Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Un peuple et son roi, film de Pierre Schœller, 2018, 122 min.

La Révolution française filmée du point de vue du peuple
Léopold Lagarde
p. 209-212

Texte intégral

1« Un peuple et son roi » ou « Un roi et son peuple » ? Cette analyse de sujet répétée par les professeurs s’impose ici : c’est bien le premier terme posé qui est au cœur de l’étude, lui qui est scruté dans sa relation avec le deuxième terme. Dans le film éponyme, c’est bien le peuple de Paris qui est mis en avant, étudié sous toutes ses coutures, disséqué. Et si la relation avec « son » roi est centrale, sensible, ce dernier personnage n’apparaît qu’en arrière-plan, tout en permettant de justifier les limites chronologiques du film : de la prise de la Bastille en 1789 jusqu’à la mort du roi le 21 janvier 1793.

  • 1 Les citations sont extraites d’un entretien avec Emmanuel Laurentin dans l’émission « La Fabrique d (...)

2Pierre Schœller n’est pas historien, il le reconnaît volontiers et s’en réclame même : « partir de mon inculture1 », aller à la rencontre des archives, des sources, des historiens actuels pour écrire et réaliser ce film. Ses lectures, autour de Michelet ou Soboul, aussi bien que les historiens crédités au générique du film sont révélateurs : Timothy Tackett, Guillaume Mazeau, Sophie Wahnich, une génération d’historiens de l’après-Furet, une approche culturelle insistant sur les représentations de la Révolution française, son vécu, ses incertitudes et sur ses acteurs.

3Une approche engagée aussi : « Je n’ai aucune prétention à faire de l’histoire objective, je suis un personnage qu’est Louis XVI, je suis un moment, je suis un mouvement fictionnel d’énergie émotionnelle : comment un peuple en est venu à se défaire d’une figure tutélaire ». Après son film L’exercice de l’État (2011), où seuls quelques-uns exerçaient le pouvoir, le réalisateur a voulu « montrer que peuple et politique allaient ensemble, que les femmes avaient un rôle central et que le cinéma a un rôle à jouer pour expliquer cet événement ».

4Les conséquences de ce parti pris sont multiples, et un point de comparaison pourrait être le double film du bicentenaire, La Révolution française (1989).

5Une différence historiographique d’abord : Un peuple et son roi se concentre sur des membres du peuple, délaissant les grands personnages, les orateurs de la Révolution française ou Marie-Antoinette – on cherchera vainement dans le film Mirabeau ou La Fayette. La dernière partie du film fait toutefois la part belle aux discours des membres de la Convention, Robespierre, Marat et Saint-Just en tête – on saluera respectivement les performances de Louis Garrel, Denis Lavant et Niels Schneider.

6Une différence événementielle ensuite : il est impossible de relater la complexité de la période en deux heures, aussi des choix sont-ils inévitables. Le film du bicentenaire choisissait la longueur (huit heures) en marquant la césure d’août 1792, admettant la thèse de François Furet d’une Révolution qui « dérape ». Un peuple et son roi résume en deux heures les événements menant au délitement de la relation entre le peuple et Louis XVI. Si certains sont inévitables – la prise de la Bastille, la fuite du roi, la prise des Tuileries ou l’exécution de Louis XVI – le choix de mettre en avant la fusillade du Champ-de-Mars du 17 juillet 1791 aux dépens des massacres de Septembre, brièvement mentionnés, ne laissera pas indifférent.

7Une différence cinématographique enfin : des acteurs de premier plan permettent d’incarner des personnages forts aux caractères marqués, avec Adèle Haenel et Izïa Higelin en lavandières, Gaspard Ulliel et Olivier Gourmet en hommes du peuple, Laurent Lafitte en Louis XVI. La fiction (le peuple anonyme ici incarné) rejoint ici l’histoire des grands événements. Les décors, les costumes sont de grande qualité et le rendu est visuellement réussi. La destruction de la Bastille, qui laisse percer la lumière sur le faubourg Saint-Antoine, ou la Carmagnole aux flambeaux à l’Assemblée nationale marquent le spectateur. Et on ne se lasse pas de relier les scènes aux historiens : Arlette Farge n’a-t-elle pas, avec un récent travail sur le paysage sonore de Paris au XVIIIe siècle, inspiré cette scène des lavandières chantant sur les quais de la Seine ?

8Ce parti pris du réalisateur amène à mettre le peuple au centre de l’action. Pierre Schœller s’attache à montrer la Révolution française comme « un mouvement énergique de tous vers la politique ». Les deux heures croisent vie politique et vie quotidienne d’une famille parisienne. Les événements individuels font écho aux transformations nationales : la prise de la Bastille a lieu en même temps que le décès d’un enfant en bas âge, l’apprentissage d’un métier en lien avec les débats sur la mort du roi. Et si les événements marquants sont soulignés, le réalisateur s’attache aussi à montrer l’à-côté, ce qui suit l’événement, comme ce soir du 14 juillet, mi-angoissant, mi-joyeux.

9De la même façon, la place des femmes est centrale : elles interviennent sur la « grande scène » lors de la marche d’octobre sur Versailles ou en intervenant à l’Assemblée pour réclamer du pain, mais sont plus largement présentes dans les discussions politiques, encouragent à manifester, prennent les armes à l’occasion. La politique est en effet omniprésente dans les préoccupations du peuple. Les nombreuses chansons dans le film en témoignent, ainsi que celle des lavandières dont le sujet est le roi, jusqu’à l’intime : « un enfant de chœur dans le bénitier, comme dit le curé ». Les objets du quotidien deviennent politiques : affiches, journaux, chants, cocardes, tels qu’on les retrouve au musée Carnavalet. Montrer le peuple engagé en politique, c’est enfin montrer également les dissonances, les doutes : le peuple n’est pas uni, ainsi une femme du peuple est prise à parti lorsqu’elle proteste violemment contre la mort du roi.

10Ce roi sacré, christique, dont la scène d’ouverture – le lavement des pieds de paysans au château de Versailles – montre le décalage avec les préoccupations populaires (l’enfant dont il lave les pieds glisse « j’aurai des sabots »). Un Laurent Lafitte mutique dont une scène nous transmet l’inquiétude, celle d’un cauchemar du monarque visité et jugé par ses glorieux ascendants. Ce n’est pas là une simple tentative cinématographique, mais bien la mise en scène d’un pamphlet réactionnaire de l’époque ! Si la relation entre le roi et le peuple est forte, ces sentiments sont néanmoins contradictoires, selon son appui ou ses réticences envers les nouveautés mises en place. Le réalisateur souligne encore l’ordre des termes du sujet lors des scènes finales. Si au moment de son exécution, Louis XVI s’étonne « Où est mon peuple ? », la dernière scène n’est pas son exécution, mais une scène de famille du peuple : après la mort du roi, une naissance, la fille se nomme Marie-Pique-Égalité.

11Cette disparition du roi marque la fin du film et une césure pratique, avec une suite possible. Espérons qu’elle soit probable. Car malgré une fréquentation bien en-deçà des espérances et des critiques très inégales, le film nous paraît de grande qualité, tant pédagogique que visuelle.

Haut de page

Notes

1 Les citations sont extraites d’un entretien avec Emmanuel Laurentin dans l’émission « La Fabrique de l’histoire », France Culture, le 24 septembre 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léopold Lagarde, « Un peuple et son roi, film de Pierre Schœller, 2018, 122 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 209-212.

Référence électronique

Léopold Lagarde, « Un peuple et son roi, film de Pierre Schœller, 2018, 122 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10140

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page