Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Saskia Sassen, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale

Paris, Gallimard, 2016, 371 p.
Dimitris Fasfalis
Référence(s) :

Saskia Sassen, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, Paris, Gallimard, 2016, 371 p.

Texte intégral

  • 1 Karl Marx, Le Capital, Livre I, chap. XXVI : « Le secret de l’accumulation primitive », Paris, Gall (...)
  • 2 Parmi ces travaux, il est utile de citer ceux de David Harvey, à l’origine du concept d’« accumulat (...)

1La thèse développée dans ce livre pourrait être résumée par la citation suivante : « Le capitalisme d’aujourd’hui est une forme d’accumulation primitive, mise en œuvre grâce à des opérations complexes et à une innovation très spécialisée, de la logique de la sous-traitance aux algorithmes de la finance » (p. 25). Nous voici donc ramenés à ce que Marx appelait « l’âge préhistorique du monde bourgeois1 ». Cette exploration de l’envers sombre de l’économie globale s’insère dans un contexte intellectuel plus large, au sein duquel plusieurs ouvrages tentent de saisir les dynamiques prédatrices du capitalisme du cycle long inauguré dans les années 19802.

  • 3 Saskia Sassen, La ville globale. New York. Londres. Tokyo, Paris, Descartes et Cie, 1996.
  • 4 Voir ses ouvrages : La globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard, 2009 ; Critique de l’État. (...)

2Saskia Sassen est bien connue des historiens et des géographes en France, notamment en raison de son travail précurseur sur les villes globales3. Professeure de sociologie à l’université de Columbia (New York), ses travaux portent sur les dynamiques de la mondialisation contemporaine, mais aussi sur l’État, la territorialité et leurs mutations4.

3La démarche adoptée par l’auteure consiste à partir de cas concrets pour rester au plus près des faits analysés et saisir ainsi les tendances souterraines à l’œuvre dans l’économie globale, loin de toute armature théorique préalable. Saskia Sassen souhaite ainsi surmonter les angles morts disciplinaires des sciences sociales. Sa démarche présente l’intérêt de montrer à nouveau comment on peut penser un système de relations à partir des cas limites au lieu de moyennes globales. Pour autant, le sentiment d’empilement de statistiques macroéconomiques, issues de rapports d’ONG ou d’institutions internationales – principal type de sources utilisé – et d’une succession d’exemples analysés, gagne par moments le lecteur. L’action autonome des hommes (agency) s’efface aussi devant la logique systémique de l’économie globale.

4Plusieurs tendances souterraines de l’économie globale remettent en cause les catégories traditionnelles que nous employons, selon Saskia Sassen, à commencer par celle de « croissance économique ». La phase économique des années 1989-2018 a été « l’une des plus brutales de l’ère moderne », conduisant à un « remaniement radical du capitalisme » (p. 33). Elle est étudiée dans le premier chapitre. Au Nord comme au Sud, quatre dynamiques ont interagi selon des modalités variables dans chaque pays : un endettement public croissant, entraînant une pression constante sur les gouvernements par les « marchés ». En lien avec ce processus, l’auteure insiste sur le rétrécissement des économies nationales, l’accroissement des inégalités socio-économiques et les expulsions en masse de plusieurs espaces et institutions du corps politique. Expulsions en masse du marché du travail, du logement, de l’école et de l’université, de l’hôpital, émigration massive et populations internes déplacées, appauvrissement de la population et montée du taux de suicides, emprisonnement croissant d’une « population en surplus » : autant de figures différentes de cette expulsion de masse, inscrite au cœur des dispositifs complexes de l’économie globale et qui en font sa brutalité. À cet envers sombre de l’économie globale répond l’endroit brillant : « au sommet de ce 1 % [les plus riches], les cent milliardaires les plus riches ont ajouté 240 milliards à leur fortune en 2012, plus de quatre fois de quoi mettre fin à la pauvreté dans le monde » (p. 27). La Grèce et l’Espagne apparaissent dans ce tableau d’ensemble comme des cas emblématiques des tendances présentes partout ailleurs, mais souvent de manière plus atténuée. Saskia Sassen y révèle donc des « formations prédatrices », concept central de son ouvrage :

5« Ces formations sont des assemblages d’agents économiques puissants, de marchés, de technologies et de gouvernements. Il ne s’agit pas simplement des individus et des entreprises les plus riches ou de gouvernements les plus puissants. Ces formations incorporent seulement quelques éléments de chacun de ces mondes. Les logiques qui les animent ne se soumettent pas facilement aux mécanismes existants de la gouvernance. De bien des façons, même les individus et les entreprises les plus puissants ne peuvent contrôler ou diriger ces assemblages (…), ni l’économie, ni la loi, pas même le capital. La recherche historique suggère que de telles formations ne sont pas nouvelles. Mais ce qui pourrait être différent aujourd’hui, c’est la complexité des éléments clés. » (p. 294)

6Après avoir examiné la dialectique des « économies déclinantes » et des « expulsions croissantes » dans le premier chapitre, Saskia Sassen se concentre sur l’analyse du nouveau marché global des terres au chapitre II. Son mérite est tout d’abord d’offrir une vue d’ensemble sur les acquisitions de terres au cours des deux dernières décennies, surmontant ainsi l’éparpillement des sources et donnant pleinement à voir l’impérialisme foncier en cours. Ces acquisitions de terres dans les pays du Sud ont été rendues possibles par le régime disciplinaire de la dette, qui leur a été imposé dès les années 1980. Une fois imposés les programmes de réformes structurelles par les bailleurs internationaux, « le territoire national devient de la terre à vendre sur le marché global » (p. 117). Les cadres de la souveraineté nationale de ces territoires en ont donc été profondément transformés et ces acquisitions ont « produit un espace opérationnel global qui est en partie implanté dans les territoires nationaux » (p. 156). De ces espaces emboîtés découle ainsi un patchwork mis en réseau par le capital transnational, planté dans les « trous structurels partiellement dénationalisés » que seraient les terres acquises sur les territoires nationaux. Ces prédations foncières sont donc autrement plus complexes que la prédation coloniale ou le pillage impérial « classique » de la fin du 19e siècle.

7Dans le troisième chapitre, Saskia Sassen examine la logique de la finance au sein de l’économie globale. La financiarisation croissante y est montrée comme une tendance destructrice : « Le pouvoir de la finance, et c’est ce qui la rend dangereuse, c’est sa capacité à faire grimper sa propre valeur, alors même que les ménages, les économies et les gouvernements voient la valeur décliner » (p. 160). C’est cette discordance qui apparaît nocive aux yeux de l’auteure. Les actifs financiers auraient pu connaître la même croissance rapide qu’ils ont connue depuis les années 1980, dépassant de loin la croissance des économies, tout en entraînant des investissements dans « des projets à grande échelle pour le profit du plus grand nombre » (p. 183). Tel n’a pas été le cas. Bien au contraire, la finance se révèle au cœur des « formations prédatrices » dont le caractère destructeur est montré dans plusieurs études de cas.

8Le quatrième chapitre examine la prédation environnementale. Bien que le propos n’évite pas l’écueil d’une responsabilité partagée par tous dans la crise écologique actuelle, sans distinction de pays, de classe et/ou de statut politique, Saskia Sassen met en évidence par plusieurs études de cas la même logique destructrice de l’économie globale à l’égard de l’environnement. « Environ 40 % de la terre agricole mondiale souffre d’une déprédation sérieuse », note-t-elle. Plusieurs exemples sont analysés, comme les activités de Nestlé, fournissant une illustration de cette privatisation/destruction des communs de l’humanité que représente la biosphère.

  • 5 Voir par exemple David S. Landes, Richesse et pauvreté des nations, Paris, Albin Michel, 2000. En F (...)

9Ce livre comporte donc une charge critique à double titre. Il s’inscrit tout d’abord contre le récit (néo)libéral convenu de la croissance et des réformes économiques de l’époque ouverte par les années 1980. Saskia Sassen actualise et élargit la problématique marxiste de l’accumulation primitive en abordant les expulsions en masse que génère l’économie globale. Ensuite, l’ouvrage offre une perspective de l’histoire économique contemporaine à contre-courant de l’histoire économique dominante en Europe et en Amérique du Nord5.

Haut de page

Notes

1 Karl Marx, Le Capital, Livre I, chap. XXVI : « Le secret de l’accumulation primitive », Paris, Gallimard, 1968, p. 717.

2 Parmi ces travaux, il est utile de citer ceux de David Harvey, à l’origine du concept d’« accumulation par dépossession » : Le nouvel impérialisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2010 ; Une brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014 ; Géographie de la domination, Paris, Les Prairies ordinaires, 2011.

3 Saskia Sassen, La ville globale. New York. Londres. Tokyo, Paris, Descartes et Cie, 1996.

4 Voir ses ouvrages : La globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard, 2009 ; Critique de l’État. Territoire, autorité et droits, de l’époque médiévale à nos jours, Paris, Démopolis/Le Monde diplomatique, 2009.

5 Voir par exemple David S. Landes, Richesse et pauvreté des nations, Paris, Albin Michel, 2000. En France, les ouvrages de Jacques Marseille et Dominique Barjot en fournissent également l’illustration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitris Fasfalis, « Saskia Sassen, Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 21 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10239

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page