Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alexis Zimmer, Brouillards toxiques. Vallée de la Meuse, 1930, contre-enquête

Bruxelles, Zones sensibles, 2017, 263 p., 19 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Alexis Zimmer, Brouillards toxiques. Vallée de la Meuse, 1930, contre-enquête, Bruxelles, Zones sensibles, 2017, 263 p., 19 €.

Texte intégral

1À la fin de l’année 1930, un épais brouillard nimbe l’Europe du Nord. Dans la vallée de la Meuse, les conséquences de ce phénomène sont tragiques : accidents, affections pulmonaires, décimation des élevages… De l’autre côté de l’Atlantique, le Chicago Daily Tribune évoque « la dérive du brouillard empoisonné » (p. 19) qui menace la Belgique. Malgré la gravité de la situation, la réponse scientifique semble écarter l’hypothèse d’une pollution industrielle, dans un espace géographique pourtant fortement concentré en fabriques chimiques et métallurgiques. La « commission judiciaire » qui rend ses conclusions un an après le phénomène incrimine bel et bien les « fumées, gaz et poussières » (p. 24) comme les responsables des affections sanitaires accompagnant le brouillard.

2Alexis Zimmer entreprend une passionnante contre-enquête pour comprendre « comment la vallée de la Meuse est (…) devenue un puissant générateur de brouillards mortels » (p. 25). En douze chapitres densément renseignés, il renoue les fils d’une histoire naturelle, politique, scientifique, économique et industrielle. Il s’agit de décomposer – pour mieux les identifier – l’ensemble des facteurs qui ont à la fois conduit à l’étouffement toxique de la vallée et entraîné sa minoration savante. L’enjeu du livre est de reconstituer ce qui a construit, historiquement, « le cadre par lequel la catastrophe du brouillard mortel de la vallée de la Meuse fut appréhendée puis définie » (p. 35). La matérialité des phénomènes, les discours produits, la généalogie de l’industrialisation de la Belgique comme les structures administratives et politiques locales constituent autant de points d’appui pour une enquête historique sur un événement qui, finalement, a constitué « l’apogée de processus ordinaires de plus longues durées » (p. 38).

3Les investigations de 1930 menées par les administrations judiciaire et administrative vont fixer le cadre du dicible et révéler, en même temps, les structures de pensée et les façons de faire sous-jacentes lorsqu’il s’agit d’évoquer la pollution industrielle. L’inspecteur général des Mines à Liège, requis par le ministère de l’Industrie Vincent Firket, soutient que c’est le manque d’oxygène provoqué par le brouillard qui a causé les décès constatés (p. 40-41). La commission chargée de rendre ses conclusions s’appuie sur une « logique de dévoilement des causes et des effets par la science » (p. 44). Les experts documentent les affections sanitaires nombreuses qui toutes indiquent des symptômes touchant les voies aériennes. L’enquête menée sous la tutelle du ministère de l’Industrie est peu à peu contrainte de prendre en compte la toxicité des éléments rejetés dans l’atmosphère (p. 45). Vincent Firket « ne nie pas les odeurs, les irritations, les incommodations. Il se contente d’en corriger la signification » (p. 55). Sa perception du somatique extrait l’organique de son environnement : le discours scientifique vient heurter la façon dont les habitants de la vallée ont ressenti les effets des brouillards toxiques.

4Les inspections des usines reproduisent un discours visant à réduire la portée des pollutions : la régularité des productions comme le fonctionnement normal des usines tendent à naturaliser les symptômes constatés hors des établissements industriels. Les chimistes Mage et Batta souhaitent connaître « la quantité des substances rejetées dans l’atmosphère la première semaine de décembre 1930 ». Ils identifient « trente substances qui furent respirées par les organismes peuplant la vallée » (p. 61), notamment de l’hydrogène, de l’acide sulfurique, de l’acide chlorhydrique, de l’oxyde de carbone, de l’oxyde d’azote… Combinés au brouillard, ces éléments chimiques ont fait de la vallée de la Meuse « un immense réacteur » (p. 63). Les scientifiques notent également qu’il faut prendre en compte la baisse brutale des températures. Mais en multipliant ainsi les éléments impliqués, c’est une « dilution » des causes qui s’opère (p. 66). En ne se focalisant que sur les effets des molécules, les experts rendent commensurables « l’épistémologie de la médecine associant l’altération des organismes à l’action précise d’un agent » et « les formes d’imputation juridiques des responsabilités » (p. 67). Les substances toxiques ne sont étudiées que dans leur propriétés chimiques, « indépendamment (…) des milieux dans lesquels elles agissent » (p. 67). Ce sont donc les seuls « dérivés sulfurés » qui sont mis en cause dans l’épisode de 1930 (p. 68). La naturalisation de la pollution industrielle opère ici à deux niveaux : d’une part la perte de l’historicité ayant amené la toxicité des usines, d’autre part la reconduction d’une évidence industrielle dans la vallée. Et les réponses que l’on imagine apporter densifient encore ces effets de naturalisation. Il s’agit de repérer l’arrivée d’un brouillard dangereux plutôt que d’éviter qu’il se produise.

5En amont de la catastrophe, c’est l’histoire du charbon, de son extraction et de sa mobilisation de l’industrie qui peut donner à voir la lente sédimentation des produits industriels dans le paysage meusien. En 1930, « 10 000 tonnes de charbon furent consommées quotidiennement dans ce secteur de la vallée » (p. 75). Le combustible est intégré à la production de « gaz d’éclairage ou de chauffage, goudron, coke, engrais, spécialités pharmaceutiques, parfums, explosifs, résines artificielles, colorants, alcools, acides » (p. 77). L’industrie métallurgique s’était fixée, dès les années 1830, à proximité des fleuves et des rivières, pour bénéficier des livraisons de charbon de bois et de la force motrice hydraulique. L’influence des pratiques anglaises tend à faire entrer le « charbon de terre » (p. 94) dans la chaîne industrielle belge.

6Le matériau combustible n’est rien sans ce qui permet de le transporter. Les infrastructures ferroviaires ont donc constitué un chapitre supplémentaire dans l’histoire des pollutions industrielles. En 1835, Bruxelles inaugure le départ d’un train dans une « grand-messe du progrès » (p. 99). Cette technologie est « le produit contingent de deux lignées technologiques (la machine à vapeur et la “route ornière de fer”) dérivées d’un même lieu : la mine » (p. 99-100). Après l’indépendance de la Belgique, le choix du train structure toute l’infrastructure communicationnelle du pays. L’objectif est immédiatement de s’articuler aux puissances voisines. La vallée de la Meuse est transformée afin de « produire des surfaces planes susceptibles de recevoir les barres de fer parallèles qui composent le chemin de fer » (p. 104). Le cours d’eau lui-même est modifié.

7L’opposition locale à l’industrie a été importante. Alexis Zimmer rapporte toutes les contestations menées par les habitants de la vallée et précise les stratégies d’étouffement mises en œuvre par les pouvoirs politiques et industriels associés. Il s’agit toujours de promettre « une évaluation financière » et de rappeler les « avantages inhérents au déploiement de la grande industrie » (p. 117). Pétitions et contestations se heurtent à la logique industrielle de persévérance toxique. Mais cette logique a aussi ses limites. Il n’est pas possible d’avoir systématiquement recours à « des coups de force » (p. 131). L’expertise savante va ici fournir les instruments d’une dilution progressive des actions néfastes et, par conséquent, des responsabilités industrielles. Vent, pluie, température deviennent des éléments qui participent d’une abstraction des phénomènes toxiques. De la même manière, les considérations scientifiques sur l’atmosphère tout au long du 19e siècle tendent à trouver des « vertus » aux « fumées sulfureuses » (p. 160).

8Les corps sont en première ligne dans cette « nouvelle économie minérale » (p. 163). Une première enquête en 1843 vise, en Belgique, la condition sanitaire des ouvriers. Les enquêteurs « constatent que c’est dans la grande industrie, la plus consommatrice en carburant fossile, que les ouvriers se portent le mieux » (p. 164). En outre, les hygiénistes diluent les potentielles affections des travailleurs dans leurs conditions d’alimentation, d’habitation ou de soin (p. 165). On invoque également la « prédisposition » (p. 170) de certains corps. Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle, et après de « grandes grèves » (p. 175) que quelques mesures sont prises en faveur de la salubrité des ouvriers au travail. Mais « dans les usines et les mines, les hygiénistes continuent de tenir un discours plein d’ambiguïtés, qui épouse le récit de la résorption de l’insalubrité par le progrès industriel » (p. 176).

9Pour remonter aux sources de la constitution d’une ignorance sur la toxicité des résidus industriels en 1930 dans la vallée de la Meuse, Alexis Zimmer explore la constitution d’un savoir météorologique tout au long du 19e siècle. L’opacité grandissante des brouillards, les dépôts de suie qui les accompagnent, les dégradations des végétaux, tout concourt à en faire « la trace et le révélateur flagrants des relations nouvelles et intensives qui se tissent entre les sous-sols des mines de charbon et les atmosphères » (p. 181). Les travaux de Joseph Aitken, à la fin du 19e siècle, mettent en évidence la pollution industrielle de l’atmosphère. Peu à peu, la morbidité des brouillards semblent ne plus faire de doute. Malgré cela, en Belgique, hygiénistes et météorologues ne recomposent pas leur cadre d’interprétation des phénomènes (p. 189).

10Si l’expertise judiciaire d’après 1930 a rendu si difficile l’appréhension des toxicités industrielles, c’est parce qu’elle « reconduit tout un faisceau d’implicites, d’évidences et de nécessités qui se sont construits au cours des siècles qui la précèdent » (p. 194). La crainte de freiner le développement industriel de la vallée et l’inertie administrative ont rendu les scientifiques et les politiques incapables de saisir convenablement la pollution.

11L’ouvrage d’Alexis Zimmer constitue un apport important à l’histoire environnementale. Il ne cède pas aux sirènes de l’hybridation permanente, qui prônent un enchevêtrement inextricable de causes politiques et scientifiques. Ici, l’enchevêtrement est consciencieusement dénoué, les fils sont tirés les uns après les autres d’une situation historique construite par des déterminismes inscrits dans le temps long. Brouillards toxiques est également une leçon politique pour mieux saisir la puissance des cadrages imposés pour évoquer les dégradations environnementales : leur persistance ne vise, le plus souvent, qu’à la reproduction des forces économiques et politiques ayant précisément mené aux catastrophes écologiques qu’elles ne veulent envisager que sous l’empire de leurs propres critères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Alexis Zimmer, Brouillards toxiques. Vallée de la Meuse, 1930, contre-enquête », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10217

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page