Navigation – Plan du site
DOSSIER

António Guterres à la tête de l’ONU, « le job le plus difficile du monde »

Georges Vayrou
p. 105-110

Résumé

Si Kurt Waldheim fut rattrapé par son passé à l’issue de deux mandats de secrétaire général de l’Organisation des Nations unies de 1972 à 1981 – ce qui ne l’empêcha pas d’être élu président de la République d’Autriche en 1986 –, António Guterres a son passé politique derrière lui, assumé et pas très glorieux aux yeux des progressistes. Toutefois, il fut un haut-commissaire aux réfugiés (HCR) reconnu et apprécié, notamment par certaines ONG, avant d’être désigné secrétaire général de l’ONU le 1er janvier 2017, en mettant « tout le monde d’accord ».

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle

Schlagwortindex :

ONU, HCR, Guterres, secrétaire général

Palabras claves :

ONU, HCR, Guterres, secrétaire général
Haut de page

Texte intégral

António Guterres, secrétaire général de l’ONU depuis 2017. Source : ©Foreign and Commonwealth Office. Image trouvée sur : <https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Ant%C3%B3nio_Guterres>

  • 1 Expression attribuée à plusieurs secrétaires généraux de l’Organisation, selon Le Journal du Dimanc (...)
  • 2 Il fut accusé d’avoir été complice de crimes contre l’humanité durant la Seconde Guerre mondiale, a (...)
  • 3 Gaël De Santis, l’Humanité, 14 octobre 2016.
  • 4 Frédéric Autran, Libération, 6 octobre 2016.

1« Le job le plus difficile du monde1 »… Si Kurt Waldheim fut rattrapé par son passé2 à l’issue de deux mandats de secrétaire général de l’Organisation des Nations unies de 1972 à 1981 – ce qui ne l’empêcha pas d’être élu président de la République d’Autriche en 1986 –, António Guterres a son passé politique derrière lui, assumé et pas très glorieux aux yeux des progressistes. Toutefois, il fut un haut-commissaire aux réfugiés (HCR) reconnu et apprécié, notamment par certaines ONG3, avant d’être désigné secrétaire général de l’ONU le 1er janvier 2017, en mettant « tout le monde d’accord4 ».

Le politique

  • 5 Encyclopédie Wikipedia, consultée le 14 mars 2019.

2Né en 1949, brillant lycéen, il poursuit des études supérieures à l’Institut supérieur technique et s’engage dans la Jeunesse universitaire catholique, qui s’est affranchie depuis quelques années de l’Église portugaise – fidèle soutien de la dictature salazariste –, ce qui lui permettra d’éviter « de s’engager dans l’opposition à l’État nouveau »5, en avril 1974. En 1973, il avait adhéré au Parti socialiste, devenant en 1974 chef de cabinet d’un ministre, poste qu’il quittera dix mois plus tard pour être élu député en avril 1976 ; suivront divers autres mandats électifs.

  • 6 Gaël De Santis, op. cit.

3En 1992, il devient secrétaire général du Parti socialiste, alors que ce dernier accumule les défaites électorales. Il est l’artisan d’un tournant du parti vers le centre, qui lui permettra de remporter les élections législatives en 1995. António Guterres devient alors Premier ministre du nouveau gouvernement, menant des réformes néolibérales6.

4À son actif, on peut toutefois relever, outre la création d’un revenu minimum garanti, l’exposition universelle de Lisbonne (1998) et la création de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), vieux projet de la diplomatie portugaise regroupant les anciennes colonies, dont le Brésil. Il annonce à cette occasion sa volonté de proposer une réforme de « l’Organisation des Nations unies pour avancer vers plus de démocratie et d’efficacité de la communauté internationale, qui doit intensifier ses efforts pour veiller aux droits humains et à la paix7 ». En paraphrasant Victor Hugo, peut-on affirmer que « déjà sous le Premier ministre le front du secrétaire général (de l’ONU) brisait le masque étroit » ?

  • 8 Gaël De Santis, op. cit.

5La question de la dépénalisation de l’IVG fut posée par référendum en juin 1998. Si António Guterres en accepta le principe, il ne cacha pas « à titre personnel » et « en fervent catholique » ses réticences à l’égard de l’interruption volontaire de grossesse. Ses détracteurs lui reprochèrent d’avoir contribué à la victoire du « non » : le Parti socialiste ne fit pas campagne et renonça à la possibilité constitutionnelle d’un vote parlementaire. Le mouvement féministe portugais s’estima « trahi8 ».

6Son second gouvernement en 1999 fut moins facile. Il devient néanmoins président de l’Internationale socialiste la même année, en remplacement d’un certain Pierre Mauroy.

  • 9 Carlos Teotonio Peirera, Courrier international, publié le 15 décembre 2004 sur le site : <https:// (...)
  • 10 « António Guterres, un socialiste catholique portugais au verbe facile », Le Point du 5 octobre 201 (...)
  • 11 La Force internationale pour le Timor oriental (International Force for East Timor, INTERFET) était (...)

7Le Portugal accéda à la présidence de l’Union européenne le 1er janvier 2000, pour une période de six mois, alors que beaucoup de « dossiers épineux [avaient été] laissés en suspens par les Finlandais »9. Mais Guterres imposa « sa marque » par l’organisation du premier sommet Union européenne/Afrique, qui se réunit au Caire les 3 et 4 avril 2000. Déjà, en 1999, il avait « convaincu la communauté internationale de la nécessité d’une intervention de l’ONU au Timor oriental10 », ancienne colonie portugaise ravagée par les massacres de milices pro-indonésiennes. Les forces de l’INTERFET11 commencèrent à se déployer le 20 septembre 1999.

8À la suite des mauvais résultats aux élections locales de 2001, il démissionna et sembla s’éloigner de la vie politique portugaise, même s’il fut pressenti comme candidat à l’élection présidentielle… en 2016.

L’humanitaire

  • 12 Sandro Pozzi, El País, 25 mai 2005.

9En 2005, le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, le propose comme haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), mettant en avant son engagement dans la cause des réfugiés et sa longue carrière politique12. On a pu constater en effet que cette nomination n’est pas le fruit du hasard.

  • 13 Le Point du 5 octobre 2016, op. cit.
  • 14 Gaël De Santis, op. cit.

10C’est donc un homme convaincu du bien-fondé de l’ONU et sensible aux migrations qui prend la tête de l’un des principaux organismes humanitaires du monde. Son mandat est marqué par des vagues de déplacements de population sans précédent, consécutives notamment aux guerres d’Irak et de Syrie. António Guterres marquera ses deux mandats par son franc-parler, « ne cessant de lancer des cris d’alarme à la communauté internationale pour plus de solidarité envers les migrants et demandeurs d’asile13 », « intervenant dans le débat public et notamment européen, afin “ que l’opinion européenne devienne favorable à l’accueil des réfugiés ”. Les porte-paroles de l’organisation dans les différents pays et lui-même ont donné de la voix dans ce sens. De même, à plusieurs reprises, il a réclamé une relocalisation des migrants, tant au niveau européen que mondial »14.

  • 15 <https://www.unhcr.org/fr>, déclaration du 5 octobre 2015, consulté le 14 mars 2019.

11Ses propos portent haut parfois sur le fond : « Nous ne verrons d’action véritable que si les gouvernements finançant, armant et soutenant les parties à chaque conflit d’aujourd’hui surmontent leurs divergences et intérêts conflictuels, pour reconnaître que chacun perd dans la guerre et s’accorder sur la voie commune de mettre fin au bain de sang »15.

  • 16 La Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, dite Convention de Genève, défini (...)
  • 17 <https://www.unhcr.org/fr>, déclaration du 5 octobre 2015, précitée.

12Il note que nous vivons dans un monde où plus de deux tiers des réfugiés sont des musulmans et affirme que « la Convention de 195116 n’est pas incompatible avec les traditions islamiques et textes juridiques anciens »17.

13On mentionnera encore son action en faveur des apatrides, pour lesquels il lance une campagne destinée à mettre fin à leur situation… avec l’échéance de l’année 2024.

  • 18 Idem.

14Son action est également gestionnaire, dans le domaine de l’organisation de l’institution et de ses méthodes budgétaires. « De juin 2015 à décembre 2015, António Guterres supervise une réforme structurelle du HCR, qui va réduire de plus de 30 % le personnel basé à Genève et améliorer la rentabilité (sic) et la capacité d’intervention d’urgence de l’organisation »18.

  • 19 Idem.
  • 20 « Conférence TED » du 18 décembre 2015, consultée le 12 mars 2019. Les conférences TED (Technology, (...)

15Mais les dépenses du HCR triplent pendant cette période. Et Guterres constate que « tous ces efforts sont remis en cause par un grave déficit financier. Avec la croissance exponentielle des besoins humanitaires qui dépassent inévitablement le niveau d’appui très généreux de nos donateurs, l’écart entre les besoins et les ressources disponibles ne cesse de s’élargir »19. Il n’hésite pas à dénoncer la baisse des moyens alloués à certains programmes de l’ONU en 2015 : « Le programme alimentaire mondial a été forcé, par manque de ressources, de diminuer de 30 % l’aide alimentaire aux réfugiés syriens »20.

Le défi

  • 21 Le Monde diplomatique, juin 2012.
  • 22 Frédéric Autran, Pourquoi António Guterres a mis tout le monde d’accord pour prendre la tête de l’O (...)
  • 23 Idem.
  • 24 On peut se référer sur ce point à Chloé Maurel, Une brève histoire de l’ONU au fil de ses dirigeant (...)

16Un terme revient dans l’ensemble des textes qui présentent les enjeux pour l’ONU et son nouveau secrétaire général : le défi. Il est vrai que monsieur Guterres avait lui-même commencé en 2012 (il était alors HCR), évoquant les « nouveaux défis » que constituent les mouvements de population considérables, qui « ne [montraient] aucun signe de ralentissement21 ». Il n’en demeure pas moins qu’il « a mis tout le monde d’accord pour prendre la tête de l’ONU22 », alors qu’« on s’attendait à de longues discussions en coulisse, à d’intenses marchandages entre les candidats et le “ P5 ”, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité »23. Si, en effet, le secrétaire général est officiellement nommé par l’Assemblée générale, il l’est en réalité sur recommandation du Conseil de sécurité, qui propose son candidat favori à l’issue de séances privées24, et les États-Unis, principaux contributeurs financiers, y ont – qu’on le veuille ou non – une influence prépondérante.

  • 25 Marie Bourreau, Le Monde, 6 octobre 2016.

17Restait néanmoins la question du soutien de la Chine et de la Russie. L’une a, semble-t-il, gardé de très bonnes relations avec António Guterres, qui était Premier ministre lorsque la colonie portugaise de Macao est revenue sous souveraineté chinoise en 1999. L’autre s’est contentée de quelques postes de haut niveau, pour accepter de voir un pays membre de l’OTAN à la tête de l’organisation internationale, alors qu’elle insistait pour un candidat d’Europe de l’Est, en vertu d’une règle non écrite de rotation géographique25. De nombreuses voix s’étaient également levées pour qu’une femme soit désignée « secrétaire générale ». Il faudra attendre encore.

  • 26 Pour la première fois, les candidats furent auditionnés par l’Assemblée générale.

18La candidature de Guterres fut d’abord proposée par le gouvernement portugais. Kofi Annan, dont le mandat arrivait à son terme, le mit en avant, évoquant une fois de plus son engagement envers la cause des réfugiés et sa longue carrière politique. Sans doute sa nomination s’explique-t-elle par ses deux « qualités » : social et libéral, auxquelles on peut ajouter deux autres plus humaines, le parler franc et le charisme. Son éloquence devant l’Assemblée générale26 fit le reste.

  • 27 Encyclopédie Wikipedia, précitée.

19Les premières décisions du secrétaire général sont contrastées : s’il désigne trois femmes aux postes de vice-secrétaire générale, directrice de cabinet et « conseiller spécial », il est dès avril 2017 le premier secrétaire général de l’ONU à participer à l’assemblée plénière du Congrès juif mondial, où il déclare : « la forme moderne de l’antisémitisme est de nier l’existence de l’État d’Israël »27

  • 28 Communiqué HCR, 6 octobre 2016, site <https://www.unhcr.org/fr>, consulté le 15 mars 2019.

20Côté social, son expérience et son combat sont certains « pour la cause des réfugiés, des personnes déplacées internes et des apatrides, en défendant leurs droits sur le terrain et au niveau politique le plus élevé. Il s’est attaché à trouver des solutions innovantes pour les aider à trouver la sécurité et la dignité, ainsi qu’à faire cesser les conflits poussant un si grand nombre à fuir leurs foyers »28.

  • 29 Chloé Maurel, op. cit., p. 154-155.

21Côté libéral, il a pu de manière drastique réaliser des économies d’échelle au sein du HCR (redéploiement et économies budgétaires, même s’il se plaint du manque de moyens accordés). Nul doute qu’il saura mettre en œuvre les Objectifs de développement durable (OMD) qui ont reçu le soutien – inquiétant – d’institutions aussi progressistes que la Banque mondiale et le FMI (une première) : plus de pouvoirs à la « société civile », promotion de l’entreprenariat et du secteur privé29.

  • 30 Idem, p. 157.

22Son charisme et son franc-parler permettront-ils de réformer l’ONU pour la rendre « plus démocratique et plus efficace30 » ? Ceci, aurait dit Kipling, est une autre histoire.

Haut de page

Notes

1 Expression attribuée à plusieurs secrétaires généraux de l’Organisation, selon Le Journal du Dimanche, 9 septembre 2017.

2 Il fut accusé d’avoir été complice de crimes contre l’humanité durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il était officier de la Wehrmacht.

3 Gaël De Santis, l’Humanité, 14 octobre 2016.

4 Frédéric Autran, Libération, 6 octobre 2016.

5 Encyclopédie Wikipedia, consultée le 14 mars 2019.

6 Gaël De Santis, op. cit.

7 Javier García, El País, 18 juillet 1996.

8 Gaël De Santis, op. cit.

9 Carlos Teotonio Peirera, Courrier international, publié le 15 décembre 2004 sur le site : <https://www.courrierinternational.com>, consulté le 12 mars 2019.

10 « António Guterres, un socialiste catholique portugais au verbe facile », Le Point du 5 octobre 2016, consulté en ligne le 13 mars 2019 : <https://www.lepoint.fr/monde/António-guterres-un-socialiste-catholique-portugais-au-verbe-facile-05-10-2016-2073848_24.php>.

11 La Force internationale pour le Timor oriental (International Force for East Timor, INTERFET) était une force multinationale de maintien de la paix mandatée par les Nations unies pour traiter la crise humanitaire et sécuritaire qui a eu lieu au Timor oriental à partir de 1999-2000 jusqu’à l’arrivée des casques bleus des Nations unies.

12 Sandro Pozzi, El País, 25 mai 2005.

13 Le Point du 5 octobre 2016, op. cit.

14 Gaël De Santis, op. cit.

15 <https://www.unhcr.org/fr>, déclaration du 5 octobre 2015, consulté le 14 mars 2019.

16 La Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, dite Convention de Genève, définit les modalités selon lesquelles un État doit accorder le statut de réfugié aux personnes qui en font la demande, ainsi que les droits et les devoirs de ces personnes. Elle a été adoptée le 28 juillet 1951 par une conférence de plénipotentiaires sur le statut des réfugiés et des apatrides convoquée par l’Organisation des Nations unies, en application de la résolution 429 (V) de l’assemblée générale en date du 14 décembre 1950. Cette convention fut complétée en 1967 par le Protocole relatif au statut des réfugiés.

17 <https://www.unhcr.org/fr>, déclaration du 5 octobre 2015, précitée.

18 Idem.

19 Idem.

20 « Conférence TED » du 18 décembre 2015, consultée le 12 mars 2019. Les conférences TED (Technology, Entertainment and Design) sont une série de conférences organisées au niveau international par la fondation à but non lucratif nord-américaine The Sapling foundation. Elle a pour but, selon son slogan, de diffuser des « idées qui valent la peine d’être diffusées » (en anglais : « ideas worth spreading »).

21 Le Monde diplomatique, juin 2012.

22 Frédéric Autran, Pourquoi António Guterres a mis tout le monde d’accord pour prendre la tête de l’ONU, Libération, 6 octobre 2016.

23 Idem.

24 On peut se référer sur ce point à Chloé Maurel, Une brève histoire de l’ONU au fil de ses dirigeants, Éditions du Croquant, 2017, en particulier p. 16 à 18.

25 Marie Bourreau, Le Monde, 6 octobre 2016.

26 Pour la première fois, les candidats furent auditionnés par l’Assemblée générale.

27 Encyclopédie Wikipedia, précitée.

28 Communiqué HCR, 6 octobre 2016, site <https://www.unhcr.org/fr>, consulté le 15 mars 2019.

29 Chloé Maurel, op. cit., p. 154-155.

30 Idem, p. 157.

Haut de page

Table des illustrations

Légende António Guterres, secrétaire général de l’ONU depuis 2017. Source : ©Foreign and Commonwealth Office. Image trouvée sur : <https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Ant%C3%B3nio_Guterres>
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10876/img-1.jpg
Fichier image/, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vayrou, « António Guterres à la tête de l’ONU, « le job le plus difficile du monde » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 105-110.

Référence électronique

Georges Vayrou, « António Guterres à la tête de l’ONU, « le job le plus difficile du monde » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10876

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page