Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 207-221

Texte intégral

FILMS

1Le Temps des forêts, documentaire de François-Xavier Drouet, 2018, 103 min., disponible en DVD.

2Dans ce documentaire François-Xavier Drouet dénonce avec beaucoup de grâce et de talent la « mal-forestation » et l’imposition de la monoculture du « douglas » (sapin originaire d’Amérique du Nord) au détriment de la diversité des feuillus menacés de disparaître. Cette logique financière détruit à la fois la biodiversité des forêts françaises et tue les agents de l’ONF, victimes d’une course au profit qui va à l’encontre de leur engagement dans le service public.

3François-Xavier Drouet sait filmer les arbres. La forêt prend vie, se sent et se ressent comme chez Naomi Kawase ou encore dans le très beau Leave no trace de Debra Granik. Mais il sait aussi, comme ces réalisatrices, filmer les êtres humains confrontés à cette course au temps et à la compétitivité. Quand on maltraite la nature, l’humain se déracine. Il n’est jamais épargné, comme le montre le film. Les conducteurs des coûteuses et monstrueuses abatteuses sont soumis à des cadences infernales qui les rendent esclaves de leurs machines et des rendements extraordinaires qu’elles permettent, par rapport au bûcheron traditionnel, présenté dans le film comme un résistant héroïque.

4Les fonctionnaires de l’ONF sont victimes, comme tant d’autres, d’une privatisation rampante : leur nombre diminue, les suicides augmentent, ils sont directement victimes de la déréglementation (un projet de décret propose même de supprimer la consultation de l’ONF en cas de défrichement). La gestion des forêts publiques est tout simplement menacée d’être livrée à des prestataires privés.

5Ce film d’une beauté plastique parfaite nous plonge ainsi dans l’horreur du machinisme auquel répond le silence effrayant de ces forêts artificielles de résineux, sans âme, vidées implacablement de leur flore et de leurs animaux. Pendant que les discours politiques nous abreuvent de bonnes intentions écologiques devenues solubles dans le capitalisme, les arbres et les hommes continuent de tomber au service du profit immédiat. Un beau film militant pour réagir immédiatement. À ne pas manquer.

6J’veux du soleil !, documentaire de Gilles Perret et François Ruffin, 2019, 76 min., sortie du DVD en septembre 2019.

7Gilles Perret et François Ruffin se sont associés pour réaliser ce sympathique brûlot hagiographique du mouvement des gilets jaunes. Cela fleure bon le film militant tourné dans l’urgence pour répondre aux propos méprisants et réactionnaires des élites, y compris celles qui se prétendent de gauche, incapables de ne voir en ces hommes et ces femmes en lutte autre chose qu’un conglomérat d’ultraviolents, racistes, fascistes, homophobes…

8Un film nécessaire pour ne pas oublier que le défi politique aujourd’hui est bien de s’adresser à ceux qui souffrent et sont précarisés, livrés au Rassemblement national par la crise et ses réponses libérales. C’est le message que crient avec fraternité les auteurs de ce film et beaucoup de militants qui espèrent la transformation de cette révolte en un vaste mouvement populaire, porteur d’avenir (« rien que du soleil » comme dit la chanson d’Au P’tit Bonheur, reprise à la fin du film), de solidarité et de nouvelles conquêtes sociales. Un monde à repenser.

9Vive le cinéma français !

10C’est ça l’amour, de Claire Burger, 2018, 98 min., sortie du DVD en août 2019.

11Tout ce qu’il me reste de la révolution, de Judith Davis, 2018, 88 min., sortie du DVD à la rentrée 2019.

12On a souvent reproché au cinéma français, et parfois à juste raison, d’être nombriliste et désincarné. Ces deux films réalisés par de jeunes réalisatrices de talent rompent avec cette tendance et prouvent que l’on peut faire un cinéma à la fois personnel, comique, populaire et en prise avec les réalités sociales.

13Dans C’est ça l’amour, Claire Burger fixe son regard bienveillant sur la vie en morceaux d’un petit homme dans un sens quasi reichien, à la fois victime et persécuteur. Dans l’est de la France (Forbach) touché par la crise, celui-ci est confronté à la médiocrité de son métier de fonctionnaire réduit à la passivité et unique justification à sa vie, à la séparation de son couple qu’il refuse en poursuivant sa femme, à ses difficultés de communication avec ses filles. Tout chez lui renvoie à la lourdeur et à la maladresse. Et pourtant, la réalisatrice imagine, à travers cette comédie mélodramatique remarquablement interprétée par Bouli Lanners, que cet homme, grâce à sa participation à un atelier de théâtre, s’ouvrant à une culture libératrice et jouissive, va se transformer et exister pleinement pour ceux qui l’entourent. Cela donne une séquence d’anthologie où s’exprime chorégraphiquement la beauté d’aimer enfin retrouvée.

14Judith Davis, dans Tout ce qu’il me reste de la révolution, nous projette dès les premières images dans la vitalité révolutionnaire d’une jeune femme qu’elle interprète elle-même. Celle-ci cherche avec l’humour et l’énergie du désespoir à retrouver un engagement politique et social dans un monde clos qui a tout abandonné : principes, échanges, mais plus encore l’amour qui lui manque tant. Sur les traces (et à la recherche) de ses parents militants gangrenés par le temps, il ne lui reste plus que des questions (« Pourquoi ? », répète-t-elle) et l’histoire des luttes perdues (« Gloire à ceux qui ont été vaincus ! »). La maladresse touchante du scénario et parfois de la réalisation souligne encore plus ce questionnement intemporel et indissociable : comment se changer pour changer le monde ? Comme le rappelle le beau poème d’Hugo Les Tuileries, mis en musique par Colette Magny (interprété ici en duo par Camélia Jordana et Bertrand Belin), qui clôt le film, l’espoir est toujours permis :

15Nous avons l’ivresse,

16L’amour, la jeunesse,

17L’éclair dans les yeux,

18Des poings effroyables ;

19Nous sommes des diables,

20Nous sommes des dieux !

21Deux façons de filmer avec sensibilité des personnages en quête d’identité, qui nous renvoient aux interrogations sur l’engagement individuel et collectif aujourd’hui.

22Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares, de Radu Jude, 2018, 139 min., sortie du DVD à la rentrée 2019.

23Depuis plusieurs films, Radu Jude questionne le rapport trouble que la Roumanie entretient avec son passé, à l’aide de dispositifs subtils qui amènent peu à peu le spectateur à faire face à une réalité dérangeante. Le jubilatoire western carpathique Aferim !, (2015, voir Cahiers d’histoire, n° 129, 2015, p. 221) revient sur l’esclavagisme subi par les Roms au 19e siècle pour mieux souligner l’ostracisme séculaire à leur égard. Le documentaire Tara Moarte (« La nation morte », 2017) fait ressurgir un passé abominable de ségrégation et d’extermination en combinant des photographies d’époque avec le témoignage horrifié de l’écrivain Emil Dorian. De fait, le régime du maréchal Ion Antonescu, le Conducator (le guide), collaborateur zélé de l’Allemagne nazie, est responsable de l’élimination sauvage de 460 000 juifs, au nom de la pureté raciale et de la guerre totale contre le « judéo-bolchevisme ». La politique de purification ethnique (annoncée par l’idéologue Mihai Antonescu, un homonyme, dans une intervention d’où vient la phrase titre) est menée à la faveur de l’invasion de l’URSS aux côtés de la Wehrmacht et débouche notamment sur les massacres d’Odessa, où meurent 40 000 juifs. Pour autant, la Roumanie contemporaine n’assume que du bout des lèvres son implication dans la solution finale. À l’instar d’autres pays, elle préfère se poser en victime de deux totalitarismes et exalter la grandeur nationale.

24C’est ce que constate Marianna, l’héroïne du film, pétulante metteure en scène qui entend évoquer cette « Shoah oubliée » en subvertissant le spectacle annuel d’un musée militaire. La parade glorieuse attendue par tous doit déboucher sur la représentation des massacres d’Odessa. Marianna se heurte aux préjugés des uns, au négationnisme des autres, à l’ignorance de beaucoup. Quoique pugnace, elle n’aboutit qu’à un résultat ambigu.

25En reliant le passé au présent, Radu Jude dénonce l’antisémitisme de son pays, forcené hier, toujours latent aujourd’hui, ainsi que la volonté d’amnésie au nom du relativisme et d’une nécessaire réconciliation. Son film, brillant, prenant, nous rappelle qu’il faut sans cesse lutter contre l’histoire édulcorée, sélective, voire falsifiée. Car les barbares sont prêts à ressurgir au sein des peuples privés de mémoire.

26Another day of life, un film documentaire d’animation de Raul de la Fuentes et Damian Nenow, 2018, 86 min., disponible en DVD.

27Le polonais Ryszard Kapuscinski (1932-2007) appartenait à l’espèce prestigieuse des « grands reporters », ces baroudeurs dans l’âme qui parcourent le globe d’un point chaud à un autre, pour vivre de l’intérieur et raconter conflits et révolutions, ces moments dramatiques où le destin d’un peuple bascule. Dès la fin des années 1950, correspondant de l’agence de presse polonaise PAP, il a sillonné un tiers-monde plein de bruit et de fureur, dans le contexte de la guerre froide et des luttes de libération. Profondément attaché à l’Afrique, il en a décrit les indépendances difficiles et les déchirements dans des livres passionnants où éclate tout son talent d’écrivain. Le plus célèbre reste le bouleversant Ébène. Aventures africaines. De la Fuentes et Nenow ont choisi d’adapter le poignant D’une guerre l’autre. Angola 1975, ce qui leur permet d’évoquer non seulement un épisode quelque peu oublié de l’histoire contemporaine, les débuts de la guerre civile angolaise, mais aussi l’attachante figure d’un journaliste engagé.

28Fin 1975, Ryszard Kapuscinski arrive en Angola, au moment où celui-ci s’apprête à devenir officiellement indépendant après quatorze ans d’une longue et sale guerre contre le Portugal. Le moment devrait être glorieux et pourtant il règne une étrange ambiance d’attente angoissée, de fin du monde, dans Luanda, capitale fantomatique, évacuée par les colons et envahie par les chiens errants. C’est que la guerre fait déjà rage entre les deux principaux mouvements de libération, le MPLA marxiste, soutenu par l’URSS et Cuba, et l’UNITA, appuyée par les États-Unis et l’Afrique du Sud. L’Angola, regorgeant de pétrole et de diamants, n’est qu’une case sur l’échiquier de la guerre froide. Kapuscinski, n’y tenant plus, entreprend de gagner le front, au péril de sa vie. Sa route le confronte à la réalité monstrueuse du conflit, au chaos qui s’empare des êtres, mais aussi à des personnages lumineux, prêts à se sacrifier pour leur idéal, comme la toute jeune et déjà légendaire combattante Carlotta, ou le charismatique commandant Farrusco. Celui-ci attend sereinement la mort dans son fortin, tant les forces dont il dispose paraissent dérisoires face aux troupes sud-africaines qui déboulent lourdement armées. De retour à Luanda, Kapuscinski assiste à l’arrivée de troupes cubaines volant au secours du MPLA. Le drame angolais peut se poursuivre et même s’intensifier. La paix ne sera signée que vingt-sept ans plus tard, en 2002, au prix de 500 000 morts.

29Le film, d’une grande force visuelle, ne ménage pas son spectateur, confronté à la violence et à la mort, à la sauvagerie d’une guerre sans nom et sans pitié. Il restitue aussi les interrogations de Kapuscinski sur son métier, voire sa mission de journaliste face à de telles situations extrêmes. Peut-il n’être qu’un témoin passif, un simple passeur d’informations prétendant à une vérité objective et obsédé par le « scoop » ? Ou, assumant ses convictions, doit-il se transformer en « témoin engagé », au service des peuples qui souffrent et qui luttent ? Le lecteur de cette chronique, s’il a un doute sur la réponse, peut se plonger dans les divers ouvrages de Ryszard Kapuscinski disponibles en français.

30Another day of life est d’autant plus émouvant que les réalisateurs ponctuent leur récit – une très belle animation recourant à la rotoscopie – d’images d’archives et de témoignages de protagonistes qui ont survécu à cet enfer. Ceux-ci expriment à la fois leur fierté du combat nécessaire qu’ils ont mené autrefois et leur désenchantement face aux promesses non tenues et à ce qu’est devenu l’Angola. Hélas, ce constat, digne mais amer, ne nous étonne guère : le 20e siècle ne fut-il pas le siècle des espérances bafouées et des révolutions trahies ?

31De Ryszard Kapuscinski, on pourra lire sur l’Afrique :

32- Ébène. Aventures africaines, Pocket, 2002 (1998), 384 p.

33- D’une guerre l’autre. Angola 1975, Flammarion, 2011, 208 p.

34- Le Négus, Flammarion, Champs-Histoire, 2011, 236 p.

EXPOSITIONS

35Refuser la guerre coloniale. L’exil parisien des insoumis, réfractaires et déserteurs portugais de 1961 à 1975, à la Maison du Portugal de la Cité internationale universitaire de Paris, du 19 avril au 5 mai 2019.

Affiche du Comité de lutte portugais contre l’impérialisme, imprimée par l’atelier populaire de la faculté de Vincennes.

36Depuis 2003, l’association Memoria Viva effectue un précieux travail de collecte et de transmission de la mémoire de l’immigration portugaise. Elle a entrepris notamment de restituer une facette méconnue de cette mémoire, celle des jeunes hommes qui ont fui le Portugal entre 1961 et 1975 pour ne pas participer aux sales guerres que menait leur pays dans ses colonies africaines – la dictature de l’Estado novo combattit avec férocité les mouvements indépendantistes en Angola, Guinée Bissau et Mozambique, n’hésitant pas à recourir aux mines anti-personnel et au napalm. Ils furent jusqu’à 200 000 à choisir l’exil, se mêlant aux 900 000 Portugais partis alors vers le Nord trouver pain et liberté, notamment en France. Refuser la guerre coloniale leur rend un hommage nécessaire, en convoquant des matériaux nombreux et variés (archives sonores et visuelles, objets, affiches, témoignages...), mis en valeur par une scénographie efficace. Elle retrace d’abord l’expérience de la fuite, le franchissement de frontières qui n’était pas sans périls, montrant comment des réseaux de passeurs et tout un savoir empirique se sont constitués. Puis elle décrit les difficultés d’une vie en exil, où il faut trouver un travail ou un hébergement (assez souvent précaire, voire dans un de ces bidonvilles qui persistaient encore en région parisienne, comme celui de Champigny, objet d’un très beau travail photographique de Gérald Bloncourt), difficultés adoucies par la solidarité entre immigrants et une riche vie associative. Elle montre aussi combien cet exil fut le cadre d’un militantisme actif, qui, par des manifestations, des concerts, des publications, contribua à entretenir l’espérance de jours meilleurs et à préparer la « révolution des œillets » de 1974. Cela permet à de nombreux exilés, anonymes ou célèbres, d’exprimer bien après cette période sombre leur fierté d’avoir refusé la soumission et le fatalisme en acceptant l’épreuve du départ et du déracinement.

37C’est là la grande réussite de cette belle exposition : redonner chair et consistance à cette mémoire qui ne doit pas disparaître. Elle nous rappelle que l’exil est une lutte parmi toutes celles que les hommes doivent mener pour s’émanciper.

38À consulter sur Internet :

39- <https://www.memoria-viva.fr>

40- <http://www.refuserlaguerrecoloniale.com>

41À lire :

42- Gérald Bloncourt, Por uma vida melhor/Pour une vie meilleure, Fage Éditions/Fondation Berardo, 2008, 95 p. (bilingue franco-portugais).

43Le modèle noir, de Géricault à Matisse, au musée d’Orsay jusqu’au 21 juillet 2019, puis à Pointe-à-Pitre de septembre à décembre 2019.

44Une exposition qui réhabilite le sujet noir dans la peinture

45Cette riche exposition commence avec deux documents officiels : l’acte d’abolition de l’esclavage par la Convention républicaine en 1794 et, l’esclavage ayant été rétabli par Napoléon en 1802, le second acte d’abolition, datant de 1848 (2e République).

46On voit l’émergence du modèle noir dans la peinture avec le modèle haïtien Joseph, qui a posé notamment pour Géricault, et des tableaux célèbres comme l’Olympia de Manet (1863), où le projecteur est mis cette fois sur la servante noire qui apporte des fleurs. Des recherches faites dans les carnets de Manet ont permis d’établir que la femme qui a servi de modèle à cette servante noire s’appelait Laure, habitait à Paris dans un quartier populaire près de la place de Clichy et a posé pour lui plusieurs fois.

47Pour cette exposition, des titres de tableaux ont été modifiés, pour mettre fin à des appellations racistes. Par exemple : au lieu de Portrait d’une négresse pour le tableau de la peintre Marie-Guillemine Benoist, les commissaires d’exposition ont choisi comme titre simplement Madeleine, rendant enfin son identité à cette femme modèle.

48Ces œuvres montrent les préjugés racistes longtemps présents dans la peinture, puis l’évolution au fil du temps et la dignité des modèles noirs qu’elles entendent rendre.

49Cette belle exposition a d’abord été présentée aux États-Unis, puis a été complétée de tableaux et de documentation sur la peinture en France avant d’être présentée à Paris.

50Catalogue très complet : Le modèle noir, de Géricault à Matisse, Paris, Flammarion/Musée d’Orsay, 2019, 384 p.

51Manuscrits de l’extrême : Péril, passion, prison, possession, à la BNF jusqu’au 7 juillet 2019.

52L’exposition « Les manuscrits de l’extrême » à la BNF présente des manuscrits rares, tous en français, dont le point commun est d’avoir été écrits dans des situations extrêmes. Le parcours se divise en quatre sections : « Péril » (lettres ou journaux écrits dans des moments de grand danger), « Passion » (lettres d’amour), « Possession » (écrits de personnes sous l’emprise de la drogue ou de la folie), « Prison » (lettres de prisonniers). On y voit par exemple les écrits, en lettres minuscules, de l’homme politique de gauche Blanqui, surnommé « l’enfermé » tant il avait passé d’années en prison, ou encore des dessins des enfants d’Izieu, colonie d’enfants juifs cachés pendant l’Occupation, tous déportés et assassinés dans les camps de la mort. L’exposition montre aussi les écrits du philosophe Pascal, en 1654, lors de l’illumination mystique et de l’extase qu’il a vécues durant une nuit.

53Particulièrement touchants sont les lettres d’amour de Paul Celan à sa femme Gisèle et le journal de Marie Curie pleurant la mort de son mari Pierre, avec la trace de ses larmes. On peut voir aussi des inscriptions écrites par des condamnés à mort avec leur propre sang sur le tissu d’une chemise, ou encore celle d’un résistant sur la chaise où il a été torturé, ainsi que des écrits sur des écorces de bouleau. On y trouve également un petit objet particulièrement poignant : un carnet de recettes écrites par des déportées dans les camps, qui, privées de nourriture, se réfugiaient dans le souvenir du bon vieux temps où elles pouvaient faire la cuisine…

54Catalogue sous la direction de Laurence Le Bras, Manuscrits de l’extrême : péril, passion, prison, possession, Paris, BnF Éditions, 208 p.

ROMANS

55Daniel de Roulet, Dix petites anarchistes, Buchet-Chastel, 2017, 144 p.

Photo de la couverture : Hôtel des immigrants à Buenos Aires, vers 1914.

56En 1873, dix femmes suisses partent en Amérique du Sud, avec enfants mais sans homme, pour y fonder une communauté et vivre « une expérience d’anarchisme libre » : c’est leur épopée que Daniel de Roulet nous raconte par la voix de Valentine, « la petite rapporteuse », seule survivante de l’aventure.

57Tout commence en 1850, à Saint-Imier, dans le canton de Berne, une des petites villes du « vallon horloger » où sont nées les grandes marques de montres helvétiques. Contrairement aux idées reçues sur la Suisse, la vie des ouvriers est tout sauf prospère : l’industrie horlogère exploite la misère de cette main-d’œuvre féminine, donc bon marché, composée pour la plupart des filles des fermes du vallon, qui ont besoin de ce complément de revenu. Dans le petit bourg exerce un médecin juif, réfugié politique, apprécié de tous : quand le canton de Berne le somme de quitter les lieux, la population défend son médecin, qui soigne gratuitement les plus pauvres. Berne envoie l’armée mater « l’insurrection ». Saint-Imier devient ainsi un repaire « d’ouvriers horlogers rouges » et c’est tout naturellement qu’en 1872 la Fédération anarchiste choisit cette ville pour y tenir son premier congrès d’après la Commune. Les petites ouvrières écoutent passionnément Bakounine parler de « société fondée sur l’égalité et la liberté » et regardent avec ardeur un jeune et bel anarchiste italien qui se fait appeler Benjamin : c’est Errico Malatesta.

58À cette époque, l’émigration est encouragée en Suisse, les journaux se font le relais de promesses de vie facile en Amérique du Sud, en Patagonie. Il n’en faut pas plus pour que dix jeunes femmes, ouvrières horlogères, se lancent dans l’aventure. Chacune a des raisons personnelles pour quitter le vallon natal, mais toutes aspirent à une vie associative et libertaire. Comme talisman et réserve de guerre, chacune emporte un « oignon », une montre 20A de chez Longines.

59Les voici à Brest, en 1873, embarquant sur La Virginie pour Punta Arenas sur le détroit de Magellan, avec Louise Michel, Henri de Rochefort et d’autres communards que le bateau va débarquer en Nouvelle Calédonie. En Patagonie, elles doivent affronter les intempéries et l’hostilité des colons déjà installés. Elles se font boulangères, bâtissent elles-mêmes leur maison et leur boutique, travaillent dur. Des enfants naissent, au gré des rencontres amoureuses. Elles ne sont plus que sept quand l’ennui de la vie commerçante les pousse vers une île du Pacifique où elles fondent une colonie libertaire : elles vivent un temps de bonheur champêtre. Des quatre coins du monde leur parviennent les lettres de Benjamin-Malatesta, dont elles suivent les tribulations. Elles sont chassées du paradis par un compatriote suisse qui décide de devenir le roitelet de l’île : nouvel exil.

60Elles ne sont plus que quatre quand elles arrivent à Buenos Aires, à « l’Hôtel des immigrants » où l’Europe déverse son trop-plein de miséreux. Elles reprennent leur métier d’horlogères et se joignent à un syndicat féministe qui réclame « notre part de plaisirs dans le banquet de la vie », et dont le slogan est : « Ni dieu, ni patron, ni mari ». Elles adoptent comme nom collectif celui qu’utilise Malatesta pour s’adresser à elles dans ses lettres : « quelques femmes insouciantes ». À la mort de Mathilde, l’avant-dernière des petites anarchistes, tuée lors d’une manifestation syndicale, Valentine, la seule survivante, s’enfuit à Montevideo, après avoir lancé des explosifs sur le colonel de l’armée qui avait ouvert le feu sur les manifestants : fin de l’aventure et début du récit.

61Daniel de Roulet, lorsqu’il était enfant, a vécu à Saint-Imier où son père était pasteur. L’histoire du « vallon horloger » qu’il relate est documentée. C’est à partir de recherches d’archives sur l’émigration suisse du 19e siècle vers l’Amérique du Sud qu’il part pour un grand voyage du sud vers le nord de l’Amérique, en quête de traces de ces émigrants. Sur son site, (<https://www.daniel-deroulet.ch/​>), il explique :

62« Il n’y a que les success-stories, les réussites, qui soient documentées. [...] Ceux qui ont échoué, morts de maladie, morts de faim, assassinés, sont à peine mentionnés. Je voulais leur rendre hommage sans trop m’aventurer dans le romanesque. J’ai donc tissé ma toile narrative en utilisant plusieurs fils de biographies que j’ai pu reconstituer. La fiction n’est là que pour permettre de mieux suivre la trajectoire de ces dix vaincues merveilleuses. »

63La réussite de ce roman tient pour beaucoup à ce mélange d’éléments historiques, connus de tous, et de personnages de fiction attachants, drôles, émouvants. Elle tient aussi au style enlevé, plein d’humour, de la narratrice, qui n’hésite pas à faire des commentaires rétrospectifs, des digressions personnelles et sentimentales : elle donne à cette épopée libertaire un caractère souvent cocasse et charmant.

64Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux, Arles, Actes Sud, 2018, 432 p.

65Un roman social d’apprentissage dans la France de l’Est des années 1990…

66Ce beau roman, puissant et captivant, prix Goncourt 2018, brosse le quotidien d’un jeune adolescent, Anthony, de ses errances dans la France périphérique, entouré de ses copains et de deux filles qu’il convoite, de ses démêlés avec un petit voyou, dont il vole la moto. Entre drogue, sexe et désœuvrement des adolescents, déprime des adultes usés par le travail à la chaîne, chômage, pauvreté et médiocrité du quotidien, Nicolas Mathieu dresse le portrait d’une génération, la sienne, dans une vallée de l’est de la France, du côté de Hayange, touchée par la crise et la désillusion.

67Ce roman, réaliste mais également poétique, finit sur une note d’espoir : sur une moto, les cheveux au vent, au soleil, Anthony se sent bien, simplement, dans l’instant présent, malgré toutes les incertitudes, les points noirs et les déceptions passées et présentes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-1.jpg
Fichier image/, 496k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-2.jpg
Fichier image/, 172k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-3.jpg
Fichier image/, 144k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-4.jpg
Fichier image/, 124k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-5.jpg
Fichier image/, 968k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-6.jpg
Fichier image/, 444k
Légende Affiche du Comité de lutte portugais contre l’impérialisme, imprimée par l’atelier populaire de la faculté de Vincennes.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-7.jpg
Fichier image/, 108k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-8.png
Fichier image/, 446k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-9.jpg
Fichier image/, 200k
Légende Photo de la couverture : Hôtel des immigrants à Buenos Aires, vers 1914.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-10.jpg
Fichier image/, 388k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/11216/img-11.jpg
Fichier image/, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 142 | 2019, 207-221.

Référence électronique

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11216

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page