Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Florian Besson, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi, Annabelle Marin, Actuel Moyen Âge. Et si la modernité était ailleurs ?

Paris, Arkkê, collection « Homo Historicus », 2017, 260 p., 21,50 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Florian Besson, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi, Annabelle Marin, Actuel Moyen Âge. Et si la modernité était ailleurs ?, préface d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Paris, Arkkê, collection « Homo Historicus », 2017, 260 p., 21,50 €.

Texte intégral

1Les rapprochements entre les siècles, ainsi que les comparaisons entre situations historiques présentant d’apparentes similitudes, supposent une maîtrise des potentialités et des limites de l’anachronisme. C’est le pari de cet ouvrage très original que de produire des effets de frottement entre notre contemporain et le Moyen Âge. Assumant un décentrement des problématiques classiques (la famille, la religion, le pouvoir) et moins classiques (les risques, la nature), les auteurs se proposent de reconstituer des généalogies au long cours (celle, par exemple, de l’obsession de l’Église chrétienne pour le mariage hétérosexuel), mais aussi les effets d’étrangeté suscités par la distance temporelle. Les constructions narratives sont très nuancées et les auteurs ne forcent jamais le comparatisme, préférant en user comme d’une invitation à réfléchir sur le Moyen Âge plutôt que comme un prisme trop systématique.

2L’ouvrage est divisé en six grands ensembles (famille et sexualité, quotidien, religion et culture, pouvoir, distances, nature) qui déclinent chacun de petites vignettes documentées et précises. Je donnerai ici un aperçu de quelques-uns de ces terrains comparatifs au ton enlevé.

3Concernant la famille, les crispations réactionnaires actuelles autour d’un modèle nucléaire hétérosexuel gagnent effectivement à être confrontées aux tentatives de conformation morales que l’Église n’a cessé de mener depuis le début de l’époque médiévale. Les auteurs rappellent opportunément la controverse de 607 entre Brunehaut, la veuve du roi Sigebert d’Austrasie, et le moine irlandais Colomban. Ce dernier a refusé la bénédiction aux petits-enfants de la reine. Dans la famille mérovingienne, les enfants qu’un seigneur a avec son épouse et ses concubines « sont tous traités sur un pied d’égalité : ils forment une vaste société de frères, dans laquelle il n’y a ni droit d’aînesse, ni enfant illégitime » (p. 26). Cela signifie un partage strict des « possessions du père entre tous les fils survivants » (p. 26). Il s’agit là d’un mode d’organisation familiale radicalement opposé à celui de l’Église qui, en promouvant sa vision du mariage, s’efforce également d’imposer son modèle de famille. Les « unions polygames » sont exclues du domaine consacré. Cette « politique générale » a pour objectif de circonscrire « la figure de la femme légitime ». De même, c’est à ce moment-là que s’opère une distinction entre « enfants légitimes » et « enfants illégitimes ». L’intérêt de cette généalogie historique du mariage est de souligner la « constante évolution » du mariage dans le temps (p. 27) ; elle n’a été limitée au modèle nucléaire hétérosexuel que parce que l’Église a mobilisé de grands moyens de coercition pour l’imposer.

4S’il est une situation qui évolue très lentement, c’est celle de la domination masculine. L’entrée « femmes » de l’ouvrage permet de rappeler l’ancrage ancien de l’assujettissement du féminin au pouvoir patriarcal. La faiblesse des sources concernant le travail des femmes ne doit cependant pas laisser croire qu’en ce domaine elles ont été absentes : « à la campagne, elles participent activement à la gestion des exploitations agricoles (…) », en « ville (…) la femme travaille aux côtés de son mari dans l’atelier (…) ». Il arrive même, comme à Venise, que les femmes disposent d’un statut de « marchande à part entière » (p. 34). La domination masculine s’exerce dans la minoration systématique du travail féminin, menant ainsi au « confinement des femmes à la sphère domestique » (p. 35).

5La seconde partie de l’ouvrage, consacrée au quotidien, montre comment les femmes et les hommes de l’époque médiévale « ont finalement des préoccupations très proches des nôtres. Ils se posent des questions très contemporaines sur leur mode de vie et sur les valeurs qui doivent les guider » (p. 59). Ainsi, le « tabou de l’argent », que nous connaissons encore, s’enracine très fortement dans la conception médiévale des échanges : « les seigneurs, d’abord, ont tendance à mépriser l’argent » (p. 61). Le « pouvoir des nobles repose avant tout sur la terre, le château, le fief et pas sur la monnaie » (p. 61-62). De plus, lorsque les nobles ont de l’argent, ils se doivent de faire montre d’une prodigalité ostentatoire. Le bourgeois, quant à lui, apparaît comme l’archétype du thésaurisateur. Cette répartition sociale des représentations de l’argent n’est pas la seule à construire le tabou : la religion a joué un rôle important dans le dénigrement des possessions monétaires. En effet, le corpus chrétien est saturé par la détestation de l’argent : de Judas à saint Luc (« Malheur à vous, riches ! » Luc, VI:24), la crispation contre l’argent s’est organisée à partir de l’Antiquité tardive. Cependant, cette trame chrétienne est traversée de contradictions : d’une part l’Église est « vite devenue une machine à brasser de l’argent, notamment à travers la dîme », d’autre part le protestantisme, à l’époque moderne, a valorisé « la réussite économique » (p. 63).

6L’un des intérêts de l’ouvrage est de se saisir de textes médiévaux et d’en faire une lecture critique très accessible, jusqu’à déconstruire les fausses évidences. Ainsi, la célèbre phrase de Jacques de Vitry, « Les pauvres doivent manger des légumes avec amour, plutôt qu’un bœuf gras avec de la haine » (p. 64) n’a rien d’une antienne végétarienne. La nourriture est ici une « métaphore » afin que les prédicateurs adoptent un « langage élémentaire » lorsqu’ils s’adressent à la population (p. 65). Les légumes auxquels doivent s’astreindre les pauvres sont les paroles simples que les clercs doivent employer. La viande grasse, ce sont « les discours trop élaborés, nourris de références bibliques » (p. 66).

7La partie consacrée à la religion et à la culture permet d’aborder le « fait religieux », mais aussi toutes les formes d’apprentissage des savoirs. Le serment du président américain sur la bible s’inscrit dans une longue tradition de l’acte de jurer. Les « serments qui accompagnaient les sacres des rois et des empereurs » (p. 96) organisaient une série de rapports de souveraineté entre la puissance séculière et l’Église. Ce sont ces « serments entrecroisés » qui « permettaient alors à l’empereur de bénéficier de la totalité de son autorité » (p. 97). Et comme le notent les auteurs, « ce processus n’est finalement pas très différent pour le pays le plus influent du monde aujourd’hui : le président jure devant Dieu de défendre la constitution ; les citoyens prêtent régulièrement serment d’allégeance au drapeau et les fonctionnaires doivent jurer de respecter la constitution » (p. 97). Bien sûr, le serment des empereurs n’était pas systématiquement respecté, loin s’en faut. La « querelle des investitures », notamment entre « Henri IV du Saint-Empire et Grégoire VII, qui luttent pour la suprématie de la Chrétienté », a entraîné des dénonciations de parjure mutuelles. Le serment est inscrit dans une économie symbolique de l’honneur ; il vient démontrer publiquement la promesse d’une parole et l’ensemble des dispositions morales qui la sous-tendent.

8La lecture et l’écriture sont deux activités dont on a longtemps pensé qu’elles étaient limitées à la seule élite lettrée du Moyen Âge. Or, les auteurs de l’ouvrage rapportent une découverte archéologique qui permet de remettre en cause cette assertion. Des gramota, ces « écorces de bouleaux qui servaient de supports à des messages conservées dans les sols humides de Novgorod et des villes environnantes », permettent de reconstituer l’économie fragile des échanges quotidiens (p. 110). La langue utilisée est le « vieux russe » (et non le latin ou le grec). Ce sont des « éclats perdus dans le temps » qui resurgissent : informations sur la santé des uns et des autres, rendez-vous, demandes en mariage, étiquettes, dessins d’enfants (p. 111). Ces gramota témoignent d’une mobilisation assez large à l’écrit, même s’il est probable que le recours aux écrivains publics devait être assez fréquent. Ce n’est qu’au 15e siècle que les gramota cèdent la place au papier, qui devient alors moins onéreux.

9Dans la partie consacrée aux pouvoirs, un court développement permet de comprendre les formes variées de l’exercice politique. L’exemple scandinave illustre cette diversité des modalités de gouvernement à l’époque médiévale. Comme chez les Mérovingiens, tous les enfants d’un roi ont un égal accès au pouvoir. Ils ont mis en place le système des « co-rois » pour des règnes partagés (p. 162). Ainsi, en Norvège « Olav II et Magnus II, deux frères, règnent ensemble de 1066 à 1069, et leurs fils, respectivement Magnus III et Hakon, prennent leur suite et règnent ensemble de 1093 à 1095 » (p. 162). On assiste à une sorte de partage des rôles relativement informel : certains rois endossent l’habit du guerrier, d’autres celui du pacificateur, au point de construire « deux éthiques royales » assez distinctes (p. 163). Comme le remarquent les auteurs, « la co-royauté permet ainsi une grande souplesse politique », même s’il ne s’agit pas d’un système de pure félicité politique (p. 163). C’est « l’effet de la christianisation du mariage » qui entraîne l’extinction de cette pratique du pouvoir au profit d’un mode de « désignation du roi » organisé par l’Église (p. 164). En retraçant l’histoire de ces pratiques alternatives du pouvoir, les auteurs rappellent, très opportunément, qu’il n’est nulle fatalité à l’autocratisme politique.

10Dans la partie consacrée au lointain, les auteurs prêtent une attention bienvenue aux distances ontologiques. Ainsi, le cas (désormais bien connu) des « animaux meurtriers » permet de documenter le rapport à l’Autre. De la condamnation des « nuisibles » à celle des animaux tueurs (p. 195), c’est l’établissement progressif d’une « frontière » labile « entre humain et animal » qui est à l’œuvre (p. 196).

11Enfin la dernière partie, très originale, se centre sur les rapports à la nature. Une nouvelle fois, les frottements avec les interrogations contemporaines sont bienvenus. Ainsi, le contournement de « l’Amérique par le Nord » (p. 208), le fameux « passage du Nord-Ouest » (p. 209) est une obsessions très ancienne. John Cabot, peu de temps après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, propose de « tenter de rejoindre les Indes par le Nord-Ouest » (p. 210). Ce passage restera cependant impossible à emprunter jusqu’au début du 20e siècle, lorsque les brise-glaces tracent une voie étroite dans les eaux gelées du Grand Nord. Aujourd’hui, rappellent les auteurs, « trois routes viables sont en train de s’ouvrir, peu à peu, autour de l’Arctique » (p. 210).

12Cet ouvrage passionnant repose donc sur des jeux de miroitements entre le contemporain et le Moyen Âge. Avec subtilité, les auteurs parviennent à dégager des généalogies de comportements ou de pratiques dont l’ancrage n’est dû qu’à l’effort patient et répété d’institutions obstinées (comme l’Église concernant le mariage). En historicisant les modalités sociales de savoirs, de pouvoir, de partage et d’organisation, Actuel Moyen Âge témoigne de l’importance des sciences sociales dans la compréhension critique de toutes les formes d’essentialisation projetées comme des évidences. Contre ces naturalisations abusives et controuvées, l’ouvrage offre des contrepoints historiques éclairants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Florian Besson, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi, Annabelle Marin, Actuel Moyen Âge. Et si la modernité était ailleurs ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10180

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page