Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Livres pour la jeunesse

Christel Mouchard, Fils d’esclave

Paris, Flammarion jeunesse, 239 p., 2019.
Alain Chiron
Référence(s) :

Christel Mouchard, Fils d’esclave, Paris, Flammarion jeunesse, 239 p., 2019.

Texte intégral

1Il s’agit de conter ici les premières années de la vie de Thomas Alexandre Davy de La Pailleterie, connu sous le nom de général Dumas. C’est aussi le père d’Alexandre Dumas, l’auteur des Trois Mousquetaires, et le grand-père d’Alexandre Dumas fils, celui de La Dame aux camélias. La Révolution et l’Empire eurent deux généraux métis, Dumas et Joseph Serrant, le premier né à Saint-Domingue (l’actuelle Haïti) et le second à la Martinique.

2Son père, le marquis de La Pailleterie, nait en 1714 en Normandie. À Saint-Domingue où il avait rejoint un frère planteur, il se ruine et se fait passer pour disparu, prenant le pseudonyme d’Antoine Delisle pour gérer une petite plantation. Il vit alors avec Marie-Cessette Dumas, esclave d’ascendance africaine. Il a quatre enfants avec elle, dont Thomas. Alexandre Antoine Davy de La Pailleterie part pour la France en 1775, vendant sa femme et ses quatre enfants avec toutefois la possibilité de racheter Thomas, son fils aîné. Thomas vit donc d’abord dans l’illusion qu’il n’est pas esclave, devient un temps esclave, puis devient libre après que son père l’ait racheté. Selon Christel Mouchard, Alexandre Antoine Davy de La Pailleterie fréquente le duc d’Orléans dans les dernières années de sa vie. Ce dernier décède en 1786. Une révolte d’esclaves se déroule en 1790 en Haïti, elle est mentionnée dans le récit sans que ses épisodes soient présentés.

3Le livre ne mentionne pas les dates précises, ce qui est parfois gênant, et il reste pour la partie documentaire tout aussi sobre, puisque la seule date mentionnée est celle de 1775. Ce roman historique permet cependant d’approcher l’histoire de l’esclavage aux Antilles, dont le développement est tardif en France. Le livre s’inscrit dans cet effort d’apport de connaissances. Concernant ce contexte, rappelons la proposition d’ouverture d’un musée de l’esclavage dans la capitale par le groupe communiste du Conseil de Paris, votée le mardi 26 septembre 2017, et la confirmation par le Premier ministre, neuf mois plus tard, de la création d’un mémorial pour les victimes de l'esclavage dans le jardin des Tuileries.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Christel Mouchard, Fils d’esclave », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11284

Haut de page

Auteur

Alain Chiron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page