Navigation – Plan du site
DÉBATS

1917 : trois expositions en débat

Débat transcrit et présenté par Évelyne Daumas-Martin
Alain Blum, Valérie Tesnière, Éric Lafon, Frédérick Genevée et Anne Jollet
p. 157-178

Résumé

Le 19 décembre 2017, à l’initiative des Cahiers d’histoire représentés par Anne Jollet (rédactrice en chef) et Pascal Guillot (membre du comité de rédaction de la revue), les commissaires de trois expositions portant sur l’année 1917 en Russie se sont rencontrés à l’Agora de Nanterre (92). Ce fut l’occasion pour chaque responsable d’expliquer la démarche, de présenter les documents exposés, de préciser la réflexion historique et le renouvellement historiographique apportés, d’évaluer les réceptions du public et de la presse1.

Haut de page

Texte intégral

1Intervenants :

2Pour La Contemporaine (anciennement BDIC), exposition « Et 1917 devient Révolution… », du 18 octobre 2017 au 18 février 2018 aux Invalides : Valérie Tesnière, directrice de la BDIC et Alain Blum, un des commissaires de l’exposition ;

3Pour le musée de l’Histoire vivante à Montreuil-sous-Bois (93), exposition « Les révolutions russes vues de France, 1917-1937 », du 29 avril au 31 décembre 2017 : Éric Lafon, directeur scientifique du musée ;

4Pour le PCF, présentant l’exposition « Sur les murs du fil rouge d’Octobre », du 2 octobre au 4 novembre 2017 à l’espace Niemeyer, confiée au collectionneur Alain Gesgon : Frédérick Genevée, organisateur pour le PCF de l’ensemble de la commémoration de 1917.

5En introduction de cette rencontre, Anne Jollet rappelle que le centenaire de la révolution russe de 1917 a été l’occasion de nombreux débats mais d’une commémoration plutôt discrète, au moins du point de vue des pouvoirs publics en France. Cependant, aux « Rencontres d’histoire critique » de Gennevilliers (23 au 25 novembre 2017), le CVUH (Comité de vigilance sur l’usage de l’histoire) a organisé une table ronde sur la façon dont l’événement a été commémoré dans plusieurs pays (Allemagne, Russie, États-Unis) et dont les savoirs historiens et les mémoires y ont été mobilisés.

Pourquoi une exposition sur 1917 ?

Musée de l’Histoire vivante de Montreuil : « un musée démonstratif et partisan pour montrer la diversité »

  • 2 Deutsches Historisches Museum.

6Éric Lafon : Le musée de Montreuil a été créé en 1937. C’est donc son quatre-vingtième anniversaire. Les anniversaires précédents relatifs à l’histoire du musée commencent en 1967, où une salle d’exposition consacrée à la révolution bolchévique d’Octobre 1917 est inaugurée. Nous sommes à l’automne 1967, dans ce musée qui avait ouvert ses portes au public en mars 1939, géré par une société qui avait été créée en 1937. Il y a aussi une spécificité de ce musée en rapport avec cette histoire : comme on dit dans le métier, c’est un musée « démonstratif », un musée partisan dont les origines sont d’initiative politique, du Parti communiste français et de ses dirigeants locaux. Le député de l’époque, Jacques Duclos, cadre dirigeant national et international du mouvement communiste français, avait été aidé en cela par le conseiller général de l’époque, Daniel Renoult, qui a un lien historique avec l’histoire du mouvement ouvrier français, mais aussi avec la révolution russe. Il était délégué au congrès de Tours. Et le troisième personnage est le maire de l’époque, Hilaire Fernand Soupé. Il faut quand même attendre 1967 pour avoir dans ce musée une salle sur 1917, pour le cinquantième anniversaire. Maintenant, le musée a comme identité « musée d’histoire vivante ouvrière et sociale ». En 2017, centenaire des deux révolutions russes, il était quasiment impossible, que ce soit dans le champ scientifique ou historiographique, de passer à côté d’un mouvement aussi important, dans l’histoire du mouvement ouvrier à l’échelle de la planète, qu’est la révolution russe. À la suite d’échanges avec des collègues de la BDIC et du musée de l’histoire à Berlin2 pour savoir comment les uns et les autres abordaient cette question, nous étions contents de constater que nous avions deux options différentes, que nous n’allions pas présenter au public une même exposition, sur une même problématique, sur une même scénographie : ce serait du bonheur pour le public de pouvoir aller dans deux expositions afin d’avoir une vision globale. Nous étions donc attachés à cette complémentarité des expositions.

  • 3 Roger Martelli, 1917-2017, Que reste-t-il de l’Octobre russe ?, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Cro (...)
  • 4 Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ? Une contre-histoire de la révolution russe, Paris, Autremen (...)

7En ce qui concerne le rapport à l’historiographie, ce musée s’inscrivait dans l’historiographie communiste et son rapport à l’histoire de la révolution russe, qui va un peu bouger dans les années 1970 avec les apports de l’historien Jean Ellenstein, qui a publié en 1967 La Révolution des Révolutions, aux Éditions Sociales, au moment où deux dirigeants communistes, Georges Cogniot et Jacques Duclos, publiaient une histoire de la révolution russe qui ne sortait pas du schéma historiographique stalinien né en 1936, 1937 et 1938. Mais ce rapport identitaire que pouvait avoir l’équipe dirigeant le musée n’existe plus. Bien sûr, ce rapport a été percuté par la chute du mur de Berlin et la disparition de l’URSS. Depuis ces temps-là, on a un rapport à l’histoire, à un champ scientifique, et la chose nouvelle qui nous a incités, pour cet anniversaire du centenaire, principalement à dépasser le cadre commémoratif, c’est ce rapport critique au bolchévisme qui existe maintenant. C’est-à-dire qu’on est resté dans l’historiographie marxiste, y compris celle qui est présentée en université, dans un rapport critique au stalinisme. Pour faire très court et schématique : Lénine s’en sortait parce qu’il y avait eu Staline. Je parle bien des rapports à l’histoire et des analyses scientifiques, mais on pourra parler aussi des champs militants et partisans avec deux livres intéressants : celui de Roger Martelli3 et celui d’Olivier Besancenot4. Des expositions avaient été faites par la BDIC, celle-ci ayant la collection la plus importante relative à cette histoire de la révolution russe, du moins en France, mais nous ne sommes pas partis sur un schéma chronologique, car il nous semblait intéressant de montrer au public comment les Françaises et les Français de l’époque avaient perçu, traité, compris, analysé, adhéré ou désavoué cette révolution russe, celle d’Octobre. Quand on a vu la couverture de presse, les numéros sortis dans l’Humanité Dimanche, dans Le Figaro, dans L’Histoire, dans le numéro spécial de GEO Histoire, c’était très intéressant de voir les journalistes, mais aussi les historiens, revenir sur cette relation qu’avaient eu les Françaises et les Français avec la révolution russe après 1920, et pas seulement ceux qui avaient adhéré. Tous ces syndicalistes, féministes, francs-maçon.ne.s, membres de la Ligue des droits de l’homme, militantes et militants de la SFIO, intellectuels, artistes, graphistes, tout ce panel de personnes, il était intéressant de revenir sur ce qu’elles avaient vu, ce qu’elles en disaient dans leurs journaux, dans leurs comptes rendus de presse. On a donc montré des visages et surtout beaucoup de textes : il y avait ceux qui ont adoré, ceux qui après avoir adoré ont détesté. Il n’y avait donc pas que la séquence « tout va bien entre 1917 et 1924 » et « tout se désagrège à partir du 24 janvier 1924 ». Il s’agissait de montrer les différents avis et parcours, montrer la diversité. Voilà ce qui a été apporté de nouveau, sortant du champ commémoratif.

La BDIC : « des caisses de documents, collectés au moment de l’événement »

8Valérie Tesnière : Pourquoi la BDIC ? Nous avons une des plus grandes collections sur la révolution russe pour une raison très simple, c’est que la révolution russe naît de la guerre, la Grande Guerre, la Première Guerre mondiale. À l’époque, la Documentation internationale contemporaine ne s’appelait pas comme ça : en 1917, c’était la Bibliothèque-Musée de la Guerre, ce qui rappelle un point important sur lequel il faudra revenir dans le débat. Les personnes qui ont eu l’initiative de cette Bibliothèque-Musée de la Guerre étaient deux historiens. On cite toujours Pierre Renouvin, je pense qu’il ne faut pas oublier Camille Bloch, j’y tiens, et je pense que le centenaire va être l’occasion de réhabiliter cette figure, militant de la Ligue des droits de l’homme, dreyfusard et très proche des historiens contemporanéistes, très intéressés par l’accès aux archives et la collecte « à chaud » des documents. Du coup, à cette époque-là, il y a un glissement qui s’opère d’archives publiques assez fermées – on déplore la fermeture des archives du ministère de la Guerre – vers des archives qui sont plutôt d’ordre documentaire. Ce glissement épistémologique très important qu’opèrent ces deux historiens est essentiel : de fait, pour eux, il faut collecter « à chaud » et la révolution russe se produisant, il y a d’emblée des sortes de missi dominici en la personne du baron de Baye, dont on pourra parler, qui envoie des caisses de documents, comme des affiches qu’on récupère sur les murs, par ce qui était la valise diplomatique, mais sous forme de caisses, pour constituer les premières collections de la Bibliothèque-Musée de la Guerre, ce qui fait que l’on a ce registre sensible, extrêmement émouvant, d’avoir à la BDIC des documents collectés au moment même des événements. Cela a été le point de départ de l’exposition. On avait fait d’autres expositions comme « Images de 1917 », exposition remarquable. Mais là, c’était pour expliquer la relation des citoyens, historiens en l’occurrence, à ce qui est en train de devenir histoire. La conscience de la révolution fait qu’on ramasse des documents pour pouvoir les exploiter ensuite, de même qu’on avait fait pour les matériaux de la Grande Guerre. Quand j’ai contacté l’équipe de commissaires, Sophie Cœuré, Sabine Dulin, Alain Blum et Carole Ajame, la question était : quels liens fait-on entre cela et l’historiographie la plus récente ? Finalement, ce qui s’est dégagé, c’est l’idée du mouvement, de voir que 1917 n’est pas un processus donné d’avance. Cela débouche sur une révolution, d’où le titre : « Et 1917 devient révolution ». Cela devient une révolution à toute allure...

9Alain Blum : Effectivement, comme l’a dit Valérie, c’est le principe qu’on a suivi. Nous étions quatre commissaires, ainsi que quelques conseillers et conseillères scientifiques. Nous étions nombreux, car on voulait avoir d’abord une multiplicité des regards pour ne pas prendre qu’une seule ligne. Nous avons suivi deux principes forts. Le premier : pas d’anachronisme, on a voulu prendre en grande majorité des documents de l’année 1917. La guerre civile est très peu présente car nous voulions faire une histoire du moment 1917. Nous voulions des documents originaux, pas de reproductions, d’abord parce que le fonds de la BDIC est extrêmement riche, mais aussi pour faire sentir au public la réalité de l’événement. Pour nous-mêmes, commissaires, c’était très émouvant de présenter la première affiche, qui donne la liste, juste après la prise de pouvoir par les bolcheviks, des commissaires du peuple, où l’on voit tous ensemble Lénine, Staline, Trotski… Pour nous, le document original était essentiel à présenter. Ainsi, le principe historiographique qu’on a voulu suivre était d’effectivement montrer le mouvement permanent qu’a été 1917, de montrer tous les possibles ouverts à partir du 23 février, ce qui remet en avant le moment « Février ». C’est donc l’idée qu’avec les différentes transformations, ces possibles se rétrécissent peu à peu et on arrive à Octobre. L’autre principe était de montrer la multiplicité des objets que voyaient les gens, l’importance de l’écrit et du graphisme : il y a partout des affiches, des banderoles, et les revues satiriques explosent durant cette période. Aujourd’hui, on a du mal à imaginer toutes ces caricatures satiriques de Lénine ou de la révolution elle-même. L’affiche de propagande prend une importance de plus en plus grande (très belles et nombreuses affiches), les cartes postales aussi. On aurait aimé avoir davantage d’objets du quotidien, mais la BDIC en a peu et nous ne nous sommes pas tournés vers des objets comme les assiettes allégoriques de la révolution. La BDIC a acquis de nombreux films qui donnent de très belles images de ce qu’étaient les foules : il y a donc beaucoup de films projetés, mais bien davantage qui sont conservés maintenant à la BDIC. C’est donc toute une atmosphère qu’on espérait reconstituer. L’exposition se termine sur la construction de l’imaginaire révolutionnaire et du « mythe d’Octobre », c’est-à-dire comment, très vite après Octobre, les bolcheviks en particulier construisent une autre histoire de la révolution. Parmi les différentes mises en scène, il y a ce film extraordinaire de Nikolaï Evreinov, qui met en scène bien avant Eisenstein la prise du palais d’Hiver, filmée avec 6 000 figurants, souvent des soldats de l’Armée rouge, ce moment qui deviendra la « prise de la Bastille bolchévique ». Il y a enfin toutes les affiches de propagande réalisées entre 1917 et 1920. Ces documents montrent des caricatures de conflits sociaux, de personnages comme le banquier contre l’ouvrier, etc. Donc, l’exposition se termine par la présentation de l’élaboration d’Octobre. Ainsi, l’exposition est constituée de cinq parties : cette multiplicité des possibles entre février et octobre avec mise en avant de l’assemblée constituante, mal connue, élue à partir du mois de novembre après la prise de pouvoir des bolcheviks, mais dissoute par les armes le jour même de son ouverture en janvier 1918. C’est donc la première salle, qui raconte ce qui se passe de février à octobre, avec une mise en avant des différents acteurs : le peuple – il ne faut pas oublier qu’avant tout c’est une révolution populaire –, un peuple très uni en février, on le voit très bien dans l’exposition, mais qui peu à peu se désunit, avec beaucoup de conflits ; les acteurs individuels comme Kerenski ou Lénine, et les acteurs collectifs. Ensuite, c’est l’importance de la guerre qu’on met en scène dans une seconde salle. Il n’y aurait pas eu de révolution sans guerre, c’est évident. Les soldats sont essentiels dans la montée de la révolution. Puis, point important, il y a des révolutions partout dans l’ancien Empire. On cherche à mettre en évidence les utopies de tous les pays qui se créent. En fait, 1917 crée l’Europe de 1991. Par exemple, on a ces billets ukrainiens écrits en quatre langues : polonais, yiddish, russe et ukrainien. Cette utopie de la coexistence de ces langues n’a pas duré longtemps… ou la déclaration d’autonomie de l’Ukraine en quatre langues, ce qui est extraordinaire quand on observe l’Ukraine d’aujourd’hui, ou quand six mois après la révolution il y a des pogroms… ou encore les billets du Caucase écrits en arménien, azéri et géorgien. Après, en 1918, 1919 et 1920, il y a un côté utopique très fort. On a donc mis l’accent sur cette multiplicité des révolutions partout dans l’Empire, et par ailleurs sur des témoins comme le baron de Baye ou Pierre Pascal, qui est enthousiaste en observant sur place le mouvement révolutionnaire. Il deviendra ensuite professeur à la Sorbonne, mais pas vraiment communiste. Il donne avec ses lettres un témoignage très attachant de 1917. Autre témoin, Jacques Sadoul. Parmi les scientifiques de l’exposition, deux d’entre elles avaient des grands-parents en Russie en 1917 (Catherine Gousseff et Emilia Koustova) et qui ont fourni des documents personnels, ce qui est intéressant car cela démontre que la révolution a provoqué des parcours assez étonnants. On y voit le laissez-passer pour se rendre à la Douma du gouvernement provisoire en mars 1917, on présente aussi un laissez-passer à Petrograd en octobre. Le grand-père de l’une des conseillères scientifiques est resté en Russie après la révolution et a pu échapper aux purges sans qu’on sache trop comment. Par ailleurs, la grand-mère de la deuxième a quitté la Russie (émigration blanche) avec une valise pleine de journaux, dont quelques-uns sont exposés, comme celui du 3 mars 1917 ou celui du jour du renversement du gouvernement provisoire. Ce croisement d’histoires personnelles ici mis en scène est stimulant, avec ces deux destins qui finalement se rejoignent aujourd’hui dans cette exposition. Nous présentons ensuite quelques œuvres d’art. On sait que l’art de l’avant-garde a explosé dans le sens créatif du terme, mais la BDIC n’étant pas une bibliothèque artistique, on a dû emprunter quelques œuvres pour montrer cette richesse artistique née et concrétisée à travers la révolution. La dernière salle présente donc la question de la propagande avec ces très belles affiches du début des années 1920, on a aussi des films de reconstitution d’un Octobre qui n’a pas eu lieu, mais qui deviendra « l’histoire d’Octobre » dans tous les manuels et la mythologie communiste, avec la prise du palais d’Hiver. Cette diversité et la volonté de montrer les œuvres telles qu’elles étaient à l’époque et qui restent toujours très belles, forment l’axe de l’élaboration de cette exposition. Nous voulions montrer beaucoup plus de choses, comme d’habitude ; les scénographes ont voulu nous en empêcher, mais nous avons insisté et on a trouvé finalement un accord, situation classique dans ce genre d’exposition… En général, un scénographe veut une œuvre sur un mur, et nous trente œuvres sur un mur.

10Valérie Tesnière : Ce sont plutôt les commissaires qui cherchent la profusion, et les scénographes qui considèrent qu’une exposition a aussi un propos pédagogique et qu’il ne faut pas se noyer.

11Alain Blum : Nous étions très satisfaits des résultats de la négociation et cela s’est très bien passé. Il y a une belle mise en valeur des œuvres. Une affiche avec exclusivement du texte n’aurait pas de beauté ? Non, et j’en donnerai des exemples.

Pour le PCF : « commémorer 1917 est un acte politique »

12Frédérick Genevée : Je n’ai pas été responsable à proprement parler de l’exposition, mais j’ai été chargé par le PCF d’organiser le centenaire de 1917. Cette exposition s’inscrit dans une série d’initiatives qu’il faut voir globalement et ne prend sens que dans cet ensemble. Avant de revenir sur le fond, je trouve que cette table ronde est un bon exercice, car il permet de prendre de la distance et du recul par rapport à des choix faits il y a quelques semaines ou quelques mois, exercice stimulant intellectuellement. Par rapport aux deux précédentes interventions, le Parti communiste français n’est ni une institution muséographique ni une institution scientifique, car pour lui commémorer 1917 est un acte politique et c’est à partir de là qu’il faut l’évaluer. Pourquoi ? Le « pourquoi » n’est pas si évident que cela. J’ai été au cœur du processus de décision qui a conduit à commémorer le centenaire de 1917, et ce n’était pas évident qu’on fasse quelque chose. Il y a eu des discussions : une commémoration ambitieuse ou modeste, discrète et peu visible ? Ce n’était pas si évident et c’est un débat légitime : le fait de commémorer la révolution russe pour le Parti communiste, qu’on le veuille ou non, ne renvoie pas exclusivement à 1917, mais à l’histoire de l’Union soviétique, au stalinisme, etc. Pour ces raisons, traiter de 1917 présentait pour nous un risque politique. Finalement, après de nombreuses discussions, le choix a été fait de commémorer avec deux arguments. Le premier est de type interne : le Parti communiste est né de la tradition révolutionnaire française et de l’histoire du mouvement ouvrier français, mais il serait hallucinant de se cacher qu’il est aussi né d’Octobre 1917 et donc, dans une période où le Parti communiste réfléchit à son avenir, il est bon de réfléchir aussi à la manière dont il est né entre 1917 et 1920. Le second, plus externe et très politique, c’est que nous considérons que le monde dans lequel nous vivons est un monde de crises, de guerres, un monde qui nécessite de nouvelles révolutions et à partir de là, il s’agit de réinscrire dans le paysage politique l’idée de révolution, même si nous ne sommes pas les seuls à le faire, c’est une de nos fonctions. C’est donc pour cet ensemble de raisons qu’il nous a paru légitime de commémorer. Autre aspect, depuis des décennies, le Parti communiste n’a plus de rapports officiels à l’histoire, il n’y a plus de discours officiel sur l’histoire, on est donc plus dans une logique de questionnements, d’élaboration de repères, de débats, plus que d’affirmations d’un point de vue unique sur l’histoire. Je voulais donc que ce soient des initiatives historiques, mais qui nous projettent dans l’avenir. Ainsi, pendant l’exposition qui a duré trois à quatre semaines, il y a eu un cycle de débats pluralistes, avec une première partie à connotation plutôt historique et une deuxième partie sur la révolution aujourd’hui et l’avenir du mouvement d’émancipation. L’exposition et les projections de films servaient de « décor » à ces débats. On a présenté deux films qui, d’une certaine manière, rassuraient un certain public : Octobre d’Eisenstein, et un autre film extraordinaire, que je ne connaissais pas et qui pose plein de questions, « Ménage à trois » (Trois dans un sous-sol), de 1927, d’Abram Room, qui pose des questions sur les rapports homme-femme dans les années 1920 en Russie. (…) Par ailleurs, je tenais à ce qu’il y ait un catalogue d’exposition. Celle-ci a duré quatre semaines et il fallait en conserver une trace. Ce catalogue est d’une grande qualité, il y a eu un effort de traduction des affiches en différentes langues (dont l’ukrainien, le polonais…). On trouve un mot d’introduction d’Alain Gesgon qui défend sa conception, et une préface de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, qui apporte une approche plus nuancée de la révolution russe et de l’histoire de l’URSS.

Quels moyens ? Quelles lectures de l’histoire ? Quel renouvellement historiographique ?

Les sources documentaires et leur scénographie

13Éric Lafon : Frédérick Genevée peut regretter qu’il n’y ait pas d’originaux et seulement des reproductions, mais pour avoir vu cette exposition deux fois, une fois en privé et l’autre avec du public, comme il y avait 70 % d’images jamais vues, même par ceux qui connaissent la grande collection de la BDIC, le fait que ce ne soient pas des originaux n’était pas important, même si je l’ai regretté malgré tout. Ces documents sont des tirages italiens de 1967. Mais pour avoir déjà consulté les affiches de la BDIC, je peux affirmer que le papier est quasiment équivalent et, d’ailleurs, ils sont vendus pour des originaux sur eBay depuis cette année. Alain Blum faisait référence à des discussions entre scénographes et conseillers scientifiques : dans une petite équipe, les scénographes sont aussi les conseillers scientifiques, on débat donc à deux ou avec soi-même et il y a toujours cette préoccupation de ne pas faire de l’exposition un livre mural, ce qui serait indigeste et illisible. Mais là, on avait peu d’images, très peu de photographies et, à l’époque, elles étaient censurées. Donc on a fait quelques reproductions, qu’on a posées sur une colonne Morris redessinée aux allures russes. On les a sorties du mur pour leur donner un peu plus de dynamisme.

14(…)

  • 5 John Silas Reed, journaliste et militant communiste américain, mort en 1920 à Moscou, connu pour so (...)
  • 6 Henri Béraud (1885-1958), écrivain, journaliste, passant de la gauche à l’extrême droite, après un (...)
  • 7 Paul Vaillant-Couturier, Un mois dans Moscou la rouge, Paris, Éditions de reportages populaires, 19 (...)

15Quand on n’a pas de photographies ou de textes des uns ou des autres, on passe par la brochure de livres pour rendre compte de la profusion d’écrits dès 1917 : il y a bien sûr des articles dans la presse, mais il y a aussi beaucoup de brochures. Donc, dans les vitrines en contre-bas, on trouve par exemple la photographie des obsèques de John Reed5 à Moscou. Ce qui est intéressant, ce sont les discussions avec les collègues et les collectionneurs privés qui apportent des documents, mais ne savent pas ce que les uns ou les autres ont en leur possession. Le musée de Montreuil a une photographie des obsèques de John Reed, mais j’apprends que Michel Lefebvre, journaliste au Monde et collectionneur privé, a une autre photographie et qu’une autre agence française en a une troisième. On arrive ainsi à reconstituer le reportage et à partir de là, on a la certitude de ce dont on se doutait : on savait qu’Alexandra Kollontaï était présente et avait fait une allocution, mais que le stalinisme l’avait fait disparaître, tout comme Karl Radek, sur la photographie des obsèques de John Reed. La vitrine présente de nombreux ouvrages afin de montrer la disparité des points de vue, avec un texte de Cartel expliquant qu’au moment où Henri Béraud sort son livre sur son voyage à Moscou6, le PCF, par la voix de Paul Vaillant-Couturier7, souhaite lui répondre. Mais il faut dire qu’Henri Béraud vend 120 000 exemplaires, alors que Paul Vaillant-Couturier en vend beaucoup moins. On peut alors avoir des réponses sur ce que peuvent penser les Français à ce moment-là.

16(…)

17On a présenté une gravure révolutionnaire française avec des photographies des révolutions russes. Les Russes disent « les Français ont pris la Bastille, nous le palais d’Hiver », ils vont chanter La Marseillaise, L’Internationale venant de France. Et il y a cette fameuse histoire : le régime de Lénine a duré plus longtemps que la Commune de Paris, « le Communard est le précurseur et le Bolchevik est le vengeur ». Pour les droites françaises de l’anticommunisme et de l’antistalinisme, on a une affiche qui a fait beaucoup parler le public, et ce n’est pas fini : on voit une guillotine, qui n’est pas en usage en Russie, mais pour les Français c’est une référence à la Terreur. C’est au moment du Front populaire, quand la gauche ne dit pas grand-chose sur les procès de Moscou, mais où la droite, du moins le camp antistalinien, tente d’en parler, que le terme de « terreur » est repris. Dans une autre vitrine sont présentées des brochures de l’entre-deux-guerres où Jean Bruhat et d’autres justifient la terreur soviétique par la Terreur française, disant que « nous, on a eu Danton et eux, Zinoviev ».

18(…)

19Donc, fonds privés, fonds du musée, prêts de la BDIC aussi, et on termine l’exposition par quelque chose qui nous tenait à cœur, la révolution en marchandising. Même si c’est douloureux pour certaines ou certains, la révolution russe, aujourd’hui, celle qui occupe majoritairement la pensée, les mains, est un produit : c’est essentiellement du marketing et non de la pensée politique.

Originaux ou reproductions ? « Des documents authentiques : ils étaient très émus en les regardant »

20Valérie Tesnière : Le parti pris de l’exposition est vraiment la question du contact du public avec les originaux. On peut penser que cela n’est pas important ni intéressant, mais c’est pourtant le point fort de l’établissement et on a vu une étude de sociologues à ce sujet pour déterminer le rapport sensible du visiteur à l’original produit au moment des événements, et on voit que véritablement se dégage une relation sensible à ce choix. On l’a vu pour d’autres expositions, par exemple au moment des affiches sur la Commune, quand on voit devant l’affichage d’originaux les gens extrêmement touchés de pouvoir observer ces documents centenaires.

21(…)

22On n’insiste pas spécialement sur leur ancienneté, mais on voit, dans le cas de la Commune, que des gens parmi le public, ayant été colleurs d’affiches, avaient déjà manipulé certains de ces documents, ce qui provoquait une émotion : savoir que quelqu’un avait été guillotiné pour avoir affiché ses idées sur la voie publique… C’est la question de l’émotion ou de la raison par rapport au document. On la retrouve dans cette exposition.

23Un intervenant dans le public : Je souhaiterais ajouter quelque chose sur le fait que le document réel a plus d’impact que les autres. Lorsque j’étais professeur et qu’en même temps je travaillais à l’institut d’histoire, j’apportais des documents en rapport avec les reproductions que des jeunes avaient pu voir. À chaque fois que ces jeunes de 16 ou 17 ans étaient confrontés à des documents authentiques, ils étaient très émus en les regardant. Pour eux, toucher ces documents était extraordinaire. Au moment du bicentenaire de la Révolution française, il y avait une exposition à Nanterre avec la reproduction d’un cahier de doléances dont l’original avait été perdu. Une copie faite sous l’Empire était dans les archives municipales, et pouvoir toucher ce document était un moment extraordinaire. Je pense que le public lambda réagit de la même façon.

24Éric Lafon : Le fait que le numérique l’emporte a certes permis des progrès considérables dans les recherches, mais pour les historiens il manquera peut-être le contact avec l’original, le plaisir de toucher le parchemin…

25Alain Blum : Avec la numérisation, de plus en plus d’archives ne sont plus accessibles qu’en numérique.

26Éric Lafon : C’est le paradoxe de notre métier. Nous sommes « conservateurs » et ce n’est pas pour rien. Nous avons des discussions entre nous : il ne faut pas exposer trop longtemps le document, et dans des conditions particulières de lumière, et les conservateurs viennent voir si le document n’est pas affecté par la consultation… On nous dit que dans les réserves il faut le moins de sorties possibles ni de touchers, et en même temps il faut valoriser les fonds et les montrer au public. Il y a une tension énorme.

27Valérie Tesnière : Effectivement, et il y a des excès de part et d’autre. À propos des reproductions et de la conservation, ce sont les pratiques des musées d’art qui rejaillissent sur les musées d’histoire d’une manière un peu excessive. À partir du moment où on organise correctement une rotation d’œuvres, on doit pouvoir en donner l’accès au public.

28Frédérick Genevée : Même si ne pas avoir d’originaux n’était pas un choix de départ, l’avantage des reproductions est que l’exposition peut se déplacer sans crainte. (…) Comme pour l’exposition de la BDIC, je voulais que cela soit centré sur l’ébullition, sur le mouvement et sur un moment russe, mais pour faire cela, le Parti communiste ne disposait d’aucun fonds. Certes, il y a des archives bien conservées, mais très peu d’affiches russes ou de documents de la révolution russe. On pouvait faire le choix de présenter la révolution russe vue par le Parti communiste à ses débuts, mais le choix fut de se centrer sur la Russie dans un moment révolutionnaire. Pas de fonds, mais un espace d’exposition. L’espace Niemeyer permet de faire des expositions de grande qualité visuelle, mais il ne faut alors pas seulement trois ou quatre affiches, mais une centaine de documents pour l’occuper, sinon ce serait réducteur. Avec Corentin Lahu, qui travaille avec moi et est archiviste au siège du PCF, nous nous sommes tournés vers quelqu’un d’extérieur pour réaliser cette exposition, avec qui nous avions travaillé il y a quelques années, Alain Gesgon, incroyable grand collectionneur qui possède de 300 à 400 000 affiches, personnalité originale et entière, à qui on a donné carte blanche. C’était aussi un moyen d’affirmer qu’en confiant le commissariat à quelqu’un d’extérieur, le PCF avait rompu avec l’histoire « officielle ». Alain Gesgon a un fonds extraordinaire, mais il ne veut pas sortir les originaux : première difficulté, car j’aurais souhaité une exposition d’originaux, mais il a exigé des reproductions, certes d’extrême qualité. Ce qui est intéressant, et on n’a pas encore abordé la question de la réception, c’est que finalement je n’ai pas eu connaissance d’une seule remarque dans le public à ce propos. C’est pour moi assez étonnant. L’approche d’Alain Gesgon de la révolution russe est tout à fait particulière et c’est pour cela aussi que cette exposition ne vaut, pour nous Parti communiste, que dans un ensemble d’initiatives. Il présente une histoire linéaire qui va du Moyen Âge aux années 1920, à Lénine, avec des choses étonnantes d’un point de vue scientifique, comme cette affiche de la prise du palais d’Hiver, reproduction d’un tableau de 1977, qui se retrouve pourtant dans la progression linéaire. Dans le même temps, il y a des affiches vues et connues, mais aussi de nombreuses inédites.

29Alain Blum : Dans l’exposition, il y a une affiche que j’aime beaucoup, probablement rapportée par le baron de Baye, où il est écrit en bas : « Décoller l’affiche est un acte contre-révolutionnaire ». Il a donc pris des risques, car à l’époque « acte contre-révolutionnaire » voulait dire « être fusillé ».

30Je n’ai pas de photographies de l’exposition à vous montrer. (…) Elle propose un carnet de présentation générale et un ensemble de panneaux sur différentes thématiques. Je vais juste donner quelques exemples de matériaux qui ont été présentés. Cela commence par un beau tableau de Pounine sur Petrograd. Des caricatures aussi, avec celle qui montre comment l’intelligentsia voit la transformation de la révolution, au début une femme sortant des chaînes, à l’image du fameux tableau de Delacroix, puis une pocharde devant un estaminet… L’enthousiasme face à la révolution s’est transformé en frayeur, transformation illustrée par ces caricatures. Mais il y a aussi des caricatures négatives, comme celle présentant le gouvernement provisoire et le soviet. On a donc beaucoup joué sur les caricatures. Nous avons aussi proposé des extraits de films, (…) de belles affiches. Il y a énormément d’images de manifestations dans ces films. Une autre image est celle de ces femmes réclamant le droit de voter et de participer à l’Assemblée constituante. Rappelons que la Russie est un des premiers pays au monde à donner le droit de vote aux femmes malgré les réticences de Kerenski, qui pensait que les femmes voteraient pour les partis réactionnaires. D’autres images aussi, assez mal connues, comme celles des films où apparaissent Kollontaï, Trotski ou Kerenski. Des douches sonores diffusaient La Marseillaise des travailleurs. D’autres affiches disaient beaucoup sur l’atmosphère révolutionnaire et les craintes des autorités du Soviet ou du gouvernement provisoire, telle une affiche datant de mars ou avril, qui demande aux soldats ou aux ouvriers de ne pas apporter leurs armes lors d’une manifestation. Donc, dans cette première salle, l’accent est mis aussi sur l’Assemblée constituante. Nous présentons des bulletins de vote et des tracts électoraux. Parmi les regrets, nous ont manqué des images des violences paysannes, qui ont été très fortes. En fait, il n’y en a pratiquement aucune trace. Nous avons cependant fait écouter des textes enregistrés de Gorki, donc des textes de témoignages sur ces violences.

À propos des crédits, mentions obligatoires, droits en tout genre :

31Éric Lafon : Prenons l’exemple du portrait de Kerensky publié par l’Excelsior, où il tient sa main à la manière de Napoléon. C’est un cas intéressant, parce que ces histoires de crédits et de mentions obligatoires, pour ceux qui ont utilisé cette photographie, c’est d’abord l’Excelsior. Il faut donc demander à une agence et Roger-Viollet s’impose, mais elle a été achetée dans un fonds et elle provient d’abord de l’Excelsior. Comme c’est un tirage de presse, qui ne nous appartient pas, on doit l’indiquer. Si vous avez observé ce qui est paru dans la presse dernièrement, les usages pour les photographies sont scandaleux.

32Frédérick Genevée : C’est incroyable, j’ai observé qu’il n’y a pas deux photographies qui soient créditées de la même manière.

33Valérie Tesnière : Ce qui est intéressant, c’est que dans les sociétés ou cercles d’histoire, les crédits sont mieux reportés que dans les magazines.

  • 8 Bulletin communiste, n° 14, 6 avril 1922.

34Éric Lafon : Pour cette photographie, l’agence R2E la vend à un certain prix, AKG, autre agence de presse, la vend aussi, Roger-Viollet la vend, ACP la vend… et nous, on l’a dans nos collections et on la vend aux éditeurs. Pour des ouvrages scolaires, le prix est dégressif, mais pour un reporter, on est sans pitié. De même pour la photographie qui provient du Bulletin communiste de Boris Souvarine, où figurent Jacques Sadoul et Pierre Pascal, en 19228 : au lendemain de la guerre, Le Crapouillot va la diffuser, elle sera intégrée à un fonds acheté par Viollet et deviendra un « crédit Viollet ».

Quels visiteurs ? Quel traitement dans la presse ?

35Frédérick Genevée : Je n’ai pas le nombre de visiteurs de l’exposition, mais j’ai le nombre des gens ayant participé aux débats : sur trois semaines, c’est un millier. En extrapolant, on peut avancer 2 000 visiteurs, peut-être 3 000. Au moment de l’exposition, il y a eu quatre cents catalogues vendus. Il y a eu peu d’échos dans la presse, l’exposition a été citée dans le supplément du Monde, dans Libération, mais il y a eu six pages en couleurs dans VSD, ce qui a permis de toucher un public large qu’on ne touche pas tous les jours. Dernier point sur le visuel : la première page du catalogue, qui a beaucoup joué pour le succès, est de Dugudus. J’ai eu des discussions avec lui tout l’été sur le visuel, parce qu’il était pris entre moi, Gesgon et ses exigences de graphiste. On a donc abouti à cette affiche avec à la fois Lénine, les ballons rappelant l’histoire linéaire de la Révolution française à la révolution d’Octobre, les ballons de couleurs dédramatisant l’événement et projetant vers l’avenir, si ce n’est vers les cieux. Il y a un côté irrévérencieux et à la fois fidèle à l’idée de révolution.

36Valérie Tesnière : Pour la BDIC, les chiffres de fréquentation s’élèvent à 4 000 visiteurs sur un mois, ce qui peut s’expliquer par le lieu, assez central à Paris. On a d’assez nombreuses visites de scolaires ; notre responsable a très judicieusement misé sur les classes de russe qui viennent de toute la France. Les professeurs de russe ont été plus motivés que les professeurs d’histoire, ce qui est assez amusant. On peut dire que c’est une exposition qui marche bien. Je pense qu’il y a une attente forte par rapport à l’événement, et il y a une profusion éditoriale très variée. Ces trois expositions sont l’expression de cette attente du public.

37Éric Lafon : Nous allons très bientôt clore cette exposition, mais nous sommes en-dessous de 2016 avec l’exposition « 1936 : nouveaux regards et nouvelles images du Front populaire ». Nous espérons finir à 4 000 visiteurs sur plusieurs mois. Mais avec les collègues de musées comme le nôtre, il faut toujours relativiser… Il y a toujours quelques imbéciles pour dire qu’il y a davantage de monde qui va voir l’aquarium de la Porte-Dorée que le musée de l’Immigration, et il n’est pas nécessaire de faire des études de « com’ » pour dire ça, on le sait depuis très longtemps. Nous sommes excentrés et c’est difficile pour moi de venir à Nanterre. Je vais rentrer à Torcy pour aller à Montreuil… On a un public général et des scolaires, mais depuis trois ans, de nombreuses associations comme des cercles d’histoire, des professeurs à la retraite, des groupes politiques. Sur 1936, comme il y avait des débats au sein des différentes sensibilités de gauche, on a vu arriver des sections syndicales CFDT, CGT, FO, des sections socialistes, des sections communistes, des sections d’extrême-gauche. Mais sur la révolution russe, on a vu essentiellement des groupes de militantes et militants du PC et de l’extrême gauche. Les socialistes n’ont pas fait le déplacement, ce n’est pas leur histoire.

38Alain Blum : Je n’ai pas l’impression que la politisation du public soit très forte à la BDIC.

39Éric Lafon : En scolaire, il y a eu davantage de lycéens que de collégiens, alors que pour 1936 c’était mieux réparti. La couverture de presse a aidé, bien que cela coûte cher. Un quart de page dans Libération quand le numéro spécial est sorti coûtait 7 000 € HT. On a pu s’offrir la quatrième de couverture d’Historia, tirée à 65 000 exemplaires et qu’on peut trouver à Auchan, Leclerc et partout, un magazine d’histoire accessible à tout le monde sans identité de droite ou de gauche. Par sympathie, parce que cela coûte trop cher, il y a eu quelque chose dans le numéro spécial du Monde sur la révolution russe, et la deuxième page gratuite dans le numéro spécial de l’Humanité. Pour 1936, on avait eu France Culture et France Inter. On a voulu retenter l’expérience pour cette exposition, mais ça ne s’est pas fait, alors qu’il y avait eu un cycle d’émissions sur la révolution russe. Comme le disait Valérie, par rapport à ceux qui au début ne feraient rien sur 1917, je pense qu’au contraire il y a eu énormément de productions sur 1917. Beaucoup de chaînes de télévision ont participé, comme FR3 ou Arte, et dans différentes FNAC parisiennes on trouvait l’étal, bien visible, « Révolution russe ». Il y a eu beaucoup de rééditions.

40Valérie Tesnière : Il y a dix ans, ce centenaire ne se serait pas passé de cette façon-là.

41Pascal Guillot : Par rapport à l’article dans Le Figaro, il n’y a pas eu tant de comptes rendus et, finalement, mis à part les passionnés…

42Valérie Tesnière : Soit on peut en discuter de manière académique et tranquille dans les magazines, soit, je le crains et c’est politique, il se passe quelque chose autour du mot « révolution » qui travaille la société.

« Un coup d’État », cf. Marc Ferro (1967)

43Alain Blum : En Russie il n’y a pas eu de commémoration officielle, mais il y a eu des expositions intéressantes sans prise de position officielle. Ainsi, dans le milieu académique, on en a beaucoup débattu, mais pas en public. En France, des questions ont été posées : qu’est-ce qu’une révolution ? quel avenir ? sur un mode historien, qui réfléchit à ce qu’est une révolution et qui ramène à l’actualité, au contemporain.

  • 9 Yves Bourdillon, « Stéphane Courtois : la révolution d’Octobre 1917 a été un désastre historique », (...)
  • 10 Marc Ferro, La Révolution de 1917, Paris, Aubier, « Collection historique », 1967, 2 vol. Il a été (...)
  • 11 Roger Martelli, 1917-2017, Que reste-t-il de l’Octobre russe ?, op. cit.
  • 12 Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ?..., op. cit.
  • 13 Nicolas Werth, Stéphane Courtois (dir.), Le Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, (...)

44Éric Lafon : Il n’y a pas eu de polémiques, car il y a eu une rencontre, assez rare, entre le champ d’approche politique et le champ d’approche historique, soit entre le scientifique et le politique, mis à part quelques-uns toujours engoncés dans leur vision des choses… Par exemple, on a discuté avec Stéphane Courtois et on lui a dit que son article était très mauvais9, ce dont il a convenu. On lui a dit que l’idée de « coup d’État », à partir du moment où elle s’inscrit dans le processus révolutionnaire, ne fait plus débat. Marc Ferro10, dans ses différentes interviews, comme à l’Humanité Dimanche, à GEO Histoire, dans le numéro spécial de L’Histoire, aborde la question en disant qu’il n’y a pas de débat, que c’est un coup d’État ou un putsch, mais qui s’inscrit dans un processus révolutionnaire. Si vous lisez le livre récent de Roger Martelli11, historien de la matrice communiste, il ne le conteste pas. En revanche, Olivier Besancenot12, plus jeune et d’une autre génération, dans la matrice d’approche trotskiste, refuse d’utiliser ces termes. Mais ils intègrent quelque chose qu’ils n’intégraient pas avant, c’est la Constituante. Je pense que le débat n’était pas entre réforme ou révolution puisque, heureusement, on en est sorti en disant qu’il faut être révolutionnaire. Avec la chute du mur de Berlin et la disparition de l’URSS, la confirmation grâce à l’ouverture des archives de Moscou et aux 850 pages du Livre noir13 de Nicolas Werth, la question était bien celle du caractère démocratique de la révolution : une révolution doit-elle être inévitablement dictatoriale, avec un seul parti qui écrase les autres tendances de la révolution, ou est-ce un processus révolutionnaire qui doit être emmené par les différentes composantes d’une révolution ? J’ai trouvé qu’on a donné davantage la parole au courant anarchiste sur ce centenaire : on a utilisé beaucoup de textes de l’anarchisme qui montraient, pas en 1928, pas en 1936, mais dès 1919, 1920, 1921, la critique de révolutionnaires qui participaient à la révolution d’Octobre et qui disaient : « Oui, Lénine et Trotski ont pris le pouvoir ». Là, c’est un débat, c’est pour ça qu’il y a eu une évolution.

  • 14 Nicolas Werth, Les Révolutions russes, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2017, 128 p.

45Sur l’actualité éditoriale, il y a eu une plus grande place donnée au courant anarchiste, et c’est assez marquant. Mais là, je mettrais une petite nuance, c’est que les débats ne sont pas tout à fait tranchés. Ou alors, si je prends le dernier « Que sais-je ? » de Nicolas Werth14, où il utilise la formule de « coup d’État » et la réarticule au processus révolutionnaire, ce qu’il ne faisait pas auparavant, c’est comme si, d’une certaine manière, il y avait un déplacement du centre de gravité, quelque part du côté de Marc Ferro : il y a quelqu’un en France dont les idées font converger plusieurs écoles historiographiques et c’est incroyable cinquante ans après, en 1967 !

46Alain Blum : Effectivement, l’actualité de son livre est tout à fait étonnante.

  • 15 Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd, Paris (...)

47Éric Lafon : Et l’autre aspect, c’est le livre de Rabinowitch15, qui a été traduit en français et qui date aussi de 1967, je crois.

48Alain Blum : Il n’y a pas de bouleversement historiographique comme en témoigne l’actualité du livre de Ferro.

49Éric Lafon : Marc Ferro le dit dans l’Humanité Dimanche ou dans GEO Histoire, et j’ai vérifié ce qu’on disait de son livre dans la presse communiste en 1967, ça passe inaperçu. Quand on est historien et que c’est Marc Ferro qui parle, on cherche à savoir si c’est corroboré par des documents qui attestent ce qu’il dit. Dans GEO Histoire, il dit qu’il a toujours maintenu la même approche, mais j’ai trouvé une interview dans le Nouvel Observateur, en 1977, soit dix ans après sa thèse, où il ne dit pas la même chose. Il ne replace pas le coup d’État ou le putsch dans son entièreté contextuelle.

50Pascal Guillot : Insidieusement, dans l’exposition de la BDIC, on n’en parle pas et soudainement, dans la quatrième salle, cela devient un « coup d’État bolchévique » sans qu’on ait été préparé préalablement, sans qu’on sache pourquoi ce terme est utilisé, et je tenais à le signaler, car c’est noyé au milieu de la fiche de présentation. Il n’y a pas forcément d’a priori, mais comme au départ il n’est pas évoqué de coup d’État bolchévique, je me dis que cela a peut-être un sens de l’indiquer ainsi. Mais d’un point de vue pédagogique, c’est gênant.

51Alain Blum : Cela peut avoir un sens, mais c’est aussi pour montrer qu’il n’y a pas forcément débat avec cette prise de pouvoir.

52Valérie Tesnière : On aurait peut-être pu mettre « prise de pouvoir bolchévique »…

53Éric Lafon : On n’a plus la pression qui existait auparavant. Par exemple, je n’avais pas spécialement d’inquiétude quant aux termes que je devrais utiliser par rapport au public.

54Valérie Tesnière : A contrario, c’est dans cette exposition qu’on peut voir la question de la Constituante, ce dont on ne parlait pas beaucoup avant. L’accent est mis sur Février, ce qui est important. C’est la tradition de Marc Ferro qui, à juste titre, insiste beaucoup là-dessus, et sur le lien avec la guerre. On peut toujours ergoter sur les termes à employer, mais l’idée est de montrer les ouvertures, les possibles.

55Éric Lafon : On n’ergote pas là-dessus : c’est un débat de fond qui a traversé les gauches mais qui ne les traverse plus !

Conclusion : « le propre des moments historiques très forts est d’avoir à la fois l’action et la réflexion »

56Anne Jollet : J’ai l’impression que la curiosité repose sur le début de la révolution, car on est à nouveau dans des recherches de voies de transformation, et en ce moment on met l’accent sur ces possibles. Donc l’emphase sur les conséquences, notamment la violence, a été plutôt surprenante par rapport aux dernières décennies qui les avaient mises de côté, et si vous avez l’occasion de lire Nelcya Delanoë, spécialiste de l’histoire des États-Unis, elle insiste là-dessus. Tout ce qu’elle a lu dans la presse américaine met en évidence une nostalgie, un intérêt pour une forme d’engagement politique, un intérêt au sens très large pour le processus révolutionnaire, sans mettre en avant ce sur quoi les révolutions ont pu achopper. Elle a été très surprise par ces lectures par rapport à ses propres attentes. J’espère que vous pourrez lire bientôt les actes des rencontres de novembre dernier à Gennevilliers, qui portaient sur « les révolutions », sur les héritages, mais aussi sur ces mêmes phénomènes d’efflorescence. Ce qui me gêne un peu, c’est qu’on parle immédiatement de « mythologie » dans ce que construisent les révolutions sur elles-mêmes. C’est évident, et c’est même une caractéristique des mouvements forts, ils reconstruisent immédiatement leur représentation. Pour la Révolution française, c’est très impressionnant de voir que les acteurs sont immédiatement conscients de vivre quelque chose de très important. Ils ont conscience qu’ils participent à quelque chose de grand, de fort et de tout à fait singulier, ce qui les amène d’eux-mêmes à vouloir conserver des traces et mettre en scène immédiatement. C’est impressionnant, cet aspect de redoublement immédiat de l’événement par les acteurs eux-mêmes. C’est ce phénomène que j’ai constaté dans vos expositions, peut-être davantage dans celle de la BDIC, et c’est peut-être le propre des moments historiques très forts d’avoir à la fois l’action et la réflexion.

57Éric Lafon : Dans les débats, nous avons été parfois surpris par des échanges très houleux dans le public ou même j’ai été appelé plusieurs fois par l’accueil : les gens parlaient trop fort dans les salles quand ils discutaient, car ils découvraient la séquence de Février. On expliquait dans les quartiers que lorsqu’un journaliste publiait dans l’Excelsior, L’Illustration ou l’Humanité, il y avait trois semaines, un mois, voire deux mois de décalage. Par exemple, Serge De Chessin envoie un article sur mars 1917, qui est publié au mois de juin dans L’Illustration. Donc, on a expliqué au public que dans les séquences révolutionnaires, l’événement ne se vit pas d’année en année, mais au jour le jour, qu’il y a la tactique, la stratégie, la doctrine qui se met en marche, mais qu’il y a aussi l’événement qui doit être géré. C’est pourquoi les gens de 1917 se posaient beaucoup de questions, revenaient sur les décisions prises ou à prendre à un moment donné, etc., ce que le public de l’exposition a découvert.

Sites consultables à propos de ces expositions :

58BDIC : <https://et1917devientrevolution.tumblr.com>

59Musée de l’Histoire vivante de Montreuil-sous-Bois (93) : <http://www.museehistoirevivante.fr/​expositions/​anciennes-expositions/​les-revolutions-russes-vues-de-france-1917-1967>

60Espace Niemeyer, PCF : <https://espace-niemeyer.fr/​index.php/​2017/​10/​12/​expo1917/​>

61Présentation de l’exposition, du catalogue et de quelques affiches : <https://edition-limitee.fr/​index.php/​16-bande-dessinee-edition-limitee-edition-collector/​2233-sur-les-murs-du-fil-rouge-d-octobre-affiche-revolution-russe-1917>

Catalogues :

Et 1917 devient Révolution, Paris, Seuil, coll. « Beaux-Livres », BDIC, parution le 19/10/2017, 240 p., 29 €.

Alain Gesgon (préface de Pierre Laurent), Sur les murs du fil rouge d’Octobre (1917-2017), Paris, Deixis, parution le 10/10/2017, 112 p., 20 €.

Haut de page

Notes

1 Le présent article restitue les interventions des participants à cette table ronde. Des photographies des expositions et des reproductions de certains documents y ont été projetées, mais, faute de pouvoir les reproduire en totalité, la plupart des commentaires et descriptions s’y rapportant n’ont pas été transcrits ici.

2 Deutsches Historisches Museum.

3 Roger Martelli, 1917-2017, Que reste-t-il de l’Octobre russe ?, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2017, 229 p.

4 Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ? Une contre-histoire de la révolution russe, Paris, Autrement, 208 p.

5 John Silas Reed, journaliste et militant communiste américain, mort en 1920 à Moscou, connu pour son livre écrit en 1919 sur la révolution bolchévique, Les Dix Jours qui ébranlèrent le monde.

6 Henri Béraud (1885-1958), écrivain, journaliste, passant de la gauche à l’extrême droite, après un voyage à Moscou en 1925 relaté dans un livre : Ce que j’ai vu à Moscou, Paris, Les Éditions de France, 1925, 252 p.

7 Paul Vaillant-Couturier, Un mois dans Moscou la rouge, Paris, Éditions de reportages populaires, 1926, 192 p.

8 Bulletin communiste, n° 14, 6 avril 1922.

9 Yves Bourdillon, « Stéphane Courtois : la révolution d’Octobre 1917 a été un désastre historique », dans Les Échos, 6 novembre 2017.

10 Marc Ferro, La Révolution de 1917, Paris, Aubier, « Collection historique », 1967, 2 vol. Il a été sollicité par de nombreux médias en 2017 à l’occasion du centenaire de 1917.

11 Roger Martelli, 1917-2017, Que reste-t-il de l’Octobre russe ?, op. cit.

12 Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ?..., op. cit.

13 Nicolas Werth, Stéphane Courtois (dir.), Le Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, Robert Laffont, 1997, 846 p.

14 Nicolas Werth, Les Révolutions russes, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2017, 128 p.

15 Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd, Paris, La Fabrique Éditions, 2016, 550 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10117/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Et 1917 devient Révolution, Paris, Seuil, coll. « Beaux-Livres », BDIC, parution le 19/10/2017, 240 p., 29 €.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Alain Gesgon (préface de Pierre Laurent), Sur les murs du fil rouge d’Octobre (1917-2017), Paris, Deixis, parution le 10/10/2017, 112 p., 20 €.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Blum, Valérie Tesnière, Éric Lafon, Frédérick Genevée et Anne Jollet, « 1917 : trois expositions en débat », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 157-178.

Référence électronique

Alain Blum, Valérie Tesnière, Éric Lafon, Frédérick Genevée et Anne Jollet, « 1917 : trois expositions en débat », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10117

Haut de page

Auteurs

Alain Blum

commissaire de l’exposition « Et 1917 devient Révolution… »

Valérie Tesnière

directrice de La Contemporaine, ex-BDIC

Éric Lafon

directeur scientifique du Musée de l’Histoire vivante

Articles du même auteur

Frédérick Genevée

organisateur pour le PCF des commémorations de 1917

Articles du même auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page