Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes

Paris, Éditions Zones, 2018, 256 p., 18 €.
Éloïse Dreure
Référence(s) :

Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, Éditions Zones, 2018, 256 p., 18 €.

Texte intégral

1Le titre en lui-même est un combat. Mona Chollet, journaliste au Monde diplomatique, signe l’ouvrage, Sorcières. La puissance invaincue des femmes.

2C’est avec ses premiers souvenirs de sorcières que l’auteure ouvre l’ouvrage, en évoquant la figure de Floppy la Redoux, sorcière de l’ouvrage Le Château des enfants volés, de Maria Gripe. Une figure constructrice, qui lui a permis de penser qu’être une femme pouvait signifier avoir un pouvoir supplémentaire. Les sorcières des contes, quelles qu’elles soient, lui ont toujours inspiré plus d’excitation que de répulsion. Elles possèdent une force qui pourrait être la sienne, celui d’être affranchies de toutes les dominations.

3Pourtant, ces sorcières de la culture populaire nous font oublier, ou traiter avec trop de légèreté, voire de romantisme, le phénomène de la chasse aux sorcières à la Renaissance en Europe. Si, dans certaines villes, elle est encore prétexte à des attractions touristiques, elle a pourtant, pendant des siècles, occasionné des souffrances terribles en anéantissant parfois des familles entières, en réprimant sans pitié certains comportements, en façonnant ainsi le monde qui est le nôtre aujourd’hui et la place que la femme y occupe.

4Les condamnations ont été le fait, le plus souvent, de cours civiles, masculines, et ont visé des femmes venant des classes populaires, désignées comme coupables de tous les maux de la société. Considérées comme faibles par nature et donc proies faciles pour le diable, elles ont été victimes d’une hostilité obsessionnelle, justifiant un passage à la violence par des tortures physiques qui les empêchaient parfois de marcher jusqu’au bûcher.

5Des exécutions eurent lieu jusqu’au 19e siècle et on parle aujourd’hui de cinquante ou cent mille victimes, sans compter celles qui se sont suicidées ou sont mortes en prison.

6Longtemps, non seulement l’étude du phénomène ne s’est pas faite en terme de genre, mais on a également pu blâmer les victimes, dans une tendance bien enracinée qui rend toujours les femmes responsables de tout ce qu’on leur fait subir. Pourtant, même celles qui n’ont pas été directement accusées ont souffert de ces chasses aux sorcières. La terreur qu’elles entraînaient les intimaient à se montrer discrètes, dociles et soumises.

7Aujourd’hui, les sorcières sont partout. Des féministes occidentales se sont emparés de ce pan de l’histoire, en réclamant non seulement justice contre son traitement léger et édulcoré, mais également en perpétuant leur subversion et en revendiquant cette puissance que leur prêtaient les juges.

8La première féministe à exhumer l’histoire des sorcières et à revendiquer elle-même ce titre est Matilda Joslyn Gage (1826-1898), Américaine qui militait pour le droit de vote des femmes. En 1968, à New York, le jour d’Halloween, surgit le mouvement Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell (WITCH). Les membres défilent vêtues de capes noires devant la Bourse en proclamant l’effondrement imminent d’actions, qui eut lieu effectivement. Aujourd’hui encore, des groupes ressuscitent ce mouvement : lors des manifestations en 2017 contre la loi Travail, ils proclamaient « Macron au chaudron ! ».

9Surtout, en 1979, paraissait aux États-Unis, The spirale Dance, le premier livre de Starhawk, qui est devenu un ouvrage de référence sur le culte néopaïen de la déesse. La magie peut désormais apparaître comme l’arme des opprimées. Mais les féministes ne sont pas seules hantées par cette histoire, les misogynes eux-mêmes attaquent régulièrement les femmes qui prétendent exercer un certain pouvoir en les qualifiant toujours de sorcières.

10Nonobstant, il ne faut pas s’attendre dans cet ouvrage à une histoire de la chasse aux sorcières ou celle des sorcières à l’époque contemporaine, que l’auteure évoque dans une introduction détaillée. Elle préfère, et c’est là le vrai but du livre, explorer la postérité du phénomène en Europe et aux États-Unis, les traces, les stéréotypes, les habitus dont en ont hérité nos sociétés contemporaines.

11On parle ici de ces femmes qui, par un comportement ou un état considéré comme déviant par la société, même quand il s’agit de quelque chose d’aussi naturel que la vieillesse, s’inscrivent dans la lignée des sorcières de la Renaissance et adoptent un comportement qui les aurait probablement menées elles aussi au bûcher. Aujourd’hui, c’est face à d’autres genres de punitions qu’elles se trouvent confrontées, de la mise au ban de la société jusqu’au féminicide.

12À partir d’exemples tirés de ses lectures, mais également choisis dans le monde politique, la justice, la littérature, le cinéma ou la presse, Mona Chollet nous livre un récit vivant, dont la lecture est facilitée par la qualité de l’écriture.

13Dans son premier chapitre, « Une vie à soi », l’auteure s’intéresse à l’indépendance féminine et aux coups qui lui sont portés. Elle dresse toute une série de portraits de femmes, non pas subordonnées à un homme mais autonomes, émancipées des schémas habituels. À l’époque des chasses aux sorcières, on trouvait, parmi les accusées, une surreprésentation de célibataires et de veuves. La sorcière refuse de se laisser définir par quelqu’un d’autre. Aujourd’hui, si l’indépendance des femmes est possible juridiquement, elle n’en reste pas moins inquiétante pour les hommes qui ont des difficultés à voir en elles des individus souverains et intimidante pour les femmes à qui on a appris à redouter par-dessus tout la solitude. Plus de bûcher, certes, mais nous constatons néanmoins que lorsque l’une d’elle est tuée par son compagnon, c’est fréquemment parce qu’elle exprime le désir de le quitter et que les médias reconnaissent alors peu la gravité des faits.

14Les femmes ne sont pas éduquées pour croire en leur force et leur autonomie. On leur apprend, au contraire, le don de soi et l’altruisme, ce qui fait le lien avec le deuxième chapitre au titre provocateur : « Le désir de la stérilité ». Les femmes accusées de sorcellerie à la Renaissance étaient pour beaucoup des guérisseuses, qui empêchaient ou interrompaient les grossesses, accusées de faire mourir les enfants. Après avoir évoqué l’infanticide, l’auteure interroge le rapport de la société à la natalité, la position dans laquelle se voient placées les femmes qui ne désirent pas avoir d’enfant, les raisons qui peuvent entraîner ce refus, en admettant qu’elles sont multiples et peuvent sans doute relever de la rationalité. Elle illustre que le fait de ne pas avoir d’enfant peut permettre de vivre pleinement et intensément. Elle montre la possibilité de création et d’étude que cela offre, mais aussi les réactions agressives que cela suscite de la part d’une société qui condamne ces femmes, malveillantes, égoïstes, qui refusent ce pour quoi la nature les aurait pourtant faites.

15Enfin, elle évoque ce qui doit rester secret, ce qui semble être la plus grave des transgressions, qui fait, encore plus que le reste, de la femme un monstre : le regret de certaines d’avoir eu des enfants.

16Mona Chollet réhabilite ensuite la vieillesse dans son chapitre si bien nommé « L’ivresse des cimes ». Les vieilles femmes, jugées répugnantes par leur aspect et dangereuses par leur expérience, ont été les victimes favorites des chasses aux sorcières, alors même que commençait à se développer le culte de la jeunesse. Ces représentations continuent d’habiter notre imaginaire. Si les hommes peuvent être considérés comme étant beaux jusqu’à un âge avancé, les corps vieillissants des femmes inspirent la répulsion, et ces femmes n’étant réduites souvent qu’à un corps, elles cessent alors d’exister.

17Enfin dans la dernière partie, « Mettre ce monde cul par-dessus tête », l’auteure démontre que l’asservissement des femmes s’est fait conjointement à celui de la nature, tous deux nécessaires à la mise en place du capitalisme, mais aussi d’une nouvelle conception du savoir. La médecine moderne s’est ainsi construite en lien direct avec les chasses aux sorcières. Elles ont permis l’élimination des guérisseuses, méprisées par les médecins officiels de l’époque. La médecine contemporaine s’est ainsi construite sur un rapport agressif au patient, et plus encore à la patiente.

18Plus généralement, le savoir est une qualité réservée aux hommes et les femmes, peu valorisées, voient leurs aptitudes souvent négligées ou méprisées. Mona Chollet évoque sa propre expérience, les âneries qu’elle s’entend parfois débiter parce qu’elle a face à elle un interlocuteur dont elle sent la condescendance et le mépris. Une expérience vécue, c’est certain, par un certain nombre de femmes travaillant, entre autres, dans les milieux intellectuels.

19Cet ouvrage trouvera un écho chez celles qui se retrouvent dans ces portrait de femmes qu’évoque Mona Chollet, celles qui s’échappent de la définition étroite de ce que doit être une femme. Mais aussi chez celles qui, un jour ou l’autre, se sont fait traiter de sorcières. On comprend alors que derrière la boutade, la badinerie ou la taquinerie, se cache quelque chose de plus profond, fruit d’une société patriarcale effrayée encore par celles qu’à l’époque on accusait de sorcellerie.

20Un livre dont on ne peut que souhaiter qu’il soit lu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éloïse Dreure, « Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10208

Haut de page

Auteur

Éloïse Dreure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page