Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

1Il y a mille raisons de s’interroger aujourd’hui sur le rôle de l’ONU dans les dernières décennies. La situation actuelle témoigne évidemment de la difficulté de l’organisation internationale à intervenir efficacement pour résoudre les conflits et imposer le respect des droits de l’homme à l’échelle de la planète. Le scandale des violences subies par les migrants, les fermetures des pays riches aux pauvres sont des évidences de notre quotidien face auxquelles l’ONU paraît bien démunie. Le bilatéralisme des États les plus puissants, au premier rang desquels les États-Unis, s’est développé aux dépens des capacités d’arbitrage de l’organisation internationale. La puissance des géants du capitalisme et leur capacité à peser sur les choix en matière de relations internationales contribuent de façon de plus en plus visible à limiter les capacités de l’ONU à peser sur l’état du monde. En dépit de ces difficultés évidentes et des limites intrinsèques à sa création en 1945, l’ONU a œuvré à créer des cadres internationaux visant à éviter les conflits et les plus optimistes peuvent penser que l’idéal de paix, sorti à nouveau grandi des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, continue à travers elle à peser sur la vie de la planète. C’est l’analyse qui guide Chloé Maurel, coordonnatrice avec Georges Vayrou du dossier de ce numéro. Les auteurs réunis témoignent, à travers les divers domaines d’intervention étudiés, que l’ONU n’a pas toujours été impuissante, que grâce à elle, les débats entre les nations ont favorisé de véritables avancées internationales, échappant trop souvent aux grands éclairages médiatiques. Il en va ainsi de la protection des biens culturels au Mali, évoquée ici par Mathilde Leloup. Il est néanmoins cruel de mesurer que les avancées sont sans aucun doute plus nettes dans ce domaine que dans les questions concernant les réfugié•es, les migrant•es ou l’indépendance de la Palestine. Antoine Pécoud rappelle, d’une façon qui ne peut qu’être poignante au vu des urgences, que la nécessité d’une réglementation protégeant les migrants comme les travailleurs des pays d’immigration avait déjà saisi les gouvernants aux lendemains de la Première Guerre mondiale. Revenir sur les déclarations de l’Organisation internationale du travail, comme le centenaire de la naissance de l’organisation en a été l’occasion cette année, donne bien la mesure des ambitions comme des renoncements du 20e siècle en matière d’établissement de règles internationales tendant à la promotion universelle des droits. Entre 1919 et 2019, l’ONU a pris le relais de cette volonté de faire exister des cadres communs, en dépit des conflits d’intérêts et de l’extrême inégalité de puissance entre les États comme entre les personnes à la surface du globe. Le titre du dossier « Que fait l’ONU ? » peut se lire comme l’expression d’une impatience face à cette longue durée des intentions et des abdications. Le dossier n’hésite pas à mettre l’accent sur des ambitions par rapport auxquelles l’ONU s’est trouvée particulièrement en difficulté. Réfugié•es, migrant•es bien sûr, mais aussi la lancinante question de l’existence de la Palestine, des Palestiniens et Palestiniennes, victimes collatérales des malheurs et aussi de la puissance retrouvée de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale. Sandrine Mansour présente les décennies de diplomatie onusienne qui ont réussi à faire admettre au niveau international l’existence de la Palestine comme État indépendant, mais aussi les incessantes reculades et l’impuissance de l’ONU ces dernières années, du fait d’un veto systématique des États-Unis contre toutes les propositions visant à défendre les intérêts palestiniens. Un des derniers épisodes provocateurs de cette insoumission à l’ONU de la part du gouvernement de Donald Trump a été l’annonce du déménagement de l’ambassade des États-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem.

2Réflexions sur le désordre du monde donc, mais aussi sur les espoirs qui animent les communautés humaines : espoirs d’arriver à éradiquer la guerre, à délégitimer les violences, à fixer des règles communes, à établir une sorte de contrat social universel par lequel les ambitions nées de la philosophie du droit naturel pourraient prendre la forme de réalités sociales. L’ONU peut-elle nous faire encore espérer ? Le fonctionnement inégalitaire et non démocratique de son sommet peut-il être réformé ? Quelles limites à leur puissance les grands de ce monde peuvent-ils délibérément accepter ? Certainement, les complexes organisations onusiennes sont-elles trop restées l’affaire des gouvernements pour que les peuples se les approprient et puissent les penser comme des vecteurs de leur émancipation. Le bilan en demi-teinte du dossier est une page d’histoire qui fait comprendre l’effet du temps sur les institutions et les cadres de pensée nés de la terrible Seconde Guerre mondiale. L’ONU, comme bien d’autres héritages nés de la rude victoire contre l’expansionnisme nationaliste, les idéologies racistes et la collaboration des puissants économiques et politiques, apparaît bien en difficulté. Mais le dossier a vocation à rappeler l’importance de son activité, sa part de succès et peut être lu aussi comme un appel à ne pas renoncer à forger des outils communs capables d’endiguer les effets de domination. À coup sûr, souhaitons-le, les questions d’ampleur soulevées par ce dossier font et feront débat. Rendez-vous est déjà pris le 15 novembre pour en débattre ensemble autour des Cahiers d’histoire.

3Ce numéro 142 est par ailleurs riche des évocations des multiples formes de dominations et des incessantes luttes pour les dénoncer et les vaincre.

4Nous le savons plus que jamais en cette fin d’année sociale particulièrement tendue, la répression est rapidement terrible quand les protestations sociales font peur aux gouvernants. L’actualité des arrestations préventives d’individus fichés rend particulièrement urgente l’étude des différentes formes de mise en liste des individus censés présenter un danger pour l’ordre public. Louis Poulhès montre dans l’article de « Chantiers » comment le travail de fichage des militants et militantes communistes avant la déclaration de guerre a permis leur poursuite pendant l’Occupation, avec des conséquences qui ont souvent été dramatiques.

5La rubrique « Métiers » est particulièrement dense dans ce numéro des Cahiers d’histoire. Elle rend hommage à un grand monsieur, homme de colère et de révolte contre toutes les dominations, le cinéaste Med Hondo. Elara Bertho présente le parcours d’un militant du temps des indépendances africaines, panafricaniste, qui a voulu dire par le cinéma l’histoire de l’Afrique comme celle de la souffrance des migrants vers la France des années soixante, avide des bras de son ancien empire colonial. Med Hondo a payé cher ses prises de positions hostiles aux dominants, qui lui ont rendu la production de films extrêmement difficile. Dans un horizon social bien différent, la rubrique présente une autre victime des processus de domination, le syndicaliste du port du Havre, Jules Durand. John Barzman et l’Association des Amis de Jules Durand ont monté une exposition, exposée ce début d’été au musée de l’Histoire vivante de Montreuil. Ils en font aussi des présentations publiques, pour montrer l’injustice dont a été victime ce militant, condamné à mort à la suite de témoignages achetés par le patronat. Ici, John Barzman revient sur le travail qui permet de faire exister les courageuses actions des syndicalistes et la brutale répression qu’ils ont subie, à travers l’attaque ciblée sur quelques organisateurs des grèves.

6L’ouverture sur le travail historien au présent est déployée comme dans tous les numéros des Cahiers à travers l’analyse de films, les lectures d’ouvrages, y compris ici de la littérature historienne pour la jeunesse, et la chronique de l’actualité culturelle dans « Les Cahiers recommandent », vue au prisme de ce qu’elle fait exister pour nous des passés de misère, d’injustices et de révoltes contre les processus de domination.

7Notre travail collectif se poursuivra à travers un numéro d’automne coordonné par deux spécialistes des migrations, Mathieu Grenet et Stéphane Mourlane, qui interrogeront à travers l’exemple italien les effets des migrations sur les constructions nationales. Changement d’échelle donc, passage de l’espace monde à celui de la nation, mais même ouverture à la compréhension du perpétuel mouvement des humains, en fuite face au pire ou, version plus optimiste, à la recherche de meilleures conditions d’existence.

8Après des rencontres autour de l’internationalisme au féminin, de la guerre de libération algérienne dans le cadre du grand forum qu’est la fête de l’Humanité, nous échangerons avec ami•es et lecteurs•trices dans le cadre des « Rendez-vous de l’histoire » de Blois, puis, fin novembre, dans celui des « Rencontres d’histoire critique » à Gennevilliers, dont nous fêterons les dix ans autour du thème « La fête, entre ordre et désordre ». Les rendez-vous sont pris ! Consultez nos pages en ligne pour préciser ces échéances. Plus que jamais, lecteur, lectrice, nous comptons sur votre apport pour soutenir le dynamisme des Cahiers et leur vigilance critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10345

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page