Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Livres pour la jeunesse

Roger Lécureux et André Chéret, Rahan, fils des âges farouches, tome 2.

Toulon, Soleil Productions, coll. « Aventure », 2019, 165 p.
Alain Chiron
Référence(s) :

Roger Lécureux (scénario) et André Chéret (dessinateur), Rahan, fils des âges farouches, tome 2, 2019, Toulon, Soleil Productions, coll. « Aventure », 165 p.

Texte intégral

1L’intégrale des aventures de Rahan est rééditée à l’occasion du cinquantenaire de leur première parution dans l’hebdomadaire Pif gadget, successeur de Vaillant, le journal de Pif. Ce dernier sortit le 1er juin 1945 et Pif gadget lui succéda en 1969. Lui-même disparut en 1993, puis réapparut ultérieurement comme mensuel ou trimestriel. Du fait d’un tirage moyen de 300 000 exemplaires dans les années 1970 et 1980, les nouveaux héros du journal étaient très connus et le plus populaire, après Pif, devint vite Rahan.

2À la suite de la mort de Roger Lécureux en 1999, le scénario a été repris par le fils de ce dernier, tandis qu’André Chéret a dessiné les aventures du « fils des âges farouches » jusqu’en 2013. On a une somme considérable d’albums, certains des derniers tomes étant centrés sur un lieu préhistorique précis, comme le tome intitulé Le Secret de Solutré ou celui de La Légende de la grotte de Niaux.

3Les éditions Soleil reprennent ces volumes qu’elle avait déjà publiés dans les années 1990. Chaque tome est introduit par Louis Cance, dessinateur bien connu de bandes dessinées, le créateur de Pif le Chien, et le directeur du périodique Hop. La présentation des aventures n’est pas chronologique mais thématique, ainsi le second volume est centré autour des épisodes qui racontent la jeunesse de Rahan. À côté de six épisodes parus entre novembre 1969 et février 1970, l’éditeur a choisi de placer une aventure qui se trouvait dans Pif d’avril 1989.

4On apprend la signification du nom « Rahan » (p. 12). On voit le héros refuser d’être chef d’un clan quelconque car il se veut frère de tous les clans (p. 45). Rahan découvre diverses armes nouvelles, ici c’est la sarbacane (p. 94). Il tente, comme en d’autres occasions, de reprendre son coutelas (p. 100), découvre l’utilisation de la perche pour fuir face aux animaux (p. 130) ou aux hommes qui lui veulent du mal (p. 144). On découvrira, comme dans les autres titres, les qualités humaines de Rahan, qui aura l’occasion de combattre nombre de superstitions qui ont des effets négatifs dans la vie d’une tribu qu’il rencontre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Roger Lécureux et André Chéret, Rahan, fils des âges farouches, tome 2. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 142 | 2019, mis en ligne le 26 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11306

Haut de page

Auteur

Alain Chiron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page