Navigation – Plan du site
DOSSIER

Migrations saisonnières et procédures d’identification dans l’Apennin septentrional à l’époque napoléonienne

Francesco Saggiorato
p. 59-73

Résumés

Cet article analyse les migrations saisonnières des populations montagnardes de l’Apennin septentrional à l’époque napoléonienne. À travers une approche multiscalaire attentive aux différents enjeux de l’expérience migratoire, on s’interroge sur la mobilité transfrontalière, en reliant les conditions des migrants saisonniers à l’étranger aux nouvelles contraintes bureaucratiques auxquelles ces individus sont soumis avant leur départ. Ainsi, le phénomène migratoire sera envisagé sous l’angle des rapports entre l’État, ses administrations et les populations mobiles de l’Apennin septentrional. À cet effet, on insistera sur la stratégie impériale pour le contrôle des flux migratoires saisonniers, visant à réglementer les trajectoires des migrants vers les Maremmes et, inversement, en direction du royaume d’Italie, à travers divers dispositifs de surveillance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le contexte politique dans la péninsule italienne au début du 19e siècle, on fait référence aux (...)

1L’étude des migrations saisonnières de l’Apennin septentrional se présente comme un point de départ privilégié pour s’interroger sur les mouvements transfrontaliers des populations montagnardes de la République italienne (1802-1805) – puis royaume d’Italie (1805-1814) – vers le royaume d’Étrurie (puis départements toscans annexés à l’empire napoléonien à partir de 1808)1.

  • 2 Arch. nat., F7 8866, Lettre du préfet de l’Ombrone au ministère de la Police générale, 16 mars 1809
  • 3 Alessandro Barbero, « Le migrazioni medievali », dans Paola Corti, Matteo Sanfilippo (dir.), Storia (...)
  • 4 Voir Dionigi Albera, Paola Corti, « Migrations montagnardes dans l’espace méditerranéen : esquisse (...)
  • 5 Ivo Biagianti, « Risorse naturali e artigianato nell’Appennino centrale, secoli xvii-xix », Propost (...)
  • 6 Ovidio Dell’Omodarme, « La transumanza in Toscana nei secoli xviixviii », dans Mélanges de l’Éco (...)
  • 7 Sur les voituriers et les colporteurs, on renvoie aux travaux d’Augusto Ciuffetti, « Venditori ambu (...)

2L’administration française en Toscane doit très vite faire face aux flux migratoires temporaires dans la région des Maremmes. La nature « accidentelle » de la présence des individus et des groupes sociaux qui peuplent saisonnièrement les plaines côtières toscanes nous donne à réfléchir sur la fréquence avec laquelle ces territoires sont traversés par des populations mobiles, locales comme étrangères2. On sait que la Toscane est un pays de longue tradition migratoire remontant à la fin du Moyen Âge3 : la circulation des montagnards de l’Apennin constitue donc un facteur structurant et structurel du système socio-économique toscan pendant l’époque moderne4. La présence des migrants saisonniers est bien tolérée dans les campagnes toscanes, où ils exercent des métiers manuels qualifiés, des travaux agricoles5 ou pratiquent la transhumance des troupeaux6. Cependant, il ne faut pas sous-estimer l’incidence des migrations temporaires des voituriers et des colporteurs qui traversent l’Apennin pour l’approvisionnement des marchés et des foires dans les villes du piémont7.

  • 8 Archivio di Stato di Milano (ASMi), Ministero degli Esteri (ME), fondo Testi (Testi), Cart. 94, let (...)
  • 9 Archivio di Stato di Bologna (ASBo), Prefettura del Reno (PR), Tit. xxi, Rub. 2, Distretto di Verga (...)

3Il s’agit donc de flux migratoires saisonniers à court et à moyen rayon, dont les distances parcourues peuvent varier de 20 à 250 kilomètres8. Néanmoins, il demeure difficile de mesurer la taille de ces migrations transfrontalières, à cause du manque d’enquêtes ponctuelles réalisées à l’époque. Dès lors, si l’on prend par exemple les documents de voyage délivrés aux saisonniers par la vice-préfecture de Vergato (carte 1), on peut voir que ce phénomène ne dépasse pas 10 %, sur une population d’environ 33 000 habitants9.

4Carte 1 :

5Toutefois, cette approximation quantitative est largement sous-estimée, car les montagnards indigents ne sont pas toujours en mesure de s’acquitter des frais du passeport et, ainsi, se rendent à l’étranger sans être munis d’aucun document.

6Carte 2 :

  • 10 Sur les processus de délimitation et de production des frontières dans le grand-duché de Toscane à (...)
  • 11 Alexander Grab, « Army, State and Society : Conscription and Desertion in Napoleonic Italy (1802-18 (...)
  • 12 Sur l’annexion de la Toscane à l’Empire, voir Edgardo Donati, La Toscana nell’Impero napoleonico. L (...)

7La porosité des espaces frontaliers permet le libre passage des populations provenant des pays limitrophes de la Toscane10 (carte 2). Au début du 19e siècle, l’absence quasi totale de restriction sur la mobilité transfrontalière est considérée comme un danger pour la jeune République italienne (puis royaume d’Italie), notamment du fait des opérations de conscription en cours depuis août 180211. À la suite de l’annexion de la Toscane à l’empire napoléonien, durant les années 1807-180912, la question d’enrayer la fuite des conscrits italiens qui se rendent au travail dans les Maremmes toscanes peut être finalement abordée de façon différente par les autorités italiennes. Le changement de régime en Toscane, notamment l’introduction des normes impériales sur la mobilité, rend les traversées frontalières des montagnards bien plus risquées à cause de la multiplication des documents de voyage et de l’inflation des procédures de contrôle dont ils font désormais l’objet. Toutefois, les mesures adoptées par les deux États voisins ne sont pas uniquement caractérisées par des aspects coercitifs : elles visent également à garantir une forme de tutelle à distance sur les migrants à l’étranger, pour autant qu’ils soient munis de papiers d’identité en règle.

8Cet essai analysera les retombées de l’introduction des nouvelles procédures d’identification sur les habitudes des populations mobiles de l’Apennin septentrional. À travers une approche multiscalaire attentive aux différents enjeux de l’expérience migratoire, on s’interrogera sur la mobilité transfrontalière, en reliant les conditions des migrants saisonniers à l’étranger (et notamment celles des jeunes Italiens en âge d’être touchés par la conscription) aux nouvelles contraintes bureaucratiques auxquelles ces individus sont soumis avant leur départ. Cet article entend donc envisager le phénomène migratoire sous l’angle des rapports entre l’État, ses administrations et les populations mobiles de l’Apennin septentrional. À cet effet, on insistera sur la stratégie impériale pour le contrôle des flux migratoires saisonniers, visant à réglementer les trajectoires des migrants vers les Maremmes et, inversement, en direction du royaume d’Italie, à travers divers dispositifs de surveillance. On verra enfin qu’une telle stratégie se caractérise également par l’attention globalement bienveillante que portent les administrateurs napoléoniens (régnicoles comme impériaux) à leurs ressortissants à l’étranger.

Les traversées frontalières et la question des conscrits réfractaires italiens dans le royaume d’Étrurie

  • 13  Alan Forrest, Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Perrin, 1988, p. 93-11 (...)
  • 14 Abel Châtelain, « Résistance à la conscription et migrations temporaires sous le Premier Empire », (...)
  • 15 Vincent Denis, « Surveiller et décrire : l’enquête des préfets sur les migrations périodiques, 1807 (...)
  • 16 Peter Sahlins, Boundaries. The making of the French and Spain Pyrenees, Berkley-Los Angeles-Oxford, (...)
  • 17 Il existe cependant quelques exceptions : Francesco Mineccia, « I flussi stagionali trans-frontalie (...)

9Le lien entre migrations saisonnières et résistance à la conscription est bien connu des historiens du Premier Empire13. Pourtant, la plupart des études consacrées à ce sujet portent l’attention sur les stratégies auxquelles ont recours les conscrits pour se soustraire aux obligations militaires14 plutôt qu’à la nécessité pour les réfractaires en fuite, devenus migrants, de se procurer leurs moyens de subsistance à l’étranger15. En outre, ces travaux s’intéressent en priorité aux migrations temporaires à l’intérieur de l’Hexagone ou à la frontière franco-espagnole16, alors que le contexte de l’Apennin septentrional demeure souvent négligé17. Or, l’examen des flux migratoires vers les Maremmes nous permet de nous interroger sur les relations que les jeunes conscrits ont entretenues avec la société d’accueil toscane et, en même temps, sur les tentatives – souvent infructueuses – mises en place par les autorités italiennes pour combattre l’émigration de la partie la plus jeune de la population.

  • 18 Sur la conscription dans la République italienne, puis royaume d’Italie, on renvoie au travail de F (...)
  • 19 ASMi, ME, Testi, Cart. 74, lettre n° 1640 du préfet du Reno à l’agent diplomatique italien à Floren (...)
  • 20 On fait référence à l’article n° 65 de la loi de conscription militaire, dans Bollettino delle legg (...)
  • 21 On observe une situation similaire dans le département de la Haute-Garonne, dans Vincent Denis, Une (...)

10À partir du lendemain de l’introduction du service militaire obligatoire dans la République italienne, le 13 août 1802, la question des réfractaires en fuite se pose aux autorités italiennes18. Dans les districts de l’Apennin, les premières levées se soldent par de véritables débâcles19. Or, en vertu de la loi établissant la conscription dans la République italienne, les conscrits habitant dans les pays à forte émigration saisonnière peuvent être autorisés par les préfets à se rendre à l’étranger, sans présenter aucune caution sous forme de garantie, afin de se procurer leurs moyens de subsistance20. Toutefois, ces dispositions sont à l’origine de nombreuses plaintes des autorités départementales dénonçant la mauvaise conduite des jeunes appelés21.

  • 22 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1805, circulaire n° 1972 du ministre de l’Intérieur au préfet du Reno, (...)
  • 23 ASBo, PR. Tit. xx, Rub. 10, 1807, circulaire n° 6083/6322 du ministre des Cultes au préfet du Reno, (...)
  • 24 ASMi, ME, Testi, Cart. 74, lettre n° 12115 du préfet du Panaro à l’agent diplomatique Tassoni, 17 o (...)
  • 25 ASMi, ME, fondo Marescalchi (Marescalchi), Cart. 227, lettre n° 558 de Tassoni au ministre des Affa (...)

11En 1805, le ministre de l’Intérieur, Daniele Felici, observe que « les jeunes proches de l’âge de la conscription demandent des passeports pour se rendre à l’étranger, sous le prétexte d’y exercer un métier, bien que leur véritable projet soit de se soustraire aux obligations de la loi du 13 août 1802 ». À cet égard, le ministre propose d’introduire une caution – dont un garant est responsable – même pour les conscrits des pays frontaliers22. Le ministre des Cultes, quant à lui, prescrit aux curés de « ne délivrer aucun extrait de baptême ou certification de bonnes mœurs aux conscrits, sans demander auparavant la permission des autorités politiques ». En effet, ces documents sont couramment utilisés par les migrants au lieu des passeports23. Finalement, la police italienne adresse aux agents diplomatiques résidant dans le royaume d’Étrurie les renseignements sur l’identité et les lieux de refuge des réfractaires, en faisant circuler en Toscane leur signalement24. Le chargé d’affaires du gouvernement italien à Florence, Giulio Cesare Tassoni, joue à cet effet un rôle essentiel en coordonnant les opérations de capture et de rapatriement des conscrits en fuite. De plus, il entame des négociations avec le secrétaire des Affaires étrangères du royaume d’Étrurie afin de s’accorder sur une prime fixe, à payer aux agents de police toscans, pour chaque réfractaire arrêté et rendu aux autorités du royaume d’Italie25.

  • 26 ASMi ME, Marescalchi, Cart. 227, lettre n° 570 de Tassoni à Marescalchi, 6 juin 1807.
  • 27 Sur les rapports entre les montagnards étrangers et les sociétés d’accueil, voir Dionigi Albera, «  (...)
  • 28 Arch. nat., F7 8866, dossier n° 1961, rapport du conseiller d’État chargé du 3e arrondissement de l (...)

12Pourtant, ces efforts n’atteignent pas les résultats espérés, car les migrants italiens bénéficient de la protection de la société toscane, voire des autorités locales, des prêtres et des agents de police26. Les relations nouées avec les populations autochtones mettent les jeunes Italiens à l’abri de toute poursuite. Il est vrai qu’étant une main-d’œuvre bon marché, ces migrants représentent une aubaine pour les propriétaires fonciers toscans27. Selon le conseiller d’État chargé du 3e arrondissement de la police générale de l’Empire, Jules Jean Baptiste Anglès, les plaines côtières deviennent « l’asile » des conscrits réfractaires italiens, notamment grâce à « l’accueil qu’ils reçoivent de la part des habitants des Maremmes où, d’après la rareté des bras, tous les hommes sont précieux28 ».

  • 29 ASMi, ME, Testi, Cart. 84, interrogatoire mené par le chef de la police municipale de Livourne Fabb (...)
  • 30 En Toscane, les migrants « étrangers » régnicoles sont un groupe social connu sous l’appellation de (...)

13Comprendre les dynamiques d’interdépendance entre les migrants saisonniers et la société qui les accueille implique une analyse au ras du sol, dont les résultats nous permettent de nuancer l’interprétation liée uniquement aux tentatives de résistance à la conscription et à la mauvaise foi des conscrits italiens. Ainsi, si l’on prend par exemple les interrogatoires menés par la police municipale livournaise sur quatre jeunes migrants italiens arrêtés en avril 1808 pour défaut de passeport en règle, on peut se pencher sur l’expérience migratoire de ces montagnards régnicoles. Tous les quatre sont originaires de l’Apennin modénais et, pendant l’hiver, prêtent service en tant que bûcherons dans la propriété d’un certain M. Dupuy. Durant leur période de travail à l’étranger, ils confient leurs extraits de baptême au propriétaire. Le plus jeune d’entre eux, qui a 26 ans, déclare aussi qu’il travaille comme saisonnier chez M. Dupuy depuis quatre ans29. Ce cas de figure nous amène à réfléchir sur le caractère temporaire de l’émigration des conscrits italiens : ces migrations transrégionales se fondent sur des réseaux de travail consolidés dans le lieu d’arrivée et sur l’expérience migratoire du retour au village d’origine à la fin de la saison30.

  • 31 Sur les normes concernant les passeports en Toscane, on renvoie au Bulletin des lois n° 97. Arrêtés (...)
  • 32 Sur le brigandage dans le royaume d’Italie, voir Massimo Leonardi, « L’insorgenza del 1809 nel Regn (...)

14À la suite de l’annexion de la Toscane à l’Empire et de l’introduction des nouvelles normes sur les passeports, les traversées frontalières deviennent beaucoup plus dangereuses pour les migrants italiens31. Les individus qui ne sont pas munis des documents de voyage sont arrêtés, soupçonnés d’être réfractaires ou brigands32. Toutefois, les bouleversements géopolitiques, comme les mesures de lutte contre le brigandage des années 1808-1810, permettent finalement aux autorités régnicoles de mettre en place un système complexe de certificats, dans le but d’interdire le départ pour les Maremmes à tous les individus qui ne sont pas en règle avec la justice ou qui sont en âge de conscription.

« Discipliner » le migrant depuis le lieu de départ : le marché des certificats et des suppliques pour la remise des passeports

  • 33 Marco Meriggi, « Cittadinanza di carta », dans Storica, 16, n° 1, 2000, p. 115.

15L’autorisation de se déplacer hors du territoire du royaume d’Italie peut être accordée ou refusée sur la base des certificats que chaque individu présente à l’autorité afin d’obtenir un passeport pour l’étranger33. La reconstruction du « système des suppliques » adressées à la police départementale, que nous proposons ici, se fonde sur le dépouillement de treize boîtes de documentation du bureau des passeports, conservées dans le fonds de la préfecture du Reno aux archives de Bologne. Notre propos est de faire ressortir les nouvelles démarches administratives auxquelles les migrants sont confrontés avant leur départ pour la Toscane.

  • 34 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 11, 1810 b. 1, notification du préfet du Panaro à ses administrés, 14 avril (...)
  • 35 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 11, 1810 b. 1, circulaire n° 7652 du préfet du Reno aux vice-préfets, 16 ma (...)
  • 36 Vincent Denis, « Le contrôle de la mobilité à travers les passeports sous l’Empire », dans Marie-Cl (...)

16À compter du mois d’avril 1810, les autorités préfectorales des pays régnicoles limitrophes de la frontière toscane imposent à leurs administrés de se munir de toute une série d’attestations, délivrées par les autorités municipales ou les notaires locaux, témoignant de leurs bonnes mœurs, de leur bonne conduite politique et de leur respect des obligations en matière de conscription34. La possession de ces certificats devient la condition incontournable pour le migrant ou le voyageur qui sollicite un passeport pour se rendre à l’étranger. Il en résulte que les bureaux des préfectures sont complétement inondés par des papiers justificatifs, plus ou moins dignes de foi35. Dès lors, comme l’a souligné Vincent Denis, les procédures d’enregistrement de l’identité des individus contribuent à modifier, de manière profonde, les relations entre l’État, ses administrations et la population36.

  • 37 Simona Cerutti, Massimo Vallerani, « Suppliques. Lois et cas dans la normativité de l’époque modern (...)
  • 38 Dans leurs suppliques, les pétitionnaires mentionnent généralement leur nom et celui de leurs paren (...)

17Les suppliques s’appuient sur des rhétoriques qui « sont révélatrices des compétences déployées ponctuellement par les acteurs afin de rendre légitimes et viables leurs demandes37 ». Ces textes formalisés sont la preuve que les sujets producteurs ont une connaissance approfondie des normes juridiques : en témoigne le fait qu’ils modifient au besoin les argumentaires techniques en fonction des exigences des autorités départementales38. Il est à noter cependant que les candidats à la migration n’écrivent que rarement les suppliques eux-mêmes, car la plupart d’entre eux sont illettrés ; dès lors, le recours à des « professionnels » ou à l’autorité locale constitue un passage souvent obligé.

  • 39 La carta di passo est délivrée par les autorités locales, en remplacement du passeport, aux migrant (...)
  • 40 ASMi, ME, Testi, Cart. 95, lettre du consul italien à Livourne, Giuseppe Tambroni, au sénateur Carl (...)
  • 41 C’est le cas notamment des voituriers des cantons montagnards de Fontana, de Loiano et de Vergato : (...)
  • 42 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, lettre n° 558 du podestà de Castel Bolognese au préfet du Re (...)

18À travers l’analyse des suppliques et des certificats, dont la rédaction est déléguée à des tiers par les candidats à la migration, il est également possible de reconstruire les préparatifs des montagnards régnicoles au départ pour la Toscane. Même si le gouvernement italien introduit en 1810 un système de documents uniformes (les carte di passo39) à l’usage exclusif des populations frontalières de l’Apennin, il n’est guère surprenant que beaucoup de migrants demandent à recevoir un passeport. En effet, la police impériale et les autorités municipales toscanes se montrent réticentes à reconnaître la légalité des nouveaux papiers d’identité40. C’est pour cette raison que nombre d’individus, notamment les voituriers et les colporteurs, échangent auprès de la préfecture leur carta di passo ou, le cas échéant, leur carte de sûreté contre un passeport41. Bien que minoritaire, ce comportement nous permet de réfléchir sur la perception que les migrants ont du danger qui existe à circuler sans des documents reconnus comme valables par les autorités impériales. La nécessité de se protéger et de préserver ses propres biens, généralement destinés à être vendus sur les marchés et les foires des villes toscanes, impose aux voituriers d’adopter des stratégies différentes des autres migrants qui se rendent dans les Maremmes pour travailler dans les campagnes et dans les bois, en tant que journaliers, bûcherons, charbonniers, maçons, etc.42 En outre, la fréquence plus élevée avec laquelle les charretiers et les marchands itinérants traversent la frontière – parfois plusieurs fois par mois – les pousse à demander une garantie de sécurité majeure avant de partir.

  • 43 Sur la falsification et la contrefaçon des papiers d’identité, on renvoie à Vincent Denis, Une hist (...)
  • 44 ASMi, ME, Testi, Cart. 96, lettre n° 3030 du directeur de la police générale à Testi, 17 avril 1810
  • 45 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 11, 1810 b. 1, lettre réservée n° 25 du commissaire de police de Bologne, C (...)
  • 46 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, lettre n° 575/3401 du préfet du Panaro au préfet du Reno, 7  (...)
  • 47 Vincent Denis, Une histoire de l’identité…, ouvr. cit., p. 421.
  • 48 Marco Meriggi, « Cittadinanza di carta », art. cit., p. 120. On renvoie aussi à Gérard Noiriel (dir (...)

19Enfin, un autre aspect problématique de l’afflux massif des postulants pour les passeports concerne la multiplication frappante des abus et des escroqueries en matière de délivrance des certificats43. Les violations sont commises tant par les migrants eux-mêmes que par les fonctionnaires municipaux et les notaires locaux, chargés de fournir une garantie sur le caractère des pétitionnaires44. Même si les attestations sont gratuites (à l’exception des droits de timbre), il ne manque pas de cas où les municipalités exigent des individus les plus indigents qu’ils leur versent des sommes d’argent. N’étant pas en mesure de débourser le montant réclamé, ces migrants se mettent en route pour la frontière sans avoir les documents requis pour sortir du pays ni les certificats attestant de leur bonne foi45. Mais il arrive aussi que des montagnards extorquent ou falsifient les certificats, les timbres et les signatures. Ainsi, dénonce le préfet du Panaro, « l’archiprêtre de Rocca S. Maria, du canton de Sassuolo, a rencontré trois inconnus armés de bâtons, lesquels l’ont obligé à lire leur passeport et, une fois sorti de leur poche un encrier, ils l’ont forcé à écrire les mots suivants : visa valable, Antonio Toni sindaco46 ». Ce qui émerge de l’analyse de cet épisode est que, paradoxalement, les fraudeurs ressentent eux-mêmes la nécessité d’être titulaires d’un document leur donnant le droit de se déplacer librement47. Malgré les limites des procédures d’identification de l’époque, l’effort de l’État pour « discipliner » les populations mobiles de l’Apennin au moyen des certificats et des papiers d’identité fait son chemin dans les pratiques migratoires48.

Les nouvelles techniques d’identification et la stratégie impériale de contrôle des flux migratoires saisonniers

  • 49 Vittoria Ardito, « Le brigandage dans le département de l’Ombrone, 1808-1814 », dans Ivan Tognarini (...)
  • 50 Arch. nat., F7 6523A, bulletin n° 9, direction générale de la police de Toscane, 8 octobre 1810.

20On l’a dit, une fois achevé le processus d’annexion de la Toscane à l’Empire français, le phénomène des migrations frontalières vers les Maremmes attire très vite l’attention des administrateurs impériaux49. Les autorités françaises considèrent les flux migratoires à la fois comme un fait structurel dans les campagnes toscanes et comme une « cause permanente » des troubles à l’ordre public50. Pourtant, souligne le préfet de l’Ombrone, la présence des migrants est tout aussi nécessaire, car

  • 51 Arch. nat., F7 8866, dossier n° 460, lettre du préfet de l’Ombrone au ministère de la Police généra (...)

« l’insalubrité de cette région meurtrière, en dépeuplant d’une manière vraiment désolante les communes et les hameaux de l’arrondissement [de Grosseto], force les propriétaires de ces plaines fertiles à recevoir pour exécuter les opérations agricoles (au commencement de l’été en particulier) les vagabonds de tous les ordres et de tous les pays, sans qu’ils puissent s’assurer de leur morale et de leur probité. (…) La difficulté de trouver des cultivateurs (…) oblige [les propriétaires] à accueillir un homme quelconque, pourvu qu’il présente des bras pour travailler. Cette grande nécessité connue depuis longtemps et l’appât du gain invitent les malfaiteurs de tous les pays à se réfugier dans l’arrondissement de Grosseto. »51

  • 52 ASMi, ME, Testi, Cart. 94, lettre n° 67 de Tambroni à Testi, 2 octobre 1809.

21La présence des ressortissants régnicoles dans les départements toscans annexés doit donc être régularisée afin de distinguer les migrants (qui ont le droit d’y travailler) des hors-la-loi (qu’il faut réprimer)52. Les autorités des deux pays voisins se concertent donc pour trouver une solution à la question des migrations saisonnières.

  • 53 ASMi, ME, Testi, Cart. 95, lettre n° 8569 du directeur de la police générale à Testi, 5 octobre 181 (...)
  • 54 ASMi, ME, Testi, Cart. 94, lettre de Tambroni à Testi, 15 août 1809.
  • 55 Sur le rôle que joue le consul Tambroni dans l’adoption d’une méthode d’identification uniforme et (...)

22Dans le royaume d’Italie, les acteurs socio-institutionnels qui jouent un rôle essentiel dans le processus de réglementation de la mobilité transrégionale sont le directeur de la police générale, Francesco Mosca, et le sénateur Carlo Testi, chargé du bureau milanais du ministère des Affaires étrangères53. Toutefois, les opérations sur le sol impérial sont conduites par le consul italien, Giuseppe Tambroni, en poste à Livourne depuis août 180954. Cet agent de l’État prend une part active aux négociations, qui ont lieu à l’échelon local, avec la police et les préfectures du grand-duché. En Toscane, le consul est sans doute l’un des meilleurs atouts du gouvernement régnicole55. Les efforts de Tambroni ont pour but de mettre sur pied un système d’identification partagé et, en même temps, d’accorder une protection institutionnelle aux migrants italiens en chemin vers les Maremmes.

  • 56 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, circulaire n° 1170 du directeur de la police générale aux pr (...)
  • 57 ASMi, Testi, Cart. 94, lettre n° 1235 du préfet du Crostolo au directeur de la police générale, 7 n (...)
  • 58 ASMi, Testi, Cart. 95, lettre de Tambroni à Testi, 26 novembre 1810.

23Les tractations menées entre le ministre italien des Affaires étrangères, Ferdinando Marescalchi, et le ministre français de la Police générale, Joseph Fouché, aboutissent le 10 février 1810 à l’adoption officielle des carte di passo uniformes pour les montagnards italiens56. Il faut donc retirer de la circulation tous les documents de voyage émis par les préfectures avant cette époque57. Nous pouvons alors observer une tendance au nivellement des particularismes locaux, au bénéfice d’une production de documents dont l’intelligibilité ne laisse désormais aucune marge d’interprétation aux agents des forces de l’ordre chargés d’inspecter les papiers des migrants italiens58.

  • 59 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, circulaire n° 4744 du directeur de la police générale au pré (...)

24Les mesures concertées entre les ministres Marescalchi et Fouché définissent formellement les nouvelles obligations à respecter par les migrants, ainsi que les procédures à suivre par les autorités qui doivent veiller sur les trajectoires migratoires des saisonniers. Ce qui se dessine est un véritable réseau transrégional de surveillance, au centre duquel figurent les agents consulaires du royaume d’Italie : ceux-ci sont en effet chargés de transmettre les renseignements sur les migrants, en coordonnant les services de police des deux pays limitrophes59.

  • 60 Il s’agit du décret n° 136, qui règle l’exercice de la police administrative sur les mouvements des (...)
  • 61 Voir la circulaire du sous-préfet de Gênes aux maires, 24 septembre 1811, dans Gazzetta di Genova, (...)

25Le processus de réglementation des flux migratoires vers la Toscane s’inscrit alors dans le cadre d’un projet de grande envergure visant à contrôler la mobilité interne et externe dans le royaume d’Italie. Du point de vue normatif, le décret du 11 juin 1811 représente une étape constitutive de ce projet en établissant entre le royaume d’Italie et l’Empire une convention qui favorise les déplacements des populations de l’Apennin des deux côtés de la frontière60. Sans surprise, on relève une convergence des pratiques entre l’application des normes sur la mobilité sortante des ressortissants du royaume d’Italie (1er octobre 1811) et les modifications apportées aux lois impériales sur les passeports « en faveur des montagnards des départements au-delà des Alpes qui émigrent périodiquement, soit à l’étranger, soit dans les départements de l’Empire, pour se livrer aux travaux de l’agriculture » (4 avril 1811)61.

  • 62 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1812 b. 1, circulaire n° 1360 du directeur de la police générale au pré (...)
  • 63 Dès février 1812, par exemple, la direction de la police générale italienne accorde, avec l’accord (...)

26Les réseaux de collaboration consolidés entre les deux États assurent à chacun la possibilité d’adapter les mesures envers les migrants en esquissant une stratégie impériale commune pour la gestion du phénomène migratoire saisonnier dans l’Apennin. Finalement, le 12 février 1812, des dispositions supplémentaires sont prises pour protéger la « classe pauvre et laborieuse » des montagnards régnicoles sur le sol impérial. En remplacement des carte di passo, la police italienne introduit ainsi les « passeports spéciaux pour travailleurs », qui constituent l’équivalent des « passeports d’agriculture » pour les migrants saisonniers des départements italiens annexés à la France62. Les nouvelles normes sur la mobilité migratoire des populations de l’Apennin sont présentées comme des dispositions que le souverain accorde à tous ses administrés. Derrière le discours officiel, les migrations saisonnières restent un phénomène difficilement maîtrisable, dont la gestion est cependant soumise aux tentatives de rationalisation, à travers des approches différentes63, de la part des administrateurs napoléoniens.

Conclusions

27L’analyse des migrations saisonnières dans l’Apennin septentrional demeure un enjeu fondamental pour comprendre les stratégies déployées par l’État napoléonien afin de s’assurer du contrôle de la mobilité hors de ses frontières. Pourtant, il ne faut pas réduire la question de la réglementation de ces flux migratoires aux seules normes de restriction de la liberté de mouvement des individus ni à la lutte contre les phénomènes de résistance à la conscription et de brigandage.

  • 64 Vincent Denis, « Surveiller et décrire… », art. cit., p. 706-730.

28Dans une perspective diachronique, l’étude de l’expérience migratoire saisonnière vers les Maremmes permet de mettre en évidence les changements qui ont touché les pratiques des migrants face aux nouvelles procédures d’identification. Le tournant de l’annexion de la Toscane à l’Empire est marqué par l’introduction de papiers d’identité uniformes pour les populations mobiles de l’Apennin. Mais, comme l’on a vu, l’approche même des autorités napoléoniennes à l’égard des migrations se modifie au cours de ces années. Dès lors, il est possible d’observer une adaptation progressive des dispositifs d’identification au contexte transrégional de l’Apennin septentrional, dans le but de favoriser les traversées frontalières et la permanence temporaire des travailleurs migrants sur le sol étranger. En dernière analyse, les administrations napoléoniennes ne négligent donc pas la spécificité de l’environnement montagnard et de ses traditions migratoires vers les plaines (toscanes comme régnicoles)64. Il est finalement à souligner que, dans l’application des mesures de surveillance sur la mobilité transfrontalière, l’action des autorités se montre attentive aux besoins des populations montagnardes en leur accordant, autant que possible, une protection tout au long du parcours migratoire.

Haut de page

Notes

1 Sur le contexte politique dans la péninsule italienne au début du 19e siècle, on fait référence aux travaux de Stuart J. Woolf, « Napoléon et l’Italie », dans Jean-Clément Martin (dir.), Napoléon et l’Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 115-124 ; Luigi Mascilli Migliorini (dir.), L’Italia napoleonica. Dizionario critico, Turin, UTET, 2011.

2 Arch. nat., F7 8866, Lettre du préfet de l’Ombrone au ministère de la Police générale, 16 mars 1809.

3 Alessandro Barbero, « Le migrazioni medievali », dans Paola Corti, Matteo Sanfilippo (dir.), Storia d’Italia. Annali 24. Migrazioni, Turin, Einaudi, 2009, p. 15.

4 Voir Dionigi Albera, Paola Corti, « Migrations montagnardes dans l’espace méditerranéen : esquisse pour une analyse comparative », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 112, n° 1, 2000, p. 372-374.

5 Ivo Biagianti, « Risorse naturali e artigianato nell’Appennino centrale, secoli xvii-xix », Proposte e ricerche, 4, 1989, p. 135-167 ; Renzo Sabbatini, « La rottura degli equilibri di antico regime : alcune considerazioni sull’Appennino tosco-emiliano e sul caso lucchese », dans Antonio G. Calafati, Ercole Sori (dir.), Economie nel tempo. Persistenze e cambiamenti negli Appennini in età moderna, Milan, Franco Angeli, 2004, p. 127-152.

6 Ovidio Dell’Omodarme, « La transumanza in Toscana nei secoli xviixviii », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 100, n° 2, 1988, p. 947-969.

7 Sur les voituriers et les colporteurs, on renvoie aux travaux d’Augusto Ciuffetti, « Venditori ambulanti nell’Appennino pontificio tra xviii e xix secolo », dans Giampiero Nigro (dir.), Il commercio al minuto. Domanda e offerta tra economia formale e informale, secc. xiii-xviii, Florence, Firenze University Press, 2015, p. 445-464 ; Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Biagio Salvemini, Il territorio sghembo : forme e dinamiche degli spazi umani in età moderna, sondaggi e letture, Bari, Edipuglia, 2006, p. 229-243.

8 Archivio di Stato di Milano (ASMi), Ministero degli Esteri (ME), fondo Testi (Testi), Cart. 94, lettre n° 68 du consul du Royaume d’Italie à Livourne, 2 octobre 1809. Voir aussi Carlo Alberto Corsini, « Le migrazioni stagionali di lavoratori nei dipartimenti italiani nel periodo napoleonico (1810-1812) », dans Id. (dir.), Saggi di demografia storica, Florence, Dipartimento statistico-matematico Università di Firenze, 1969, p. 89-157.

9 Archivio di Stato di Bologna (ASBo), Prefettura del Reno (PR), Tit. xxi, Rub. 2, Distretto di Vergato. Prospetto della popolazione dei tre cantoni di Vergato, Porretta e Castiglione formanti il suddetto distretto, 24 septembre 1809.

10 Sur les processus de délimitation et de production des frontières dans le grand-duché de Toscane à l’époque moderne, on renvoie au travail d’Antonio Stopani, La production des frontières. État et communautés en Toscane (xvie-xviiie siècles), Rome, École française de Rome, 2008. Sur les franchissements frontaliers des populations montagnardes dans la péninsule italienne, voir aussi Laura Di Fiore, Alla frontiera. Confini e documenti d’identità nel Mezzogiorno continentale preunitario, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2013, p. 22-23 ; Marco Meriggi, « Storia transnazionale e storia regionale. Gli spazi mobili nell’Italia preunitaria », dans Geschichte und Region/Storia e regione, 21, n° 1-2, 2012, p. 66.

11 Alexander Grab, « Army, State and Society : Conscription and Desertion in Napoleonic Italy (1802-1814) », dans The Journal of Modern History, 65, n° 1, 1995, p. 25-54.

12 Sur l’annexion de la Toscane à l’Empire, voir Edgardo Donati, La Toscana nell’Impero napoleonico. L’imposizione del modello e il processo d’integrazione (1807-1809), Florence, Polistampa, 2008.

13  Alan Forrest, Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Perrin, 1988, p. 93-118 ; Lucien Goron, « Les migrations saisonnières dans les départements pyrénéens au début du xixe siècle », dans Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 4, n° 2, 1933, p. 230-272.

14 Abel Châtelain, « Résistance à la conscription et migrations temporaires sous le Premier Empire », dans Annales historiques de la Révolution française, 210, 1972, p. 606-625 ; Roger Béteille, « Les migrations saisonnières en France sous le Premier Empire : essai de synthèse », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 17, n° 3, 1970, p. 425.

15 Vincent Denis, « Surveiller et décrire : l’enquête des préfets sur les migrations périodiques, 1807-1812 », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 47, n° 4, 2000, p. 706-730 ; Bernard Vandeplas, « Le problème de la conscription dans la première moitié du xixe siècle », dans Annales historiques de la Révolution française, 392, n° 3, 2002, p. 17-40.

16 Peter Sahlins, Boundaries. The making of the French and Spain Pyrenees, Berkley-Los Angeles-Oxford, University of California Press, 1991, p. 180.

17 Il existe cependant quelques exceptions : Francesco Mineccia, « I flussi stagionali trans-frontalieri tra lo Stato toscano e quello pontificio (1765-1815) », dans Laura Di Fiore, Marco Meriggi (dir.), Movimenti e confini. Spazi mobili nell’Italia preunitaria, Rome, Viella, 2013, p. 45-61 ; Carlo Alberto Corsini, ouvr. cit., p. 89-157 ; Edgardo Donati, ouvr. cit., p. 359-405.

18 Sur la conscription dans la République italienne, puis royaume d’Italie, on renvoie au travail de Franco Della Peruta, Esercito e società nell’Italia napoleonica : dalla Cisalpina al Regno d’Italia, Milan, Franco Angeli, 1988.

19 ASMi, ME, Testi, Cart. 74, lettre n° 1640 du préfet du Reno à l’agent diplomatique italien à Florence, Tassoni, 11 novembre 1803.

20 On fait référence à l’article n° 65 de la loi de conscription militaire, dans Bollettino delle leggi della Repubblica Italiana dalla Costituzione proclamata nei comizi in Lione al 31 dicembre 1802. Anno I, Milan, 1802, p. 248-249.

21 On observe une situation similaire dans le département de la Haute-Garonne, dans Vincent Denis, Une histoire de l’identité. France 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 264-265.

22 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1805, circulaire n° 1972 du ministre de l’Intérieur au préfet du Reno, 4 mai 1805.

23 ASBo, PR. Tit. xx, Rub. 10, 1807, circulaire n° 6083/6322 du ministre des Cultes au préfet du Reno, 9 juin 1807.

24 ASMi, ME, Testi, Cart. 74, lettre n° 12115 du préfet du Panaro à l’agent diplomatique Tassoni, 17 octobre 1805.

25 ASMi, ME, fondo Marescalchi (Marescalchi), Cart. 227, lettre n° 558 de Tassoni au ministre des Affaires étrangères du royaume d’Italie, Ferdinando Marescalchi, 30 avril 1807.

26 ASMi ME, Marescalchi, Cart. 227, lettre n° 570 de Tassoni à Marescalchi, 6 juin 1807.

27 Sur les rapports entre les montagnards étrangers et les sociétés d’accueil, voir Dionigi Albera, « Montagne », dans Dionigi Albera, Maryline Crivello, Mohamed Tozy (dir.), Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2016, p. 984-985.

28 Arch. nat., F7 8866, dossier n° 1961, rapport du conseiller d’État chargé du 3e arrondissement de la police générale au ministre Fouché, 4 janvier 1809.

29 ASMi, ME, Testi, Cart. 84, interrogatoire mené par le chef de la police municipale de Livourne Fabbrini (30 avril 1808) et lettre du préfet de la Méditerranée à Tassoni, 2 mai 1808.

30 En Toscane, les migrants « étrangers » régnicoles sont un groupe social connu sous l’appellation de « Lombardiens ». Les autorités impériales reconnaissent également leur importance économique dans les territoires qu’elles administrent. ASMi, ME, Testi, Cart. 95, lettre du sous-préfet de Pistoia au consul du royaume d’Italie à Livourne, 29 octobre 1810. Sur les relations entre montagnards migrants et sociétés d’accueil, voir aussi Dionigi Albera, ouvr. cit., p. 984-986.

31 Sur les normes concernant les passeports en Toscane, on renvoie au Bulletin des lois n° 97. Arrêtés de la Junte de Toscane du 21 au 29 décembre 1808, Florence, Patti imprimeur, 1808, p. 392-393. Voir aussi Edgardo Donati, ouvr. cit., p. 774-775.

32 Sur le brigandage dans le royaume d’Italie, voir Massimo Leonardi, « L’insorgenza del 1809 nel Regno d’Italia », dans Annuario dell’Istituto Storico Italiano per l’Età Moderna e Contemporanea, 31-32, 1979-1980, p. 435-447 ; Peter Leek, « Il brigantaggio nelle campagne bolognesi in età napoleonica », dans Angelo Varni (dir.), I «giacobini» nelle legazioni. Gli anni napoleonici a Bologna e Ravenna. La società bolognese (1796-1815), Bologne, Costa, 1999, p. 407-428.

33 Marco Meriggi, « Cittadinanza di carta », dans Storica, 16, n° 1, 2000, p. 115.

34 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 11, 1810 b. 1, notification du préfet du Panaro à ses administrés, 14 avril 1810.

35 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 11, 1810 b. 1, circulaire n° 7652 du préfet du Reno aux vice-préfets, 16 mars 1810.

36 Vincent Denis, « Le contrôle de la mobilité à travers les passeports sous l’Empire », dans Marie-Claude Blanc-Chaleard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Milliot (dir.), Police et migrants. France, 1667-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 75-89.

37 Simona Cerutti, Massimo Vallerani, « Suppliques. Lois et cas dans la normativité de l’époque moderne. Introduction », dans L’Atelier du Centre des recherches historiques, 13, 2015, p. 3.

38 Dans leurs suppliques, les pétitionnaires mentionnent généralement leur nom et celui de leurs parents, leur âge, leur domicile, leur état civil et leur profession, ainsi que les requêtes particulières tendant à obtenir le nulla osta (l’autorisation) pour le passeport. Toute supplique porte la signature de deux garants qui sont des nationaux appartenant à des groupes sociaux aisés et dont la probité est publiquement reconnue. Enfin, des certificats attestant de la bonne conduite morale et politique et, le cas échéant, du respect des obligations de la conscription, sont joints aux suppliques.

39 La carta di passo est délivrée par les autorités locales, en remplacement du passeport, aux migrants qui habitent à la proximité de la frontière. Ce papier est conçu pour favoriser les populations des districts montagnards, qui sont dans une position trop éloignée du chef-lieu du département pour revenir à la préfecture afin de postuler pour un passeport. Cette carta di passo sert à la fois à recenser les migrants, à surveiller leurs mouvements et à leur garantir une protection à l’étranger. On observe une situation similaire, à la même période, dans le royaume de Naples : voir Laura Di Fiore, ouvr. cit., p. 19-23.

40 ASMi, ME, Testi, Cart. 95, lettre du consul italien à Livourne, Giuseppe Tambroni, au sénateur Carlo Testi, chargé de la 2e division du ministère des Affaire étrangères à Milan, 26 novembre 1810, et lettre n° 9575 du directeur de la police générale du royaume à Testi, 1er novembre 1810. Sur l’organisation du ministère des Affaires étrangère du royaume d’Italie, on renvoie au travail d’Arianna Arisi Rota, Diplomazia nell’Italia napoleonica. Il Ministero delle Reazioni Estere dalla Repubblica al Regno (1802-1814), Melzo, CENS, 1998.

41 C’est le cas notamment des voituriers des cantons montagnards de Fontana, de Loiano et de Vergato : ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, lettre n° 28184 du cancelliere censuario de Loiano au préfet du Reno, 25 juillet 1810.

42 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, lettre n° 558 du podestà de Castel Bolognese au préfet du Reno, 7 mai 1810.

43 Sur la falsification et la contrefaçon des papiers d’identité, on renvoie à Vincent Denis, Une histoire de l’identité…, ouvr. cit., p. 260-261 et p. 421-443.

44 ASMi, ME, Testi, Cart. 96, lettre n° 3030 du directeur de la police générale à Testi, 17 avril 1810.

45 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 11, 1810 b. 1, lettre réservée n° 25 du commissaire de police de Bologne, Camillo Ferri, au préfet du Reno, 24 mars 1810 et Ibid., Rub. 10, 1813, circulaire n° 3697 du directeur de la police générale au préfet du Reno, 24 mai 1813.

46 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, lettre n° 575/3401 du préfet du Panaro au préfet du Reno, 7 septembre 1810.

47 Vincent Denis, Une histoire de l’identité…, ouvr. cit., p. 421.

48 Marco Meriggi, « Cittadinanza di carta », art. cit., p. 120. On renvoie aussi à Gérard Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2008, p. 16-18 et à Vincent Denis, Une histoire de l’identité…, ouvr. cit., p. 264-266.

49 Vittoria Ardito, « Le brigandage dans le département de l’Ombrone, 1808-1814 », dans Ivan Tognarini (dir.), La Toscana nell’età rivoluzionaria e napoleonica, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1985, p. 201-202.

50 Arch. nat., F7 6523A, bulletin n° 9, direction générale de la police de Toscane, 8 octobre 1810.

51 Arch. nat., F7 8866, dossier n° 460, lettre du préfet de l’Ombrone au ministère de la Police générale, 22 juin 1809.

52 ASMi, ME, Testi, Cart. 94, lettre n° 67 de Tambroni à Testi, 2 octobre 1809.

53 ASMi, ME, Testi, Cart. 95, lettre n° 8569 du directeur de la police générale à Testi, 5 octobre 1810.

54 ASMi, ME, Testi, Cart. 94, lettre de Tambroni à Testi, 15 août 1809.

55 Sur le rôle que joue le consul Tambroni dans l’adoption d’une méthode d’identification uniforme et dans l’introduction des carte di passo, voir Francesco Saggiorato, « De l’Apennin aux Maremmes : le processus de réglementation de la mobilité transfrontalière à l’époque napoléonienne », dans Rives méditerranéennes, 58, n° 1, 2019, p. 133-152. Concernant la florissante production historiographique, au cours de ces dernières années, sur les institutions consulaires, on se limite à signaler les travaux d’Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Mathieu Grenet, Jörg Ulbert (dir.), De l’utilité commerciale des consuls : l’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (xviie-xxe siècles), Rome-Madrid, École française de Rome-Casa de Velázquez, 2018 ; Silvia Marzagalli (dir.), Les Consuls en Méditerranée, agents d’information, xvie-xxe siècles, Paris, Classique Garnier, 2015 ; Fabrice Jesné (dir.), Les consuls, agents de la présence française dans le monde, xviiie-xixe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, et Marcella Aglietti, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné (dir.), Les services consulaires dans le long Risorgimento (fin xviiie-xixe siècles), Rome, École française de Rome, à paraître.

56 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, circulaire n° 1170 du directeur de la police générale aux préfets italiens, 10 février 1810.

57 ASMi, Testi, Cart. 94, lettre n° 1235 du préfet du Crostolo au directeur de la police générale, 7 novembre 1809 et ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, lettre n° 28184 du préfet du Reno au cancelliere censuario de Loiano, 25 juillet 1810.

58 ASMi, Testi, Cart. 95, lettre de Tambroni à Testi, 26 novembre 1810.

59 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1810 b. 2, circulaire n° 4744 du directeur de la police générale au préfet du Reno, 13 juin 1810.

60 Il s’agit du décret n° 136, qui règle l’exercice de la police administrative sur les mouvements des étrangers et des nationaux à l’intérieur et à l’extérieur du royaume (Bollettino delle leggi del Regno d’Italia, Milan, Reale Stamperia, 1811, partie I, p. 569-585). Son application est différée : les titres i et ii du décret, concernant la mobilité des nationaux à l’étranger et les étrangers à l’intérieur du royaume, sont activés à compter du 1er octobre 1811, tandis que le titre iii, relatif aux déplacements à l’intérieur de l’État des nationaux et des étrangers domiciliés dans le royaume, n’entre en vigueur que le 1er janvier 1812 (ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1811 b. 1, circulaire n° 10264 du directeur de la police générale aux préfets, 12 septembre 1811).

61 Voir la circulaire du sous-préfet de Gênes aux maires, 24 septembre 1811, dans Gazzetta di Genova, n° 79, Gênes, 2 octobre 1811, et l’arrêté du 25 juillet 1812 du préfet du Taro, dans Giornale del Taro, n° 43, Parme, 28 juillet 1812.

62 ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1812 b. 1, circulaire n° 1360 du directeur de la police générale au préfet du Reno, 12 février 1812. Même si la production des carte di passo cesse au début du 1812, on sait que ces documents continuent de circuler au moins jusqu’au deuxième semestre de 1813 : Ibid., Tit. xx, Rub. 10, 1813, Prot. 22165, supplique du nommé Giuseppe Rivola examinée par la préfecture du Reno le 9 août 1813.

63 Dès février 1812, par exemple, la direction de la police générale italienne accorde, avec l’accord des autorités locales, des passeports gratuits pour les migrants saisonniers misérables : ASBo, PR, Tit. xx, Rub. 10, 1812 b. 1, circulaire n° 1174, 8 février 1812.

64 Vincent Denis, « Surveiller et décrire… », art. cit., p. 706-730.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Saggiorato, « Migrations saisonnières et procédures d’identification dans l’Apennin septentrional à l’époque napoléonienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 59-73.

Référence électronique

Francesco Saggiorato, « Migrations saisonnières et procédures d’identification dans l’Apennin septentrional à l’époque napoléonienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/11809

Haut de page

Auteur

Francesco Saggiorato

Doctorant, universités de Rome « Tor Vegata » et Paris 1 (IHMC-UMR 8066)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page