Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christian Pheline et Agnès Spiquel-Courdille, Camus, militant communiste. Alger, 1935-1937

Paris, Gallimard, 2017, 391 p., 25 €.
Jean-Louis Planche
Référence(s) :

Christian Pheline et Agnès Spiquel-Courdille, Camus, militant communiste. Alger, 1935-1937, Paris, Gallimard, 2017, 391 p., 25 €.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage, fort bien conduit par ailleurs, peut étonner le lecteur français et, si l’ouvrage est traduit, choquera certainement dans les pays, tels l’Allemagne ou les États-Unis, où Camus est l’auteur français le plus lu, mais où l’appartenance à un parti communiste effarouche encore. Que les âmes sensibles se rassurent : la cellule du Plateau Saulière, sise de part et d’autre de l’actuelle rue Didouche-Mourad (ex-rue Michelet), sous le Palais d’été, au cœur des beaux quartiers du vieil Alger colonial, n’a guère eu d’existence politique.

2Albert Camus y avait fait adhérer ses deux grandes amies, Jeanne Sicard et Marguerite Dobrenn. La première est l’héritière d’une des grandes fortunes d’Algérie, celle de son grand-père, le cigarettier Juan Bastos. Son père est le président du syndicat des grands propriétaires terriens d’Oranie, terre d’élection de la colonisation, où la famille Dobrenn elle aussi conjugue fortune agraire et immobilière. Plus tard, toujours inséparables, ces deux demoiselles, bien placées pour tirer avantage du statut d’Alger, devenue de novembre 1942 à août 1944 capitale provisoire de la France en guerre, intègreront les cabinets ministériels de René Pleven et Henri Queuille, qu’elles suivront à Paris dès sa libération. De plus, le père de Jeanne Sicard représente en Algérie les intérêts de la couronne de France, car il est monarchiste, comme son beau-père, Juan Bastos. C’est lui qui organise dans la colonie les tournées de conférence de Léon Daudet, polémiste de l’Action française, antisémite, antidémocrate, éberlué par le montant des chèques que lui signent les grands colons.

3Albert Camus sort d’un milieu misérable à Belcourt, quartier industriel où le port d’Alger a étendu ses entrepôts. Sa mère, veuve de guerre, vit de ménages chez des voisins. Mais son oncle paternel, un riche boucher du centre-ville, sans enfant, se charge de son neveu lorsque celui-ci entreprend des études supérieures. L’université d’Alger est à 100 mètres de la boutique. Albert Camus peut alors accéder à ce qui est pour lui le symbole du luxe, le port de chaussettes blanches, détail vestimentaire qui, dans le climat subtropical d’Alger, humide et poisseux, concourt à classer un jeune homme par ailleurs très séduisant. Il convainc rapidement les deux Oranaises, Jeanne et Marguerite, de partager sa vie et, dans l’élan, d’adhérer à l’automne 1935 au Parti communiste, dont le siège de la région algérienne est mitoyen du petit immeuble où les Camus vivent à l’étage.

4L’adhésion de Camus et de ses amies est essentiellement culturelle. Leurs noms n’apparaissent jamais parmi ceux des militants au bureau des meetings dont la police rend compte avec méticulosité. Si Camus est signalé en mai 1937 par un rapport sur une soirée organisée à Belcourt au profit des républicains espagnols, c’est pour avoir fait applaudir par la salle les officiers d’un navire de guerre de la République, dont le vice-consul à Alger est présent. Le rapport précise que « M. Camus est secrétaire de la Maison de la culture ». Cette soirée quasi officielle se termine par un bal.

5Dans le cadre de son activité à la Maison de la culture d’Alger, Albert Camus crée le Théâtre du Travail. C’est une réussite, mais sans lendemain. Le public est en forte partie composé d’étudiants. Or, à Alger, les étudiants se classent majoritairement à droite, une droite musclée qui, lors des grèves de 1920, avait fourni les éléments d’une milice « jaune » appuyée par l’armée. Comme les familles de fonctionnaires et de commerçants coloniaux dont ils sont issus, ils ont été ébranlés par la victoire du Front populaire aux élections du printemps 1936. Le vieux sénateur Duroux, radical-socialiste, une des premières fortunes d’Algérie, a voté et fait voter pour le Front populaire, qu’il a ensuite soutenu au Sénat. Cependant, dès 1937, Léon Blum décrétant « la pause », le Front populaire s’est essoufflé et les droites ont repris confiance. À Alger, le maire Rozis, un ancien militaire devenu un temps administrateur de « commune mixte » (où les Européens sont en très forte minorité parmi les Algériens), fait interdire le Théâtre du Travail. Sa décision ne provoque aucune réaction notable.

6Si, sur tous les points jusqu’ici évoqués, les biographes de Camus sont à peu près d’accord, les rapports qu’il entretenait avec les Algériens sont source de confusion. Par le fait qu’il ait vécu sa jeunesse à Belcourt, quartier partagé entre Européens et Algériens, on peut croire que les deux communautés y étaient proches. En réalité, rien n’est moins évident, car chaque communauté avait ses chemins, qui se croisaient le moins possible. Ainsi était-il possible pour une Algérienne d’aller de chez elle à un épicier de sa communauté, puis à l’école coranique chercher son enfant, sans croiser aucun Européen. L’emplacement des immeubles obéissait à la même logique. Le 90 rue de Lyon (aujourd’hui rue Belouizdad), où logeaient les Camus, petit immeuble peuplé d’Européens, marquait dans la pente la limite basse d’un ensemble d’immeubles peuplés d’Algériens. L’enseignement dispensé par la République obéissait à une logique dérivée : plus le niveau de l’enseignement s’élevait, du primaire au supérieur, plus la proportion d’élèves algériens diminuait.

7Sur le lieu de travail, la règle était que, dans un emploi, le salaire de l’Européen qui débutait fût égal à celui de l’Algérien en fin de carrière. Les charges de famille étant très dissemblables selon les communautés, autant dire que chacun tendait à vivre avec les siens. Qu’en était-il dans une entreprise d’esprit avancé, tel Alger républicain, journal créé par le Front populaire, où Albert Camus eut son premier emploi de journaliste ? Il y avait eu pendant deux ans pour camarade Mahmoud Benkritly, fils de la grande bourgeoisie arabe de Mostaganem, rédacteur comme lui. Celui-ci dira ne lui avoir jamais connu aucun autre camarade musulman que lui-même. Mais, ajoutait-il, dans les contacts, Camus était totalement exempt du paternalisme qui empreignait les Français d’Algérie dans leurs rapports aux musulmans.

8Militant communiste, Mahmoud Benkritly n’avait jamais rien dit à Camus de son appartenance politique, malgré leur camaraderie. Les fortes pressions policières qu’il avait subies, au travers de sa famille, expliquent son silence. Camus avait agi de même. Aucun militant musulman n’ignorait que quelques années plus tôt un quart d’entre eux avait connu, soit l’incarcération, soit la déportation au Sahara, sur simple décision administrative. Quant aux militants européens, les tracasseries les atteignaient dans leur carrière, les poussant dans les cas extrêmes à quitter la colonie.

9Dans ces conditions, on ne peut qu’être sceptique sur les relations qu’aurait entretenues le jeune Camus, en tant que militant communiste, avec le Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj. Qu’il ait été chargé par le PCA de faire passer des militants musulmans vers le parti nationaliste n’a jamais été confirmé par le PPA, pas même lorsque celui-ci put se prévaloir d’avoir eu un futur prix Nobel parmi ses premiers sympathisants. S’agit-il alors, non pas du PPA, mais du PNR, ce Parti national révolutionnaire qui, pour le Komintern, devait servir de transition en 1931-1933 entre les communistes et les nationalistes ? Le PNR, dirigé clandestinement par Sid Ahmed Belarbi, secrétaire de la région d’Algérie du PCF, fut un échec. Lorsque le PPA sera créé, les nationalistes de Messali y puiseront de précieux militants. Quoi qu’il en soit, on imagine mal que la courroie de transmission choisie entre PCA et PP ait été un étudiant européen sans grande expérience politique et ne parlant pas arabe.

10Certes, l’éclectisme du jeune Albert Camus est grand. L’oncle chez qui il vit et Jean Grenier, son professeur de philosophie au grand lycée d’Alger, sont tous deux abonnés à l’Action française royaliste, quotidien bien écrit, grossièrement antirépublicain, violemment antidémocrate. Si les monarchistes ne sont en Algérie que quelques milliers, leur journal apporte à ses lecteurs ce dont ils manquent le plus, une ration d’intelligence, certes quelque peu ordurière.

11Est-ce cet esprit éclectique qui explique l’exclusion du Parti communiste dont Albert Camus fut frappé à l’automne 1937 ? Le nouveau représentant du PCF à Alger, Robert Deloche, était le véritable chef de la région algérienne du parti, devenu autonome sous le nom de PCA. Il avait pour mission de resserrer les rangs face à la guerre que tous sentaient venir. Albert Camus fut accusé par lui de « trotskisme », attaque très pernicieuse car il n’existait en Algérie aucun courant politique pouvant être caractérisé ainsi. L’exclusion choqua d’autant plus Camus qu’elle avait été votée par Amar Ouzegane et Benali Boukort, avec qui il entretenait des rapports très cordiaux.

12Cependant, cette exclusion n’affecta en rien la carrière de journaliste qu’il avait débutée à Alger républicain, quotidien de Front populaire dont le directeur, Pascal Pia, restait très proche de lui. Mais le journal allait à la faillite, comme le Front populaire lui-même. Du grand projet Blum-Viollette, qui devait multiplier le nombre d’Algériens de statut musulman mais citoyens français, Léon Blum, premier socialiste président du Conseil des ministres, n’avait jamais plus prononcé le nom. « J’étais un amateur », reconnaîtra-t-il plus tard.

13C’est en février 1940 que Mahmoud Benkritly rencontra pour la dernière fois Albert Camus. Malgré sa faillite, Alger républicain avait perduré un temps sous la forme du Soir républicain, petite feuille qui épuisait sur ses rotatives les dernières bobines de papier en réserve. L’interdiction du journal en septembre 1939 mit fin à l’aventure qui menaçait de mal tourner, Camus et Pia ayant développé une ligne ultra pacifiste alors qu’en Europe les plans de mobilisation étaient en voie d’être exécutés. Certes, Jeanne Sicard avait au gouvernement général un ami, mobilisé comme lieutenant-colonel, capable d’éviter à un jeune intellectuel imprudent un séjour pénible en forteresse militaire. Puis l’argent vint à manquer, ce qui évita le pire à Camus et Pia. N’étant plus payé, le personnel se dispersa, mécontent. Camus gagna Oran, où sa belle-famille le logea. C’est au détour d’une rue qu’il retrouva en février 1940 Benkritly, qui cherchait un hôtel, et l’invita chez lui.

  • 1 Entretiens de l’auteur avec Mahmoud Benkritly, août-octobre 1992, Paris-Mostaganem.

14« Nous avons veillé, lui, sa femme et moi au balcon de l’appartement, raconte celui-ci. La nuit était douce, et nous bavardions dans l’obscurité en raison d’un exercice de défense passive. Depuis près de deux ans que nous nous connaissions, je trouvais un Camus triste, désabusé, fatigué, que je n’avais jamais connu, alors qu’il se montrait auparavant toujours gai, quelque peu moqueur, blagueur, un vrai pied-noir d’Alger, simple et sans rien de ces intellectuels qui faisaient étalage de leur savoir. Il a été de toute mon existence le seul Européen à m’inviter à passer la nuit chez lui et à se comporter avec moi comme avec un égal. »1

15Ainsi se terminait une jeunesse quelque peu cahotique, à la mesure de temps qui ne l’étaient pas moins. Lui trouver une cohérence n’a de sens qu’à la lumière des choix à venir dans lesquels Albert Camus s’engagera. Mais ceci est une autre histoire.

Haut de page

Notes

1 Entretiens de l’auteur avec Mahmoud Benkritly, août-octobre 1992, Paris-Mostaganem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Planche, « Christian Pheline et Agnès Spiquel-Courdille, Camus, militant communiste. Alger, 1935-1937 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11250

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page