Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Antonin Durand, La quadrature du cercle. Les mathématiciens italiens et la vie parlementaire (1848-1913)

Paris, ENS, 2018, 346 p., 26 €.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Antonin Durand, La quadrature du cercle. Les mathématiciens italiens et la vie parlementaire (1848-1913), Paris, ENS, 2018, 346 p., 26 €.

Texte intégral

1Quel sous-titre ! Celui qui aperçoit cet ouvrage, sinon dans une vitrine, du moins sur des rayons, se demandera peut-être pourquoi diable écrire un livre sur un tel sujet. Quant au grand titre, il est un peu tiré par les cheveux, l’ouvrage n’évoquant ni cercle ni carré, mais je me suis laissé dire que l’auteur avait envisagé « La quadrature de l’hémicycle », ce qui était assez bien trouvé. L’étude d’Antonin Durand n’en est pas moins intéressante.

2La composition sociale d’un parlement est toujours déséquilibrée. Les ouvriers, les employés et les petits paysans y sont grossièrement sous-représentés ; les politiciens liés aux milieux d’affaires grossièrement surreprésentés ; mais les autres catégories ? Parfois, il y a (relativement) beaucoup de médecins, d’avocats, d’enseignants ou de petits patrons. Il n’est pas illégitime de se demander si les mathématiciens y sont nombreux à telle époque, dans tel pays et pourquoi. Et aussi d’examiner ce qu’ils y font, quelles relations peuvent exister entre leur activité professionnelle et leur engagement politique. Le cas de l’Italie dans la seconde moitié du 19e siècle est à cet égard singulier.

3Cet ouvrage, issu de la thèse de l’auteur, aborde la question de façon claire, lucide et perspicace. Comme il le dit lui-même, il s’agit moins « d’histoire des mathématiques que d’histoire des mathématiciens comme acteurs de la vie politique, c’est-à-dire d’une histoire sociale du politique qui prend en compte la spécificité des acteurs qu’elle étudie, mais qui les inscrit dans une histoire plus générale des processus de politisation et de nationalisation » (p. 19). Le lecteur ne trouvera ici aucune équation ; l’auteur en est conscient et ne prétend pas que son travail remplace l’étude concrète de la science, il collabore par ailleurs avec des historiens des mathématiques, aussi bien italiens que français.

4Le chapitre 1 nous fournit une synthèse de la diversité de l’enseignement et des chaires de mathématiques dans l’Italie pré-unitaire, ainsi que des conséquences de l’unité sur cette discipline scientifique. Qu’y enseigne-t-on vraiment, combien y a-t-il d’étudiants ?

5Les chapitres 2 et 3, relatifs au recrutement des professeurs et à leurs carrières, nous promènent dans l’univers des petites magouilles usuelles et des questions qui excitent les universitaires d’alors et d’aujourd’hui : recrutement national ou local, poids respectifs de la recherche et de la pédagogie (au détriment de la seconde, évidemment), liens (ou non) entre la « valeur » scientifique des candidats, des professeurs, et l’efficacité de leurs « réseaux ». On notera que, dans ce paysage, il ne se trouve pas une seule femme mathématicienne, juste quelques filles qui permettent de promouvoir des gendres.

6Les origines sociales des mathématiciens sont moins « hautes » que celles d’autres universitaires, les mathématiques étant en général méprisées par les « grandes familles ». De toute façon, même quand un matheux sait s’y prendre, sait jouer avec les cumuls et les honneurs, il n’arrive pas à la cheville d’autres corporations lorsqu’il s’agit de faire fortune. Il serait intéressant que l’auteur complète son travail en nous disant plus précisément si le sous-domaine mathématique (mathématiques pures ou appliquées, probabilités et statistiques, algèbre et géométrie « supérieure ») a une influence sur la carrière universitaire et politique, ou en comparant les mathématiciens avec les physiciens, les chimistes, les naturalistes…

7Avec les chapitres 4 et 5, Antonin Durand passe à la carrière politique des mathématiciens qu’il examine. Ceux-ci ont souvent « une place marquée au Sénat », c’est une spécialité italienne. Il n’est donc pas étonnant qu’on les rencontre davantage au Sénat qu’à la Chambre. Comment l’orgueil, les mondanités, les intrigues, le goût du pouvoir et de l’argent se marient-ils avec un certain dévouement pour « le bien public » ? Ces interrogations donnent un peu la trame de la seconde partie de l’ouvrage. Pour cela, l’auteur s’appuie très méticuleusement sur de nombreuses archives politiques ou personnelles, des correspondances (publiées ou inédites) et des travaux d’historiens italiens.

8Les chapitres 6 et 7 enquêtent sur l’activité réelle des parlementaires mathématiciens (de façon globale pour le premier, individuellement pour le second). Leurs principaux domaines d’intervention sont l’économie et les finances, l’instruction publique (en particulier les universités) et l’ingénierie. Dans quelle mesure ces sujets sont-ils liés de près aux compétences des mathématiciens ? Cela se discute. En tout cas, il est normal qu’ils se penchent sur l’organisation de l’enseignement supérieur : quel rôle pour l’État, quelle autonomie, quelle voie entre l’élitisme et une culture plus ouverte et plus diffusée ? Les interventions de ces hommes politiques sont-elles ciblées sur la défense de leur circonscription, de leur discipline, des sciences en général, ou sont-elles plus idéologiques ? Là encore, il y a une certaine diversité. L’auteur s’interroge sur « leurs motivations à s’engager en politique, entre opportunisme, quête d’honneurs, construction de réseaux d’influences, mais aussi défense de convictions sincères » (p. 293). Il n’est pas si simple de déterrer le vrai de l’affichage, qui est « toujours présenté sous l’angle de la hauteur de vue et du sens de l’intérêt général » (p. 294). On ne sera pas trop étonné de constater que la majorité de ces universitaires installés penchent plutôt vers le centre droit ou gauche, avec pas mal d’opportunisme et, l’âge aidant, une évolution vers la droite. Ils donnent l’image assez banale du notable mâle, content de lui et indifférent aux conditions et problèmes des petites gens et des femmes. À deux exceptions près, peut-être : Quirico Filopanti et Felice Chio, qui paraissent un peu marginaux.

9Jusqu’ici, les études historiques sur les savants et la politique s’étaient plutôt penchées sur des individus particuliers, grands savants ou hommes politiques influents. Une exception importante est constituée par le rôle des savants autour de la Révolution française. L’essai d’Antonin Durand est donc le bienvenu, d’autant plus qu’il est très bien écrit. Si le lecteur ne retrouve pas dans ces trajectoires le souffle qu’on voit chez un Condorcet, un Lavoisier, un Monge ou même un Charles Dupin, c’est peut-être dû au fait que l’époque est autre. Mais on remerciera l’auteur de nous avoir beaucoup instruit à partir d’une question apparemment si peu séduisante ou commerciale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Antonin Durand, La quadrature du cercle. Les mathématiciens italiens et la vie parlementaire (1848-1913) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11268

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page