rouge, coédition Les Éditions ouvrières/FNSP, 1986, 215 p.

3 Emmanuel Bellanger, Julia Moro, Nogent-sur-Marne, cité modèle. Histoire d’une banlieue résidentielle aux 19e-20e siècles, Paris, Dominique Carré/La Découverte, 2017, 224 p. Emmanuel Bellanger semble attaché au choix de beaux livres (ici, grâce au talent de Dominique Carré) avec des titres stimulants qui accrochent l’œil du lecteur.

4 Valérie Perles (dir.), Le Pré entre Paris et banlieue. Histoire(s) du Pré Saint-Gervais, Grâne, Créaphis, 2005, 244 p. Notons d’ailleurs que la ville du Pré Saint-Gervais a commandé un autre ouvrage d’histoire quelques années plus tard, destiné à un plus large public : Le Pré Saint-Gervais. Chroniques citoyennes (1904-2004), Milan, Silvana Editoriale/Ville du Pré Saint-Gervais, 2014, 288 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Ivry-sur-Seine, « banlieue rouge » revisitée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 147-154.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Ivry-sur-Seine, « banlieue rouge » revisitée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10072

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

Université de Versailles-Saint-Quentin en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page