Navigation – Plan du site
CHANTIERS

La répression anticommuniste du printemps 1940 au printemps 1941 : l’affaire de l’usine Breguet d’Aubervilliers

Louis Poulhès
p. 113-135

Résumé

L’arrestation des militants impliqués dans un réseau de distribution de tracts dans une usine métallurgique de la banlieue parisienne est exemplaire de la répression exercée au printemps 1940 contre un Parti communiste français réduit à la clandestinité depuis septembre 1939. L’affaire, une des premières traitées par la nouvelle brigade spéciale des Renseignements généraux, fait la preuve de l’efficacité des méthodes policières. Elle montre aussi les limites de leur technicité, les pistes susceptibles de remonter la filière jusqu’aux niveaux supérieurs de la direction du PCF n’ayant guère été exploitées. Le parcours des inculpés, incarcérés dans les prisons parisiennes puis évacués vers le midi de la France en juin 1940 lors de l’exode pénitentiaire, illustre la continuité de la répression anticommuniste, de la fin de la Troisième République au régime de l’État français. Nonobstant la désorganisation du pays en conséquence de l’occupation allemande, les autorités françaises trouvent les ressources nécessaires pour diligenter les poursuites et les faire appliquer, avec des conséquences tragiques pour plusieurs des condamnés livrés par la suite aux Allemands1.

Haut de page

Texte intégral

À la mémoire de mon père

  • 2 Journal officiel, Débats, Sénat, 20 mars 1940 (séance du 19 mars 1940), p. 266. Il s’y ajoute l’épu (...)
  • 3 La source principale de cette étude est le dossier conservé aux Archives nationales, Z/4/16, dossie (...)

1Après la dissolution décrétée le 26 septembre 1939 par le gouvernement d’Édouard Daladier, une répression sévère s’est abattue sur le Parti communiste français. Début mars 1940, le ministre de l’Intérieur peut faire valoir un bilan de 3 400 arrestations, dont 1 460 dans la Seine, et 1 500 condamnations, mais aussi la déchéance de 2 718 élus et près de 400 internements ou assignations à résidence de communistes2. La presse, à la pagination pourtant réduite du fait de la guerre, égrène jour après jour les arrestations de communistes. Les 6 et 9 avril 1940, elle fait ses gros titres de l’arrestation de deux groupes de militants. Le premier est impliqué dans une affaire de distribution de tracts dans une usine à Aubervilliers ; le deuxième, lié au précédent, concerne la direction du PCF dans la région de Paris-Nord. Au total à l’issue de l’enquête, vingt-quatre personnes sont inculpées et un coup sérieux est porté à l’organisation clandestine dans la région parisienne, essentielle pour le PCF. L’affaire, une des toutes premières traitées par la brigade spéciale des Renseignements généraux, est exemplaire de l’action du parti clandestin, comme de celle des policiers pour la démanteler. Plus encore, elle permet, en éclairant le devenir des militants, de montrer la continuité de la répression anticommuniste entre la Troisième République et l’État français3.

Les investigations policières

  • 4 Sur la critique de ces sources, voir notamment Jean-Marc Berlière, « Archives de police/Historiens (...)

2Les rapports d’interrogatoires, seules sources disponibles pour reconstituer les faits, doivent être considérés avec prudence4. Ils reconstruisent les témoignages, voire les manipulent, et les traduisent en langage policier. Bien que la parole des militants y soit évidemment biaisée, ils permettent néanmoins d’observer la résistance, souvent bien maladroite, qu’ils opposent aux interrogatoires. Devant les policiers, qui savent soumettre leurs « clients » à forte pression, parfois avec brutalité, exploiter les contradictions et utiliser la moindre bribe d’aveu, les interpellés nient d’abord généralement tout en bloc. Ils finissent ensuite pratiquement tous par avouer, tentant dans un premier temps de minimiser leur action, puis cèdent et reconnaissent leur rôle, permettant ainsi de reconstituer peu à peu l’arborescence des liaisons.

  • 5 Témoignage de Maurice De Cheveigné, Radio libre 1940-1944, Paris, Le Félin, 2014. Contrairement à c (...)
  • 6 Citroën rachète l’usine en 1955 pour y implanter une ligne de montage de poids lourds, pour un effe (...)
  • 7 Il est alors responsable adjoint aux cadres du PCF sur le plan national ; fusillé par les Allemands (...)

3Comme fréquemment, c’est un « renseignement confidentiel », c’est-à-dire une dénonciation ou l’information d’un indicateur qui met les policiers sur la piste. Il met en cause Fernand Barthélémy, âgé de 29 ans, ancien trésorier de la très puissante section communiste de Renault-Billancourt. Après avoir été licencié par Renault à la suite de la grève du 30 novembre 1938, il est alors employé comme vérificateur de fabrication à l’usine Breguet, implantée au 28 rue du Pilier à Aubervilliers. Le site n’appartient pas à la Société des ateliers d’aviation Louis Breguet, mais à la Compagnie générale des voitures à Paris, installée dans la plaine de Saint-Denis-Aubervilliers dès 1898 pour y implanter ses ateliers et une piste d’entraînement pour ses conducteurs. En 1940, l’usine reconstruite entièrement en 1938 est flambant neuve. Breguet a loué les locaux pour répondre au surcroît de commandes de l’armée ; il y fabrique des ailes d’avions5 pour les appareils bimoteurs de type 691 et 693. À l’aune des grandes concentrations ouvrières de la région parisienne, l’établissement ne constitue cependant qu’une usine de taille moyenne, n’employant guère plus de 300 ouvriers6. Fernand Barthélémy est appréhendé le vendredi 29 mars 1940 et une perquisition menée à son domicile, à La-Garenne-Colombes, fait la preuve incontestable de son implication dans l’activité du parti dissous. En particulier, le livret militaire d’Arthur Dallidet7 et une liste d’anciens responsables du parti avec leur adresse attirent l’attention des policiers. Interrogé d’abord au commissariat de Courbevoie, il nie toute activité politique postérieure à la dissolution du parti.

  • 8 Le commissaire Baillet devient sous-directeur, puis directeur des RG de la Sûreté nationale en 1943 (...)
  • 9 Jean-Marc Berlière, Les Policiers français sous l’Occupation, Paris, Perrin, 2001.

4Le lendemain, samedi 30 mars 1940, l’affaire est transmise à la toute nouvelle brigade spéciale, créée au sein de la direction des Renseignements généraux, composée d’une quinzaine d’inspecteurs dirigés par le commissaire André Baillet8. Jusqu’alors, les Renseignements généraux n’étaient pas habilités à diligenter des enquêtes, mais restaient cantonnés à l’observation. La création d’une brigade répressive qui recherche, identifie, surveille et arrête les militants communistes constitue une petite révolution dans les méthodes policières, destinée à un grand avenir sous l’Occupation9.

5Les aveux de Barthélémy sont d’une double nature. D’une part, il finit par reconnaître que les documents trouvés chez lui appartiennent à Gaston François, rectifieur chez Hispano-Suiza à Bois-Colombes, un ancien collègue de Renault. Il indique qu’ils lui avaient été confiés quelques jours auparavant par la femme de François, Madeleine Bochin, précisant que François lui avait demandé d’acheter une voiture à son nom, probablement pour le Parti communiste. Cet aveu ouvre une première piste. Il en ouvre également une deuxième, celle de l’action communiste à l’usine Breguet d’Aubervilliers. Il reconnaît en effet avoir imprimé des papillons sur une petite imprimerie d’enfant avec des caractères en caoutchouc, trouvée dans la perquisition, et les avoir apportés dans l’usine. Il reconnaît surtout avoir reçu des tracts de différents ouvriers de l’usine. Il en nomme deux, Tillier et Poulhès, donne le signalement précis d’un troisième et suppose que les tracts proviennent de la section d’Aubervilliers, dont Gosset, lui aussi ouvrier chez Breguet, est le secrétaire.

L’usine Breguet, 28 rue du Pilier à Aubervilliers. Le bâtiment administratif, seul vestige de l’usine en 2004, est aujourd’hui détruit. Source : Atlas du patrimoine 93

6Ces pistes sont exploitées immédiatement : le même jour, l’équipe de la brigade spéciale interpelle les cinq personnes nommées par Barthélémy. Sur la première piste, François (39 ans) prétend que Barthélémy a mal compris ce qu’il lui a dit, mais admet lui avoir remis un paquet la semaine précédente, confié par Dallidet à sa femme plusieurs mois auparavant. Celle-ci, Madeleine Bochin (39 ans) confirme. Sur la deuxième piste, celle de l’usine Breguet, les trois interpellés résistent d’abord. Gosset (42 ans) est extrait du centre de séjour surveillé de Baillet, où il vient d’être interné le jour même. Licencié après la grève du 30 novembre 1938 des Aciéries de Longwy à Aubervilliers, où il travaillait depuis 1928, il reconnaît être inscrit au Parti communiste depuis 1935 et avoir été secrétaire adjoint de la section d’Aubervilliers jusqu’en 1938, date à laquelle une grave opération chirurgicale ne lui aurait plus permis de suivre une activité politique. Il nie la distribution de tracts. La perquisition de son domicile ne donne rien. Tillier (30 ans) admet être membre du Parti communiste depuis janvier 1935, avoir été secrétaire de cellule à Saint-Denis, mais nie toute distribution. Au cours de la perquisition, seules quelques vieilles brochures de l’Université ouvrière sont trouvées. Poulhès, le plus âgé (49 ans), ce qui justifie son surnom de « Papa », employé comme suiveur de pièces, ce qui lui permet de circuler dans les ateliers, indique n’avoir jamais été membre d’aucun parti. Il nie la distribution de tracts. Il admet cependant, au cours d’un deuxième interrogatoire, que Tillier lui a remis des tracts à deux reprises, mais affirme qu’il les a jetés. La perquisition de son domicile ne donne aucun résultat. Lors des confrontations, les protagonistes restent sur leurs positions. Barthélémy est envoyé au dépôt sous l’inculpation d’infraction au décret-loi du 26 septembre 1939.

  • 10 Ces formulations sont évidemment celles des policiers et non celles de la personne interrogée.

7Le dimanche 31 mars 1940, ainsi que les jours suivants, les interrogatoires se resserrent sur l’affaire de l’usine. Dans son deuxième interrogatoire, Tillier reconnaît avoir donné à Barthélémy un exemplaire des Cahiers du bolchevisme trouvé dans la perquisition et précise qu’il lui a été donné par un nommé Carré alors qu’il passait « par hasard » à Barbès. Il ouvre ainsi une nouvelle voie, qui évoque un niveau supérieur. En ce qui concerne l’usine, il admet avoir remis à Barthélémy, à deux reprises, un tract trouvé dans l’usine. Il en a remis deux également à Poulhès, qui à son tour lui en a donné un. Poulhès, dans son troisième interrogatoire admet n’avoir pas dit « l’exacte vérité », indiquant qu’à la déclaration de guerre il n’était pas communiste, mais qu’il avait été troublé dans ses convictions. Considérant la guerre comme impérialiste, il était devenu sympathisant et, à partir de novembre 1939, « un agent agissant de la propagande communiste aux usines Breguet », sur la demande d’un nommé Labalette10. Il indique que celui-ci lui a ensuite apporté presque chaque semaine, soit environ vingt fois, deux paquets contenant chaque fois une trentaine de tracts. Il les a remis, aux fins de distribution, l’un à Alloncle, l’autre à Méchaussié. Labalette a cessé de lui transmettre des tracts depuis le début mars et il ignore qui les lui donne. Le système de distribution au sein de l’usine se dessine. Tillier, François et Bochin, inculpés, sont envoyés au dépôt.

8Le lundi 1er avril 1940, alors que Barthélémy, François et Tillier sont écroués à la Santé et Madeleine Bochin-François à la Roquette, c’est au tour des trois nouveaux suspects d’être interrogés et leur domicile perquisitionné. Alloncle, qui n’a pas encore 19 ans, reconnaît que c’est Tillier, connaissant son appartenance à la Jeunesse communiste, qui lui a demandé de participer à la distribution des tracts et lui a présenté Poulhès. À partir de Noël, c’est ce dernier qui a succédé à Tillier pour lui apporter les tracts, environ tous les dix jours, en trois paquets chacun d’une dizaine de tracts, qu’il remettait à Tillier, Ben Ferredj et Vincent. Début mars, Poulhès lui a indiqué que la machine était détraquée. Méchaussié (21 ans) indique d’abord que c’est Barthélémy qui, connaissant son appartenance à la Jeunesse communiste, lui remettait à un rythme irrégulier des tracts qu’il distribuait à son tour. Il reconnaît un peu plus tard que c’est en fait Poulhès qui les lui remettait. La perquisition à leur domicile ne donne rien. L’interrogatoire de Labalette est nettement plus fructueux pour les policiers puisque, si le circuit de distribution au sein de l’usine est désormais reconstitué dans ses grandes lignes, ses révélations permettent d’éclairer le circuit de fabrication des tracts en amont de leur distribution. Peintre au pistolet, âgé de 33 ans et quasiment illettré, il reconnaît que c’est un nommé « Bébert », identifié plus tard comme Albert Brunelet, qui lui a apporté des paquets de tracts, une dizaine de fois depuis le début de la guerre jusqu’au début février, date à laquelle il a été mobilisé. Depuis lors, c’est une certaine « madame Renée » qui lui apporte les tracts à son domicile. À l’usine, il transmet ensuite deux paquets d’une trentaine de tracts chacun à Poulhès. Au cours de la perquisition de son domicile, du papier blanc, des feuilles de papier carbone et un stencil vierge sont découverts. Sa femme, Florentine Brajat-Labalette (38 ans), confirme ses dires.

9Parallèlement, les investigations sur le circuit de distribution se poursuivent, avec les interrogatoires des derniers comparses : Vincent (44 ans), qui reconnaît les dires d’Alloncle, et Ben Ferredj. Ce dernier (33 ans), s’il indique être membre du Parti communiste depuis 1935 et être élu conseiller municipal de Romainville depuis mai 1935, refuse de reconnaître les dires d’Alloncle, admettant seulement avoir reçu un tract de lui par une poignée de main et en avoir refusé deux autres par la suite. Beaucourt (19 ans), mis en cause par Méchaussié, finit par reconnaître les faits et admettre qu’il distribue les tracts que ce dernier lui donne.

10Le mardi 2 avril, alors que sept inculpés sont écroués à la Santé, Alloncle, Beaucourt, Ben Ferredj, Labalette, Méchaussié, Poulhès et Vincent, les investigations font des progrès décisifs, les interrogatoires successifs permettant de faire progressivement le tri dans des déclarations souvent confuses. Renée Réal, veuve Berthier (39 ans) reconnaît n’avoir laissé un paquet de tracts chez les époux Labalette qu’une seule fois en leur absence, mais surtout elle donne le nom d’une femme dont le signalement correspond à la personne évoquée par les époux Labalette comme leur apportant les tracts depuis le départ de Brunelet. Identifiée rapidement comme Germaine Patron (40 ans), celle-ci avance des explications confuses dont il ressort qu’elle se serait remise à militer depuis le début de la guerre pour pouvoir dénoncer le « Centre » en temps utile ! En même temps, elle avoue aux policiers que les tracts sont cachés dans le foyer de sa cuisinière. Elle livre surtout deux informations essentielles : elle donne le nom de la détentrice de la ronéo, une nommée Jeannette, et elle retrace le circuit de transmission en amont de l’impression, les tracts à caractère local étant donnés soit à Labalette soit au tenancier d’un café d’Aubervilliers, ceux provenant du centre étant donnés à Gosset. À la suite de la perquisition menée chez elle, environ 200 tracts de dix sortes différentes sont effectivement trouvés dans sa cuisinière. Jeannette, identifiée comme Marie-Jeanne Feugas (38 ans) reconnaît qu’elle a accepté deux mois auparavant la demande de Gosset de tirer des tracts. Elle minimise les faits, indiquant qu’après avoir reçu la machine, elle n’a fait qu’un tirage puis a rendu le matériel. Elle précise néanmoins qu’elle a remis les tracts à une personne dont elle ne connaît pas le nom, mais seulement l’adresse, celle de Germaine Patron. La boucle est donc refermée. La perquisition permet la saisie de quatre paquets de papier blanc.

11L’interrogatoire du tenancier, Werson, peintre portraitiste de 53 ans, le café appartenant à sa compagne Madeleine Islé, apporte peu de chose, bien que Germaine Patron affirme avoir déposé à deux ou trois reprises des paquets dans l’arrière-salle ou sur le comptoir sur instruction de Gosset. Ce dernier, confronté à plusieurs reprises à ces différentes interlocutrices, nie tout, avant d’avouer finalement avoir remis des stencils à Germaine Patron et reçu d’elle du matériel provenant du centre. Surtout, Marie-Jeanne Feugas finit par craquer et indiquer l’emplacement de la ronéo, placée dans une petite cave de sa cuisine, que la perquisition effectuée immédiatement permet de découvrir ainsi que cinq autres paquets de papier blanc, cinquante tracts déjà tirés avec leur stencil, quatre stencils tapés, mais non encore tirés, dont le numéro 33 du 22 mars de l’Humanité, ainsi que plusieurs tubes d’encre. Elle reconnaît ensuite que, si dans ce lot un seul tract a été tiré, c’est que la machine s’est détraquée. Gosset, mis de nouveau sur le gril, avoue alors sa responsabilité de la propagande clandestine à Aubervilliers et le circuit de fabrication des tracts avec une machine provenant de la section d’Aubervilliers. Florentine Brajat-Labalette, Marie-Jeanne Feugas, Renée Réal veuve Berthier, ainsi que Werson sont inculpés et envoyés au dépôt.

12Le mercredi 3 avril, Gosset de nouveau interrogé confirme et précise son rôle. Il a chargé Germaine Patron de la réception du matériel et Brunelet du tirage, ce dernier ayant trouvé la personne qui lui a succédé quand il a été mobilisé. Il a réparé la machine détraquée un mois auparavant. Il a assumé sa fonction à la demande d’André Carré, qu’il pense être responsable régional. Germaine Patron confirme ses dires, affirmant ne pas connaître la personne qui lui remettait le matériel de la part du centre. Madeleine Islé, propriétaire du café, déclarant ne plus se souvenir de rien, est envoyée le même jour au dépôt ainsi que Germaine Patron et Gosset. Tous trois sont écroués le lendemain 4 avril, les femmes à la Roquette, Gosset rejoint par Werson à la Santé. En moins d’une semaine, la première opération de police est terminée, et l’affaire des tracts de l’usine Breguet éclaircie.

13Le surlendemain, vendredi 5 avril 1940, trois personnes sont interpellées à 19 heures par les inspecteurs auxiliaires Rochet et Bernard, dans un café près de la gare du Nord. André Carré (35 ans) ancien secrétaire du député de Saint-Denis Fernand Grenier, est entré dans la clandestinité début décembre 1939. André Fauré (27 ans) est un militaire en permission domicilié à Aubervilliers. Henri Janin (39 ans) est l’ancien maire de Villeneuve-Saint-Georges, entré dans la clandestinité. Il est porteur d’un livret militaire à un autre nom et d’une grosse somme d’argent, douze mille francs, équivalant à six mois de la paie d’un ouvrier qualifié. Les policiers ont sans aucun doute reçu une information sur leur présence dans ce café, leur rapport indiquant de façon évidemment sibylline : « Les investigations entreprises en vue de retrouver Carré, ex-secrétaire de la section de Saint-Denis de l’ex-parti communiste, désigné par Gosset comme étant le responsable actuel de l’activité clandestine de l’ex-parti communiste dans la région Paris-Nord, nous ont permis d’apprendre que Carré avait rendez-vous dans un café avec Fauré et Janin ».

  • 11 René Pons, aide riveur à la CAPRA à La Courneuve, est arrêté le 2 mars 1940. Il s’évade au cours de (...)

14Le samedi 6 avril 1940, André Carré indique que c’est sur la demande de Charles Tillon, député d’Aubervilliers, à la fin septembre 1939, qu’il a accepté de s’occuper de l’action clandestine pour Paris-Nord. Il a désigné lui-même pour ce faire quatre responsables de la propagande : Gosset pour Aubervilliers ; Tillier et Pons pour Saint-Denis ; Héras pour Le Blanc-Mesnil et Aulnay. Le matériel et les instructions lui sont transmis en cinq exemplaires, un pour chaque responsable de secteur, un pour conservation. Il reconnaît des difficultés pour les trois premiers secteurs : celui de Pons n’a pas été réorganisé depuis l’arrestation de son responsable11, ceux de Gosset et de Tillier, affectés par leur arrestation très récente. Il devait rencontrer Héras le jour même. Il indique avoir rencontré madame Gosset le 1er avril pour s’informer des arrestations. Celle-ci lui a indiqué que Fauré voulait le rencontrer, ce qu’il a fait le lendemain. Il a alors demandé à Fauré de trouver un remplaçant de Gosset et lui a donné rendez-vous pour le 5 avril. Il reconnaît enfin avoir rencontré Janin à plusieurs reprises, mais déclare ignorer ses fonctions. André Fauré confirme les déclarations de Carré le concernant. Héras (30 ans), interrogé le même jour, déclare que si Carré lui a demandé d’organiser le travail clandestin au Blanc-Mesnil trois mois auparavant, il a cependant détruit les deux numéros de l’Humanité qu’il était chargé de faire reproduire et diffuser parce qu’il n’a trouvé personne et parce qu’il a eu peur. S’il a accepté de revoir Carré, c’est qu’il ne voulait pas paraître « se dégonfler ». Régine Bourotte-Gosset (33 ans) reconnaît avoir transmis à son mari des enveloppes cachetées que Carré lui a données, à plusieurs reprises depuis novembre. Elle confirme également que Fauré a demandé rendez-vous à Carré par son intermédiaire. Henri Janin, quant à lui, reste impénétrable sur son activité clandestine, se bornant à indiquer que les questions qu’il posait à Carré au cours de leurs rencontres avaient pour but de se documenter personnellement et n’étaient nullement destinées à renseigner quelqu’un d’autre.

15Le 7 avril 1940 le commissaire Baillet clôt la procédure, considérant qu’elle entretient un lien direct avec l’affaire précédente, estimant que Janin exerce une fonction importante pour le compte du parti et que la somme trouvée sur lui était destinée à rétribuer les personnes chargées de l’action illégale. Il envoie les cinq personnes au dépôt le lendemain, 8 avril 1940, sous l’inculpation d’infraction au décret du 26 septembre. Elles sont écrouées le lendemain, les hommes à la Santé, Régine Bourotte-Gosset à la Roquette.

Les suites de l’affaire

  • 12 Voir, pour des exemples sur les méthodes policières pendant l’Occupation : Stéphane Courtois, Denis (...)

16Dans ces deux procédures successives, on pourrait s’étonner de la relative facilité avec laquelle les policiers obtiennent des aveux. À part Janin, mais il semble peu interrogé, Gosset, qui n’avoue que lorsque tous les autres ont dit l’essentiel, et Ben Ferredj, mais son rôle est très secondaire, la plupart des interpellés lâchent assez vite. C’est sans compter sur le traumatisme que représente un interrogatoire de police pour des militants qui sont pour la plupart des ouvriers ordinaires, face à des professionnels de l’enquête. Les militants sont encore peu avertis des méthodes policières. On remarque aussi que si la toute nouvelle brigade spéciale, dirigée par le commissaire Baillet et l’inspecteur Cougoule, fait preuve d’une efficacité certaine en menant tambour battant des enquêtes qui permettent de démanteler en huit jours l’appareil de propagande communiste de la région Paris-Nord, sa technicité n’est cependant pas encore celle dont elle fera preuve sous l’Occupation. En ce qui concerne la première enquête, des questions importantes restent en suspens, en particulier celles liées à Barthélémy et François, dont l’implication directe dans l’affaire de l’usine Breguet est finalement des plus limitées, mais qui étaient susceptibles d’ouvrir d’autres pistes qui ne semblent pas avoir été explorées. En ce qui concerne la deuxième enquête, l’arrestation de Janin coupe les possibilités de remonter la filière pour frapper plus haut. La leçon sera retenue plus tard, les policiers préférant alors mener de longues filatures pour toucher le maximum de responsables, plutôt que de procéder à des arrestations hâtives12.

17Les autorités policières sont sans doute pour l’heure plus préoccupées d’exploiter leur succès, médiatiquement parlant, que de poursuivre plus avant leurs investigations. C’est en effet dès le 6 avril, le surlendemain de sa clôture, que la presse fait état de la première enquête. Le titre en première page varie d’une feuille à l’autre : « Nouvelles arrestations de communistes. Il s’agit cette fois de l’état-major de Paris-Nord » (Le Petit Parisien) ; « Dix-neuf militants communistes sont arrêtés par la préfecture de police. Ils constituaient l’état-major moscoutaire dans la région Paris-Nord » (Le Matin). L’article est cependant rédigé en des termes semblables, ce qui donne à penser qu’il a été écrit par un organisme officiel, à la préfecture de police ou dans les services du ministère de l’Information et à peine démarqué par les journaux. À l’évidence, l’affaire est délibérément grossie. Elle semble porter sur « les usines de la banlieue nord », alors qu’elle ne concerne que l’usine Breguet d’Aubervilliers, qui n’est d’ailleurs pas citée. On est encore, par ailleurs, assez loin de l’état-major de Paris-Nord. On désigne par les termes ronflants de « service central de propagande » et de « centre régulateur » les modestes moyens mis en œuvre par les militants, pour donner l’impression d’une organisation particulièrement structurée. En outre, l’information est parfois approximative, puisqu’on évoque des « époux Thomas » alors qu’il s’agit des époux François, dont le rôle sur Aubervilliers est en réalité tout à fait réduit. Le 9 avril, deux jours après la clôture de la deuxième enquête policière, les arrestations de Janin et Carré font encore les gros titres en première page, agrémentés par leur photo, aussi bien dans Le Matin (« Les communistes Janin et Carré sont arrêtés. Le premier était membre de la commission de contrôle politique de l’ex-parti des soviets en France ») que dans Le Petit Parisien (« Trois chefs communistes arrêtés à Paris »), qui détaille en première page les fonctions des personnes appréhendées. Les articles font une large part à l’affabulation. Ainsi Fauré est-il présenté par Le Petit Parisien comme « responsable des cinq régions parisiennes qui comprennent Paris, la Seine et la Seine-et-Oise », alors qu’il n’en est rien.

Le Petit Parisien, 6 avril 1940, BNF, Gallica, Gr Fol-Lc2-3850.

Le Petit Parisien, 9 avril 1940, BNF, Gallica, Gr Fol-Lc2-3850.

  • 13 Né en 1896, il devient président de chambre à la cour d’appel de Paris durant l’Occupation, puis Pr (...)

18L’affaire est soumise au 2ème tribunal militaire permanent de Paris, puisqu’en vertu de l’état de siège les juridictions militaires sont susceptibles de connaître de tous crimes et délits intéressant la défense nationale, l’autorité militaire, qui ne peut matériellement se substituer à la totalité des causes, restant libre de se saisir des affaires. C’est évidemment le cas pour les affaires politiques. L’instruction, confiée au commandant Marcel Rousselet, apporte peu de nouveaux éléments13.

  • 14 Sur Juliette Goublet, voir la notice qui lui est consacrée dans Laurent Joly, Les Collabos. Treize (...)

19Les prévenus sont répartis à la prison de la Santé dans plusieurs divisions. Sur les neuf dont on connaît le lieu précis d’emprisonnement, quatre sont cependant concentrés dans la 7ème division, dans des cellules non contiguës. Maître Juliette Goublet remporte un grand succès parmi les prévenus, puisque sur les dix-huit dont on connaît l’avocat, elle en défend sept, quatre autres ayant recours à un avocat commis d’office14. Les détenus connaissent le régime ordinaire de tous les prisonniers, le régime politique ayant été refusé par principe depuis le début des hostilités. Trois des inculpés bénéficient assez rapidement de la liberté provisoire. Gustave Beaucourt, malgré son jeune âge, est soutien de sa famille, son père étant décédé et sa mère malade, avec ses trois frères âgés de 15, 12 et 10 ans. L’ordonnance de mise en liberté date du 1er mai, mais il semble n’en avoir bénéficié que le 5 mai. René Alloncle, du fait de sa jeunesse, de son état de pupille de la Nation, de son sérieux (le fait d’avoir fait des études au séminaire semble avoir joué en sa faveur) en bénéficie par ordonnance du 22 mai. C’est aussi le cas de Pierre Vincent, mutilé pensionné à 45 % et élevant un enfant de 16 ans, sa faible implication dans l’affaire pouvant également avoir joué en sa faveur. Par contre, la demande de Raoul Gosset est refusée, malgré son état de santé très précaire et l’avis formel du médecin de la prison, rendu le 18 mai 1940, sur son « état général déficient peu compatible avec une détention prolongée ».

L’évacuation des détenus et le verdict judiciaire

  • 15 Jacky Tronel, « Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu » (...)

20Le 10 juin 1940, devant l’avance des troupes allemandes vers Paris, qu’elles investissent au matin du 14 juin, les 1 558 détenus de la Santé sous juridiction militaire ainsi que les 297 détenus de la prison militaire du Cherche-Midi sont évacués en autobus ou en camions militaires vers Orléans. Une petite moitié d’entre eux séjourne au camp militaire des Grouës, à proximité de la gare des Aubrais. Les autres poursuivent vers Montargis pour s’arrêter à Cepoy, dans une ancienne verrerie qui a servi pour quelques mois à l’internement d’étrangers. Tous reprennent la route le samedi 15 juin, au petit matin à Cepoy, en fin d’après-midi à Orléans. C’est à l’occasion de cette dernière évacuation, qui se poursuit à pied, que de nombreux détenus réussissent à s’échapper. Il s’agit essentiellement des détenus de la colonne de Cepoy dont l’exode, particulièrement dramatique, est émaillé d’exécutions sommaires et dont la plus grande partie réussit, soit à s’évader purement et simplement, soit sont rejoints par les Allemands qui les laissent s’égailler dans la nature. Seuls 1 020 prisonniers sur les 1 865 au départ de Paris rejoignent finalement le camp de Gurs près d’Oloron-Sainte-Marie, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 20 juin 1940, après un périple très éprouvant de dix jours15. Six seulement des treize hommes qui restaient incarcérés à la Santé le 10 juin au titre de l’affaire rejoignent ainsi le camp de Gurs : Samuel Ben Ferredj, André Fauré, Paul Méchaussié, Louis Poulhès, Georges Tillier, Marcel Werson. Les sept autres se sont évadés, de fait : Fernand Barthélémy, André Carré, Gaston François, Raoul Gosset, Juste Héras, Henri Janin, Fernand Labalette.

  • 16 Archives nationales, F/7/15278, pour l’essentiel. Un récit détaillé de cet exode pénitentiaire écri (...)

21L’évacuation des 120 détenues de la Roquette est encore plus confuse. Ces femmes, parmi lesquelles les sept inculpées de l’affaire d’Aubervilliers, sont évacuées en plusieurs convois, par voitures cellulaires, dans les conditions les plus dures. Le premier convoi, avec parmi elles Régine Bourotte et Florentine Brajat, atteint finalement Libourne le 18 juin après plusieurs étapes. Les prisonnières sont libérées le 3 août par les Allemands, avec tous les inculpés de défaitisme par le régime précédent. Dans le deuxième convoi, qui a poursuivi le 13 juin jusqu’à Blois, où les détenues sont accueillies à la maison d’arrêt, les prisonnières sont évacuées le 16 juin à pied puis, leurs gardiens ayant disparu, elles s’enfuient dans un sauve-qui-peut général16. Le dernier convoi, d’une vingtaine de détenues évacuées d’abord sur Fresnes, revient à la Roquette, d’où les prisonnières obtiennent leur libération provisoire par les responsables de la prison le 14 juin, les Allemands ayant investi Paris. De fait, les sept détenues de l’affaire d’Aubervilliers sont donc toutes libérées.

  • 17 Service historique de la Défense, 13J/1566.
  • 18 La description la plus complète est celle de Léon Moussinac, Le Radeau de la Méduse, journal d’un p (...)

22À Gurs, les six de l’affaire d’Aubervilliers sont enfermés dans l’îlot B du camp, comme l’ensemble des autres détenus, Ben Ferredj et Poulhès dans la baraque 3, Werson et Méchaussié dans la 9, Tillier la 10, Fauré la 1717. Les conditions y sont épouvantables. Tous connaissent la faim, la vermine et les rats qui pullulent, mais aussi, l’automne venant, le froid et la boue. Ils couchent sans châlit sur de la paille pourrie. Ils n’ont ni gamelles, de vieilles boîtes de conserve en font office, ni couverts, ni tables, et leurs seuls vêtements sont ceux qu’ils avaient sur le dos en arrivant. Quelques colis leur parviennent, mais les surveillants se font un plaisir d’en découper le contenu18.

23Dès le 10 juillet, le commandant du camp insiste pour hâter l’instruction, mettant l’accent sur le caractère sommaire du camp, le mélange des détenus, l’importance du nombre de ceux qui professent des opinions subversives, pour conclure à l’urgence du départ du camp et à la nécessité de « l’internement de ces mauvais sujets dans un endroit plus approprié ». L’ilot B du camp est vidé progressivement, d’abord par la libération des détenus de nationalité allemande (une quinzaine) dès le début de juillet, puis par le transfert des détenus condamnés vers diverses prisons et le transfert individuel ou par groupe des prévenus vers Périgueux, où le tribunal militaire permanent de la 12e région militaire a trouvé refuge. Le camp est vidé de ses derniers préventionnaires le 7 novembre 1940, par le transfert de 300 d’entre eux, accompagnés de 120 hommes d’escorte et de surveillants, au camp de Mauzac en Dordogne. Sans être luxueux, ce camp qui vient d’être aménagé jouit de meilleures installations que Gurs. C’est de là qu’André Fauré s’évade en compagnie d’un autre détenu le 20 décembre 1940.

  • 19 Archives nationales, F/7/16278 : circulaires aux préfets du ministre secrétaire d’État à l’Intérieu (...)

24Le nouveau régime de Vichy revendique la continuité avec la IIIe République en ce qui concerne la répression anticommuniste dès l’automne 1940. À plusieurs reprises, les préfets et les procureurs généraux reçoivent des instructions pour leur rappeler qu’ils doivent s’appuyer sur le décret-loi du 26 septembre 1939 en ce qui concerne la propagande communiste ou les tentatives de reconstitution du PCF et sur le décret-loi du 18 novembre 1939 pour l’internement des communistes lorsqu’ils ne peuvent être présumés auteurs d’un délit de ce type19.

25Une ordonnance de renvoi devant le tribunal pour les vingt-quatre prévenus est rédigée le 15 février 1941. La citation à comparaître est transmise le 8 mars par un lieutenant de gendarmerie aux cinq détenus de Mauzac. L’audience est convoquée pour le 17 mars 1941 à 8 h 30, dans la salle des assises du palais de justice de Périgueux. En présence de leurs avocats, la ligne de défense des accusés est variée. Tillier assure que c’est parce qu’il a été frappé par la police qu’il a fait des aveux et se proclame innocent des faits qui lui sont reprochés. Poulhès reconnaît avoir reçu des paquets de Labalette et les avoir remis, sans trop savoir ce qu’ils contenaient. Ben Ferredj assure n’être pour rien dans l’affaire, ayant seulement reçu une fois un tract de Méchaussié en lui serrant la main, tract qu’il a détruit sans le lire. Méchaussié dénonce également la maltraitance de la police, cause de déclarations qui n’ont pas été sincères ; il assure n’avoir reçu qu’une seule fois un paquet de tracts de Poulhès, qu’il les a montrés à Beaucourt, puis qu’il les a détruits. Werson confirme ses déclarations antérieures.

26Le verdict est clément pour les accusés présents à l’audience. Werson est acquitté, son implication dans l’affaire n’ayant pas réellement été prouvée ; sa compagne, Madeleine Islé, absente au jugement, est d’ailleurs acquittée avec lui. Le sursis est prononcé pour deux inculpés : Méchaussié et Poulhès. La jeunesse du premier et son implication limitée ont dû contribuer à l’indulgence des juges. Pour le second, plusieurs éléments se sont probablement conjugués. Le caractère de non-membre du parti, « une certaine franchise » dont il fait montre en reconnaissant les faits qui lui sont reprochés, comme l’indique le réquisitoire, un truc d’avocat : « la pression de ses camarades », mais aussi son état d’ancien pilote aviateur de la guerre de 1914-1918, cité à l’ordre de l’armée, ont emporté la décision. Ben Ferredj est condamné à un an ferme, mais sa peine est couverte par la détention préventive. Seul Tillier est condamné à une peine de prison ferme de deux ans qui le contraint de rester détenu encore près d’un an. Les amendes sont légères : 500 francs pour le premier, 200 pour le second, aucune pour les condamnés avec sursis.

27En revanche, les accusés absents au procès sont lourdement condamnés, à la peine maximale : cinq ans de prison, 5 000 francs d’amende et dix ans de privation de droits civiques pour Barthélémy, Labalette, Gosset, Fauré, Carré, Janin, et Marie-Jeanne Feugas. Trois autres sont également condamnés à cinq ans de prison, mais leurs amendes sont réduites à 2 000 francs pour Héras et Germaine Patron, 1 000 francs pour Renée Réal. Deux autres, Alloncle et Brunelet, sont condamnés à quatre ans de prison et 1 000 francs d’amende. Les époux François, ainsi que Régine Bourotte, épouse Gosset, sont condamnés à trois ans de prison et 1 000 francs d’amende. Florentine Brajat, épouse Labalette, à un an de prison et 100 francs d’amende.

28Ces peines sont loin d’être de principe pour les inculpés absents à Périgueux, évadés ou libérés du fait de juin 1940. Trois d’entre eux sont internés depuis l’automne 1940 : Carré l’a été le 5 octobre, Gosset aux environs de cette date, Barthélémy le 9 novembre, mais aucun n’a été transféré à Périgueux pour assister au procès, où leur absence leur a valu une condamnation sévère. Pour tous, les poursuites ne se sont aucunement éteintes, bien au contraire, elles connaissent une relance vigoureuse. Dès le 30 janvier 1941, le substitut du juge d’instruction militaire a lancé un mandat d’arrêt à l’encontre d’Albert Brunelet qui, mobilisé, n’avait pas été écroué. Deux semaines après, le 13 février 1941, un mandat est lancé contre chacun des dix-sept autres prévenus. Fauré, évadé de Mauzac, n’en a pas fait l’objet, étant sous le coup d’une inculpation pour désertion en temps de guerre, car encore sous les drapeaux, inculpation d’autant plus étonnante que l’armistice a été signé le 22 juin 1940.

29Une vaste opération est menée pour appréhender les personnes recherchées, dès la fin du mois de février 1941. Huit d’entre elles sont ainsi arrêtées à leur domicile : Gustave Beaucourt le 24 février 1941, Marie-Jeanne Feugas et Pierre Vincent le 26, Fernand Labalette et son épouse Florentine Brajat le 27, Régine Bourotte-Gosset et Germaine Patron le 1er mars, Renée Réal le 7 mars 1941. Le 28 mai, c’est au tour de René Alloncle d’être appréhendé dans la Vienne, où il a trouvé du travail, le 10 juin celui d’Albert Brunelet à son domicile d’Aubervilliers. Tous sont arrêtés par la gendarmerie française, conduits d’abord au commissariat de police le plus proche, puis incarcérés à la Santé ou à la Roquette, Alloncle à Poitiers. Le jour du jugement de Périgueux, le 17 mars 1941, huit accusés sont donc sous les verrous dans les prisons parisiennes depuis environ un mois et demi, mais aucun n’a été informé de l’audience de Périgueux. Ils y sont jugés d’autant plus sévèrement.

30Des mises en liberté provisoire sont accordées, nonobstant les condamnations de Périgueux en mars, en faveur de Germaine Patron le 20 juin 1941, de Gustave Beaucourt le 11 juillet 1941, de Pierre Vincent le 15 juillet. En revanche, un refus est opposé aux demandes parfois réitérées de Florentine Brajat-Labalette, de Renée Réal, de Régine Bourotte-Gosset. Fernand Labalette est transféré à l’infirmerie centrale de Fresnes du 17 juin au 14 octobre 1941, où il subit deux interventions chirurgicales. René Alloncle a plus de chance : transféré de la maison d’arrêt de Poitiers, en zone occupée, à celle de Périgueux, en zone libre, il est jugé de nouveau par le tribunal militaire de la 12ème région, qui révise son jugement du 17 mars précédent (quatre ans de prison et 1 000 francs d’amende) pour le condamner à seulement 6 mois de prison avec sursis, le 23 juin 1941.

  • 20 Instituée par la loi du 13 août 1941, en réalité antidatée pour répondre à l’attentat commis par Pi (...)
  • 21 Il existe en effet la possibilité de faire opposition à un jugement rendu par défaut, qui entraîne (...)

31Pour dix des inculpés, le dossier est transmis à la section spéciale de la cour d’appel de Paris20. Son jugement est rendu le 24 novembre 1941. Pour six d’entre eux (les époux Labalette, Régine Bourotte-Gosset, Albert Brunelet, René Réal veuve Berthier, Marie-Jeanne Feugas), qui ont fait opposition au jugement, mais s’en sont désistés, la cour confirme les sentences du 17 mars et les rend ainsi exécutoires21. Gustave Beaucourt ainsi que Pierre Vincent voient leur peine de prison confirmée, mais leur amende réduite. Seule Germaine Patron voit sa peine aggravée en cinq ans de travaux forcés contre cinq ans de détention. Le dernier, Juste Héras, impliqué dans une deuxième affaire en septembre 1941, et qui fait l’objet d’un supplément d’information, voit sa première peine confirmée dans un jugement ultérieur du 18 juin 1943.

Le verdict du 17 mars 1941 :

Condamnation

Nom

Prénom

Nom marital

Date de naissance

Prison

Amende en francs

Privation de droits

Tillier

Georges

 

23/04/1910

2 ans

500

10 ans

François

Gaston

05/10/1900

3 ans

1 000

10 ans

Poulhès

Louis

 

16/05/1891

1 an sursis

5 ans

Barthélémy

Fernand

25/03/1911

5 ans

5 000

10 ans

Bochin

Madeleine

François

21/02/1901

3 ans

1 000

10 ans

Alloncle

René

25/04/1921

4 ans *

1 000*

10 ans*

Vincent

Pierre

11/05/1895

3 ans

1 000

10 ans

Ben Ferredj

Samuel

 

15/02/1907

1 an

200

10 ans

Beaucourt

Gustave

28/08/1920

3 ans

500

10 ans

Labalette

Fernand

16/08/1906

5 ans

2 000

10 ans

Méchaussié

Paul

 

14/11/1918

9 mois sursis

5 ans

Gosset

Raoul

03/12/1897

5 ans

5 000

10 ans

Werson

Marcel

 

26/10/1886

Acquittement

Brajat

Florentine

Labalette

25/03/1902

1 an

100

10 ans

Réal

Renée

Vve Berthier

07/03/1901

5 ans

1 000

10 ans

Feugas

Marie-Jeanne

01/09/1901

5 ans

5 000

10 ans

Patron

Germaine

Vve Fourez

29/10/1899

5 ans

2 000

10 ans

Islé

Madeleine

15/11/1897

Acquittement

Fauré

André

02/03/1913

5 ans

5 000

10 ans

Janin

Henri

05/02/1901

5 ans

5 000

10 ans

Carré

André

07/06/1904

5 ans

5 000

Héras

Juste

04/12/1909

5 ans

2 000

10 ans

Bourotte

Régine

Gosset

21/11/1906

3 ans

1 000

10 ans

Brunelet

Albert

16/01/1907

4 ans

1 000

10 ans

32* jugement révisé le 23 juin 1941 : 6 mois avec sursis.

33L’ordre des noms est celui du jugement. En grisé : les présents à l’audience.

34Source : Archives nationale, Z/4/16, dossier 142.

Le devenir des inculpés

  • 22 Voir notamment le Maitron : articles Gosset, Fauré, Carré, Labalette, Patron, Jugault (pour Brunele (...)

35Le devenir de dix-neuf inculpés, parmi les vingt-quatre de l’affaire, est connu22. Deux d’entre eux ont été fusillés : Raoul Gosset, interné au camp de Choisel à Châteaubriant, est fusillé le 15 décembre 1941 à la Blissière dans la forêt de Juigné, avec huit autres otages extraits du camp, parmi les 95 otages exécutés à cette date par les Allemands dans différents lieux en France ; André Fauré est fusillé le 21 octobre 1942 au stand de tir d’Issy-les-Moulineaux, avec Raymond Losserand, Gaston Carré (sans lien de parenté avec André Carré) et douze autres résistants.. Après son évasion de Mauzac le 20 décembre, il a repris contact avec le parti et a été arrêté le 16 mai 1942 dans l’affaire Losserand.

  • 23 Sur le convoi dit « des 45 000 », voir l’ouvrage de Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschw (...)

36Deux sont morts en déportation : Fernand Barthélémy, interné le 9 novembre 1940 à Aincourt, est à Clairvaux le 21 janvier 1941, au camp de Rouillé le 25 septembre 1941, à Voves le 4 mai 1942, puis transféré à Compiègne et déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz, au sein du groupe dit des « 45 000 », où il décède rapidement, vers la mi-août 194223 ; Gustave Beaucourt, successivement emprisonné à la Santé, Fresnes, Clairvaux, Blois le 18 septembre 1943, est transféré à Compiègne le 18 février 1944, puis déporté le 22 mars 1944 vers Mauthausen où il arrive le 25 mars 1944, affecté successivement à Linz-1 le 14 avril 1944, au camp central le 21 juin, à Wiener-Neustadt le 5 juillet, au camp central le 25 novembre , et décède probablement pendant son transfert à Auschwitz le 1er décembre 1944.

37Sept ont été déportés et sont revenus de déportation. André Carré, interné le 5 octobre 1940 à Aincourt, puis transféré à Fontevrault le 4 décembre 1940, Clairvaux le 21 janvier 1941, Rouillé le 27 septembre 1941 ; il est transféré comme condamné à Châlons-sur-Marne, Compiègne, puis déporté le 14 mai 1944 à Buchenwald, dont il revient le 1er septembre 1945. Fernand Labalette, transféré à Fresnes le 2 décembre 1941, est à Clairvaux en mai 1942 ; il est déporté le 12 mai 1944 à Buchenwald, puis Dora et Bergen-Belsen, et libéré le 15 avril 1945 ; il décède à Aubervilliers en septembre 1963. Georges Tillier, dont la peine s’est normalement achevée le 1er avril 1942, est déporté à Dachau le 18 juin 1944 ; il en est libéré le 29 avril 1945 ; il est secrétaire de la section de Saint-Ouen et membre du bureau fédéral de la Seine du PCF en 1948. Quatre des femmes inculpées dans l’affaire d’Aubervilliers sont écrouées à la centrale de Rennes, puis remises aux Allemands et transférées à Romainville pour être déportées à Ravensbrück. Trois d’entre elles sont déportées par le même convoi le 18 avril 1944, après avoir été remises aux Allemands le 5 avril : Germaine Patron, écrouée à Rennes le 4 décembre 1941 ; Renée Réal, écrouée à Rennes le 15 décembre 1941 ; Marie-Jeanne Feugas, écrouée le même jour à Rennes. Madeleine Bochin-François est d’abord écrouée à Auxerre le 30 novembre 1941, puis à la Roquette le 31 décembre 1941, enfin transférée à la Centrale de Rennes le 12 avril 1942. Elle est remise aux Allemands le 2 mai 1944, déportée le 13 mai 1944. Germaine Patron décède à Aubervilliers le 5 décembre 1949.

  • 24 Son frère, Serge Bourotte, arrêté en 1939, meurt à la prison de la Santé en 1940. Le fils de Régine (...)

38Une femme est décédée en détention : Régine Bourotte-Gosset, à la centrale de Rennes, le 3 octobre 1943, où elle a probablement été écrouée en décembre 1941 comme trois de ses compagnes24.

  • 25 AN, Z/4/12, dossier 112, folio 9.

39Plusieurs ont été internés ou détenus dans divers camps ou prisons. Paul Méchaussié est interné le 15 mai 1941 au dépôt et transféré à Châteaubriant le 12 juin 1941, puis à Voves à la fermeture du camp de Châteaubriant le 7 mai 1942, enfin à Pithiviers le 18 novembre 1943. Florentine Brajat-Labalette est internée à l’issue de sa peine le 26 novembre 1941 ; détenue d’abord à la Petite Roquette, elle est transférée à la caserne des Tourelles le 15 décembre 1941, puis à Aincourt le 29 mai 1942, puis à Gaillon, à La Lande-de-Monts le 15 février 1943, à Poitiers le 15 janvier 1944. Albert Brunelet est détenu à Clairvaux en mai 1942 ; il s’évade de la maison d’arrêt de Châlons-sur-Marne le 9 novembre 1943, en compagnie de Pierre Kaldor, Maurice Chaumeron, Georges Tassier, Bernard Jugault. Juste Héras n’est arrêté que le 28 novembre 1942 par la 1ère brigade mobile de la police nationale25. Il est détenu à la Santé en mars 1943. Il est maire adjoint au Blanc-Mesnil à la Libération et décède le 10 septembre 1962.

40Henri Janin n’a jamais été repris après juin 1940 ; il a vécu depuis lors dans la clandestinité, est revenu à Paris vers la mi-juillet 1940 et a participé à une tentative d’occupation de la mairie de Villeneuve-Saint-Georges le même mois. Replié en Bretagne, il y a participé à l’organisation de la résistance armée malgré de graves problèmes de santé. En 1945, il a été réélu maire de Villeneuve-Saint-Georges, conseiller général et vice-président de l’assemblée départementale, désigné membre titulaire du comité central et secrétaire de la commission de contrôle politique du PCF. Il décède en 1946.

41Sans activité résistante pendant l’Occupation, Louis Poulhès a participé aux combats de la libération de Paris. Marcel Werson et Madeleine Islé ont repris leur activité au café, 100 avenue de la République à Aubervilliers, où ils exerçaient encore au milieu des années 1960.

42Nonobstant la désorganisation du pays, conséquence de l’occupation allemande, avec notamment la partition entre zone libre et zone occupée, les autorités de Vichy ont donc trouvé les ressources nécessaires pour diligenter les poursuites et les faire appliquer. Dès l’automne 1940, trois des inculpés sont internés à Aincourt, puis dans d’autres camps ou prisons. Leur implication dans l’affaire d’Aubervilliers, si elle n’est pas directement liée à cette mesure administrative, n’y est évidemment pas étrangère. Leur trajectoire les conduit à l’exécution pour l’un, la mort en déportation pour un autre, la déportation pour le troisième.

43Dès janvier et février 1941, l’administration de l’État français relance la machine pour s’assurer de la personne des prévenus échappés durant l’exode pénitentiaire de juin 1940, en faisant appréhender dix d’entre eux par la gendarmerie en zone occupée. Elle juge les inculpés à Périgueux le 17 mars 1941, en présence des cinq détenus transférés du camp de Gurs à Mauzac, par défaut pour les dix-neuf autres. L’affaire, transmise par la suite par la section spéciale de la cour d’appel de Paris, aboutit à dix condamnations le 24 novembre 1941, confirmant pour l’essentiel celles de Périgueux. Celles-ci sont appliquées avec rigueur : au bout de la longue route c’est soit la mort en détention, soit la mort en déportation, soit la déportation, soit l’internement administratif, en lieu et place d’une libération à l’issue de la période de détention qui attend les condamnés.

  • 26 Principalement le décret-loi du 26 septembre 1939 sur la dissolution des organisations communistes,(...)

44L’affaire d’Aubervilliers, loin d’être une affaire banale de distribution de tracts dans une usine moyenne de proche banlieue, montre ainsi combien la répression anticommuniste du gouvernement de Vichy marque une continuité avec celle de la fin de la Troisième République. Elle s’exprime non seulement par l’utilisation des moyens juridiques définis par le gouvernement Daladier26, mais plus encore par la reprise, avec constance et détermination, des poursuites antérieurement engagées, avec des conséquences dramatiques pour nombre de détenus, ceux-ci étant livrés ultérieurement par Vichy aux Allemands.

Principaux militants inculpés :

Haut de page

Notes

1 Louis Poulhès, « L’anticommunisme d’État à la fin de la IIIe République et au début de l’occupation allemande », thèse de doctorat, université de Bourgogne-Franche Comté, mai 2018.

2 Journal officiel, Débats, Sénat, 20 mars 1940 (séance du 19 mars 1940), p. 266. Il s’y ajoute l’épuration de 700 fonctionnaires et 3 500 radiations d’affectations spéciales, au total 8 000 mesures individuelles à cette date.

3 La source principale de cette étude est le dossier conservé aux Archives nationales, Z/4/16, dossier 142 (section spéciale de la cour d’appel de Paris), librement consultable depuis décembre 2015.

4 Sur la critique de ces sources, voir notamment Jean-Marc Berlière, « Archives de police/Historiens policés ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 48, 2001/5.

5 Témoignage de Maurice De Cheveigné, Radio libre 1940-1944, Paris, Le Félin, 2014. Contrairement à ce qu’indique le Maitron, Pierre Georges n’y a pas été employé en 1939, puisqu’il travaillait à la CAPRA à la Courneuve, selon sa fille : Monique Georges, Le Colonel Fabien était mon père, Paris, Fayard/Mille et une nuits, 2009.

6 Citroën rachète l’usine en 1955 pour y implanter une ligne de montage de poids lourds, pour un effectif prévu de 330 personnes, puis la ferme en 1970. Les PTT y installent un atelier d’entretien en 1976, jusqu’en 2000. Le site est démoli après 2008 pour faire place au projet de campus universitaire Condorcet.

7 Il est alors responsable adjoint aux cadres du PCF sur le plan national ; fusillé par les Allemands en mai 1942.

8 Le commissaire Baillet devient sous-directeur, puis directeur des RG de la Sûreté nationale en 1943 ; il est nommé ensuite à la tête de l’administration pénitentiaire. Condamné à mort le 20 juin 1945, il est fusillé le 17 juillet 1945.

9 Jean-Marc Berlière, Les Policiers français sous l’Occupation, Paris, Perrin, 2001.

10 Ces formulations sont évidemment celles des policiers et non celles de la personne interrogée.

11 René Pons, aide riveur à la CAPRA à La Courneuve, est arrêté le 2 mars 1940. Il s’évade au cours de l’exode pénitentiaire, puis est de nouveau arrêté le 30 novembre 1940 (AN, Z/4/10, dossier 110).

12 Voir, pour des exemples sur les méthodes policières pendant l’Occupation : Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le Sang de l’étranger : les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris, Fayard, 1989.

13 Né en 1896, il devient président de chambre à la cour d’appel de Paris durant l’Occupation, puis Premier président en 1950 jusqu’à sa retraite en 1962. Il décède en 1984. Il est le père d’André Rousselet, fondateur de Canal Plus et propriétaire des taxis G7. Voir : Revue internationale de droit comparé, vol. 36, n° 1, janvier-mars 1984, p. 161-162.

14 Sur Juliette Goublet, voir la notice qui lui est consacrée dans Laurent Joly, Les Collabos. Treize portraits d’après les archives des services secrets de Vichy, des Renseignements généraux et de l’épuration, Paris, Les Échappés, 2011.

15 Jacky Tronel, « Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu », Histoire pénitentiaire, vol. 1, ministère de la Justice, 2004, p. 6-33.

16 Archives nationales, F/7/15278, pour l’essentiel. Un récit détaillé de cet exode pénitentiaire écrit par Renée Réal pour son avocate Juliette Goublet, qui avait l’intention de rédiger un ouvrage, finalement inachevé, y est conservé.

17 Service historique de la Défense, 13J/1566.

18 La description la plus complète est celle de Léon Moussinac, Le Radeau de la Méduse, journal d’un prisonnier politique, 1940-1941, Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1945, réédition Bruxelles, Aden, 2009. Sur l’histoire du camp de Gurs, voir Claude Laharie, Le Camp de Gurs, 1939-1945 : un aspect méconnu de l’histoire du Béarn, Pau, J & D éditions, 1989.

19 Archives nationales, F/7/16278 : circulaires aux préfets du ministre secrétaire d’État à l’Intérieur des 4 octobre et 19 novembre 1940 ; AJ/41/393 dossier 1 et F/60/519 : circulaire du garde des Sceaux, ministre de la Justice aux procureurs généraux du 22 octobre 1940  ; AD Yvelines, 1W/70 : note du ministre secrétaire d’État à l’Intérieur au préfet de la Seine-et-Oise du 29 novembre 1940 ; archives de la préfecture de police, BA 1917 : note du ministre secrétaire d’État à l’Intérieur au préfet de police du 10 décembre 1940.

20 Instituée par la loi du 13 août 1941, en réalité antidatée pour répondre à l’attentat commis par Pierre Georges au métro Barbès le 21 août 1941 ; voir Hervé Villéré, L’affaire de la section spéciale, Paris, Fayard, 1973.

21 Il existe en effet la possibilité de faire opposition à un jugement rendu par défaut, qui entraîne comme conséquence que l’affaire doit être rejugée.

22 Voir notamment le Maitron : articles Gosset, Fauré, Carré, Labalette, Patron, Jugault (pour Brunelet), Fernand Lefort (pour Tillier), Héras, Janin ; <http://mauthausen.ouvaton.org> pour Gustave Beaucourt ; <http://politique-auschwitz.blogspot.fr> (Claudine Cardon-Hamet) pour Fernand Barthélémy ; <http://canope.ac-rennes.fr/sites/default/files/ckfinder/files/comdamnes.pdf> pour Patron, Réal, Feugas, Bochin ; souvenirs personnels pour Poulhès, Werson, Islé.

23 Sur le convoi dit « des 45 000 », voir l’ouvrage de Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942, Paris, Graphein, 1997. Photos de Fernand Barthélémy en 1939 et à son arrivée à Auschwitz en juillet 1941 sur le site <http://politique-auschwitz.blogspot.fr/2010/05/barthelemy-fernand-auguste.html>, consulté en mai 2016.

24 Son frère, Serge Bourotte, arrêté en 1939, meurt à la prison de la Santé en 1940. Le fils de Régine Bourotte et de Raoul Gosset, Robert Gosset est déporté et meurt en 1949 des suites de sa déportation.

25 AN, Z/4/12, dossier 112, folio 9.

26 Principalement le décret-loi du 26 septembre 1939 sur la dissolution des organisations communistes, Journal officiel, lois et décrets, 27 septembre 1939, p. 11770 et le décret-loi du 18 novembre 1939, « Mesures à prendre contre les individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique » sur l’internement administratif, Journal officiel, lois et décrets, 19 novembre 1939, p. 13218.

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’usine Breguet, 28 rue du Pilier à Aubervilliers. Le bâtiment administratif, seul vestige de l’usine en 2004, est aujourd’hui détruit. Source : Atlas du patrimoine 93
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10961/img-1.png
Fichier image/, 232k
Légende Le Petit Parisien, 6 avril 1940, BNF, Gallica, Gr Fol-Lc2-3850.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10961/img-2.png
Fichier image/, 778k
Légende Le Petit Parisien, 9 avril 1940, BNF, Gallica, Gr Fol-Lc2-3850.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10961/img-3.png
Fichier image/, 916k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10961/img-4.png
Fichier image/, 726k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/10961/img-5.png
Fichier image/, 696k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Poulhès, « La répression anticommuniste du printemps 1940 au printemps 1941 : l’affaire de l’usine Breguet d’Aubervilliers », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 113-135.

Référence électronique

Louis Poulhès, « La répression anticommuniste du printemps 1940 au printemps 1941 : l’affaire de l’usine Breguet d’Aubervilliers », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/10961

Haut de page

Auteur

Louis Poulhès

Agrégé d’histoire, ancien élève de l’IEP Paris et de l’École nationale d’administration

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page