Navigation – Plan du site
DOSSIER

Écrire l’histoire des migrations de travailleurs pauvres (Toscane, 13e-15e siècles) : historiographies et problèmes1

Cédric Quertier
p. 23-36

Résumés

Parmi les migrations internes, celles des travailleurs pauvres sont paradoxalement les plus massives et les plus difficiles à étudier, puisque la documentation s’intéresse davantage aux biens qu’aux personnes, même dans la Toscane des 13e-15e siècles, une des régions les mieux connues d’Europe. Si les membres des deux extrémités de l’échelle sociale quittent leur village, les plus pauvres alimentent la croissance démographique des villes aux 13e-14e siècles, mais se déplacent de plus en plus vers d’autres campagnes au 15e siècle. Ceux qui arrivent en ville louent des maisonnettes en périphérie, expérimentent la dissolution des solidarités, mais bénéficient de l’assistance institutionnelle. Souvent engagés comme salariés du textile, dont la condition se dégrade au 14e siècle, ils sont concurrencés par des travailleurs itinérants et des étrangers. Mais les relations entre statut juridique et conditions économiques sont à approfondir, car le travail libre s’accompagne de nouvelles dépendances, la complexification de la citoyenneté rend de facto étrangers au corps social légitime les artisans et les travailleurs. Les liens entre mobilité sociale et mobilité géographique restent un chantier ouvert.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une version réduite de la communication présentée au colloque Pauvreté et travail au M (...)

1Les pauvres et les migrants sont parmi les catégories les plus difficiles à documenter pour la période médiévale et les historiographies sur les migrations, la pauvreté et le travail communiquent rarement entre elles. L’approche de la pauvreté a longtemps été tributaire des analyses sur l’assistance institutionnelle ou la charité, sans assez prendre en compte le travail, qui permet à la fois d’examiner les mécanismes d’entrée ou de maintien dans la pauvreté, de même que les stratégies des pauvres. À cet égard, migrer pour améliorer ses conditions de vie apparaît comme un mécanisme essentiel. Or, la Toscane est l’espace le mieux documenté et étudié pour cette période, en raison d’archives d’une richesse extraordinaire et d’une historiographie internationale. Elle offre donc un terrain propice à la réflexion sur ce type de migrations internes, à plusieurs échelles : les migrations des travailleurs les plus pauvres viennent principalement des campagnes entourant une ville, mais ils peuvent aussi circuler au sein de la Toscane, voire provenir de toute l’Italie.

  • 2 Giuliano Pinto, « Richezza e povertà nella Toscana medievale : città e campagna, secoli XIII-XV », (...)
  • 3 Charles-Marie de La Roncière, « Pauvres et pauvreté à Florence au XIVe siècle », dans Michel Mollat (...)
  • 4 Giuliano Pinto, « Richezza e povertà… », op. cit., p. 65-68.
  • 5 Ibid., p. 81-85.

2Selon Giuliano Pinto2, les pauvres toscans comprennent plusieurs catégories. 1) D’abord, ceux qui sont incapables de pourvoir à leurs besoins : femmes seules, veuves, malades, mutilés, personnes âgées ne pouvant plus travailler3. 2) Ensuite, ceux qui travaillent à la journée, de leurs mains et pour le compte des autres. 3) Dans les campagnes, les pauvres sont assimilés aux contadini (habitants du contado, territoire rural dominé par une cité) dépendants, ceux qui travaillent la terre d’autrui comme métayers ou salariés agricoles. 4) Enfin, les petits propriétaires ruraux, qui vivent notamment dans les zones montagnardes peu productives. La possession de terres est répandue, mais ne permet pas de sortir de la pauvreté. En revanche, l’absence d’épargne immédiatement mobilisable pour investir ou doter sa fille définit les pauvres4. Du fait de la précarité de leur travail, les pauvres sont soumis à un futur incertain et à des conditions matérielles difficiles5 : disposant d’un faible mobilier, ils sont contraints de réduire leur consommation (vin, huile) lors des périodes difficiles, ce qui les oblige à s’endetter.

3Suivant en quelque sorte le parcours des migrants pauvres à la recherche de travail pour déterminer sa spécificité, nous examinerons successivement les migrations en provenance du contado, la place des migrants parmi les salariés, la question des statuts personnels, les structures d’accueil, avant de proposer quelques pistes de recherche.

Quitter sa campagne : urbanisation de la « bourgeoisie de château » et exode des plus pauvres

  • 6 Johan Plesner, L’émigration de la campagne à la ville de Florence au XIIIe siècle, Copenhague, 1934 (...)
  • 7 Giuliano Pinto, « La ‘borghesia di castello’ nell’Italia centro-settentrionale (secoli XII-XV). Alc (...)
  • 8 Chris Wickham, Communautés et clientèles en Toscane au XIIe siècle : les origines de la commune rur (...)

4Contre la thèse du peuplement de la ville par les serfs fuyant la domination seigneuriale, Johan Plesner a démontré que l’immigration vers Florence au 13e siècle est le fait des populations aisées du contado, dotées d’un capital ou jouissant d’un prestige permettant d’espérer une ascension sociale : petite et moyenne noblesse, propriétaires fonciers et notaires6. Giuliano Pinto a fait de l’urbanisation de cette « bourgeoisie de château » au 13e siècle un modèle pour l’ensemble de l’Italie communale7. Cependant, il faut aussi tenir compte des élites rurales faisant le choix de rester les premiers notables du village, qu’ils représentent à l’extérieur, plutôt que de se noyer dans la classe moyenne urbaine8.

  • 9 William R. Day, « Population Growth and Productivity : Rural-Urban Migrations and the Expansion of (...)
  • 10 William R. Day, « Population Growth and Productivity… », op. cit., p. 93-98 ; Maureen Fennell Mazza (...)

5William Day a mis en relation l’émigration des campagnes vers Florence avec l’augmentation de la productivité du secteur textile au 13e siècle9. Certaines mesures témoignent en effet de l’importance des artisans dans cette migration, en particulier les mesures fiscales incitatives pour attirer les artisans étrangers, une politique poursuivie au 14e siècle dans toute l’Italie communale10. Inversement, la restriction des marges d’action des artisans du contado vise à les forcer à migrer en ville. L’interdiction de la vente de textiles produits en dehors de la ville, l’obligation d’être sous la supervision des maîtres urbains des métiers organisés ou l’obligation de faire approuver l’utilisation de la laine et des moulins à foulons (concentrés dans les zones urbaines) participent de ce mouvement.

  • 11 David Herlihy, « Santa Maria Imprumeta : a rural commune in the late middle ages », dans Nicolas Ru (...)
  • 12 David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, op. cit., p. 316-325, p. 324.
  • 13 Ibid., p. 321, tableau 20.
  • 14 Donata Degrassi, « Il mondo dei mestieri artigianali », dans Sandro Carocci (dir.), La mobilità soc (...)
  • 15 David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, op. cit., p. 320 ; Alessandro Stella, La révolte des Ci (...)

6D’autres études insistent sur la diversité des origines sociales des migrants11. Ainsi, selon David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, « c’est (…) aux deux extrémités de l’échelle sociale que les motivations poussant au départ sont les plus fortes : nécessité de gagner ou de mendier son pain, désir d’accroître son bien sur une place propice aux affaires12 ». En 1427, l’essentiel des migrants des quartiers florentins de Santo Spirito et San Giovanni sont des hommes jeunes, fils de travailleurs agricoles ou de métayers, et 60 % des immigrés provenant du territoire extra-urbain de San Giovanni dont le métier est connu s’engagent comme serviteurs13. C’est également le cas des fanciulli, enfants de familles pauvres confiés en apprentissage dès 7 ans, soit pour se constituer une dot, soit pour apprendre un métier, mais de plus en plus gênés par la patrimonialisation et la dynastisation des métiers14. En effet, ces migrations débouchent rarement sur une ascension sociale15.

  • 16 Charles-Marie de La Roncière, « ‘Lo puzzo del villan’ : quand les campagnards s’installent en ville (...)
  • 17 Charles-Marie de La Roncière, « Pauvres et pauvreté… », op. cit.
  • 18 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi…, op. cit., p. 130.

7Les travaux de Charles-Marie de La Roncière permettent de dresser le profil socio-économique des migrants du Val d’Elsa vers Florence au 14e siècle16. À Petrognano, 24 % de la population (156 habitants sur 650) émigrent entre 1280 et 1380, dont 9 % vers une autre partie du contado et 14 % vers Florence : d’abord issus des professions non agricoles disposant de capital, il s’agit, surtout après 1350, de paysans « éventuellement ruinés ». Plus largement, lorsqu’il compare les sources fiscales (estimi de 1364, 1371, 1383)17, il note un appauvrissement du contado, puisque la proportion d’indigents parmi les chefs de feux passe de 66 à 73 %. Surtout, ces indigents sont plus mobiles que les autres, puisqu’environ 20 à 30 % des chefs de feux changent de domicile. Mais, alors qu’entre 1350 et 1364 les campagnes et Florence exercent une attraction sensiblement égale sur les émigrants du contado, l’attractivité de la cité s’effondre par la suite : les deux tiers se dirigent vers d’autres zones du contado et seuls 12 % d’entre eux élisent domicile à Florence. Ces migrations rurales sont le fait de pauvres gens : si le patrimoine moyen des migrants diminue dans les années 1360, les migrants restant dans le contado ont un patrimoine deux fois inférieur à ceux qui s’orientent vers Florence. Par conséquent, si les migrations vers les bourgs sont le fait de ruraux de plus en plus pauvres, seule l’aristocratie rurale ou les élites rurales élisent domicile en ville. En somme, à l’orée du 15e siècle, « les ruraux ne peuvent (ou ne veulent) plus assurer le renouvellement de la population citadine18 ».

  • 19 Samuel K. Cohn, « Insurrezioni contadine e demografia : il mito della povertà nelle montagne toscan (...)
  • 20 Ibid., p. 1033.
  • 21 Ibid., p. 1028 ; Charles-Marie de La Roncière, « Indirect taxes or ‘Gabelle’ at Florence in the fou (...)
  • 22 Samuel K. Cohn, « Insurrezioni contadine e demografia… », op. cit., p. 1039.

8Un profil de migration différent peut se dessiner pour des zones particulières du contado. Samuel K. Cohn, dans son interprétation des tumultes et révoltes paysannes de 1348 à 1460, offre une piste stimulante pour expliquer le changement de physionomie des migrations au tournant des 14e-15e siècles19. Révisant le paradigme braudélien des territoires montagnards appauvris qui auraient massivement alimenté l’immigration en ville, il montre que si ces espaces se dépeuplent massivement (deux tiers de la population émigrent entre 1371 et 1383), les ruraux du contado florentin émigrent très peu vers la cité et se dirigent de plus en plus vers d’autres zones du contado, en particulier vers les zones montagnardes situées plus en altitude, dans les territoires de Pistoia ou de Bologne20. Le poids de la fiscalité florentine, qui s’alourdit dans le deuxième quart du 14e siècle et s’accompagne de stratégies d’appauvrissement volontaire des petits propriétaires montagnards endettés (rente foncière taxée jusqu’à 66 % à Mangona)21, explique cet exode, notamment pour ceux qui ne bénéficient pas des conditions avantageuses d’installation offertes aux élites rurales. L’absence de liens de patronage avec les propriétaires citadins peut être une seconde explication. Mais la nature des relations politiques et le profil économique de ces communautés rurales interviennent également : une vague de révoltes dans les années 1401-1406, alors que Florence est menacée d’encerclement durant la guerre avec Milan, entraîne la multiplication des exemptions fiscales (plus de 200) en faveur de ces zones à la périphérie de l’État régional florentin. Or, ces dernières ne sont plus concédées en raison de la pauvreté des communautés, comme au milieu du 14e siècle, mais parce que leurs ambassadeurs font pression sur les élites citadines en critiquant leurs choix (politiques, fiscaux) iniques et en menaçant d’émigrer vers le territoire de l’ennemi siennois22. Une étude fine des différenciations de la politique fiscale communale, des structures de la richesse et de la pauvreté doit donc être combinée avec les études démographiques classiques pour expliquer ces migrations.

Les structures urbaines d’accueil, de solidarité et d’assistance

  • 23 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi…, op. cit., p. 132 ; Charles-Marie de La Roncière, « ‘Lo p (...)
  • 24 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes in Renaissance Florence, New York, Academic Press Inc., 1980, (...)
  • 25 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi…, op. cit., p. 137-141.

9L’installation en ville des néocitadins est alors dirigée vers des zones périphériques organisées en lotissements – constitués de maisonnettes standard, de 30 à 65 m2, avec un rez-de-chaussée divisé en deux pièces, ou un seul étage et une arrière-cour23 – et certaines communautés très pauvres, comme les Allemands de Florence, se concentrent dans les paroisses périphériques24. Parallèlement, un marché de la location se développe en direction des travailleurs pauvres. Alessandro Stella a ainsi mis en lumière le lien étroit entre pauvreté, travail et location dans la Florence des 14e et 15e siècles : les travailleurs pauvres relégués en périphérie louent leurs habitations et bénéficient de l’assistance de compagnies comme celle d’Orsanmichele, même si la propriété reste diffusée en milieu populaire. Selon lui, le recours à la location serait lié à une période transitoire pour les immigrés récents, ou à une phase de vie comme le veuvage, les débuts des jeunes couples, ou à une séparation familiale25.

  • 26 Charles-Marie de La Roncière, « Poveri e povertà a Firenze nel XIV secolo », dans Id., Tra Preghier (...)

10Les effets des migrations sur les formes de solidarités sont particulièrement difficiles à saisir : si l’on observe parfois un maintien des immigrés en ville dans la clientèle de leur ex-seigneur, des études fines font également apparaître une diffusion des migrants de même origine dans tout l’espace urbain et la dispersion de la famille élargie en ville, phénomènes que vient toutefois nuancer l’installation dans des zones voisines de la famille proche (frères, neveux, cousins germains)26.

  • 27 Giuliano Pinto, « Firenze e la carestia del 1346-1347 », dans Id., La Toscana nel tardo Medioevo. A (...)
  • 28 Lucia Sandri, « Stranieri e forestieri nella Firenze del Quattrocento attraverso i libri di ricordi (...)
  • 29 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 110-113.
  • 30 Lucia Sandri, « Stranieri e forestieri nella Firenze del Quattrocento… », op. cit., p. 156-159.

11Pour compenser, les migrants peuvent néanmoins bénéficier de l’assistance communale. Ils sont en effet nombreux à mendier durant les famines de 1324-1325 ou de 134727. Les travaux de Lucia Sandri sur l’hôpital San Matteo de Florence entre 1413 et 1456 montrent qu’environ les deux tiers des bénéficiaires étaient des non-Florentins, provenant des zones les plus peuplées, pauvres et industrieuses d’Italie, même s’ils connaissaient une situation moins difficile que les habitants du contado28. Il ne faut cependant pas tomber dans le misérabilisme : d’une part, parce que certains étrangers comme les Allemands29 bénéficient de la solidarité communautaire pour être recommandés auprès de l’hôpital et, d’autre part, parce que certains étrangers sont employés par l’institution, qui les rémunère à un salaire plus bas, mais leur fournit le gîte et le couvert, leur permettant ainsi de se refaire une santé financière en y travaillant pour de brèves périodes30.

Migrants et salariés, donc dangereux ?

  • 31 Monica Boni, La domesticité en Toscane aux XIVe et XVe siècles, thèse de doctorat sous la direction (...)
  • 32 Michel Mollat du Jourdin, Les pauvres au Moyen Âge. Étude sociale, Paris, Hachette, 1978, p. 198.
  • 33 Charles-Marie de La Roncière, « Pauvres et pauvreté… », op. cit., p. 671.

12L’idée d’une armée de travailleurs immigrés dont l’arrivée aurait entraîné une baisse générale des salaires et par ricochet la naissance d’un sous-prolétariat, considéré comme une classe dangereuse, est souvent reprise31. La frontière entre travail et pauvreté est en effet poreuse, au point que Michel Mollat du Jourdin parlait de « pauvreté laborieuse32 » et Charles-Marie de La Roncière d’« indigence travailleuse33 ».

  • 34 Giuliano Pinto, « L’immigrazione dei lavoratori della lana nelle città italiane. Alcune considerazi (...)
  • 35 À son apogée, au début du 14e siècle, l’industrie textile florentine emploie un tiers de la populat (...)
  • 36 Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi : les révolutions popul (...)
  • 37 Maureen Fennell Mazzaoui, « Artisans Migration… », op. cit., p. 529-531 ; Hidetoshi Hoshino, L’arte (...)
  • 38 Maureen Fennell Mazzaoui, « Artisans Migration… », op. cit., p. 523-524 ; Giuliano Pinto, « L’immig (...)

13L’attention des médiévistes s’est concentrée sur l’artisanat textile, dont l’appareil productif dispersé permet de redistribuer des ressources dans une grande variété de milieux sociaux34. Les maîtres de la laine sont les plus étudiés. Bien souvent contrainte, leur mobilité représente un déclassement temporaire, que ce soit du fait de la guerre, des conquêtes – qui entravent l’industrie florissante de la soie à Lucques et provoque l’émigration de ses artisans qualifiés à Venise, Bologne, Florence et Gênes –, des exils politiques ou encore des révoltes qui poussent les artisans à émigrer, à l’instar de ceux du textile florentin après l’échec de la révolte des ciompi, ces ouvriers prolétarisés (1378)35, et de l’épisode de gouvernement populaire36. Mais classer les artisans qualifiés parmi les pauvres pose question, notamment en raison de leurs savoirs techniques et des avantages que les communes leur concèdent, dans l’espoir de favoriser des transferts technologiques et d’augmenter leurs capacités économiques37. De véritables contrats sont passés pour leur accorder la citoyenneté, la possibilité d’entrer dans les métiers organisés, l’exemption de taxes durant une décennie, parfois même des logements, des moyens de production ou encore des crédits pour équiper un atelier38.

  • 39 Roberto Cessi, Le corporazioni di mercanti di panni e della lana in Padova, fino a tutto il secolo  (...)
  • 40 Giuliano Pinto, « L’immigrazione dei lavoratori della lana… », op. cit., p. 65.
  • 41 Duccio Balestracci, « ‘Li lavoranti non cognosciuti’. Il salariato in una città medievale (Siena 13 (...)

14Mais la production textile est discontinue, ce qui oblige les maîtres à recourir à des travailleurs itinérants. Certains de ces groupes de travailleurs de la laine, parfois qualifiés de vagabonds39, servent de force d’appoint lorsqu’il faut augmenter la production sur une courte période avant d’être congédiés. Ils constituent ainsi une armée de réserve mobilisable à merci et pour un salaire dérisoire, voire un argument pour que les employeurs puissent baisser les salaires40. Des travailleurs itinérants dans le secteur du bâtiment sont également attestés à Sienne aux 14e-15e siècles : non spécialisés, « inconnus » (non cognosciuti), car enregistrés avec très peu de détails, même s’ils viennent parfois de loin, ils sont engagés pour quelques jours ou semaines pour les travaux les plus difficiles et reçoivent des salaires plus faibles que les manœuvres structurés en organisations41.

  • 42 Charles-Marie de La Roncière, Prix et salaires…, op. cit., p. 674-675 et p. 691 ; Samuel K. Cohn, T (...)
  • 43 Giuliano Pinto, « I lavoratori salariati nell’Italia bassomedievale : mercato di lavoro e livelli d (...)
  • 44 Sergio Tognetti, « Prezzi e salari nella Firenze tardomedievale : un profilo », dans Archivio stori (...)
  • 45 Ibid., p. 707-709.

15Mais l’installation durable des migrants en ville semble en diminution au 14e siècle à Florence, pour plusieurs raisons42. Si la ville attire peu les ruraux pauvres, c’est d’abord en raison d’une condition salariée elle-même marquée par l’indigence. Les données sont bien connues : les salaires réels augmentent de 50 % entre le milieu du 14e siècle et les années 1370-1390, de 70-80 % jusqu’à la moitié du 15e siècle, avant de connaître une baisse à la fin du siècle ; ils se différencient de plus en plus selon les catégories de travailleurs, une femme étant payée moitié moins qu’un travailleur non qualifié (4 ou 5 sous par jour pour une femme, 8 à 12 sous pour un manœuvre (manovale), 15 à 20 sous pour un maître). La pauvreté est donc plus forte parmi les moins qualifiés, dont font partie les immigrés de fraîche date, payés à la journée sur de courtes périodes (alors que les maîtres sont davantage payés à la tâche ou au forfait)43. Ces derniers n’émigrent à Florence qu’en cas de conjoncture favorable pour les salariés, soit uniquement entre 1360 et 1369 pour les salaires réels44. Mais les célibataires de moins de trente ans, sans charge de famille, ont un niveau de vie plus favorable et sont donc susceptibles d’accepter des salaires plus faibles. Cela entraîne certainement une plus grande immigration en ville, notamment après 1348, quand les salaires de cette catégorie sont plus élevés, mais ils sont souvent remplacés par des chefs de famille, de plus en plus pauvres après 136545.

  • 46 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 91.
  • 47 Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici..., op. cit., p. 50-52.
  • 48 Monica Boni, La domesticité en Toscane…, op. cit., p. 402-403.
  • 49 Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici…, op. cit., p. 45-46.

16Pour sa part, Samuel K. Cohn observe que, dans les contrats de mariage, les trois quarts des migrants sont des hommes au 14e siècle, remplacés par deux tiers de femmes au 15e siècle46. Beaucoup d’entre elles peuvent se placer comme domestiques. Elles perçoivent des salaires moins élevés que les hommes, qui sont payés de 37 à 100 % de plus qu’elles et ont un éventail de métiers plus large. Par ailleurs, si la partie monétaire de leur salaire augmente lentement (de l’ordre de 4 % par an entre 1280 et 1348), elle connaît de brusques augmentations au début du 14e siècle et pendant les périodes de peste (après 1348, quadruplement pour les femmes)47. Ensuite, de la fin du 14e siècle au 15e siècle, le salaire reste stable, contrairement à d’autres catégories de salariés. Jouant sur le paiement de leurs gages en monnaie et en nature, sur les défraiements et sur les avances sur salaire, elles tiennent une comptabilité précise, au point qu’on puisse parler de véritable stratégie : ne restant que trois à six mois, avec de fréquentes absences pour nécessités familiales, elles restent uniquement le temps de régler leurs dettes et factures48. L’absence de contrat écrit ne met donc pas automatiquement la précarité du côté de l’employée en période de manque de main-d’œuvre49.

  • 50 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 96-99 et p. 107.

17L’origine des migrants change également au tournant du siècle. Samuel K. Cohn note en effet une forte diminution des immigrants du contado, remplacés par un fort contingent d’étrangers à la Toscane : au 15e siècle, 76 % des Italiens immigrés proviennent d’autres régions et la moitié du total des migrants provient des trois grandes cités « industrielles » : Gênes (28 %), Milan (14 %) et Bologne (11 %). Par ailleurs, les immigrés proviennent davantage des petites villes de la périphérie de l’État florentin que du contado proche50.

  • 51 Sergio Tognetti, « Note sul commercio di schiavi neri nella Firenze del Quattrocento », dans Nuova (...)
  • 52 Charles Verlinden, « Le retour de l’esclavage aux XIVe et XVe siècles », dans Forme e evoluzione de (...)
  • 53 Monica Boni, La domesticité en Toscane…, op. cit., p. 399 et p. 509.
  • 54 Ibid., p. 299-307 et n. 15, p. 315.
  • 55 Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici…, op. cit., p. 80.

18Le 15e siècle voit enfin le retour de l’esclavage, principalement en provenance des Balkans et d’Afrique51. Moins nombreux qu’en Sicile, à Majorque ou à Gênes52, les esclaves représentent moins de 1 % de la population urbaine toscane au 15e siècle, soit environ 550 personnes53. Contrairement à l’Italie méridionale où domine l’« esclavage agricole », les esclaves sont peu nombreux à être employés comme pâtres ou cultivateurs dans les campagnes toscanes, dans les galères ou dans la construction54. Cela conduit à rejeter l’hypothèse d’esclaves constituant une armée de réserve pour faire pression sur les salaires des ruraux55.

Statut juridique et conditions économiques : des relations dialectiques

  • 56 Enrico Fiumi, « Fioritura e decadenza dell’economia fiorentina », dans Archivio storico italiano, n (...)
  • 57 William W. Day, « Population Growth and Productivity… », op. cit., p. 89.
  • 58 Franco Franceschi, « Il mondo dei salariati urbani », dans Sandro Carocci (dir.), La mobilità socia (...)

19Selon un adage courant, l’air de la ville rendrait libre : le changement de statut pour les immigrants arrivant en ville au 13e siècle représenterait une amélioration. L’observation mérite d’être nuancée. Certes, des cas d’affranchissement massif de serfs – comme à Bologne en 1256 – sont connus, mais l’accaparement de la fiscalité féodale par la commune représente en réalité un alourdissement de la pression fiscale à Florence56. De plus, les statuts communaux interdisent aux serfs d’acquérir la citoyenneté, les propriétaires gagnent régulièrement leurs procès contre leurs anciens serfs ayant déserté, et la construction de borghi nuovi sert aussi à fixer la population rurale sur place57. En outre, le vocabulaire et les clauses des contrats montrent un maintien des salariés dans des formes de dépendance proches des relations seigneuriales58. La liberté n’est donc pas nécessairement accompagnée d’une amélioration de la condition économique et sociale.

20Reste que, dans la Toscane de la fin du Moyen Âge, les rapports de travail sont peu affectés par les facteurs extra-économiques, notamment le statut juridique des acteurs : mis à part les esclaves orientaux employés comme domestiques dans les riches demeures bourgeoises, très peu de travail obligatoire subsiste.

  • 59 Voir le dossier « Cittadinanza e disuguaglianze economiche » des Mélanges de l’École française de R (...)
  • 60 Dernièrement : Sarah Menzinger (dir.), Cittadinanze medievali : dinamiche di appartenenza a un corp (...)
  • 61 Patrick Gilli, « Comment cesser d’être étranger : citoyens et non-citoyens dans la pensée juridique (...)
  • 62 Cédric Quertier, « Pour qui est-on étranger ? Normes et réalités de la distinction forestieri/citta (...)
  • 63 Paolo Grillo, « Mobilità geografica e mobilità sociale in Italia e nella Francia meridionale (1300- (...)

21Pour autant, la question du rapport entre statut juridique et conditions économiques reste posée59. Les historiens s’intéressent depuis longtemps à la citoyenneté60, même si elle ne concerne que le tiers supérieur des urbains et que la naturalisation sanctionne l’intégration d’une élite de migrants61. Il est dès lors crucial de ne pas négliger la diversité des statuts intermédiaires entre ceux d’esclave et de citoyen62, même si aucun lien direct entre acquisition de la citoyenneté et changement de position sociale ne peut être fait, en particulier pour les plus pauvres63.

  • 64 Giuliano Pinto, Il lavoro, la povertà, l’assistenza, op. cit., p. 10-12 ; Alessandro Stella, « “Cio (...)
  • 65 Giacomo Todeschini, Au pays des sans-nom. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires d (...)
  • 66 Giuliano Pinto, « L’immigrazioni di manodopera nel territorio senese… », op. cit., p. 428-429.
  • 67 Maria Serena Mazzi, « Il mondo della prostituzione nella Firenze tardo medievale », dans Forestieri (...)

22L’équivalence des vocables désignant les travailleurs et les pauvres intervient à la fin de la période, lorsque la condition de salarié devient dévalorisante64. On assiste alors à une véritable « extranéisation » des artisans, qui revient à désigner les travailleurs mécaniques comme des « étrangers en soi » au corps social65. C’est d’autant plus le cas pour les migrants qui ne fixent pas leur domicile et ne sont pas encadrés par un métier ou une organisation locale de manœuvres : soupçonnés de déstabiliser le marché du travail, ils sont surveillés et soumis à une taxe spéciale66. Le mécanisme est le même pour les prostituées à Florence, toutes considérées comme des étrangères aux 14e-15e siècles, même lorsqu’elles sont nées dans la ville67.

Quelques pistes de recherche

  • 68 Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, 138 p. ; Pa (...)
  • 69 Giacomo Casarino, « Tra ‘estraneità’ e cittadinanza : mercato del lavoro e migrazioni a Genova (sec (...)

23Plutôt qu’une clôture, l’ouverture doit primer pour prolonger cet aperçu d’ensemble. Outre la nécessité de multiplier les études afin d’inscrire le cas florentin dans la perspective toscane, la difficulté à documenter les pauvres et les migrants rend encore plus nécessaire le croisement entre les différents types de sources. Il convient également de dépasser le seul point de vue des sociétés d’accueil pour rendre compte des circulations migratoires ou des déplacements par étapes des migrants vers la ville68. Il faudrait dès lors pouvoir croiser les sources dans un espace donné pour reconstituer le parcours des individus grâce à la constitution de fiches individuelles69.

  • 70 Giuliano Pinto, « Les rémunérations des salariés du bâtiment (Italie, XIIIe-XVe siècles) : les crit (...)
  • 71 Cédric Quertier, « I vagabondi : verso la criminalizzazione della mobilità », dans Il Medioevo degl (...)

24Par ailleurs, certains enjeux économiques ne sont pas tranchés : ainsi, quelle est la part de l’endettement dans le déclenchement des migrations, sachant que la place du crédit dans les stratégies individuelles et, partant, dans la société médiévale, a été réévaluée ? Les marges de manœuvre des travailleurs pauvres dépendent-elles uniquement de la conjoncture ? Si les périodes de manque de main-d’œuvre ont permis aux travailleurs de changer souvent de patron, est-ce le cas en période d’abondance de bras ? Et s’il a été prouvé que l’origine ne jouait pas pour déterminer le niveau des salaires70, l’existence d’une armée de réserve de travailleurs plus obéissants parce que venus de loin et prêts à accepter des salaires plus bas constitue-t-elle un argument pour faire baisser les salaires ? La construction mentale et juridique de la figure du vagabond ne revient-elle pas au fond à criminaliser la mobilité illégitime71 ?

  • 72 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi.., op. cit., et Id., « “Ciompi… gens de la plus basse extr (...)

25Les relations entre position économique et statut juridique ou politique mériteraient aussi un approfondissement, notamment en étudiant les vocables désignant les travailleurs, les migrants et les pauvres72, ou en déterminant si un statut juridique dévalorisé ou d’étranger peut s’avérer paradoxalement plus propice à faire sortir de la pauvreté des populations soumises. De la même manière, l’insertion politique des travailleurs immigrés doit être développée, afin de dépasser l’aporie de l’opposition entre citoyens et étrangers.

  • 73 Synthèse du programme sur la mobilité sociale dans l’Italie du XIIe au XVe siècle : Sandro Carocci (...)

26Enfin, la relation – passionnante, mais ardue – entre mobilité géographique et mobilité sociale devrait être prolongée à la lumière des développements historiographiques les plus récents, même s’ils sont encore sans doute trop focalisés sur les élites73, parce qu’elle unifie l’ensemble de ces approches : sociale, économique, politique et symbolique.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est une version réduite de la communication présentée au colloque Pauvreté et travail au Moyen Âge. Historiographie et problèmes, Laurent Feller et Ana Rodriguez (dir.), 22-23 avril 2014, Madrid, Casa de Velasquez, qui a lancé le programme Pauvreté et travail au Moyen Âge : les mécanismes de l’inégalité, <http://lamop.univ-paris1.fr/la-recherche-au-lamop/produire-ecrire-echanger/pauvrete-et-travail/>.

2 Giuliano Pinto, « Richezza e povertà nella Toscana medievale : città e campagna, secoli XIII-XV », dans Ricos y pobres. Opulencia y desarraigo en el Occidente Medieval, Pampelune, 2010, p. 63-86, ici p. 64-66.

3 Charles-Marie de La Roncière, « Pauvres et pauvreté à Florence au XIVe siècle », dans Michel Mollat du Jourdin (dir.), Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge–XVIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 1974, p. 661-745, ici p. 691-692.

4 Giuliano Pinto, « Richezza e povertà… », op. cit., p. 65-68.

5 Ibid., p. 81-85.

6 Johan Plesner, L’émigration de la campagne à la ville de Florence au XIIIe siècle, Copenhague, 1934. Thèse confirmée ensuite : Enrico Fiumi, Fioritura e decadenza dell’economia fiorentina, Florence, Olschki, 1977, p. 115 et p. 119 ; David Herlihy, Pisa in the Early Renaissance : A study of Urban Growth, New Haven, Yale University Press, 1958, p. 51 ; David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto florentin de 1427, Paris, Éditions de l’EHESS, 1978, p. 307-308.

7 Giuliano Pinto, « La ‘borghesia di castello’ nell’Italia centro-settentrionale (secoli XII-XV). Alcune considerazioni », dans Giorgio Chittolini, Giovanna Petti Balbi, Giovanni Vitolo (dir.), Città e territoria nell’Italia del Medioevo. Studi in onore di Gabriella Rossetti, Naples, Liguori, 2007, p. 155-170.

8 Chris Wickham, Communautés et clientèles en Toscane au XIIe siècle : les origines de la commune rurale dans la plaine de Lucques, Rennes, 2001, 303 p.

9 William R. Day, « Population Growth and Productivity : Rural-Urban Migrations and the Expansion of the Manufacturing Sector in Thirteenth Century Florence », dans Bruno Blondé, Eric Vanhaute, Michèle Galand (dir.), Labour and Labour Markets Between Town and Countryside (Middle Ages–19th Century), Turnhout, Brepols, 2001, p. 82-110.

10 William R. Day, « Population Growth and Productivity… », op. cit., p. 93-98 ; Maureen Fennell Mazzaoui, « Artisans Migration and Technology in the Italian Textile Industry in the Late Middle Ages (1100-1500) », dans Rinaldo Comba, Gabriella Piccini et Giuliano Pinto (dir.), Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell'Italia medievale, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1984, p. 519-534, ici p. 523-524.

11 David Herlihy, « Santa Maria Imprumeta : a rural commune in the late middle ages », dans Nicolas Rubinstein (dir.), Florentine studies. Politics and Society in Renaissance Florence, Londres, Faber and Faber, 1968, p. 242-276, ici p. 266-269.

12 David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, op. cit., p. 316-325, p. 324.

13 Ibid., p. 321, tableau 20.

14 Donata Degrassi, « Il mondo dei mestieri artigianali », dans Sandro Carocci (dir.), La mobilità sociale del Medioevo, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2010, p. 273-287.

15 David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, op. cit., p. 320 ; Alessandro Stella, La révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, Publications de l’EHESS, 1993, p. 130.

16 Charles-Marie de La Roncière, « ‘Lo puzzo del villan’ : quand les campagnards s’installent en ville, de la Val d’Elsa à Florence au XIVe siècle (1280-1380), l’exemple de Petrognano », dans Famille, violence et christianisation au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Michel Rouche, Paris, Presses de l’Université Panthéon-Sorbonne, 2005, p. 103-118 ; Id., Prix et salaires à Florence au XIVe siècle (1280-1380), Rome, Publications de l’École française de Rome, 1982, 867 p.

17 Charles-Marie de La Roncière, « Pauvres et pauvreté… », op. cit.

18 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi…, op. cit., p. 130.

19 Samuel K. Cohn, « Insurrezioni contadine e demografia : il mito della povertà nelle montagne toscane (1348-1460) », dans Studi storici. Rivista trimestrale, n° 36, 1995, p. 1023-1050.

20 Ibid., p. 1033.

21 Ibid., p. 1028 ; Charles-Marie de La Roncière, « Indirect taxes or ‘Gabelle’ at Florence in the fourteenth century : the evolution of tariffs and problems of collection », dans Nicolas Rubinstein (dir.), Florentines Studies..., op. cit., p. 140-192.

22 Samuel K. Cohn, « Insurrezioni contadine e demografia… », op. cit., p. 1039.

23 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi…, op. cit., p. 132 ; Charles-Marie de La Roncière, « ‘Lo puzzo del villan’… », op. cit., p. 107 ; Étienne Hubert, « La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 59-1, 2004, p. 109-142 ; Duccio Balestracci, « Immigrazione e morfologia urbana nella Toscana bassomedievale », dans D’une ville à l’autre. Structures matérielles et organisation de l’espace dans les villes européennes (XIIIe-XIVe siècle), Rome, Publications de l’École française de Rome, 1989, p. 87-105.

24 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes in Renaissance Florence, New York, Academic Press Inc., 1980, p. 111.

25 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi…, op. cit., p. 137-141.

26 Charles-Marie de La Roncière, « Poveri e povertà a Firenze nel XIV secolo », dans Id., Tra Preghiera e rivolta. Le folle toscane nel XIV secolo, Rome, Jouvence, 1993, p. 257 ; Charles-Marie de La Roncière, « ‘Lo puzzo del villan’… », op. cit., p. 110-116.

27 Giuliano Pinto, « Firenze e la carestia del 1346-1347 », dans Id., La Toscana nel tardo Medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Florence, Sansoni, 1982, p. 333-378, ici p. 358 sqq. ; Charles-Marie de La Roncière, « Les famines à Florence de 1280 à 1350 », dans Monique Bourin et John Drendel (dir.), Les disettes dans la conjoncture de 1300, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2011, p. 225-246.

28 Lucia Sandri, « Stranieri e forestieri nella Firenze del Quattrocento attraverso i libri di ricordi e di entrata e uscita degli ospedali cittadini », dans Forestieri e stranieri nelle città basso-medievali, Florence, Salimbeni, 1988, p. 152-158.

29 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 110-113.

30 Lucia Sandri, « Stranieri e forestieri nella Firenze del Quattrocento… », op. cit., p. 156-159.

31 Monica Boni, La domesticité en Toscane aux XIVe et XVe siècles, thèse de doctorat sous la direction de Robert Delort et Jacques Verger, Genève-Paris IV, 2006, p. 393 ; David Herlihy et Christiane Klapisch-Zuber, op. cit., p. 319 sqq. ; Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici della casa borghese toscana nel basso medioevo, Florence, Salimbeni, 1982, p. 20 ; Giovanni Cherubini, « Qualche considerazioni sulle campagne dell’Italia centro-settentrionale tra l’XI e il XV secolo », dans Id., Signori, contadini, borghesi. Ricerche sulla società italiana del Basso Medioevo, Florence, La Nuova Italia, 1974, p. 51-119, ici p. 73-79 ; Niccolò Rodolico, Il popolo minuto. Note di storia fiorentina (1343-1378), Florence, Olschki, 1968, p. 55-65.

32 Michel Mollat du Jourdin, Les pauvres au Moyen Âge. Étude sociale, Paris, Hachette, 1978, p. 198.

33 Charles-Marie de La Roncière, « Pauvres et pauvreté… », op. cit., p. 671.

34 Giuliano Pinto, « L’immigrazione dei lavoratori della lana nelle città italiane. Alcune considerazioni », dans Id., Il lavoro, la povertà, l’assistenza, Rome, Viella, 2008, p. 61-70.

35 À son apogée, au début du 14e siècle, l’industrie textile florentine emploie un tiers de la population de Florence : elle nourrit donc la ville. Une série de difficultés, dont la guerre des Huit Saints contre le pape (1375-1378), l’expulsion des Florentins de toutes les villes européennes qui ralentit l’activité (1376), la politique fiscale défavorable, l’absence d’organisation en art qui permettrait une représentation politique, déclenchent le « tumulte des ciompi » en juin 1378. Les arts mineurs s’appuient sur les cardeurs de la laine (ciompi) vivant dans des conditions misérables pour imposer un gouvernement plus populaire. Mais les ciompi en sont exclus dès la fin de l’été et, si la commune populaire dure jusqu’en 1382, elle est suivie d’une sévère réaction aristocratique, qui entraîne l’émigration de Florence d’ouvriers, d’artisans et de maîtres de la laine désillusionnés.

36 Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi : les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Calmann-Levy, 1970, p. 42-45 et p. 164 sqq. ; Giuliano Pinto, « L’immigrazione dei lavoratori della lana… », op. cit., p. 63-64.

37 Maureen Fennell Mazzaoui, « Artisans Migration… », op. cit., p. 529-531 ; Hidetoshi Hoshino, L’arte della Lana in Firenze nel basso medioevo. Il commercio della lana e il mercato dei panni fiorentini nei secoli XIII-XV, Florence, Olschki, 1980, p. 133 et p. 235-237.

38 Maureen Fennell Mazzaoui, « Artisans Migration… », op. cit., p. 523-524 ; Giuliano Pinto, « L’immigrazione dei lavoratori della lana… », op. cit., p. 68.

39 Roberto Cessi, Le corporazioni di mercanti di panni e della lana in Padova, fino a tutto il secolo XIV, Venise, 1908, p. 81-82.

40 Giuliano Pinto, « L’immigrazione dei lavoratori della lana… », op. cit., p. 65.

41 Duccio Balestracci, « ‘Li lavoranti non cognosciuti’. Il salariato in una città medievale (Siena 1340-1344), dans Bullettino senese di storia patria, n° 82-83, 1975-76, p. 67-167 ; Giuliano Pinto, « L’immigrazioni di manodopera nel territorio senese alla metà del Quatroccento », dans Id., La Toscana nel tardo Medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Florence, Sansoni, 1982, p. 421-449 ; Stephen R. Epstein, « Labour mobility, journeyman organisations and markets in skilled labour Europe, 14th-18th centuries », dans Mathieu Arnoux et Pierre Monnet (dir.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2004, p. 251-269.

42 Charles-Marie de La Roncière, Prix et salaires…, op. cit., p. 674-675 et p. 691 ; Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 18-25 et p. 71-73.

43 Giuliano Pinto, « I lavoratori salariati nell’Italia bassomedievale : mercato di lavoro e livelli di vita », dans Id., Il lavoro, la povertà, l’assistenza, Rome, Viella, 2008, p. 24-25 et p. 27 ; voir également les contributions de Giuliano Pinto et Franco Franceschi dans Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller (dir.), Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, Picard, 2014, 527 p.

44 Sergio Tognetti, « Prezzi e salari nella Firenze tardomedievale : un profilo », dans Archivio storico italiano, n° 153, 1995, p. 263-333 ; Charles-Marie de La Roncière, Prix et salaires…, op. cit., p. 457-459.

45 Ibid., p. 707-709.

46 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 91.

47 Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici..., op. cit., p. 50-52.

48 Monica Boni, La domesticité en Toscane…, op. cit., p. 402-403.

49 Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici…, op. cit., p. 45-46.

50 Samuel K. Cohn, The Laboring Classes…, op. cit., p. 96-99 et p. 107.

51 Sergio Tognetti, « Note sul commercio di schiavi neri nella Firenze del Quattrocento », dans Nuova rivista storica, n° 86, 2002, p. 361-374, ici p. 361-364.

52 Charles Verlinden, « Le retour de l’esclavage aux XIVe et XVe siècles », dans Forme e evoluzione del lavoro in Europa (secc. XIII-XVIII), Florence, Le Monnier, 1991, p. 65-92.

53 Monica Boni, La domesticité en Toscane…, op. cit., p. 399 et p. 509.

54 Ibid., p. 299-307 et n. 15, p. 315.

55 Piero Guarducci et Valeria Ottanelli, I servitori domestici…, op. cit., p. 80.

56 Enrico Fiumi, « Fioritura e decadenza dell’economia fiorentina », dans Archivio storico italiano, n° 115, 1957, p. 385-439 et n° 116/4, 1958, p. 443-510.

57 William W. Day, « Population Growth and Productivity… », op. cit., p. 89.

58 Franco Franceschi, « Il mondo dei salariati urbani », dans Sandro Carocci (dir.), La mobilità sociale del Medioevo, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2010, p. 289-306, ici p. 296-297.

59 Voir le dossier « Cittadinanza e disuguaglianze economiche » des Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, n° 125/2, 2013 ; Beatrice Del Bo (dir.), Cittadinanza e mestieri : Radicamento urbano e integrazione nelle città bassomedievali (secc. XIII-XVI), Rome, Viella, 2014, 416 p.

60 Dernièrement : Sarah Menzinger (dir.), Cittadinanze medievali : dinamiche di appartenenza a un corpo comunitario, Rome, Viella, 2017, 272 p.

61 Patrick Gilli, « Comment cesser d’être étranger : citoyens et non-citoyens dans la pensée juridique italienne de la fin du Moyen Âge », dans L’étranger au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 59-77 ; Reinhold C. Mueller, « Veneti facti privilegio : les étrangers naturalisés à Venise entre XIVe et XVIsiècles », dans Jacques Bottin et Donatella Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville : minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 171-181.

62 Cédric Quertier, « Pour qui est-on étranger ? Normes et réalités de la distinction forestieri/cittadini dans les communes italiennes », dans Cécile Becchia, Marion Chaigne-Legouy et Laëtitia Tabard (dir.), Ambedeus. Une forme de relation à l’autre au Moyen Âge, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2016, p. 207-220 ; Gabriella Piccinni, « Differenze socio-economiche, identità civiche e ‘gradi di cittadinanza’ a Siena nel Tre e Quattrocento », dans Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, n° 125/2, 2013, <https://journals.openedition.org/mefrm/1304> ; William M. Bowsky, « Medieval Citizenship. The Individual and the State in the Commune of Siena (1287-1355) », dans Studies in Medieval and Renaissance History, IV, 1967, p. 193-243.

63 Paolo Grillo, « Mobilità geografica e mobilità sociale in Italia e nella Francia meridionale (1300-1348) », dans Sandro Carocci (dir.), La mobilità sociale nel medioevo, Rome, École française de Rome, 2010, p. 555-576, ici p. 565.

64 Giuliano Pinto, Il lavoro, la povertà, l’assistenza, op. cit., p. 10-12 ; Alessandro Stella, « “Ciompi… gens de la plus basse extraction, crasseux et dépenaillés” : désigner, inférioriser, exclure », dans Pierre Boglioni, Robert Delort et Claude Gauvard (dir.), Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 145-152.

65 Giacomo Todeschini, Au pays des sans-nom. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne, Lagrasse, Verdier, 2015 (1ère édition, Bologne, 2007), p. 145-176 et p. 207-238 ; Simona Cerutti, Étrangers. Étude sur une condition d’incertitude, Montrouge, Bayard, 2013, p. 161-229.

66 Giuliano Pinto, « L’immigrazioni di manodopera nel territorio senese… », op. cit., p. 428-429.

67 Maria Serena Mazzi, « Il mondo della prostituzione nella Firenze tardo medievale », dans Forestieri e stranieri nelle città basso-medievali, Florence, Salimbeni, 1988, p. 127-148.

68 Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, 138 p. ; Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles. Espace, famille et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999, 255 p. ; Id., « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 45-6, 1990, p. 1403-1431.

69 Giacomo Casarino, « Tra ‘estraneità’ e cittadinanza : mercato del lavoro e migrazioni a Genova (secc. XV-XVI), dans Revista d’Història Medieval, n° 10, 1999, p. 85-121.

70 Giuliano Pinto, « Les rémunérations des salariés du bâtiment (Italie, XIIIe-XVe siècles) : les critères d’évaluation », dans Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller (dir.), Rémunérer le travail au Moyen Âge..., op. cit., p. 314-324 et Franco Franceschi, « Les critères de définition des salaires dans la manufacture lainière florentine (XIVe-XVe siècles) », Ibid., p. 396-407.

71 Cédric Quertier, « I vagabondi : verso la criminalizzazione della mobilità », dans Il Medioevo degli esclusi e degli emarginati. Tra rifiuto e solidarietà, Actes du colloque d’Ascoli Piceno (4-5 décembre 2015), Rome, Viella, à paraître en septembre 2019.

72 Alessandro Stella, La révolte des Ciompi.., op. cit., et Id., « “Ciompi… gens de la plus basse extraction… », op. cit.

73 Synthèse du programme sur la mobilité sociale dans l’Italie du XIIe au XVe siècle : Sandro Carocci et Isabella Lazzarini (dir.), Social Mobility in Medieval Italy (1100-1500), Rome, Viella, 2018. La relation est rarement abordée, sauf sous l’angle des élites politiques et économiques : Enrico Valseriati, « Il superamento del pregiudizio meccanico. Mobilità geografica e sociale a Brescia tra prima e seconda dominazione veneziana », dans Andrea Gamberini (dir.), La mobilità sociale nel Medioevo italiano. 2. Stato e istituzioni (secoli XIV-XV), Rome, Viella, 2017, p. 189-214 et Luca Zenobi, « Itinerari di mobilità geografica e sociale nelle e dalle valli bergamasche a seguito dell’espansione veneziana », dans Ibid., p. 378-393 ; Paolo Grillo, « Mobilità geografica e mobilità sociale… », op. cit. Un prolongement : Un secolo in movimento. Mobilità geografica e mobilità sociale dei Toscani nel Trecento, journée d’étude, Centro Studi sulla Civiltà del Tardo Medio Evo, San Miniato, 7 juin 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Quertier, « Écrire l’histoire des migrations de travailleurs pauvres (Toscane, 13e-15e siècles) : historiographies et problèmes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 23-36.

Référence électronique

Cédric Quertier, « Écrire l’histoire des migrations de travailleurs pauvres (Toscane, 13e-15e siècles) : historiographies et problèmes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11645

Haut de page

Auteur

Cédric Quertier

CNRS, LAMOP–UMR 8589

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page