Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jarig Jelles, Préface aux œuvres posthumes de Spinoza, précédé de Le salut par l’éthique, de Bernard Pautrat

Paris, Allia, 2017, 178 p., 6,20 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Jarig Jelles, Préface aux œuvres posthumes de Spinoza, précédé de Le salut par l’éthique, de Bernard Pautrat, Paris, Allia, 2017, 178 p., 6,20 €.

Texte intégral

1Les œuvres posthumes de Baruch Spinoza sont parues en latin quelques mois après sa mort, en 1677. Une préface introduit les textes du philosophe, elle est pour la première fois traduite en français. L’auteur en est Jarig Jelles, protestant proche de Spinoza, qui l’a rédigée en néerlandais. Louis Meyer, correspondant du philosophe, l’avait traduite en latin. La présentation de cette préface par Bernard Pautrat permet de mieux saisir la densité et la complexité d’un texte qui joue sur la tension théologique. Il s’agit, ni plus ni moins, de sauver Spinoza des accusations d’athéisme qui le poursuivent et de « démontrer (…) que la doctrine de cette Éthique qu’on allait enfin découvrir était non seulement compatible, mais tout à fait conforme à la doctrine morale de la religion chrétienne » (p. 9). La préface est d’abord une tentative de rendre à la philosophie de Spinoza sa cohérence profonde. Et Jelles revient sur ce qu’il considère comme des lectures controuvées des textes du philosophe. Il conteste ainsi le fait que Spinoza, dans le Traité théologico-politique, confond « Dieu et la Nature ou bien (…) les tient pour une seule et même chose » (p. 57). De même, Jelles se récrie contre l’idée que le philosophe poserait « comme fatale la nécessité de toutes les choses et actions » (p. 57). Spinoza a répondu à ces reproches dans plusieurs lettres que cite Jelles. Comme le note Bernard Pautrat (p. 14), ce qui intéresse surtout le préfacier, ce qui motive l’essentiel de son argumentation, c’est de démontrer que la démarche fondée sur la raison que prône Spinoza est non seulement conforme aux Écritures, mais qu’elle constitue la voie d’accès privilégiée au règne de la foi. Le philosophe a produit des arguments guidés « par la Raison quant à la droite manière de vivre et au souverain Bien de l’homme » (p. 69). L’amour de Dieu n’a cessé d’être le leitmotiv de la démarche de Spinoza dans le domaine de la religion (p. 71). Surtout, la remarquable traduction de Bernard Pautrat permet d’éclairer le lien que fait Jelles entre la rationalité et le christianisme. C’est une citation de Paul qui permet de comprendre cette position. Le préfacier reproduit un extrait de l’Épître aux Romains : « L’Apôtre [Paul] dit que la Religion Chrétienne est Rationnelle (Rm 12 1) : c’est parce que la Raison la prescrit, et qu’elle est fondée en raison » (p. 71). En reprenant la version grecque de la Bible, Bernard Pautrat constate que « le verset de Paul est parfaitement en accord avec la phrase de Jelles » (p. 18). La terminologie n’est pas ici accessoire, elle permet de comprendre comment les textes religieux pouvaient être lus au 17e siècle et comment ils appuyaient (ou non) une démarche philosophique. En l’occurrence, c’est moins la position de Spinoza que nous pouvons circonscrire ici que celle du croyant Jelles proposant une conciliation des principes de son ami philosophe et de sa foi. Remontant le fil lexicologique de sa traduction, Bernard Pautrat constate que la principale difficulté dans le passage au latin a consisté à rendre la notion λóγος, qui se situe au tout début de la Genèse : « “Au commencement était…” Était quoi ? Logos. Comment rendre ça ? » (p. 21). Bernard Pautrat ajoute, très justement, que « la traduction du λóγος a toujours agi comme un marqueur efficace de l’obédience à laquelle se rattache le traducteur, s’il en a une » (p. 21). Jelles, dans son ouvrage intitulé Profession de foi, avait opté pour rendre λóγος par « raison ». Il en résulte une lecture très différente des Écritures et une articulation possible aux textes de Spinoza. Pour Jelles, en effet, « s’efforcer, dans la mesure de ses forces, de comprendre la Vérité de la chose nécessaire, à savoir le salut, et de trouver des perceptions pures intellectuelles et d’agir selon elles, c’est-à-dire vivre sous la dictée de la raison », ce n’est être « en désaccord ni avec l’Écriture sainte ni avec les fondements de la religion chrétienne » (p. 73-75). Le préfacier entreprend alors une relecture de l’Éthique qui vise à montrer la cohérence religieuse de Spinoza. Comme le note Bernard Pautrat, Jelles découpe dans le texte du philosophe tout ce qui se rapproche du thème de la « foi qui sauve » (p. 25) pour parfois « l’amplifie[r] assez scandaleusement » en mettant l’accent sur « la connaissance rationnelle » (p. 26). Ainsi soutient-il que « l’Écriture atteste de la foi salvatrice sans laquelle, tous le concèdent, nul ne peut être Chrétien, et par la participation de laquelle tout Chrétien se sauve » ; en outre, « elle repose entièrement sur la connaissance spirituelle, autrement dit intellectuelle » (p. 93). Ainsi, la quête de la vérité, en tant qu’elle est l’objet de la religion et la méthode de la philosophie, permet de concilier les deux approches. La torsion faite aux textes de Spinoza est sévère et elle marque une volonté assumée de tirer vers la chrétienté l’œuvre du philosophe. Mais en fait, l’objectif principal de Jelles est de défendre Spinoza contre ceux qui « l’accusent d’athéisme » (p. 109). Pour cela, il propose une interprétation des divisions au sein de la chrétienté qui reposerait sur l’idée d’un respect des « Commandements, témoignages et Lois de Dieu », qui « sont éternels et sont la Vérité même » (p. 113). D’autant que « la Vérité est index d’elle-même et du faux » (p. 113). Elle s’impose donc comme « la Norme » (p. 114). La réunion des chrétiens ne pourra s’opérer qu’en reconnaissant la prééminence de cette vérité. En appelant ainsi à une paix de religion fondée sur la recherche du vrai, Jelles tente de concilier l’Éthique et la Bible.

2Bernard Pautrat reconnaît l’audace de la tentative de Jelles, mais il reste prudent : « J’ai pris soin de dire que Jelles semblait fidèle à Spinoza, dans son idée que qui vit sous la conduite de la Raison est un vrai Chrétien et sera sauvé. Seulement, pour tout dire, je ne suis pas sûr qu’il soit vraiment sauvé » (p. 38). Certes, la dernière partie de l’Éthique est un exercice de sotériologie (p. 40), mais pour autant, le troisième genre de connaissance implique que les individus qui s’y ouvrent sont d’ores et déjà sauvés et n’attendent point un salut post-mortem (p. 44).

3L’intérêt de ce petit livre réside dans cette lecture exigeante autant que réjouissante à laquelle s’astreint Bernard Pautrat du texte de Jelles. La préface aux œuvres de Spinoza est l’occasion de saisir combien la philosophie de l’auteur de l’Éthique suscitait des tentations exégétiques. Mais en temps, la pensée spinoziste échappe aux tentatives d’enrôlement forcé : elle s’offre en dépassement potentiel des apories philosophiques d’une époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Jarig Jelles, Préface aux œuvres posthumes de Spinoza, précédé de Le salut par l’éthique, de Bernard Pautrat », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11232

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page