Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gilles Candar, Édouard Vaillant. L’invention de la gauche

Paris, Armand Colin, 2018, 248 p.
Jonathan Barbier
Référence(s) :

Gilles Candar, Édouard Vaillant. L’invention de la gauche, Paris, Armand Colin, 2018, 248 p.

Texte intégral

  • 1 Maurice Dommanget, Édouard Vaillant, un grand socialiste, Paris, La Table ronde, 1956, 529 p.
  • 2 Jolyon Howorth, Édouard Vaillant : la création de l’unité socialiste en France, la politique de l’a (...)
  • 3 Claude Pennetier et Jean-Louis Robert (dir.), Édouard Vaillant (1840-1915), de la Commune à l’Inter (...)

1Dans cet ouvrage, Gilles Candar, grand spécialiste de l’histoire des gauches françaises, ne s’intéresse pas à la figure iconique du socialisme, Jean Jaurès – auquel il a consacré avec Vincent Duclert une très belle biographie érudite en 2014, qui est devenue depuis une référence en histoire politique –, mais à une personnalité qui a laissé moins de traces dans la mémoire collective, Édouard Vaillant. En 2015, l’auteur avait déjà appréhendé, sous la forme d’un essai, cet homme incarnant « le socialisme républicain ». Mais la biographie parue en 2018 va plus loin, en présentant la vie de Vaillant dans toute sa complexité, c’est-à-dire en examinant la cohérence de sa doctrine politique, ses trajectoires, ses réseaux, ses réalisations ainsi que ses utopies. Dans un style clair et accessible à tous, elle renouvelle en profondeur et en un peu moins de 250 pages l’historiographie du « troisième homme » du socialisme dans la deuxième moitié du 19e siècle après Jean Jaurès et Jules Guesde. Tout en mobilisant dans son analyse les apports de ses devanciers – notamment, les travaux de Maurice Dommanget1, Jolyon Howorth2, Claude Pennetier et Jean-Louis Robert3 –, l’historien a le souci de rendre compte des diverses facettes de l’individu biographié en insistant sur ses contradictions, ses hésitations face, par exemple, au boulangisme ou à l’affaire Dreyfus et en ne le cantonnant pas à une mouvance politique bien précise, comme le blanquisme.

2Pour ce faire, Gilles Candar a exploité des archives aussi variées que des rapports de police aux Archives nationales, des procès-verbaux du conseil municipal parisien à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, des dossiers de la préfecture de police de Paris, des correspondances conservées à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, ou encore dans les fonds privés Édouard Vaillant et Paul Lafargue, situés respectivement aux Archives départementales du Cher et de Seine-Saint-Denis. Ajoutons à cela le dépouillement de sources imprimées, et en particulier de périodiques, puisqu’Édouard Vaillant n’a cessé d’écrire des articles et de tenir des chroniques dans des journaux nationaux et locaux. L’inventaire des sources à la fin du livre présente plus d’une vingtaine de journaux, allant de la feuille du quarante-huitard Félix Pyat, Le Combat, en 1870, jusqu’au quotidien de Jean Jaurès, l’Humanité, de 1906 à 1915, en passant par La Démocratie de l’Ouest en 1892-1893 ou La Dépêche de Lyon en 1901. Il est à souligner qu’en plus des notes, de la bibliographie et de l’inventaire des sources, le lecteur trouvera à la fin du livre un utile index sélectif des noms de personnes croisés au fil de la lecture.

3Cette biographie « de synthèse » a le grand mérite de retracer à la fois le parcours d’un homme et, à travers son prisme, l’histoire plus générale du mouvement ouvrier ainsi que des forces de gauche à l’échelle nationale et internationale. Cette double lecture constitue toute l’originalité du livre. De l’enfance de Vaillant à Vierzon sous la monarchie de Juillet jusqu’à sa « guerre à la guerre » au moment du premier conflit mondial, en passant par la Commune de Paris, l’exil, la quête vers une unité du parti socialiste ou encore la théorisation de « l’action totale », le lecteur découvre en six chapitres les rebondissements, échecs et succès d’un individu aussi impliqué dans les séances d’un conseil municipal ou d’une session parlementaire que dans les polémiques des congrès internationaux. Par ailleurs, l’approche biographique donne à voir également les jeux d’influence, batailles et alliances des différents courants de gauche, du Second Empire jusqu’à la Première Guerre mondiale : animateurs de La Rive gauche, blanquistes, proudhoniens, hugoliens, marxistes, bakouninistes, internationalistes, communistes, anarchistes, communards, vaillantistes, jaurésiens, guesdistes, allemanistes, partisans de Gustave Hervé, socio-démocrates, radicaux, etc. Ces divisions à gauche, à l’instar du « bras de fer » remporté par Vaillant sur Jaurès concernant le refus du ministérialisme, sont en effet essentielles pour saisir toutes les spécificités du socialisme français.

4À la lecture de ce livre, Édouard Vaillant apparaît au lecteur comme un précurseur dans nombre de domaines. Sans être exhaustif, retenons qu’il peut être considéré comme une sorte de « ministre de l’Intérieur, puis de l’Éducation et de la Culture », pour reprendre la formulation de l’auteur, durant la Commune de Paris en 1871. Comme Jaurès pour le Tarn, Vaillant a toujours été attaché à ses fiefs électoraux dans le Cher et dans le département de la Seine (quartiers du Père-Lachaise et Charonne) et savait à la fois conjuguer pensée philosophique, pragmatisme politique et hygiénisme. N’oublions pas qu’il est docteur en médecine : « Il pense l’émancipation de la classe ouvrière dans sa globalité, mais ne néglige pas l’aménagement des urinoirs ou du tout-à-l’égout dans sa circonscription ». Il a toujours encouragé l’unité des forces de gauche, même si le long chemin entre le Comité révolutionnaire central (CRC) et la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) a été semé d’embûches. Ses compétences linguistiques, acquises lors de ses études en Allemagne et de ses années d’exil en Grande-Bretagne, lui ont permis d’être l’un des interlocuteurs français les plus actifs dans les réseaux internationalistes. Dès les années 1860-1870, il a correspondu ou fréquenté à l’étranger des intellectuels tels que Ludwig Feuerbach, Johann Philipp Becker, Johann Most, Andreas Scheu, Wilhelm Liebknecht, Karl Marx, Friedrich Engels, etc. Partisan de la république sociale, il accompagne aussi le tournant assurantiel en France en défendant la loi sur les retraites, votée en 1910, et en déposant l’année suivante un « projet de loi global d’assurance sociale couvrant tous les risques (abandon, infirmité, chômage, maladie, vieillesse) ». Il semble toujours en avance sur son temps lorsqu’il prône « un anticolonialisme moderne » ou de principe durant toute sa carrière politique, à savoir depuis les premières conquêtes au Tonkin jusqu’à la colonisation du Maroc. Cette position le distingue de Jean Jaurès, qui a défendu les entreprises coloniales en Tunisie ou au Tonkin avant de dénoncer la mainmise de la France sur le Maroc. Enfin, l’un des derniers combats de Vaillant est celui pour un idéal, la paix en Europe. L’amendement Vaillant-Keir Hardie en est la plus belle preuve, puisqu’il consistait à favoriser une grève générale des travailleurs en cas de guerre. Toutefois, une fois la guerre déclarée, les positions agressives de Vaillant ont pu apparaître, pour beaucoup de ses contemporains, comme un revirement idéologique : il appelle, il est vrai, à « la guerre jusqu’au bout », mais sans visée nationaliste. Comme le note très finement Gilles Candar, le député de la Seine se sert surtout de la guerre, au crépuscule de sa vie, pour faire progresser le programme socialiste en matière d’hygiène et de santé.

5Que reste-t-il aujourd’hui de l’action politique d’Édouard Vaillant, cet homme qui a voulu durant toute son existence concilier révolution et république ? La biographie se termine par une conclusion bienvenue traitant des enjeux mémoriels et intitulée « Le legs de Vaillant ». Comparé à Jean Jaurès ou même à Jules Guesde, son héritage paraît, au premier abord, bien mince. Le vaillantisme est mort peu de temps après son fondateur. Les œuvres iconographiques et sculptées en hommage à Vaillant sont rares. Cent-soixante-dix rues portent le nom de Vaillant en France, alors que le nom de Jean Jaurès en comptabilise deux-mille-trois-cent-cinquante-quatre. L’auteur signale toutefois que quelques discours de Vaillant ont été réédités sous le Front populaire ainsi qu’en 1965 à l’initiative de Roger Fajardie, « animateur du socialisme berrichon ». Cet oubli – qui doit être relativisé dans son département natal, le Cher – ne veut pas dire que les idées de Vaillant n’aient pas eu un prolongement posthume dans certaines réalisations et revendications politiques comme la Sécurité sociale ou le référendum d’initiative populaire, qui entre en résonnance avec le concept de démocratie participative, ou encore le référendum d’initiative citoyenne qui a fait l’actualité de ces derniers mois.

6Gilles Candar a ainsi réussi le « pari biographique » de raconter autrement les vicissitudes de la fabrique du socialisme français, ce qu’il appelle en sous-titre de son livre « l’invention de la gauche », en suivant les traces d’une célébrité intermédiaire qui n’a eu de cesse, durant toute sa vie, d’associer république et horizon révolutionnaire.

Haut de page

Notes

1 Maurice Dommanget, Édouard Vaillant, un grand socialiste, Paris, La Table ronde, 1956, 529 p.

2 Jolyon Howorth, Édouard Vaillant : la création de l’unité socialiste en France, la politique de l’action totale, Paris, EDI/Syros, 1982, 378 p.

3 Claude Pennetier et Jean-Louis Robert (dir.), Édouard Vaillant (1840-1915), de la Commune à l’Internationale, Paris, L’Harmattan, 2016, 206 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Barbier, « Gilles Candar, Édouard Vaillant. L’invention de la gauche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11241

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page