Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Med Hondo, une voix anticoloniale

Elara Bertho
p. 139-144

Texte intégral

  • 1 « Med Hondo, figure du cinéma africain, est mort », Le Monde, 3 mars 2019, disponible en ligne sur (...)

1Le cinéaste Med Hondo (1936-2019) laisse derrière lui une œuvre militante, passionnée et passionnante, bien que difficile d’accès pour le grand public. Non pas que ses films soient hermétiques, au contraire, mais bien plutôt, de manière très concrète, parce qu’ils n’ont jamais bénéficié de la diffusion qu’ils méritaient. C’est là le reflet du parcours de Med Hondo : s’étant toujours battu contre le néocolonialisme de la production cinématographique mondiale, ses œuvres ont été marginalisées dans les circuits de production traditionnels. Et pourtant, elles ont circulé dans des petites mairies qui organisaient des projections, en France et en Afrique, dans des festivals ou de petites salles militantes. Il est temps de redécouvrir son œuvre et de rendre justice à cet immense cinéaste qui vient de nous quitter. Il n’était pas seulement la « voix » d’Eddie Murphy, comme l’ont répété les nécrologies publiées dans les médias1 : il était avant tout un penseur de l’oppression raciale et coloniale et un formidable raconteur d’histoires.

Un parcours militant : lutter pour la liberté de s’autoproduire

  • 2 Ousmane Sembène, Le docker noir, Paris, Présence africaine, 1973.
  • 3 Ousmane Sembène, Borom Sarret (1962), La Noire de... (1966), Médiathèque des trois mondes (M3M).

2Med Hondo est né en 1936 en Mauritanie. Dès 1959, il arrive à Marseille où il exerce divers métiers. Tout comme Sembène Ousmane, il est « docker noir2 » dans cette grande ville cosmopolite qui accueille de nombreux ressortissants de l’empire finissant. Il est aussi cuisinier, et là encore son parcours semble se calquer sur les trajectoires africaines d’employés de maison en Europe si bien décrites par Sembène, comme dans La noire de…3.

  • 4 Ngugi Wa Thiong’o, Decolonising the mind : the politics of language in African literature, Studies (...)

3Très vite, il joue dans de nombreuses pièces de théâtre, incarnant des positions anticoloniales, engagées pour l’indépendance, avec une forte préoccupation sociale : Brecht, Césaire, Kate Yacine font partie de son répertoire. Au début des années 1960, il participe à la création du Comité africain des cinéastes (CAC) afin de promouvoir le cinéma africain en Afrique et lutter contre la diffusion d’imaginaires européens et occidentaux dévalorisants dans le cinéma. Il dénonce par exemple le fait que le cinéma en Afrique soit orienté vers seulement deux pôles réducteurs : le cinéma colonial exotisant ou le cinéma ethnographique. Pour lui, il est nécessaire de trouver une troisième voie. Décoloniser les imaginaires, c’est d’abord s’emparer de ses propres moyens de représentation. Bien avant la parution du célèbre essai de Ngugi Wa Thiong’o, Decolonizing the Mind4, Med Hondo pratique des expériences de création indépendante, en lutte pour créer des imaginaires décolonisés et surtout pour opérer des plateformes de diffusion indépendantes, libérées du joug économique des anciennes capitales impériales.

  • 5 Françoise Thirionet, « Entretien avec Med Hondo », WebMarx, disponible en ligne sur <http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.marx.be%2FFR%2Fcgi%2Femall.php%3Faction%3Dget_doc%26id%3D30%26doc%3D222>, consulté le 1</http> (...)
  • 6 Ibrahima Signaté, Med Hondo, un cinéaste rebelle, Paris, Présence africaine, 1994, disponible en li (...)

4Toute sa carrière est marquée par une intense pression financière et de grandes difficultés à s’insérer dans les circuits de diffusion5. Choisissant régulièrement des sujets anticolonialistes, il est tout aussi régulièrement débouté de ses demandes de subvention, ce qui lui vaut le qualificatif de « rebelle6 ». De nombreux projets de réalisation sont mis en péril par des collaborations incertaines avec des États africains, comme par exemple avec le Niger pour Sarraounia. Cette lutte financière constante est pour lui un gage de liberté de production et de liberté de ton, qui restent inégalées parmi les cinéastes de sa génération. Med Hondo fonde les « Films Ô », sa propre société de production et de diffusion, qui lui sert pour la majeure partie de ses réalisations.

Donner voix aux opprimés

  • 7 Abdoulaye Mamani, À l’ombre du manguier en pleurs, suivi de Une faim sans fin, Paris, L’Harmattan, (...)

5Soleil Ô (1970) est son premier long métrage, qui dénonce les conditions de vie des travailleurs immigrés africains en France. Oppression de classe, oppression de race : les luttes se croisent et Med Hondo fait figure de pionnier dans la pensée de ces intersections. Largement inspiré par sa propre expérience de travailleur pauvre à Marseille, le film dénonce tout à la fois l’hypocrisie d’une société profondément raciste qui se prétend universelle, ainsi que la mise en place de gouvernements corrompus en Afrique. Cette désillusion des indépendances est également décrite par son ami, l’écrivain socialiste nigérien Abdoulaye Mamani, dans des textes inédits publiés après sa mort7. À sa sortie, Soleil Ô reçoit un bon accueil critique, en étant récompensé au Festival de Locarno et sélectionné au Festival de Cannes.

  • 8 Didier Daeninckx, Lumière noire, Paris, Gallimard, 1989, rééd. 1999.
  • 9 Michel De Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975.

6En 1973, Les bicots nègres vos voisins continue cette réflexion entamée sur l’immigration africaine en France, en dénonçant le racisme ordinaire, l’exclusion, l’oubli du passé colonial et surtout l’indifférence. Près de vingt ans plus tard, il reprend ce thème sous un angle différent : il adapte à l’écran le roman policier de Didier Daeninckx, Lumière noire8, qui sort en salles en 1994. La parenté intellectuelle entre les deux hommes est manifeste : Daeninckx avait déjà écrit le très remarqué Meurtres pour mémoire, sur le massacre du 17 octobre 1961 et la mémoire contemporaine de la guerre d’Algérie. Lumière noire reprend le personnage de l’inspecteur Cadin, déjà employé dans Meurtres pour mémoire, pour dénoncer les politiques de reconduite à la frontière des Maliens par la France. Ces expulsions, conçues comme une négation organisée de l’immigration, permettent à Med Hondo de continuer d’explorer les ramifications de l’oubli délibéré du passé colonial en France. C’est le deuxième fil conducteur de l’œuvre de Med Hondo : l’histoire des opprimés s’entrelace avec l’histoire coloniale, qu’il s’agit de réécrire du point de vue des vaincus. Puisque les « vainqueurs9 » ont dominé l’historiographie, c’est par les arts que la contre-histoire pourra s’opérer.

Anticolonialisme : écrire une contre-histoire armé d’une caméra

7Coup sur coup, Med Hondo réalise deux films sur des processus d’émancipation : en 1977, il tourne Nous aurons toute la mort pour dormir, consacré au front Polisario en lutte contre l’occupation espagnole du Sahara occidental ; en 1979, il réalise West Indies ou les Nègres marrons de la liberté, consacré à l’esclavage dans les Caraïbes et à la pratique du marronnage, c’est-à-dire de l’évasion des plantations.

  • 10 Med Hondo, Sarraounia, adaptation et dialogues par Abdoulaye Mamani, bande originale de Pierre Aken (...)
  • 11 Abdoulaye Mamani, Sarraounia : le drame de la reine magicienne, Paris, L’Harmattan, coll. « Encres (...)
  • 12 Sur cet épisode, voir Elara Bertho, « Sarraounia, une reine africaine entre histoire et mythe litté (...)
  • 13 Françoise Thirionet, op. cit.

8Cette écriture anticoloniale de l’histoire est célébrée par Sarraounia, sorti en 1986, qui obtient le premier prix du Fespaco, au Burkina Faso, en 198710. Fondé sur l’adaptation du roman d’Abdoulaye Mamani11, il raconte la lutte de la reine Sarraounia, du petit village de Lougou au Niger, contre la colonne française commandée par les terribles Voulet et Chanoine, en avril 189912. Les troupes coloniales finissent par prendre le village, mais la résistance dans la forêt s’organise et contre-attaque : les villageois harcèlent la colonne française et les deux officiers français finissent par être tués par leurs propres tirailleurs, lassés des exactions de leurs chefs. Le film devait originellement se dérouler au Niger et des repérages avaient déjà été effectués, mais les moyens financiers promis ne furent jamais débloqués. C’est finalement Thomas Sankara qui accueille le film au Burkina Faso. Fou de rage face à ce revers financier, Med Hondo décide de faire de Sarraounia une héroïne proprement panafricaine, éliminant toute référence au Niger, à tel point que l’héroïne parle moré et non pas haoussa. Ce jeu avec l’histoire est en fait l’une des causes du succès du film : Sarraounia incarne en effet la résistance panafricaine, portée par une jeune femme d’envergure, combattante, libre, meneuse d’hommes, contre des forces coloniales tyranniques et assoiffées de conquêtes. Le film est un échec commercial et cause la faillite de la société de production Films Ô. Pour autant, il reste l’un des chefs-d’œuvre du cinéaste qui, toute sa vie, s’est attaché à montrer qu’« il n’y a pas de solution individuelle à un problème collectif13 » : c’est bien cette résistance collective et panafricaine que dépeint Sarraounia.

  • 14 David Murphy, Patrick Williams, Postcolonial African Cinema : Ten Directors, Manchester; New York, (...)

9Porteur d’une voix résolument postcoloniale14, Med Hondo fut, tout au long de sa carrière de réalisateur, un farouche militant en faveur de la liberté des peuples. Produire des héros pour réécrire l’histoire coloniale du point de vue des vaincus fut une entreprise qu’il continua toute sa vie. En France, il fut surtout connu pour sa longue pratique du doublage d’acteurs afro-américains ou de films d’animation (les enfants le connaissent pour être la voix du sympathique monstre Shrek). Il faut maintenant plaider pour la redécouverte de son œuvre cinématographique, pour sa restauration et pour sa diffusion. C’est cette « voix » anticoloniale qu’il faut entendre de nouveau aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 « Med Hondo, figure du cinéma africain, est mort », Le Monde, 3 mars 2019, disponible en ligne sur <https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2019/03/03/med-hondo-figure-du-cinema-africain-est-mort_5430740_3382.html>, consulté le 12 mai 2019.

2 Ousmane Sembène, Le docker noir, Paris, Présence africaine, 1973.

3 Ousmane Sembène, Borom Sarret (1962), La Noire de... (1966), Médiathèque des trois mondes (M3M).

4 Ngugi Wa Thiong’o, Decolonising the mind : the politics of language in African literature, Studies in African Literature, Oxford, James Currey, 1986.

5 Françoise Thirionet, « Entretien avec Med Hondo », WebMarx, disponible en ligne sur <http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.marx.be%2FFR%2Fcgi%2Femall.php%3Faction%3Dget_doc%26id%3D30%26doc%3D222>, consulté le 11 mai 2019.

6 Ibrahima Signaté, Med Hondo, un cinéaste rebelle, Paris, Présence africaine, 1994, disponible en ligne sur <https://archive.org/details/medhondouncina00sign>.

7 Abdoulaye Mamani, À l’ombre du manguier en pleurs, suivi de Une faim sans fin, Paris, L’Harmattan, 2014.

8 Didier Daeninckx, Lumière noire, Paris, Gallimard, 1989, rééd. 1999.

9 Michel De Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975.

10 Med Hondo, Sarraounia, adaptation et dialogues par Abdoulaye Mamani, bande originale de Pierre Akendengue, Direction de la cinématographie nationale du Burkina Faso, Films Ô, 1986.

11 Abdoulaye Mamani, Sarraounia : le drame de la reine magicienne, Paris, L’Harmattan, coll. « Encres noires », 1992.

12 Sur cet épisode, voir Elara Bertho, « Sarraounia, une reine africaine entre histoire et mythe littéraire (Niger, 1899-2010) », Genre & Histoire (2011/8), disponible en ligne sur <http://genrehistoire.revues.org/1218>.

13 Françoise Thirionet, op. cit.

14 David Murphy, Patrick Williams, Postcolonial African Cinema : Ten Directors, Manchester; New York, Manchester University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elara Bertho, « Med Hondo, une voix anticoloniale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 139-144.

Référence électronique

Elara Bertho, « Med Hondo, une voix anticoloniale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11034

Haut de page

Auteur

Elara Bertho

Chargée de recherche CNRS, LAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page