Navigation – Plan du site
DOSSIER

Kofi Annan, un parcours de plus de 40 ans au sein de l’ONU

Chloé Maurel
p. 93-103

Résumé

Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU de 1997 à 2006, a été le plus connu, le plus charismatique et le plus dynamique des dirigeants récents de l’ONU. Comment s’est construit son parcours, de son Ghana natal jusqu’à la « Maison de verre », le siège de l’ONU à New York ? Quel bilan pour ses deux mandats à la tête de l’ONU ? Le récit qui suit se propose de montrer l’ascension progressive de Kofi Annan au sein des différentes instances des Nations unies et d’évaluer son action, avec un recul critique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle

Schlagwortindex :

ONU, OMS, OMD, Kofi Annan, secrétaire général

Palabras claves :

ONU, OMS, OMD, Kofi Annan, secrétaire général
Haut de page

Texte intégral

Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU de 1997 à 2006. Source : <https://es.wikipedia.org/​wiki/​Kofi_Annan>

Une formation polyglotte au Ghana et aux États-Unis

  • 1 Cet article est en grande partie une traduction et une adaptation de la notice en anglais « Kofi An (...)

1Né en 1938 en Côte-de-l’Or (actuel Ghana), Kofi Annan est le fils d’une famille de l’élite de son pays, alors colonisé par le Royaume-Uni1. Le jeune Kofi fréquente une école méthodiste tenue par des frères missionnaires. Quand le Ghana obtient son indépendance en 1957, il ressent l’atmosphère d’enthousiasme liée à l’arrivée au pouvoir de Kwame Nkrumah. Cependant, il n’appartiendra pas aux cercles de ce dirigeant.

2Lors de sa scolarité, il apprend plusieurs langues africaines, ainsi que l’anglais et le français. En 1958, il se lance dans des études d’économie et devient le vice-président de l’Union nationale des étudiants ghanéens. Puis, alors qu’il assiste à une conférence en Sierra Leone, un représentant de la fondation Ford lui offre une bourse d’études pour les États-Unis. Ainsi, en 1961, il se rend aux États-Unis pour étudier au Macalester College à Saint Paul, dans le Minnesota, qui à l’époque accueillait beaucoup d’étudiants afro-américains ou originaires d’Afrique. Cette université était très orientée vers l’internationalisme ; dès 1950, le drapeau des Nations unies y flottait. Après avoir passé sa licence à Macalester, Kofi Annan obtient une bourse de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, ce qui lui permet de poursuivre ses études en économie, cette fois à l’Institut des hautes études internationales, à Genève, en Suisse.

Embauché à 24 ans à l’OMS

3Désormais installé à Genève, Kofi Annan obtient en 1962 un poste au bas de l’échelle à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C’est le début d’une longue série de postes qu’il va occuper, de plus en plus importants, au sein des Nations unies. En 1965, il s’installe avec sa femme à Addis-Abeba en Éthiopie, où il devient administrateur pour la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies (UNECA). En novembre 1968, il est envoyé à New York pour une formation d’un an au siège des Nations unies. Après son retour, il devient chef de la section du personnel de l’UNECA, mais ne se satisfait pas de ce travail. En 1971, il prend une année sabbatique pour aller étudier au Massachusetts Institute of Technology (MIT), où il participe à un programme destiné à former « le manager idéal », et obtient un master en 1972. En août 1972, il est transféré au bureau de l’ONU à Genève comme administrateur. Ensuite, il va être envoyé sur le terrain : en 1974, il est affecté à la Force d’urgence des Nations unies au Caire et à Ismaïlia (Égypte), comme responsable du personnel de cette opération de maintien de la paix.

4En 1976, il retourne au siège de l’ONU à New York, où il travaille comme chef adjoint au service du personnel. Puis en 1980, il retourne à Genève, où il devient chef du personnel au Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR). De plus, de 1981 à 1983, il exerce comme gouverneur de l’École internationale de l’ONU à Genève. En 1984, il repart à New York avec sa nouvelle épouse. Il devient directeur de la division du budget au secrétariat de l’ONU.

5En 1987, le secrétaire général Javier Pérez de Cuéllar le nomme secrétaire général adjoint en charge des ressources humaines. En 1990, il devient secrétaire général adjoint pour la planification, le budget et les finances.

Une expérience de terrain réussie en Irak, mais un grave échec au Rwanda

6En septembre 1990, Pérez de Cuéllar l’envoie en Irak pour qu’il aide au rapatriement de quelque 900 personnes, personnel de l’ONU et travailleurs africains et asiatiques, qui étaient retenues en otages par Saddam Hussein. Kofi Annan réussit à obtenir leur libération et organise leur évacuation par avion.

7Après ce succès, le secrétaire général Boutros Boutros-Ghali le nomme chef adjoint du département des Opérations de maintien de la paix (DPKO), nouvellement créé. Puis, en mars 1993, il le promeut au rang de sous-secrétaire général pour les opérations de maintien de la paix.

  • 2 Stanley Meisler, Kofi Annan : A Man of Peace in a World of War, Hoboken, Wiley, 2007, p. 86.

8En 1994, alors qu’il est à New York, Kofi Annan est confronté au génocide au Rwanda. L’ONU, de même que les États-Unis, le Royaume-Uni et la Belgique, ont été critiqués pour leur inaction et leur échec à soutenir la mission de l’ONU d’assistance au Rwanda (UNAMIR). Le commandant Roméo Dallaire, qui commandait l’UNAMIR, a lancé l’alerte devant les massacres de masse des Tutsis par les Hutus auxquels il a assisté, mais la direction de l’ONU est restée passive. Plus tard, en 2004, Kofi Annan a reconnu dans une interview, qu’à son poste d’alors, il aurait dû faire davantage pour empêcher le génocide au Rwanda. Son biographe, Stanley Meisler, estime : « il n’y a pas de doute que Kofi Annan vit avec un grand sentiment de culpabilité au sujet du Rwanda »2. Selon lui, Annan aurait été au courant des risques de génocide, mais n’aurait pas voulu d’intervention de l’ONU comme le demandait Dallaire, préférant proposer une réunion avec le président du Rwanda.

Une gestion habile de la fin de la guerre civile en ex-Yougoslavie

9En novembre 1995, Boutros Boutros-Ghali nomme Kofi Annan son représentant spécial pour l’ex-Yougoslavie. Il s’agissait de faire appliquer l’Accord de Dayton pour la paix en Bosnie-Herzégovine et plusieurs organisations internationales avaient été mandatées pour le faire appliquer. Annan s’emploie à coordonner les efforts de maintien de la paix et à effectuer le passage de la force de protection de l’ONU à l’OTAN. Fin 1996, les États-Unis s’opposent avec véhémence au renouvellement du mandat de Boutros-Ghali à l’ONU. Comme Boutros-Ghali est africain, mais qu’on ne lui permet pas de faire un second mandat, on lui cherche un successeur qui soit aussi africain. Kofi Annan apparaît alors comme un candidat qui a ses chances, d’autant plus qu’aucun Africain subsaharien n’a jamais été secrétaire général. Il a une bonne réputation, car il est considéré comme ayant bien géré des situations délicates, en Irak comme en ex-Yougoslavie. Il est également bien vu par les États-Unis. C’est ainsi que Kofi Annan est élu secrétaire général en décembre 1996, désigné à l’unanimité par le Conseil de sécurité et par acclamation par l’Assemblée générale.

Le premier secrétaire général de l’ONU originaire d’Afrique subsaharienne

  • 3 Friederike Bauer, Kofi Annan, ein Leben, Frankfurt am Main, Fischer, 2006, p. 198-199.

10Kofi Annan commence son mandat le 1er janvier 1997. Il est le premier secrétaire général à avoir exercé quasiment toute sa carrière au sein de l’ONU. Il a alors une très bonne connaissance de l’organisation et bénéficie du plein soutien des États-Unis. Cependant, si sa relation avec les États-Unis est cordiale, elle n’est pas amicale, c’est plutôt une alliance de raison. Annan disait souvent que « les États-Unis ont besoin de l’ONU et l’ONU a besoin des États-Unis »3.

11En juillet 1997, Kofi Annan publie un programme détaillé de réformes pour l’ONU, intitulé Rénover les Nations unies. Il s’agit de rationaliser l’action de l’organisation, d’augmenter les capacités d’action de l’ONU, avec les ressources existantes. En novembre, l’Assemblée générale approuve le premier train de réformes, qui comprend des coupes budgétaires et des suppressions de postes dans le secrétariat de l’ONU. Ces économies satisfont les États-Unis, qui décident alors de verser leurs arriérés de contribution budgétaire. La réforme introduite par Kofi Annan comprend également un département d’audit indépendant et un nouveau poste de secrétaire général adjoint.

12Toujours en 1997, Kofi Annan publie un rapport sur l’Afrique, exhortant les Africains à cesser d’attribuer leurs maux aux vestiges du colonialisme et appelant l’Organisation de l’unité africaine (OUA) à arrêter de tolérer les gouvernements résultants de coups d’État militaires.

13Kofi Annan soutient également la mise en place de la Cour pénale internationale (CPI), établie en 1998 en dépit de la réticence des États-Unis.

Une action énergique en Irak

14En février 1998, lorsque Saddam Hussein refuse l’accès à son pays aux inspecteurs venant vérifier la présence d’armes de destruction massive tant que l’ONU n’aura pas levé ses sanctions économiques, et alors que les États-Unis menacent d’opérer des frappes aériennes sur l’Irak, Kofi Annan décide, pour sortir de l’impasse, d’aller lui-même en Irak. Il se rend à Bagdad pour discuter directement avec Saddam Hussein. Les États-Unis comme le Royaume-Uni désapprouvent cette décision. Mais elle est un succès, car elle aboutit à l’acceptation par l’Irak de se soumettre aux inspections. Les États-Unis renoncent à leurs frappes aériennes.

15En juin 1998, Kofi Annan fait un discours au Royaume-Uni, dans lequel il affirme que l’ONU est légitime à intervenir dans un État si ce dernier est incapable de protéger sa population. C’est l’idée du principe de la « responsabilité de protéger » (R2P), qui sera discuté par une commission internationale en 2001 et adopté en 2005 par le sommet mondial de haut niveau de l’ONU.

La publication de plusieurs rapports programmatiques

16En 1999, Kofi Annan publie un rapport sur le massacre de Srebrenica (ex-Yougoslavie) de juillet 1995. Il n’hésite pas à en assigner la responsabilité au secrétariat de l’ONU et aux membres du Conseil de sécurité. La même année 1995, une commission indépendante avait publié un rapport sur le génocide du Rwanda, blâmant également les membres du Conseil de sécurité et le secrétariat.

17En avril 2000, Kofi Annan publie son rapport Nous les peuples : le rôle des Nations unies au XXIe siècle, qui entend donner à l’organisation une nouvelle inspiration. En septembre 2000, ce rapport est discuté au sommet du millénaire à New York, où les leaders du monde adoptent les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Ce programme sur quinze ans vise à éliminer l’extrême pauvreté et la faim, à favoriser la santé, le bien-être et le développement économique, avec des objectifs quantifiés.

18En août 2001, l’ONU publie le rapport Brahimi, de son nom complet « Rapport du groupe d’études sur les opérations de paix des Nations unies ». Ce rapport a été rédigé par un panel de spécialistes, dirigé par le diplomate algérien Lakhdar Brahimi. Il préconise que les forces des Nations unies soient mieux équipées, et aient plus d’autorité pour intervenir et prévenir les massacres, dans n’importe quel pays. Le rapport promeut aussi l’idée de casques bleus prêts en permanence à intervenir n’importe où en cas d’urgence. Ce serait le premier pas vers l’établissement d’une armée onusienne permanente. Ce rapport, très lu et très commenté, a amené le Conseil de sécurité à se pencher davantage sur l’organisation des opérations de maintien de la paix.

Réélu par acclamation pour un second mandat et prix Nobel de la Paix en 2001

19En juin 2001, le Conseil de sécurité désigne à l’unanimité Kofi Annan pour un second mandat, et deux jours plus tard l’Assemblée générale le réélit par acclamation, dans un grand enthousiasme. Pourtant, c’était au tour d’un Asiatique d’être élu (car l’Afrique avait déjà eu deux mandats : celui de Boutros-Ghali et celui d’Annan). Mais la popularité de Kofi Annan en a décidé autrement. En octobre 2001, l’ONU ainsi que Kofi Annan reçoivent le prix Nobel de la paix. Le comité Nobel félicite Annan d’avoir revitalisé l’ONU. Mais les attaques du 11 septembre 2001 et la réponse des États-Unis, qui en décembre 2001 attaquent l’Afghanistan, puis en 2003 l’Irak, vont amener l’ONU à être à nouveau marginalisée.

L’ONU marginalisée suite au 11 septembre 2001

20Le Conseil de sécurité adopte une résolution qui confirme le droit des États-Unis à attaquer al-Qaïda pour se défendre. En septembre 2002, le président américain George W. Bush fait un discours à l’Assemblée générale de l’ONU en vue d’obtenir l’autorisation de l’ONU d’envahir l’Irak, au motif de connexions entre Saddam Hussein et al-Qaïda. En novembre 2002, le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité la résolution 1441, exigeant que l’Irak réadmette les inspections dirigées par Hans Blix et Mohamed el-Baradei, de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

21En février 2003, le secrétaire d’État américain, Colin Powell, échoue à convaincre le Conseil de sécurité de l’existence d’armes de destruction massive en Irak. Les États-Unis envahissent l’Irak sans mandat de l’ONU, malgré les efforts de Kofi Annan pour éviter une telle invasion. En mai 2003, l’ONU, pour ne pas perdre la face, entérine finalement cette attaque américaine. Kofi Annan envoie une mission onusienne en Irak, dirigée par le haut-commissaire aux droits de l’homme, le Brésilien Sérgio Vieira de Mello. Mais en août 2003, une voiture piégée explose au siège de l’ONU à Bagdad, Vieira de Mello et 21 autres personnes sont tués. C’est un traumatisme pour l’ONU. Kofi Annan rappelle alors tout le personnel onusien d’Irak. En octobre, un rapport de l’ONU conclut que l’organisation a échoué à assurer la sécurité de son personnel. Dans une interview à la BBC en septembre 2004, Annan estime que la guerre des États-Unis en Irak, du point de vue de la Charte de l’ONU, est illégale. Cette affirmation irrite fortement l’administration Bush.

Kofi Annan irrite les États-Unis

22Kofi Annan envoie Lakhdar Brahimi en Irak pour des consultations en vue de mettre en place un gouvernement provisoire dans le pays, et en octobre 2004, il prononce un grand discours adressé aux leaders des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Irak, appelant au cessez-le-feu. Cela irrite encore plus l’administration Bush et les Républicains américains accusent Annan d’essayer d’influencer les élections présidentielles américaines.

  • 4 Kofi Annan, Nader Mousavizadeh, Interventions : une vie dans la guerre et dans la paix, Paris, Odil (...)

23De plus, l’ONU est alors affaiblie par un scandale de corruption autour du programme « Pétrole contre nourriture », un programme d’aide humanitaire lancé en direction de l’Irak. Ce programme, établi en 1995, permettait à l’Irak de vendre son pétrole sur les marchés mondiaux en échange de nourriture et de médicaments pour ses citoyens, affectés par des sanctions économiques. On découvre alors que le fils de Kofi Annan, Kojo, est impliqué dans des malversations par le biais d’une firme suisse qui avait décroché un contrat avec ce programme. Kofi Annan commande une enquête indépendante sur cette affaire. Le rapport final, publié en 2005, conclura que Kofi Annan n’a pas bien géré ce programme et que son fils a profité de la position de son père pour obtenir un contrat et des avantages. Kofi Annan reconnaîtra plus tard : « J’ai été surpris et déçu que mon fils n’ait pas été plus clair sur ses relations avec cette entreprise »4.

Des rapports visionnaires sur l’avenir de l’ONU

24Dans son rapport Renforcer l’ONU : un programme pour aller plus loin dans le changement, publié en septembre 2002, Kofi Annan plaide pour une meilleure gestion de l’ONU et une meilleure médiatisation de son action. Il veut aussi associer plus étroitement la société civile à l’action de l’ONU ; à cet effet, il met en place un « panel de personnalités éminentes sur les relations entre l’ONU et la société civile », présidé par l’ancien président brésilien Fernando Henrique Cardoso. En 2004, le rapport Nous les peuples : la société civile, les Nations unies et la gouvernance mondiale se focalise sur l’élargissement de la démocratie et l’importance croissante des acteurs non étatiques. Le rapport contient des propositions pour transformer le rôle de l’ONU et suggère que la société civile (ONG, associations…) et les acteurs privés (grandes entreprises) devraient être davantage associés à l’action onusienne.

25Un autre panel de haut niveau, chargé d’étudier les implications de la mondialisation, les menaces et défis qu’elle entraîne, notamment sur les structures onusiennes comme le Conseil de sécurité, publie en novembre 2004 le rapport Un monde plus sûr : notre affaire à tous.

26Annan met à profit le sommet mondial de l’ONU en septembre 2005 pour introduire de nouvelles idées et de nouveaux mécanismes dans le fonctionnement onusien, notamment le principe de la « responsabilité de protéger ». Dans son rapport Dans une liberté plus grande : vers le développement, la sécurité et les droits de l’homme pour tous, il plaide pour un élargissement du Conseil de sécurité, un doublement du montant de l’aide au développement et un fonds d’un milliard de dollars pour aider les victimes des catastrophes. Il appelle aussi à la création d’un Conseil des droits de l’homme pour remplacer l’ancienne Commission des droits de l’homme, qui était inefficace et critiquée. L’Assemblée générale approuve la création de ce nouveau conseil en 2006.

Des projets de réformes et de restructurations d’envergure, mais non aboutis

27Outre la création du Conseil des droits de l’homme, Kofi Annan crée en juin 2006 la Commission de consolidation de la paix, à la suite du sommet mondial. Cette nouvelle commission est fondée sur l’idée que l’ONU doit aider les pays et les peuples qui sortent d’un conflit, afin de construire une paix durable sur le long terme.

28Kofi Annan veut aussi élargir le Conseil de sécurité, afin de le rendre plus représentatif du monde actuel, mais cela s’avère impossible du fait des intérêts divergents et de la volonté des cinq membres permanents (France, États-Unis, Royaume-Uni, Russie, Chine) de conserver leur statut privilégié. Annan a proposé deux solutions : l’une était celle d’un Conseil à 24 membres au lieu de 15, avec 6 nouveaux membres permanents (mais sans droit de veto), et trois sièges tournants ; l’autre solution était de désigner huit nouveaux membres semi-permanents, pour quatre ans, et un non permanent. Ces deux solutions auraient permis de donner une place au Brésil, à l’Inde, à l’Allemagne, au Japon, à l’Afrique du Sud. Mais ces projets n’ont pas abouti, et c’est l’un des grands échecs de Kofi Annan.

  • 5 Kofi Annan, op. cit., p. 151.

29Malgré cet échec, Kofi Annan s’est employé à réformer le fonctionnement administratif de l’ONU, car il avait le sentiment que l’ONU « est devenue progressivement une institution qui visait à se préserver elle-même »5. En 2006, il a lancé un grand programme de réforme de l’organisation du personnel de l’institution, mais cela a été critiqué, car il s’est inspiré de la théorie du new public management, c’est-à-dire des méthodes du secteur privé, centrées sur la rentabilité. Ainsi, il a sous-traité certaines parties de l’activité onusienne au secteur privé, ce qui est très critiquable.

Le lancement des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2000

  • 6 Kofi Annan, op. cit., p. 228.

30Comme tous les secrétaires généraux, Kofi Annan a dû s’efforcer de persuader les États de fournir des troupes pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU et de financer les programmes d’aide au développement. Profondément affecté par la pauvreté et les maladies endémiques dans le monde, il a souligné dès 1999 que le sida tuait dix fois plus de personnes que les conflits armés6. C’est cette préoccupation pour la pauvreté et les maladies qui l’a incité à lancer les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2000 : huit objectifs visant à éradiquer l’extrême pauvreté et à améliorer les conditions de vie de l’ensemble de la population mondiale pour 2015.

31Il soutient aussi la création du Fonds mondial pour combattre le sida, la tuberculose et le paludisme, mis en place en 2002 sous forme de partenariat public-privé et qui a obtenu des fonds privés importants, notamment de la fondation Bill et Melinda Gates.

Un rapprochement très critiquable avec le secteur privé

  • 7 Friederike Bauer, op. cit., p. 178.
  • 8 Chloé Maurel, « Les Nations unies sous le charme du privé », Le Monde diplomatique, avril 2013, p.  (...)

32Ayant fait des études dans le domaine du management, Kofi Annan a toujours eu une proximité avec les entreprises privées. Au forum économique mondial de Davos (Suisse) en 1999, il a lancé son projet de « pacte mondial », qui consistait à rapprocher l’ONU des entreprises, en donnant à celles-ci une représentation et même un pouvoir de décision au sein de l’ONU, avec comme simple contrepartie l’engagement de ces entreprises à respecter dix principes de droits de l’homme, de protection de l’environnement et de lutte contre la corruption. Plus de 7 000 entreprises de 135 pays se sont jointes à ce projet. Mais celui-ci est hautement critiquable, comme l’ont fait remarquer des associations altermondialistes comme ATTAC ou des ONG de droits de l’homme comme Amnesty International, car en faisant cela, Annan initiait « une dangereuse proximité avec les firmes multinationales7 ». Effectivement, le pacte mondial offre aux entreprises, et notamment aux grandes multinationales, un « blanchiment d’image », sans aucune contrepartie concrète8.

Un bilan en demi-teintes

33Annan termine son second mandat le 31 décembre 2006. Dans son discours d’adieux, il a critiqué la politique étrangère américaine et appelé les États-Unis à mieux respecter le multilatéralisme, ainsi que les droits de l’homme, notamment dans le combat contre le terrorisme.

34Quel bilan pour les deux mandats de Kofi Annan ? Il a certainement réussi à remettre l’ONU sur le devant de la scène, grâce à son énergie et à son charisme. En bon communicant, il a développé de bonnes relations avec le Conseil de sécurité et avec les médias internationaux. Il a relevé le niveau et l’éthique du personnel de l’ONU.

  • 9 Friederike Bauer, op. cit., p. 119 et 142.

35Ce qu’on peut lui reprocher, cependant, est d’avoir éludé les conflits9 et ouvert les portes de l’ONU au secteur privé. Ce dernier point est grave, car cela a mené à une situation qui se poursuit encore aujourd’hui, qu’on peut qualifier de « corporate capture » de l’ONU. Il y a de plus en plus de partenariats public-privé à l’ONU et dans ses agences : des pans entiers de programmes onusiens sont sous-traités à des entreprises et des opérations, des programmes sont menés en partenariat avec de grandes firmes multinationales. C’est tout au bénéfice de ces firmes, qui en retirent une image de marque rehaussée, tandis qu’elles imposent leurs priorités et leur optique mercantile à l’ONU et à ses agences.

Bibliographie

36Kofi Annan, Nader Mousavizadeh, Interventions : une vie dans la guerre et dans la paix, Paris, Odile Jacob, 2013.

37Kofi Annan, We the Peoples : A UN for the 21st Century, London, E. Mortimer, 2014.

38ATTAC (collectif), Une autre ONU pour un autre monde, Paris, Tribord, coll. « Manifeste », 2010.

39Friederike Bauer, Kofi Annan, ein Leben, Frankfurt am Main, Fischer, 2006.

40Simon Chesterman (dir.), Secretary or General ? The UN Secretary-General in World Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

41Pierre-Édouard Deldique, Fin de partie à l’ONU : Les réformes de la dernière chance, Paris, Jean-Claude Lattès, 2005.

42Frédéric Eckhard, Kofi Annan : A Spokesperson’s Memoir, New York, Ruder-Finn Press, 2013.

43Rachel A. Koestler-Grack, Kofi Annan : Guiding the United Nations, New York, Chelsea House Publishers, 2006.

44Jean E. Krasno (dir.), The Collected Papers of Kofi Annan : UN Secretary-General, 1997-2006, 5 vol., Boulder, Lynne Rienner Pub, 2012.

45Chloé Maurel, Histoire des idées des Nations unies, Paris, L’Harmattan, 2015.

46Chloé Maurel, Une brève histoire de l’ONU au fil de ses dirigeants, Vulaines, Éditions du Croquant, 2017.

47Stanley Meisler, Kofi Annan : A Man of Peace in a World of War, Hoboken, Wiley, 2006.

48Romuald Sciora (dir.), À la Maison de verre. L’ONU et ses secrétaires généraux, Paris, Saint-Simon, 2006.

49James Traub, The Best Intentions : Kofi Annan and the UN in the Era of American World Power, New York, Farrar Straus & Giroux, 2006.

50Eric Waha, Life at the UN (Below S.G. Annan’s Floor), Victoria, Trafford Publishing, 2006.

Haut de page

Notes

1 Cet article est en grande partie une traduction et une adaptation de la notice en anglais « Kofi Annan » par Chloé Maurel, parue dans l’Encyclopédie en ligne des dirigeants d’organisations internationales dirigée par Bob Reinalda. <www.ru.nl/fm/iobio>

2 Stanley Meisler, Kofi Annan : A Man of Peace in a World of War, Hoboken, Wiley, 2007, p. 86.

3 Friederike Bauer, Kofi Annan, ein Leben, Frankfurt am Main, Fischer, 2006, p. 198-199.

4 Kofi Annan, Nader Mousavizadeh, Interventions : une vie dans la guerre et dans la paix, Paris, Odile Jacob, 2013, p. 383.

5 Kofi Annan, op. cit., p. 151.

6 Kofi Annan, op. cit., p. 228.

7 Friederike Bauer, op. cit., p. 178.

8 Chloé Maurel, « Les Nations unies sous le charme du privé », Le Monde diplomatique, avril 2013, p. 18.

9 Friederike Bauer, op. cit., p. 119 et 142.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU de 1997 à 2006. Source : <https://es.wikipedia.org/​wiki/​Kofi_Annan>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10806/img-1.jpg
Fichier image/, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Kofi Annan, un parcours de plus de 40 ans au sein de l’ONU », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 93-103.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Kofi Annan, un parcours de plus de 40 ans au sein de l’ONU », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10806

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

IHMC (CNRS/ENS/Paris 1)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page