Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart.
p. 217-230

Texte intégral

ROMANS ET RÉCITS

Alice Zeniter, L’Art de perdre, Flammarion, 2017, 512 p.

1

Le camp de Rivesaltes

2C’est sous ce titre en demi-teinte que nous découvrons la formidable saga de la famille d’Ali, de ses frères et de leurs descendants.

3Naïma est une jeune Française moderne, travaillant pour une galerie d’art, née d’un père algérien et d’une mère française. À l’occasion d’une recherche sur un peintre kabyle, elle part en Algérie, qu’elle ne connaît pas, car son père l’a toujours soigneusement tenue à l’écart de ses origines. Elle entreprend un voyage initiatique sur les terres de ses ancêtres, fait la connaissance des cousins qui sont restés au pays et découvre l’Algérie d’aujourd’hui. À son retour, elle se lance dans des recherches sur l’histoire de sa famille : pourquoi son père, Hamid, n’a-t-il jamais entretenu sa double culture ? Pourquoi son grand-père, l’irascible Ali, ouvrier à la retraite, vieillit-il tristement aux côtés de son épouse, la douce Yema, dans cette HLM de Flers, sans jamais retourner « au pays » ? Quel secret se cache derrière ce silence ?

4Tout commence au début des années 1950, dans la Kabylie française. Ali et ses deux frères sont les exploitants prospères de terres plantées d’oliviers. Ils vendent leur huile à toute la région. Des épouses, des enfants emplissent la grande demeure patriarcale. Cependant, des rumeurs de lutte pour l’indépendance arrivent jusque dans la montagne et chacun doit choisir son camp. À Palestro, la ville de la plaine, le 8 mai 1956, une section de l’armée française tombe dans une embuscade du FLN. Les représailles sont telles dans les villages qu’Ali, pour protéger son clan, demande de l’aide à l’armée française. Le capitaine de la caserne de Palestro exige en échange des informations sur les fellaghas. Ali n’a pas d’informations à donner et le capitaine laisse les villages de la montagne aux mains du FLN. Cela suffira pourtant pour faire d’Ali un harki : en 1962, il prend le bateau avec son épouse Yema, ses enfants Hamid, Kader et Dalila, direction le camp de Rivesaltes.

5La famille y reste un an, parquée parmi une foule de réfugiés dans des baraques glaciales ; le camp est géré de façon autoritaire par l’armée. Puis c’est le camp de Jonques, sur les rives de la Durance : les Algériens qu’on installe là doivent travailler pour l’Office national des forêts. Cependant, la famille s’est agrandie : Yema a donné naissance à un bébé nommé Claude, sur les conseils avisés de l’assistante sociale ! Enfin, on propose à la famille un logement dans une HLM toute neuve de la ville de Flers en Normandie. De bûcheron, Ali devient ouvrier dans une usine. Son fils aîné, Hamid, sa fierté, s’efforce de ressembler à un parfait petit Français : brillant à l’école, il devient le relais francophone entre ses parents et l’administration française ; par extension, il remplit l’emploi d’écrivain public pour l’ensemble de la ZUP.

6On suit Hamid à Paris où, étudiant, il rencontre une jeune Française avec qui il se marie. Un parcours d’« intégration » réussi ? Pas vraiment : Hamid souffre à plus d’un titre. Aîné de la famille, il acquiert, trop jeune, l’autorité d’un père sur sa turbulente fratrie, détrônant Ali le patriarche, déconsidéré par son inadaptation, linguistique et culturelle, au monde occidental. Pèse aussi sur ses épaules le poids du statut de harki de son père : « collabo » aux yeux du jeune État algérien, négligé par l’État français, à sa place nulle part, ayant tout perdu : son statut social et son autorité familiale.

7C’est un roman dont la réussite doit beaucoup à l’humour de la narratrice, à son regard plein d’empathie sur ses personnages, rendant justice et dignité à ces victimes de l’histoire coloniale, eux qui se sont toujours sentis coupables, transmettant à leur descendance le poids d’un secret honteux. Une brève consultation de la notice Wikipédia de l’auteure nous laisse supposer la part largement autobiographique du roman.

Erri De Luca, La Nature exposée, Gallimard, 2017, rééd. coll. « Folio », 2019, 160 p.

8

9C’est la vie d’un ami sculpteur vivant perdu dans la montagne, à la frontière entre l’Italie et la France, qu’Erri De Luca nous raconte dans ce roman tout récemment réédité.

10L’artiste – lui préfère dire artisan – est si peu ambitieux, si peu conscient de sa valeur, qu’il se contente, pour vivre, des travaux de restauration de sculptures que les petites églises de village lui confient. Il travaille aussi les pierres et le bois qu’il récolte à l’occasion de ses virées dans les alpages. Il pose ses « œuvres » devant sa maison, sur une table, en une exposition permanente à ciel ouvert : les prend qui veut, on n’est même pas tenu de les payer.

11L’homme, la nuit, est un passeur clandestin : il achemine, par des voies escarpées que seuls connaissent les habitants de la montagne, les migrants qui se présentent au village frontière. Il n’est pas le seul à le faire, mais il est le seul à rendre l’argent que lui ont donné les passagers, une fois qu’il les a menés sur l’autre versant de la montagne. Cette pratique lui crée des ennuis, qu’il fuit en se réfugiant le temps d’un hiver dans « la ville au bord de la mer ».

12C’est là qu’il rencontre un prêtre qui lui confie une étrange mission de restauration : un Christ en croix, dont le sexe, à l’origine découvert, a été occulté d’une draperie de pierre sur demande de l’évêché. Il s’agit maintenant, o tempora o mores, de redonner à la statue sa nudité originelle. Mais quel sexe donner au Christ ? À cette question à la fois triviale et théologique, le sculpteur donnera une réponse inattendue.

13Par cette histoire, Erri De Luca fait le portrait d’un juste : homme simple, artiste, marcheur, humaniste, qui pose sur le monde un regard plein de compassion. Un miroir de l’auteur ?

Charlotte Delbo, Auschwitz et après, I, II et III, Minuit double, 2 vol., 2018, 192 et 336 p.

14

15Georges Dudach fut arrêté avec sa femme Charlotte à leur domicile parisien, 93 rue de la Faisanderie. Il fut torturé, interné à la Santé et fusillé au Mont-Valérien comme otage le 23 mai 1942.

16Des témoignages de revenants de l’Holocauste, on connaît surtout ceux de Primo Levi ou de Robert Anthelme, mais moins l’ouvrage en trois volets de Charlotte Delbo, publié une première fois par les Éditions de Minuit en 1965, 1970 et 1971. Réjouissons-nous de sa réédition en collection de poche, qui mettra à la portée de tous le récit bouleversant de cette femme remarquable.

17Secrétaire de Louis Jouvet, communiste, résistante, elle entre dans la clandestinité dès 1941. Arrêtée par la police française en 1942, elle est déportée à Auschwitz-Birkenau, puis transférée à Ravensbrück. Elle est libérée en avril 1945, après vingt-sept mois de déportation. Des deux cent vingt-neuf femmes résistantes qui faisaient partie de son convoi, seules quarante-neuf sont revenues.

18Les deux premiers volets de son œuvre, « Aucun de nous ne reviendra » et « Une connaissance inutile », racontent la vie dans les camps : les hurlements et les coups des SS, le travail éreintant, le délabrement des corps, les mortes de la nuit qu’on compte au matin, en pensant que la nuit prochaine ce sera son tour, les odeurs du four crématoire qui imprègnent la peau ; mais aussi la solidarité, la protection du groupe qu’il ne faut surtout pas quitter... La prose de Charlotte Delbo n’est pas linéaire, mais cyclique ; en effet, il ne peut être question d’un récit chronologique : la vie dans le camp est répétitive et d’un ennui désespérant. La voix de Charlotte se mêle à celle de ses camarades, comme si elles ne faisaient qu’une. Les chapitres « L’appel », « La nuit », « La soif », sont entrecoupés de poèmes qui disent la nostalgie de la vie d’avant, la folie qui guette l’esprit.

19Le troisième volet, « Mesure de nos jours », donne la parole aux camarades survivantes : leur monologue intérieur dit l’impossibilité de reprendre une vie normale, le souvenir des camarades mortes qui les hante : pourquoi ont-elles survécu, elles, et non Viva, ou Mounette, ou Angèle ? Ces mortes sont bien plus réelles, bien plus proches, que les vivants que ces femmes brisées retrouvent enfin.

20Plus qu’un témoignage, l’ouvrage de Charlotte Delbo saisit par la densité de sa prose qui rend palpable, charnelle et humaine, une réalité historique et théorique. Il est publié en deux tomes dans la collection « Minuit double ».

ROMANS GRAPHIQUES

Golo, Panaït Istrati, 2 tomes : 1. Le vagabond et 2. L’écrivain, Actes Sud BD, 2017-2018, 261 et 224 p.

21« Mille et mille tristesses rongent en une vie l’âme de l’être généreux ; mais aucune ne lui est si pénible que la souffrance de son prochain : c’est cela l’âme haïdouque. […]. C’est en cela que le haïdouk se sépare de la société de dévorants, et devient son ennemi. […] En gagnant la forêt et en se mettant hors-la-loi, tout vrai haïdouk reste bon, point rancuneux, indulgent à l’erreur. […] Le haïdouk n’est pas un bandit. Tout homme doit devenir un haïdouk pour que le monde devienne meilleur. »

22Panaït Istrati, Les Récits d’Adrien Zograffi : Domnitza de Snagov, Gallimard, 1983.

  • 1 Nom donné à un recueil de textes autobiographiques publié chez Gallimard en 1984.
  • 2 Voir le livre de Jacques Baujard, Panaït Istrati. L’amitié vagabonde, Transboréal, 2015, recommandé (...)

23Quoi de plus logique pour un dessinateur qui a vécu longtemps en Égypte et adapté le roman Mendiants et Orgueilleux d’Albert Cossery (1955), que de s’intéresser à Panaït Istrati, tant fasciné par les haïdouks, à moitié « hors-la-loi » ou « scélérats » (en turc) et synonymes en roumain, ainsi que dans d’autres langues de la région, de « rebelles », d’« hommes libres » ? Généreux pour les pauvres, « pèlerin du cœur1 », Panaït incarne bien l’âme haïdouque moderne, lui qui fut un pont entre l’Orient et l’Occident, un homme sans terre, militant révolutionnaire d’un monde sans frontière2.

24Né en 1884, Panaït, orphelin d’un père contrebandier, passe son temps à rechercher ses origines. Cette errance le mène en Orient (Constantinople, Le Caire) comme en Occident (Naples, Paris). Vivant de petits travaux, il connaît déjà la pauvreté. En plus du roumain et du grec, il apprend le turc avant de découvrir le français en Suisse, où il est soigné pour une tuberculose (1916) qui le minera toute sa vie.

25Durant ses vagabondages, il découvre l’amitié profonde et amoureuse qu’il saura si bien décrire par la suite. Séduisant et en même temps insupportable, il envahit totalement ses amis. La vie devient souvent usante pour celui qui ne connaît pas de repos, il ne peut l’imaginer sans lutte et sans engagement.

26Après une tentative de suicide ratée à Nice en 1921, liée à son état physique et à la misère qui ne le quitte pas, sous l’influence amicale de Romain Rolland, qui devient son mentor, il entre en littérature en français, langue avec laquelle il se bat, tant son besoin d’écrire devient vital.

  • 3 Panaït Istrati, Vers l’autre flamme, Gallimard, Folio essais, 2013 (1ère édition : 1929), p. 189.

27Fasciné par la révolution bolchevique, il se rend en URSS, où il envisage même de s’installer. Il y passera seize mois. Écœuré par ce qu’il a vu, Istrati écrit alors Vers l’autre flamme, qui illustre ses déceptions et ses désillusions. Non, le bolchevisme n’est pas la société idéale et comme Emma Goldmann quelques années plus tôt, il en tire une leçon amère : « N’est combattant, à mes yeux, que celui qui subordonne ses intérêts individuels aux intérêts de l’humanité meilleure qui doit venir. Je crois en cette humanité… Je ne crois plus à aucun credo. Je ne veux plus écouter ce que les hommes disent, mais seulement regarder ce qu’ils font3 ».

28Ce point de vue lui vaut de devenir la cible privilégiée des staliniens qui, menés par Henri Barbusse, se lancent dans une véritable campagne de calomnie. Panaït Istrati est accusé d’être « vendu à la Sigourantza [police] roumaine ». Le coup est terrible et ses amis lui tournent le dos : il rompt avec le plus cher d’entre eux, Romain Rolland (avec qui il se réconciliera peu de temps avant de mourir). Affaibli par la tuberculose, Istrati meurt en 1935 à Bucarest, totalement ruiné.

29Le roman graphique débute par cette mort à Bucarest, cette fin misérable d’un écrivain rejeté par les milieux de gauche qui lui reprochent ses critiques du paradis soviétique, lui valant une nécrologie infecte dans l’Humanité (reproduite dans le volume) et par l’extrême droite, qui voit en lui la représentation haïe du cosmopolitisme.

  • 4 « Le Gnaf d’en face », entretien avec Georges Ionesco recueilli par Juliette Pary en 1935 dans Euro (...)

30Scandalisée par le portrait d’Istrati tracé par le quotidien communiste, une jeune journaliste, Juliette Pary, écrivaine et traductrice de romans policiers, décide de mener son enquête et fait parler Georges Ionesco, le bottier roumain émigré à Paris, l’ami fidèle qui raconte leurs rencontres, leurs passions, leurs disputes, leur tendresse et leurs difficultés de cohabitation4.

31Golo aborde dans le premier tome, « Le vagabond », cette période de jeunesse qui forge Istrati, à la fois littérairement, affectivement et politiquement. Dans le second volume, Istrati devient « L’écrivain », reconnu puis rejeté pour ses prises de position antistaliniennes. Commence alors la longue agonie d’un homme toujours dévoré par le désir d’écrire, d’aimer et de communiquer.

  • 5 Eleni Samios-Kazantzaki, La véritable tragédie de Panaït Istrati, Éditions Lignes, 2013. Eleni est (...)

32Dans son ouvrage, Golo mêle ce témoignage aux récits romancés de Panaït pour en faire une fresque captivante. Le dessin noir et blanc, simple, incrusté de quelques documents photographiques, laisse une part à l’onirisme avec de grandes pages qui montrent les états d’âme, les rêves et de plus en plus les cauchemars d’un écrivain en perpétuelle recherche d’identité et d’idéal. « Panaït était d’une générosité folle. Généreux de bourse et d’âme », écrit Eleni Samios-Kazantzaki5. Dans cette biographie, Golo rend un bel hommage à celui qui a passé sa vie à espérer des hommes et à se donner entièrement.

FILMS

Nanni Moretti, Santiago, Italia, documentaire franco-italien, 2018, 100 min.

33Découvrant l’histoire de l’ambassade italienne ouverte aux réfugiés après le coup d’État de la junte militaire dirigée par Pinochet en septembre 1973, Nanni Moretti a décidé d’en faire un film. Au cours du tournage se télescopent deux réalités : cette tentative, unique dans l’histoire, de vouloir installer un régime communiste démocratique au Chili et l’arrivée au pouvoir d’une coalition xénophobe à forte coloration d’extrême droite en Italie.

34Comment l’Italie si accueillante aux réfugiés chiliens est-elle devenue si cruelle et si fermée au sort des migrants ?

35Moretti ne répond pas à cette question, il se contente de faire un film humaniste où il rappelle avec force l’espoir suscité par l’arrivée au pouvoir d’Allende au Chili, mais aussi dans le monde entier, le courage de ces jeunes diplomates qui ont transformé l’ambassade d’Italie en un lieu d’accueil et de partage, en utilisant des images d’archives. Et surtout, il donne la parole à ceux qui ont trouvé un nouveau refuge en Italie, une nouvelle patrie fraternelle (« une mère généreuse et solidaire », dit simplement Victoria Saez) : ce sont ces voix qui font toute l’épaisseur humaine du film. D’un revers de caméra, il renvoie les bourreaux, à qui il donne aussi la parole, à leurs justifications : l’histoire les a déjà jugés.

36C’est seulement dans les dernières minutes du film qu’apparaît la nouvelle réalité italienne, qui fait frémir ces anciens réfugiés, comme le dit l’un d’entre eux : « Quand je suis arrivé en Italie, le pays ressemblait à celui qu’Allende avait rêvé. Aujourd’hui, elle me fait penser à ce que le Chili a de pire ».

37Mais le but de Moretti n’est pas de faire un film militant contre l’extrême-droite et il est lui-même surpris par l’accueil positif du public italien : « Nous vivons une époque si étrange, dit-il, qu’il est passé pour un geste politique fort ».

38On retiendra surtout de ce film, émouvant à plus d’un titre, son engagement éthique pour la fraternité des peuples, à laquelle l’Italie et les Italiens des années 1970, en refusant de reconnaître le gouvernement de Pinochet et en accueillant avec chaleur ces militants d’une vie meilleure dans leur pays, ont su donner une existence et une valeur. Il est bon de rappeler ce temps et ce message d’espoir, à tous ceux qui luttent en Italie contre ce retour d’une barbarie qui a tant fait souffrir le peuple au Chili.

EXPOSITIONS

Les Nadar, une légende photographique

39Bibliothèque nationale de France (Paris), du 16 octobre 2018 au 3 février 2019.

40Nous connaissons tous Nadar, peu ou prou. Ses portraits photographiques hantent nos livres d’histoire et plus encore nos manuels de littérature du 19e siècle. Et c’est justice, tant ils restituent la vérité profonde et l’humanité vibrante de leurs sujets. Ainsi Baudelaire, saisi dans sa posture de dandy décharné, qui nous fixe avec une tranquille impudence ; Camille Pelletan, campé en prophète farouche de la République ; ou Gérard de Nerval, dont le regard nous bouleverse, tant il exprime la mélancolie infinie d’un homme parvenu au bout de la solitude et du dénuement, résigné à l’échec de sa quête et qui s’apprête à mettre fin à ses jours.

41Or, le grand mérite de cette exposition passionnante a été de nous faire découvrir à quel point l’œuvre et l’héritage de Nadar allaient bien au-delà de ces nombreux portraits restés dans les mémoires et de nous raconter l’incroyable saga des Nadar.

42Car le nom de « Nadar » est en fait un pseudonyme familial, porté par trois générations de créateurs aux talents variés et aux caractères tranchés, entre lesquels drames et conflits ne manquèrent pas, comme dans toute bonne saga.

43À l’origine de l’aventure collective, nous avons Félix Tournachon (1820-1910), qui adopta « Nadar » comme nom d’artiste et veilla jalousement sur sa propriété, quitte à entrer en conflit avec son frère et son propre fils. Sa carrière fut singulièrement longue et riche, marquée par des hauts et des bas, en fonction des engouements et passions du bonhomme, souvent décrit comme fantasque et impétueux. D’abord journaliste et caricaturiste – on lui doit le célèbre « Panthéon Nadar », dans lequel il croqua les personnalités des années 1850 –, il se prit de passion pour la photographie et ouvrit un studio à Paris, fréquenté aussi bien par ses amis de la bohème artistique et littéraire que par la « meilleure société ». Grisé par le succès, il transforma son atelier en une sorte de temple voué au culte de l’art photographique, somptueux mais périlleux pour ses finances. Esprit curieux, Félix Nadar ne cessa d’explorer et améliorer les potentialités du médium photographique. On lui doit notamment les premières vues aériennes, captant à partir de 1858 Paris et sa proche banlieue depuis un ballon, puis les premiers reportages à la lumière artificielle, fixant sur le papier les catacombes de la capitale en 1862, grâce à une invention de son cru. Cet innovateur majeur fut aussi un pionnier de l’aéronautique, finançant jusqu’à se ruiner différents ballons, dont un imposant « Géant », puis la flottille qui relia Paris au reste du pays lors du siège de 1870. Un personnage haut en couleurs, qui joua donc un rôle important et méconnu dans notre histoire aussi bien culturelle que scientifique.

44Mais « Nadar » était aussi Adrien Tournachon (1825-1903), artiste doué et sensible, mais fragile, qui se consacra à la photographie dans l’ombre de son demi-frère Félix, un temps sous l’appellation de « Nadar jeune », avec moins de réussite que celui-ci. Après avoir pourtant connu le succès grâce à ses clichés du mime Debureau ou son travail de photographe animalier, il échoua dans ses diverses tentatives et connut une fin de vie tragique. Notons que l’attribution de certaines photographies, entre Félix et Adrien, semble encore incertaine, y compris parmi les plus connues.

45« Nadar » était aussi Paul (1856-1939), fils de Félix, qui continua l’œuvre de son père en se consacrant à son tour à l’art du portrait, avec une dilection particulière pour le monde du spectacle et le Tout-Paris (il en a immortalisé de nombreuses figures, comme Sarah Bernhardt ou Joséphine Baker), et en perpétuant l’esprit d’innovation (il s’est fait le promoteur en France de la photographie « instantanée »).

46Enfin, « Nadar » comprenait aussi deux femmes, dont le rôle ne doit pas être mésestimé. Ernestine (1836-1909) ne cessa d’épauler son fougueux Félix de mari tout au long de leur existence commune. Marthe (19..-1948), fille de Paul et dernière de la lignée, se consacra à son tour au studio Nadar, dont l’aventure s’acheva avec sa mort précoce en 1948.

47Le plus bel hommage aux Nadar, à la flamme qui les a animés, nous vient sans doute du romancier Jules Verne, quand celui-ci s’inspire de son ami Félix pour un de ses plus fameux personnages, celui de Michel Ardan (anagramme de Nadar). Rappelons que celui-ci, intrépide et plein d’ardeur, se lance sans hésiter à la conquête de la Lune dans une sorte d’obus géant. Cette rencontre entre l’auteur de De la Terre à la Lune (1865), passionné de sciences et de découvertes, et le pionnier à la fois de la photographie et de l’aéronautique, n’a rien de fortuit : Jules Verne, Félix et tous les Nadar sont pleinement représentatifs de ce passionnant 19e siècle, qui entreprit d’explorer et conquérir le monde sous toutes ses facettes, et dont nous sommes les héritiers.

48Le catalogue de l’exposition est très beau : Sylvie Aubenas et Anne Lacoste (dir.), Les Nadar, une légende photographique, BnF éditions, 2018, 352 p., 250 ill.

Dorothea Lange, politiques du visible

49Musée du Jeu de paume, Paris, du 16 octobre 2018 au 27 janvier 2019.

50Cette intéressante exposition a montré les différentes facettes de l’œuvre de la photographe américaine Dorothea Lange, qui a commencé par prendre des portraits urbains de personnes victimes de la crise des années 1930, à San Francisco, puis a été chargée par le gouvernement américain de Franklin D. Roosevelt, dans le cadre du New Deal, de contribuer à photographier l’action de la Farm Security Administration, programme gouvernemental d’éradication de la pauvreté et d’aide aux fermiers victimes de la crise. Elle photographie alors des familles de paysans contraintes à l’exil et au départ vers la Californie. Ces photographies de Dorothea Lange, dont la célèbre « mère migrante », couvrent 22 États américains et s’étendent de 1935 à 1941.

51Un autre aspect de son œuvre, pendant la Seconde Guerre mondiale, est de montrer, avec objectivité et neutralité, l’action – moins glorieuse – du gouvernement américain d’internement des citoyens américains d’origine japonaise, en Californie, à partir de 1942. En effet, suite au bombardement de Pearl Harbor en décembre 1941, le Japon devient l’ennemi officiel des États-Unis et le gouvernement fédéral ordonne l’internement de plus de 110 000 Américains d’origine japonaise. Ces derniers, comme on le voit sur les photos, acceptent ce traitement avec dignité et retenue.

52Catalogue : Alona Parlo (dir.), Dorothea Lange, politiques du visible, Paris, 2018, 288 p.

53Lire aussi sur le sujet :

54- Dorothea Lange et Paul Taylor, An American Exodus : A Record of Human Erosion, [1939], nouvelle édition établie par Sam Stourdzé, Paris, Jean-Michel Place, 1999, 224 p.

55- James Agee et Walker Evans, Louons maintenant les grands hommes, [1941], Paris, Plon, 1972, rééd. 2017, 544 p.

Haut de page

Notes

1 Nom donné à un recueil de textes autobiographiques publié chez Gallimard en 1984.

2 Voir le livre de Jacques Baujard, Panaït Istrati. L’amitié vagabonde, Transboréal, 2015, recommandé dans cette rubrique, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 134, 2017.

3 Panaït Istrati, Vers l’autre flamme, Gallimard, Folio essais, 2013 (1ère édition : 1929), p. 189.

4 « Le Gnaf d’en face », entretien avec Georges Ionesco recueilli par Juliette Pary en 1935 dans Europe, n° 81, septembre 1952, repris dans les Cahiers Panaït Istrati, n° 12, 1995, texte disponible sur Internet.

5 Eleni Samios-Kazantzaki, La véritable tragédie de Panaït Istrati, Éditions Lignes, 2013. Eleni est la femme de l’écrivain Nikos Kazantzaki, avec qui Panaït voyagea en URSS. Leur amitié passionnée ne survécut pas aux critiques du système soviétique de l’auteur de Vers l’autre flamme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart., « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 217-230.

Référence électronique

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart., « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10171

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page