Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-9

Texte intégral

1Revenir sur les migrations, encore et toujours. Travail crucial en temps d’instrumentalisation criminelle des craintes suscitées par ces « autres » qui arrivent. Temps où, en Italie, ce mois de septembre 2019, les défenseurs de Matteo Salvini se mobilisent contre un nouveau gouvernement qui acceptera « l’invasion » et préparent une « grande journée de la fierté italienne » le 19 octobre.

  • 1 Entretien avec Olivier Clochard, géographe, co-directeur du laboratoire Migrinter, Université de Po (...)
  • 2 Notamment, Pascal Brioist, Les Audaces de Léonard de Vinci, Paris, Stock, 2019, 400 p.
  • 3 Sur le contexte international et en particulier colonial de cette étape la plus récente, Elena Musi (...)

2Temps des incessants bégaiements du même, temps des oublis aussi. Oublis des constants déplacements des humains à la surface du globe, des micro-déplacements de villages à villages aux longues migrations transatlantiques. Oublis des conditions de construction des cadres nationaux et des rejeux des formes des appartenances et des identités. Les travaux des sociologues, des géographes, des historiens ont beau se multiplier depuis plusieurs décennies, le développement des savoirs vient buter sur un contexte de luttes économiques tues sur un socle de passions identitaires, qui conduit à faire à nouveau du rejet des immigrants un moteur des politiques de nombreux États, en Europe et au-delà. Cela est connu, trop connu. La Méditerranée, grand cimetière africain, le plus grand cimetière de migrants au monde, 30 000 morts depuis 1990 selon l’ONG United against racism, nous nous devons de tristement répéter ces réalités monstrueuses en ouvrant ce numéro des Cahiers d’histoire qui nous parle d’Italie, de cette « botte » immergée en Méditerranée1. Nous devons le répéter en cette année qui célèbre la gloire d’un grand migrant de la Péninsule, savant, peintre, dont l’humanité tout entière s’approprie aujourd’hui les œuvres, devenues « patrimoine » pour l’humanité. Né à Vinci, en Toscane, mort à Amboise, dans le royaume de France en 1519, Léonard nous ramène à un temps où l’Italie n’était pas une et où le grand savant pouvait vendre son talent d’inventeur aux princes qui y menaient avec constance des guerres pour l’hégémonie sur de micro territoires. Pascal Brioist a rappelé cela, qui déconstruit à sa façon les mythologies nationalistes2. Les Cahiers d’histoire se sont donc saisis du choix des « Rendez-vous d’histoire » de Blois de faire penser à propos de l’« Italie » pour construire ce dossier. L’Italie, beau cas d’école que ce petit espace intensément divisé par la dense présence humaine, par une exceptionnelle ouverture maritime, si propice à l’étude de la réalité des migrations et de la diversité de leurs visées comme de leurs formes. Les historiens de l’Italie mais aussi des migrations, Mathieu Grenet et Stéphane Mourlane, ont fait le choix de décentrer nos regards par rapport au drame contemporain comme aux flux spectaculaires bien connus de l’émigration italienne des 19e et 20e siècles pour évoquer les circulations internes à la Botte et interroger le rôle de ces déplacements de femmes et d’hommes dans la construction d’une nation unifiable, de fait politiquement unifiée depuis la fin du 19e siècle3. Les contributions rassemblées dans ce dossier des Cahiers d’histoire étudient ces faits migratoires sur un temps long allant du Moyen Âge au 20e siècle. Elles rappellent donc de façon salutaire la diversité des configurations sociales des migrations. La migration n’est pas le plus souvent un passage de frontière, elle n’est pas non plus toujours définitive. Elle est souvent saisonnière, associée à une recherche de travail qui conduit à partir avec le projet de revenir et l’organisation de retours. Elle s’accompagne de multiples allers-retours, visant à entretenir des liens que la migration met à mal, notamment entre parents et enfants, comme l’évoque ici en particulier Anna Badino à propos du grand mouvement migratoire du sud vers le nord de l’après Seconde Guerre mondiale. Mais les migrations ont souvent été plus courtes : Eleonora Canepari évoque une circulation permanente entre les campagnes et la ville de Rome à l’époque moderne, reprenant les mots évocateurs de l’un de ces migrants : « Je vais et viens de Rome selon les occasions ». Toutes les contributions disent la complexité des faits migratoires, entre circulations traditionnelles transfrontalières et refus de la conscription napoléonienne dans les populations rurales des Apennins étudiés par Francesco Saggiorato, situations socialement contrastées des migrants ruraux vers la Florence médiévale évoquée par Cédric Quertier, croisements de multiples mouvements dans le temps, dans l’espace, au gré des opportunités politiques comme économiques, des contraintes étatiques, religieuses, tels qu’évoqués par Matteo Sanfilippo dans le moyen terme des 18e et 19e siècles. Ces études rappellent que les migrations sont de toutes les sociétés et de tous les temps, mais aussi que ce sont les interdictions de circuler qui les transforment en exils quasi définitifs, amplifiant à la fois leur dimension de déracinement et la marginalisation des migrant-es dans les sociétés d’arrivée.

3Avec recul, on peut constater que c’est en fait tout ce numéro 143 des Cahiers d’histoire qui, à travers des problématiques diverses, est traversé par la question, décidément cruciale, des migrations et des usages des créations nationales.

4« Chantiers » retravaille la biographie d’une femme que l’on peut envisager, certes, comme une internationaliste, une militante pour laquelle les frontières n’ont guère de sens, si ce n’est celui de barrières, parmi d’autres, à abattre. Mais Eva Starkoff est aussi une migrante, une toute jeune fille d’abord poussée au départ par son engagement politique et la répression tsariste, qui cherche la protection des frontières d’autres États-nations en s’installant d’abord en Suisse, puis en France. Cette femme née en Russie écrit, publie en français et développe toute sa vie une activité politique intense à partir de la France, pays d’immigration devenu sien.

  • 4 Nous remercions notre collègue Allison Drew d’avoir rendu possible cette rencontre. Allison Drew es (...)
  • 5 Elaine Mokhtefi, Alger, capitale de la révolution, de Fanon aux Black Panthers, Paris, La Fabrique, (...)

5« Métiers », en restituant le témoignage partagé ce printemps 2019 d’Elaine Mokhtefi, ancienne militante soutien du FLN, née à New York, de nationalité algérienne, donne bien à voir ces déplacements complexes, incessants, tantôt volontaires, tantôt subis (ici, notamment, l’expulsion de l’Algérie indépendante) des militantes et militants du 20e siècle4. Elaine explique comment elle a reçu, aidé à New York des militants réfugiés pour un temps ou venus librement à la recherche de soutiens internationaux. Une fois à Alger, elle est toujours prise à nouveau dans le mouvement des combattants des indépendances, des Black Panthers étatsuniens, de celles et ceux qui circulent à la recherche d’un refuge et de soutiens. Elle traduit, elle-même circule de façon plus ou moins légale du point de vue des États. Migrations politiques, forcées, choisies, suscitant des statuts toujours précaires d’individus, financièrement, politiquement toujours aux abois, mais sources de liens, d’échanges, de circulation d’idées ou d’argent bien réelle. L’entretien, comme le livre témoignage d’Elaine Mokhtefi, qui vient d’être traduit et publié en français, évoque bien l’incessant appel à se déplacer, à se rencontrer, à partager expériences et luttes au-delà des frontières nationales, qui caractérise la réalité politique du 20e siècle et du 21e aussi5. Les dominants n’ont pas le monopole de la circulation, même s’ils se l’arrogent de facto, et réclament la maîtrise des déplacements, maîtrise qui a été, et n’est que trop aujourd’hui, une visée et une réalité cruciale des pouvoirs sur les hommes.

  • 6 Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseill (...)
  • 7 Gérard Noiriel et Benaceur Azzaoui, Vivre et lutter à Longwy, Paris, Maspero, coll. « Débats commun (...)
  • 8 Chloé Maurel, Georges Vayrou (dir.), « Que fait l’ONU ? Droit d’inventaire », Cahiers d’histoire. R (...)
  • 9 Marie-Claude L’Huillier, Anne Jollet (dir.), Nation(s),Mondialisation(s) : toute une histoire, Quat (...)
  • 10 Pour le programme détaillé, voir <https://www.facebook.com/chrhc/> ou, sur le site des Cahiers d'hi (...)

6Cheminant vers la fin de ce volume 143 des Cahiers, les lecteurs-trices retrouvent les migrations dans « Débats ». Comment y échapper dans un entretien avec Gérard Noiriel ? L’entretien est ici réalisé par Jérôme Lamy à propos de la somme publiée en 2018, Une histoire populaire de la France6. Bien sûr, à propos de cet ouvrage de plus de 800 pages, l’historien revient sur bien des dimensions de son travail. Mais évidemment, une histoire populaire de la France aujourd’hui ne peut que repasser par les problématiques de l’immigration, source de l’entrée en histoire de Gérard Noiriel dans le contexte de la Lorraine sidérurgique en crise de la fin des années 19707. L’entretien de « Débats » ramène donc aux problématiques décidément obsédantes du dossier, cette confrontation entre déplacement des hommes et cadres nationaux, cadres qui se renforcent au cours du 19e siècle partout en Europe et, notamment, s’institutionnalisent en Italie. La conception de l’État-nation est en cause, cadre des affirmations émancipatrices de la citoyenneté active telle que travaillée au cours de la Révolution française, mais promu au rang de cadre hégémonique excluant, au nom d’identités supposées inscrites dans le temps long de l’histoire. Gérard Noiriel rappelle comment au cours de ce processus les contrôles intérieurs ont progressivement disparu et comment les frontières nationales sont devenues les nouvelles murailles. À une tout autre échelle, l’exposition autour de la mise en scène de la signature du Traité de Versailles en 1919, présentée par Georges Vayrou dans « Métiers », est un autre avatar de cette passion nationale, devenue au seuil du 20e siècle définitivement nationaliste, dont la Première Guerre mondiale peut bien être lue comme une première catastrophe et dont les frontières reconstruites aux confins de l’Europe dite « unie » amplifient aujourd’hui les effets de relégation tout en attisant les rejets nationalistes. Problématique cruciale à nos yeux, dont nous déclinons les recherches de compréhension de multiples façons. Notre précédent dossier autour des activités de l’ONU, au fond, parlait de cela aussi : comment agir pour le mieux-être de tous les humains avec, et en dépit de, la souveraineté des États-nations8 ? Nous avions aussi posé explicitement la question en 2015, lors des 4e Rencontres d’histoire critique, sur le thème « Nation (s), Mondialisation(s)9 ». Les feux de la forêt amazonienne rappellent chaque jour l’acuité de la question. Il y a fort à parier qu’en dépit d’une thématique qui peut paraître éloignée, « La Fête, entre ordre et désordre », les 6e Rencontres d’histoire critique, qui se déroulement du 28 au 30 novembre 2019 à Gennevilliers, retrouveront cette problématique si vive de la nation qui inclut et de la nation qui exclut10. Nous vous invitons à venir partager ces débats historiens et citoyens. Et avant cela, nous nous retrouverons à Blois, le samedi 12 octobre, pour échanger avec les historiennes et historiens du présent dossier qui nous font salutairement changer d’échelle et regarder de près l’histoire faite aussi des micro-migrations du dedans, ici dans la péninsule italienne.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Olivier Clochard, géographe, co-directeur du laboratoire Migrinter, Université de Poitiers, le 7 juin 2018, dans le quotidien Ouest-France, <https://www.ouest-france.fr/europe/ue/migrants-la-mediterranee-est-devenue-le-plus-grand-cimetiere-du-monde-5809209>.

2 Notamment, Pascal Brioist, Les Audaces de Léonard de Vinci, Paris, Stock, 2019, 400 p.

3 Sur le contexte international et en particulier colonial de cette étape la plus récente, Elena Musiani, Faire une nation. Les Italiens et l’unité (XIXe-XXIe siècle), Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2018, 368 p.

4 Nous remercions notre collègue Allison Drew d’avoir rendu possible cette rencontre. Allison Drew est l’auteure d’un livre récent sur le communisme en Algérie dont nous avons rendu compte dans les Cahiers d’histoire : Denis-Constant Martin, « Allison Drew, We are no longer in France. Communists in colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press, 2014 », dans « Communisme en Algérie/Communisme algérien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 140, 2019. Elle est également l’auteure d’un article de ce dossier des Cahiers d’histoire. En ligne, <https://journals.openedition.org/chrhc/8458>.

5 Elaine Mokhtefi, Alger, capitale de la révolution, de Fanon aux Black Panthers, Paris, La Fabrique, 2019, 288 p.

6 Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseille, Agone, 2018, 832 p.

7 Gérard Noiriel et Benaceur Azzaoui, Vivre et lutter à Longwy, Paris, Maspero, coll. « Débats communistes », 1980, 264 p. ; Gérard Noiriel, Longwy, Immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, PUF, coll. « Pratiques Théoriques », 1984, 418 p. (rééd. Agone, coll. « L’ordre des choses », 2019, 624 p.). Nommé en 1977 dans un collège de Longwy, Gérard Noiriel a animé en 1979-1980 une émission d’histoire sur la radio pirate « Lorraine Cœur d’Acier », créée par la CGT pour soutenir la lutte des travailleurs de la sidérurgie contre les fermetures d’usines. Les archives sonores de cette radio sont conservées aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (fonds d’archives audiovisuelles).

8 Chloé Maurel, Georges Vayrou (dir.), « Que fait l’ONU ? Droit d’inventaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 142, 2019. En ligne, <https://journals.openedition.org/chrhc/10325>.

9 Marie-Claude L’Huillier, Anne Jollet (dir.), Nation(s),Mondialisation(s) : toute une histoire, Quatrièmes Rencontres d’histoire critique, Paris, L’Harmattan, 2017, 234 p.

10 Pour le programme détaillé, voir <https://www.facebook.com/chrhc/> ou, sur le site des Cahiers d'histoire. Revue d’histoire critique, <https://journals.openedition.org/chrhc/11484>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11564

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page