Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

En guerre, de Stéphane Brizé, 2018, 113 min.

Un film de luttes sociales, sombre et désespéré
Paul Boulland
p. 199-202

Texte intégral

1En guerre, de Stéphane Brizé, est indéniablement un film politique. En premier lieu parce qu’il propose le récit d’un conflit social, abordé selon un angle « réaliste ». D’emblée, le film installe une situation malheureusement trop familière. Dans une ville moyenne de province où l’emploi industriel est déjà sinistré, la direction de l’usine Perrin annonce la fermeture prochaine du site, victime de la stratégie du groupe international auquel il appartient. Pourtant, un an plus tôt, le millier de salariés et les syndicats unanimes ont consenti de lourds sacrifices, avec un retour aux 39 heures payées 35, afin de maintenir l’activité de l’entreprise. Trame qu’on pourrait dire archétypale ou idéale-typique, qui convoque les spectres de nombreux conflits sociaux récents – Metaleurop à Noyelles-Godault, Continental à Clairoix, Arcelor-Mittal à Florange, PSA-Aulnay, GM&S à La Souterraine, Whirpool à Amiens, etc. – et qui charrie, sans avoir besoin de les expliciter, les thématiques de la sous-traitance, de la destruction du tissu industriel, des restructurations et des délocalisations, des groupes industriels transnationaux, de la financiarisation et des licenciements boursiers.

2Au gré de son approche « empathique » d’un conflit social « exemplaire », le film pose avec justesse les principaux enjeux politiques auxquels sont confrontés les salariés en lutte. Surtout, il donne à voir toute la violence des rapports de classes contemporains. Il nous embarque, aux côtés des salariés en lutte, dans un véritable ascenseur émotionnel, oscillant aux différentes étapes du conflit entre colère, frustrations, espoirs, exaspération, petites victoires, violences tant symboliques que physiques, etc. À ce titre, la séquence de l’occupation du siège du MEDEF est sans doute l’une des plus réussies, tant elle donne à voir et à ressentir la tension des salariés, excédés par les provocations et la mauvaise foi patronales, jusqu’à l’explosion. Description « de l’intérieur » qui offre un contrepoint salutaire aux discours médiatiques qui dominent en telles circonstances. Mais, sur ce terrain des rapports de classes, le film n’évite pas toujours la caricature. Ainsi, face aux représentants des salariés, il ne suffit pas que le patron du groupe fasse la démonstration de toute sa morgue et de son mépris de classe. Il faut encore qu’il soit allemand, ce qui permet de l’affubler d’un accent « de sinistre mémoire » et d’instiller quelques sous-entendus biographiques aussi lourds que gratuits – « ma mère est française », dit-il.

3Pour appuyer son propos et renforcer l’effet de réel, Stéphane Brizé adopte les codes du cinéma documentaire, caméra à l’épaule, et pastiche les séquences de journaux télévisés ou de chaînes d’informations. Apparaissent alors les premières fissures dans le dispositif global du film et, pour le spectateur, les « ficelles » n’en finissent plus d’apparaître et de grossir. Derrière la façade naturaliste se révèle progressivement la mécanique d’un mélo qui affiche son ambition « sociale », mais finit aussi par porter un discours équivoque sur le combat syndical et politique.

4Car à bien y regarder, la « guerre » mise en scène est moins celle de l’ensemble des salariés que celle d’un homme, le personnage principal d’Amadéo, responsable CGT de l’usine. Continuellement au centre de l’action, Vincent Lindon est même le plus souvent au centre du cadre, voire seul à l’image, comme lors des scènes de dialogues téléphoniques avec la direction, avec le médiateur de la présidence de la République, etc. L’interprétation de Vincent Lindon, incroyable d’intensité, n’est d’ailleurs pas en cause, même si elle amplifie le contraste avec les autres personnages. Contraste qui culmine lors de la scène de l’occupation d’une autre usine, où l’attente multiplie les silhouettes ouvrières résignées, têtes baissées, corps et bras ballants.

5Dans une certaine mesure, cette personnification pourrait être la traduction cinématographique d’une tendance bien réelle, liée aux mécanismes qui travaillent la représentation politique et militante ainsi qu’aux dispositifs médiatiques, prompts à singulariser une figure singulière, un bon client pour les interviews et les plateaux.

6Assumer ce questionnement permettrait d’interroger la pratique syndicale, les difficultés de la mobilisation, les rapports inégaux à la politique et à l’engagement, autrement dit de soulever la problématique de la délégation. Mais cette question n’est jamais travaillée par le film qui, au contraire, naturalise cette délégation, toujours déjà là, constitutive du dispositif du film. En ce sens, les scènes de réunions posent véritablement problème, tant elles se limitent aux échanges, de plus en plus tendus, entre représentants syndicaux, filmés par-dessus l’épaule des salariés, eux-mêmes spectateurs. Ces derniers n’interviennent jamais que hors champ, sans présence ni visage, le plus souvent par des invectives. À l’inverse, jamais les réunions n’adoptent le registre de la délibération collective. Aucune scène ne propose de dialogue « à parts égales » entre salariés. Une séquence et surtout un plan résument au contraire de manière éclatante la position surplombante que le réalisateur attribue à son personnage principal : Amédéo s’adresse à ses collègues ; il apparaît de dos et le spectateur ne connaîtra pas ses propos derrière la guitare saturée de la bande son ; face à lui une quinzaine de visages l’écoute en opinant, au ralenti, sans jamais prendre la parole.

7Par le jeu des ellipses, cette « guerre » ne connaît que très peu de répits, ce qui contribue à la sensation de traverser le film en apnée et concourt indéniablement à sa force émotionnelle. Mais l’impression est encore renforcée pour le personnage principal qui, même dans les rares temps morts de la lutte, continue de prendre en charge ses plus proches camarades, lorsqu’il s’enquiert des effets de la grève sur le couple et les enfants de Mélanie, ou encore lorsqu’enfin rentré chez lui, il s’attable dans sa cuisine pour relire ses dossiers. Notons d’ailleurs que l’isolement d’Amadéo apparaît aussi dans l’absence totale de toute instance syndicale à ses côtés. Dans un conflit pourtant présenté comme très médiatique, on ne croise ni fédération, ni confédération, ni union départementale ou locale, sous quelque angle que ce soit.

8Au plus fort de la lutte, la fille d’Amadéo lui envoie une coupure de presse où la photo du délégué CGT est assortie d’une légende manuscrite : « mon héros ». Toute l’ambition du film est bien de construire la figure d’un héros moral, face aux dirigeants de l’entreprise qui « n’ont pas de parole » et au nom de « ses gars » dont il a la responsabilité, comme il l’affirme au PDG du groupe. Autrement dit, parce qu’il a charge d’âmes… Il accèdera définitivement au statut de figure christique lorsque la logique sacrificielle qui détermine sa trajectoire tout au long du film sera finalement poussée à son paroxysme, mais surtout dans la conclusion du film qui, à l’ultime seconde, justifie et légitime le dernier geste tragique d’Amédéo par sa capacité à « renouer le dialogue social » et à « sauver » ses collègues…

9Vient alors le générique, où figurent parmi les scénaristes Xavier Mathieu, leader du mouvement des Continental et lui-même déjà au centre de La Saga des Conti, au cœur d’une révolte ouvrière, réalisé par Jérôme Palteau en 2012. La confrontation, même superficielle, avec ce « vrai » documentaire ne rend que plus flagrantes les distances et les distorsions qu’introduisent, non pas en soi la fiction, mais les choix de Stéphane Brizé. À tant vouloir rappeler, même à juste raison, que l’engagement a un coût, il en néglige aussi d’évoquer ses rétributions, mais surtout il le réduit à une démarche sacrificielle. À tant vouloir célébrer le dévouement de son « héros moral », il en oublierait presque qu’un conflit social n’est pas une croisade solitaire. Le pire n’est pas tant dans la description d’un combat perdu ou d’un horizon politique absent. Il est plus sûrement dans l’idée qu’il faudrait s’en remettre au sacrifice d’un seul sauveur aux qualités morales supérieures. Mais sur ce point, le film est peut-être dans l’air du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Boulland, « En guerre, de Stéphane Brizé, 2018, 113 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 199-202.

Référence électronique

Paul Boulland, « En guerre, de Stéphane Brizé, 2018, 113 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11188

Haut de page

Auteur

Paul Boulland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page