Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Dominique Eddé, Edward Said. Le roman de sa pensée

Paris, La Fabrique, 2017, 227 p., 15 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Dominique Eddé, Edward Said. Le roman de sa pensée, Paris, La Fabrique, 2017, 227 p., 15 €.

Texte intégral

  • 1 Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1997.
  • 2 Edward W. Said, À contre-voie. Mémoires, Paris, Le Serpent à Plumes, 2002.

1L’auteur de L’Orientalisme1 avait rédigé ses mémoires sous le titre À contre-voie2. Il y racontait son enfance au Proche-Orient, ses études aux États-Unis et ses combats politiques pour la Palestine. D’une certaine façon, le livre que Dominique Eddé a consacré à Edward Said complète, prolonge et amplifie l’exercice de remémoration auquel il s’était astreint. Car Dominique Eddé a côtoyé Edward Said, personnellement et professionnellement, pendant très longtemps. Sans dissimuler les élans passionnels qui ont marqué leur relation ni les divergences qu’ils ont affrontées, Dominique Eddé livre un portrait subjectif et singulier d’Edward Said, une esquisse contrastée de ses combats et de ses obsessions.

2L’intérêt d’Edward Said pour Joseph Conrad, auquel il a consacré sa thèse, ne s’est jamais démenti tout au long de sa vie. Comme un repère permanent dans son itinéraire, l’auteur d’Au cœur des ténèbres n’a cessé de nourrir les réflexions de Said. Surtout, les parallèles entre les deux auteurs sont nombreux : les affres de « la culpabilité et de la honte » les rongent (p. 36), la même « rigueur ironique » (p. 35) trame leurs écrits, l’âpreté éthique les lie. Mais déjà, note Dominique Eddé, Said doit composer avec une double aspiration : celle (politique) qui le porte à lire Gramsci et celle (esthétique) qui le jette dans la littérature (p. 40-41). Car la dualité est au cœur de la vie d’Edward Said : « il n’est pas dans le renoncement, il est dans l’effort constant de concilier les acquis et le refus, le confort et la rupture » (p. 59). Tout son travail va consister à accepter ces deux modes d’existence (occidental et oriental) tout en les maintenant dans une tension qui l’empêche de s’effondrer (p. 68). Ce qui séduit Said dans l’œuvre de Foucault, c’est l’« insuffisance (…) intrinsèque » (p. 85) de l’homme, son inachèvement ontologique.

3Le combat d’Edward Said pour la Palestine et contre le colonialisme et toutes ses formes résurgentes est très finement détaillé par Dominique Eddé. Ses prises de position sont explorées à partir du « ton » des réponses de Said : « la riposte dans le cadre du rapport dominants-dominés (…) pose une question de ton qui n’est pas simple à résoudre. Elle n’est pourtant pas secondaire. Il arrive même qu’un propos passe ou ne passe pas pour une simple raison de ton. Le ton implique le corps. Et un rapport de force » (p. 140). Une nouvelle fois, Said doit composer avec deux exigences : l’intransigeance face au racisme et l’exigence envers soi-même (p. 141). Son positionnement est limpide : il dénonce toutes les formes d’asservissement et lutte contre l’antisémitisme (p. 150-151).

4Dominique Eddé consacre de très belles pages au rapport passionnel de Said avec la musique. Elle narre avec beaucoup d’élégance son amitié avec Daniel Barenboim, fondateur de l’orchestre israélo-palestinien Divan. Leurs discussions nourrissaient la confrontation, à condition que naisse « un nouvel élan » (p. 195).

5Ce livre très personnel offre une perspective sensible sur la carrière d’Edward Said. Ne cachant ni les différends qui les ont opposés ni les combats qui les ont liés, Dominique Eddé explore la voie difficile d’une biographie foisonnante, faite de retours en arrière, de digressions et de détours. Mais de ce cheminement tortueux émergent des lignes de force qui permettent de recomposer le parcours d’un intellectuel déchiré entre deux mondes.

Haut de page

Notes

1 Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1997.

2 Edward W. Said, À contre-voie. Mémoires, Paris, Le Serpent à Plumes, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Dominique Eddé, Edward Said. Le roman de sa pensée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10229

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page