Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Une militante à (re)découvrir : Véra Starkoff (1867-1923)

Séverine Auffret et Georges Vayrou
p. 103-117

Résumé

Libre-penseuse, franc-maçonne, féministe, anarchiste un temps ralliée à la révolution d’Octobre : les engagements et le parcours de Véra Starkoff peuvent paraître semblables à ceux d’autres militant-e-s libertaires de la fin du 19e et du début du 20e siècles. Il en est de même de la trajectoire qui l’emmène de la Pologne occupée à Paris, en passant par la Suisse, comme beaucoup d’émigré-e-s russes. Mais elle fut également une infatigable promotrice des universités populaires, et sans doute parmi les créatrices – rares – de ce mouvement en France ; et encore l’auteure et adaptatrice de pièces de théâtre à caractère militant, éducatif et populaire (comme Nelly Roussel, Louise Michel et d’autres), d’ouvrages politiques, d’essais et d’un carnet de voyage en Sibérie... Et enfin, traductrice et commentatrice d’auteurs russes qu’elle admire ou dont elle se réclame1. La manière dont elle assume des origines et une identité complexes n’est pas la moindre des questions que pose cette personnalité originale à plus d’un titre.

Haut de page

Texte intégral

Assumer… Une identité complexe : juive, russe et française

  • 2 Pratique courante chez les femmes et les immigré-e-s… russes en particulier.
  • 3 Dictionnaire « Maitron ». <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr>, notice Véra STARKOFF.
  • 4 Un paradoxe parmi d’autres : pourquoi est-elle enterrée avec son oncle, agent supposé du tsar, sous (...)
  • 5 Cecilia Beach, Staging Politics and Gender, French Women’s Drama, 1880-1923, New York, Palgrave Mac (...)

1Ce joli nom, Véra Starkoff, qui sonne bien, est évidemment un pseudonyme2. Elle naît, sous le nom juif de Tauba Efron (orthographié également Efront, Effront, Ephron…)3 le 1er avril 1867, dans une famille aisée de la Pologne occupée par la Russie. Sa grand-mère, Taube Wilner, est, dit-on, une descendante directe d’un fameux rabbin du 18e siècle, Vilna Gaon. Sa famille immédiate s’est convertie au protestantisme (sans doute en apparence) pour échapper aux persécutions antisémites. Le père, Ilya Efron, est éditeur jusqu’au début du 20e siècle à Saint-Pétersbourg, où il publie des livres d’histoire sociale, culturelle et économique. En 1884, la jeune fille vient étudier la philologie à l’université de Genève, sous le nom de Thérèse Efron (francisation, déjà, du prénom !). Cinq ans plus tard, elle s’installe définitivement à Paris, tandis que des membres de sa famille sont poursuivis par la police tsariste pour leur proximité avec des syndicalistes révolutionnaires. Mais d’autres ne sont pas de ce côté : son oncle Akim Effront (1855-1909), dont elle partage la tombe au cimetière du Montparnasse (elle meurt à Paris le 19 mars 1923)4, a probablement des affinités avec le gouvernement russe, si l’on en croit son titre : « Attaché à la chancellerie de sa majesté l’Empereur de Russie », sans doute, selon la police française, agent du tsar5... Voilà de bonnes raisons d’adopter ce qui n’est pas seulement un nom de plume ou de guerre, mais une identité neuve.

  • 6 Véra Starkoff, La Sibérie, précédé d’une notice de Charles Simond, Paris, Plon, 1899.

2Que peut indiquer ce pseudonyme, Véra Starkoff ? Elle l’orthographie ainsi, dans tous ses écrits et manifestations, avec un accent aigu sur le « é » du prénom, et deux « f » à la fin du nom. Le secret fut bien gardé : la véritable identité de l’auteure et de la militante ne fut jamais révélée de son vivant. Elle choisit un nom à consonance franchement russe, masquant les origines juives et les liens familiaux dépassés. Il ne s’agit pas d’un « déni honteux du judaïsme », puisqu’elle militera avec les dreyfusards, écrira une pièce offensivement intitulée Le Concierge antisémite. Ce pseudonyme indique plutôt une volonté de s’affirmer à la fois russe et française : une « double identité nationale » qui lui permet le rattachement à la culture russe, illustrée dans plusieurs textes en une nouvelle communauté d’immersion, celle des émigrés russes à Paris qui ont fui la répression tsariste. Depuis son installation à Paris et jusqu’à sa mort, l’intérêt de Véra pour la Russie ne se dément pas. Elle publie un opuscule sur la Sibérie en 1889 (figure 1), l’année même de son installation à Paris6, et un article sur les prisonniers politiques russes en1906.

Figure 1 : Véra Starkoff, « La Sibérie », dans Bibliothèque illustrée des voyages autour du monde, n° 95, sans date (vers 1899). 22x13,5 cm., 32 p., introduction de Charles Simond.

  • 7 Véra Starkoff, Le Vrai Tolstoï, avec un portrait par Schutz-Robert, Paris, Éditions Eugène Figuiér (...)

3La manière française d’orthographier le nom traduit également la volonté de s’attacher au pays et à la ville d’adoption. Au-delà de ces aspects formels, il est avéré que le nom « Starkoff » ne vient ni de son père ni d’aucun de ses deux maris successifs : Léon-Paul Nicod (avec qui elle a deux enfants), dont elle divorce, puis Robert-Adolphe Schutz (auteur d’un portrait illustrant Le Vrai Tolstoï, publié en 19117). Un pseudonyme est un nom choisi et ce choix a nécessairement du sens, surtout chez une philologue. Le prénom Véra (« Viéra » en russe) signifie « la foi », l’une des trois vertus théologales chrétiennes. Le nom « Starkoff », qui porte la racine « vieux » (« star » en russe), peut renvoyer à Léon Tolstoï, né en 1828, près de 40 ans avant elle : il a 61 ans quand elle en a 22 et choisit ce nom. « La foi du Vieux », en quelque sorte, ou encore « la foi dans le Vieux » ? C’est possible, sachant que Véra affiche continuellement sa filiation spirituelle avec l’écrivain, notamment dans sa pièce intitulée Tolstoïenne (jamais publiée).

  • 8 Nicolaï Tchernychevski, Que faire ?, traduit du russe par Dimitri Sesemann, Genève, Éditions des Sy (...)

4Mais il faut savoir encore que l’héroïne du roman Que faire ? de Nicolaï Tchernychevski, autre auteur qu’elle admire et dont elle écrit une biographie, se prénomme… Vera8.

Des engagements multiples : anarchiste « tolstoïenne », libre penseuse, franc-maçonne et… féministe

  • 9 Le Vrai Tolstoï, ouvr. cité.

5Véra Starkoff évoque souvent Tolstoï comme un « immense vieillard », ou un « admirable vieillard ». Le rapport est avéré, constant. Elle se réfère notamment à son humanisme et à l’amour du peuple : « La religion de Tolstoï était l’humanité ». Elle considère même que cet « anarchiste chrétien » est bien plus révolutionnaire que Lénine ! Dans son essai Le Vrai Tolstoï9, elle approuve l’opposition de l’écrivain à toute forme d’exploitation et de violence, son farouche antimilitarisme et son non moins farouche anticléricalisme, rectifiant l’idée propagée par sa famille et par le synode orthodoxe (qui l’avait excommunié), selon laquelle le grand écrivain se serait réconcilié avec l’Église sur son lit de mort (1910). C’est un grave mensonge : « À ses derniers instants, il ne songea ni à l’au-delà ni à la survie de son âme, il pensa à la misère des hommes ».

  • 10 On peut se reporter à Anne Steiner, « Vivre l’anarchie ici et maintenant : milieux libres et coloni (...)

6Elle se rattache donc à la mouvance anarchiste, courante chez les émigrés russes de Paris, mais pas à celle des attentats et de la violence, si bien illustrée dans le roman de Dostoïevski Les Possédés. Parallèlement se développe en effet, en Europe et aux Amériques, depuis les années 1830 jusqu’à… aujourd’hui10, un anarchisme pacifique et pacifiste, parfois hédoniste et poétique, teinté de naturisme (nudisme), qui développe le sens du concept : abolition de tout pouvoir (an-archê) imposé à l’individu par la force ou l’intimidation. C’est celui de Tolstoï, du géographe Élisée Reclus, de Louise Michel et de la journaliste Séverine, du dramaturge norvégien Henrik Johan Ibsen, du militant Han Ryner, du penseur poète libanais Gibran Khalil Gibran, et de tant d’autres.

Figure 2 : Véra Starkoff, Le Bolchévisme, préface de Han Ryner, Paris, Éditions du Fauconnier, 1922, 70 p.

  • 11 Véra Starkoff, Le Bolchévisme, préface de Han Ryner, Paris, Éditions du Fauconnier, 1922. Cette édi (...)
  • 12 Bien que la révolution ait pour conséquence de la priver d’une bonne partie de ses revenus… ce qui (...)

7Il va de soi que ces anarchistes ne sont pas bolchéviques, même si quelques-uns crurent un temps à la révolution d’Octobre. Un petit livre de 70 pages, intitulé Le Bolchévisme11, dessine son parcours et permet de recadrer a posteriori l’évolution de sa pensée. L’ouvrage paraît en 1922, un an avant sa mort, préfacé par Han Ryner, « anarchiste stoïcien », pacifiste et théoricien de l’objection de conscience, né Jacques Élie Henri Ambroise Ner : lui aussi est homme du pseudonyme. Véra a fini de le rédiger en décembre 1921, soit quatre ans seulement après la révolution d’Octobre. Celle qui s’était vêtue de blanc pour accueillir, en 1917, la « libération du peuple russe12 » oppose à la « terreur blanche », la « terreur rouge » des bolchéviques. Elle écrit : « Il y a dans le bolchévisme une nouvelle vérité et une vieille erreur. C’est la grande loi universelle du Travail proclamée dans la doctrine tolstoïenne, et c’est la violence combattue inlassablement par la pensée ardente du grand écrivain de la terre russe ». Selon elle, la violence compromet le régime des soviets.

8L’anarchisme de Véra Starkoff est du type libertaire, opposé aux répressions étatiques quelles qu’elles soient : monarchistes, tsaristes, bolchéviques, mais aussi capitalistes. Le terme désigne pour elle l’insurrection profonde et vécue des individus contre toute répression, tout ordre imposé d’en haut, toute tyrannie, fût-elle interpersonnelle ou familiale. Ces thèmes sont développés dans son théâtre.

  • 13 Louis Couturier, La Libre Pensée et les femmes, les femmes et la Libre Pensée, Paris, ELP, 2014, p. (...)

9Toutefois, comme un certain nombre de libres penseur-e-s, et d’anarchistes, elle succombe, au début de la Grande Guerre, aux sirènes de « l’union sacrée » : en 1915, elle signe, avec d’autres, une déclaration s’opposant à tout contact entre femmes socialistes des pays belligérants « avant la fin de la guerre et la libération du sol républicain et de la neutre Belgique13 ». Elle s’associe également au boycott du Congrès international des femmes de La Haye d’avril 1915 par la majorité des associations féministes françaises, qui refusent de côtoyer la délégation allemande. Mais elle va se reprendre très vite.

  • 14 Ibid., p. 29.

10Le compte rendu du congrès de la Libre Pensée de 1905 mentionne un « Vœu de la citoyenne Véra Starkoff. Le congrès, soucieux de réhabiliter la maternité flétrie par l’Église et le code actuel, s’engage à faire abolir dans le plus bref délai l’ignoble règlement des maisons dites d’enfants assistés, qui défend à la mère de voir son enfant ». L’Union fraternelle des femmes, dont Véra est adhérente, propose « que les organisations libres penseuses comprennent dans leurs programmes les revendications féministes et ne négligent en aucune occasion de soutenir et au besoin de réclamer toutes les réformes tendant à l’égalité sociale absolue des deux sexes ». La « citoyenne » Véra Starkoff y fera deux conférences, l’une sur « la Libre Pensée et l’art », l’autre sur « Libre Pensée et féminisme »14.

  • 15  Jacqueline Lalouette, La libre pensée en France, 1848-1940, préface de Maurice Agulhon, Paris, Alb (...)

11Adhérente à « La Libre Pensée », elle s’y trouve bien, semble-t-il, même si la place des femmes et l’importance des idées féministes dans cette association font encore débat : la libre pensée serait aujourd’hui « un sujet réputé ridicule encore plus que sulfureux », qui évoque immédiatement « les silhouettes de Homais et de Combes et tout ce qu’elles suggèrent de grossièreté et de dogmatisme ». Pourtant, on reconnaît que « la Libre Pensée a été au 19e siècle une école de pensée antidogmatique globale15 ».

  • 16 En 1896, Marguerite Durand, journaliste au Figaro, est envoyée au Congrès international des droits (...)

12Véra est encore membre de la Ligue française pour le droit des femmes (LFDF) – pourtant très modérée – et chroniqueuse à La Fronde16. En 1903, un article mentionne qu’elle a donné deux copies de sa pièce L’amour libre à la bibliothèque de l’association et commente une conférence donnée par elle, défendant une réforme qui faciliterait le divorce. Elle y évoque le roman Deux vies de Paul et Victor Margueritte, affirmant que toutes les femmes devraient le lire : « C’est l’affirmation, on pourrait dire unique, des deux écrivains, de l’individualité féminine, c’est leur préoccupation aussi précieuse que rare de donner à la femme les moyens de mettre son cœur et son esprit en harmonie avec la conscience universelle ».

13Au congrès d’hygiène alimentaire, en décembre 1906,

  • 17 Edmond Potier, « Rapport du congrès d’hygiène alimentaire », Revue de l’enseignement primaire, n° 1 (...)

« Madame Véra Starkoff présente le projet d’une Caisse d’enfance prolétarienne […] : considérant que la naissance d’un enfant dans une famille aisée est une source de joie et qu’elle est un désastre dans la famille pauvre, le congrès, soucieux d’assurer la subsistance à l’enfant du travailleur, émet le vœu qu’une partie de l’impôt sur le revenu soit affectée à la création dans les mairies d’une caisse de l’enfance prolétarienne, à laquelle toute mère besogneuse, mariée ou non, pourrait avoir recours toutes les fois que sa famille s’accroîtrait. »17

  • 18 Michèle Ducker, « Véra Starkoff et le théâtre de combat », dans Pionnières, filles d’Ève et de Mari (...)

14Elle est également franc-maçonne : après une initiation en mai 190118, elle s’affilie, le 21 juin 1901, à la « Loge Diderot », de la « Grande Loge symbolique écossaise », et en sera secrétaire générale de 1903 à 1905. Créée en 1880 à partir de douze loges du Suprême Conseil de France, c’est une loge d’orientation libertaire pendant les 31 années de sa vie agitée, qui fut notamment à l’origine de l’entrée des femmes en franc-maçonnerie à la fin du 19e siècle, permise par ses combats, de l’approfondissement de la laïcité française, et fut parmi d’autres à l’origine de la création de la Grande Loge de France. Elle initia Maria Deraismes et Louise Michel, au temps où l’admission des femmes dans la franc-maçonnerie n’était pas évidente. Elle disparut entièrement en 1911. Véra choisit ensuite de s’affilier à la loge « Le Libre examen adoption », le 23 janvier 1913 (les loges d’adoption travaillent « entre femmes »).

  • 19 Ibid.

15Le 22 mai 1913, elle fait adopter un vœu : « Contre la guerre : vœu adressé aux vénérables des loges allemandes afin que, répandu dans la presse allemande ainsi que dans la presse française, il crée un courant favorable à la paix ». Mais la guerre venue, l’ambiguïté revient : le 24 janvier 1915, elle présente un manifeste « Appel aux femmes et aux mères allemandes », qui « selon la simple logique ne peuvent pas être les complices du monstre nommé Guillaume II », tout en appelant à l’union entre « la mère française et la mère allemande »19. C’est encore dans cette loge qu’en mai 1917, Véra célèbrera dans la révolution de Février « la libération du peuple russe ».

16Les franc-maçonnes « s’engagent pour l’égalité des sexes, l’accès à l’éducation, le contrôle des naissances et la maternité choisie. Elles veulent promouvoir les idées pacifistes, théorisent un mode d’enseignement égalitaire où la laïcité permet aux filles et aux garçons de devenir des citoyennes et des citoyens libres et conscients [même si elles apprennent aussi] aux filles la couture et les travaux ménagers en même temps que la littérature… ».

17Véra Starkoff veut en effet promouvoir « une prise de parole et de pouvoir des ouvriers pour les aider dans leurs luttes », mais pas seulement les hommes.

Combattre… Éduquer pour libérer : l’université populaire

  • 20 Les Cahiers de la Quinzaine, année 1902 : « Les universités populaires 1900-1901 », vingtième cahie (...)

18Les universités populaires sont inventées au 19e siècle en Europe et survivent aujourd’hui. Véra en fut l’une des plus actives et des plus constantes militantes. Les fondatrices, animatrices et conférencières furent en petit nombre (environ 1/10e)20. Elle est responsable d’une des premières universités populaires, où elle fait jouer ses pièces et celles d’autres auteurs de même type.

19À chaque congrès, sur une centaine de participants, les femmes fondatrices, ou représentantes, ne sont que neuf. Véra Starkoff y figure, entre 1900 et 1904, animatrice assidue, et jusqu’au bout, de l’université populaire de Montreuil-sous-Bois, qui porte le nom de « Soirées ouvrières ». Elle y organise des lectures et des mises en scène de pièces à thème social et féministe, telles Une Maison de poupée d’Ibsen, Les Vaincues, de Poinsot et Normandy, ou bien les pièces explosives et hilarantes de Nelly Roussel (qui montre, dans La Faute d’Ève, une Ève ravie d’être chassée du paradis pour connaître la liberté, réconfortant un Adam terrorisé par sa désobéissance). Véra Starkoff dédie sa première pièce, L’Amour libre, « Aux soirées ouvrières » :

« Chers camarades, je vous dédie mon premier essai dramatique en témoignage de ma profonde gratitude. Votre admirable effort de pensée et de courage a affermi ma foi au Progrès, ébranlée par la désespérante mentalité bourgeoise. Vous détenez la clé de l’avenir, le travail régénèrera le monde, selon la parole prophétique de notre grand maître regretté, Émile Zola. »

20D’autres femmes ont participé à la fondation d’universités populaires, comme à Lyon Jeanne Desparmet-Ruello. À Paris, Dick May (Jeanne Weill) participe activement à la naissance de « La solidarité du XIIIe ». « L’émancipation du XVe », sur ses cinquante-trois membres fondateurs, compte seulement trois femmes, dont la publiciste Séverine, première femme journaliste reporter vivant de sa plume. Véra Starkoff partage avec la fondatrice de l’université populaire lyonnaise, Jeanne Desparmet-Ruello, une véhémence qui se manifeste au congrès de 1904, mais sur des options politiques différentes. Un clivage traverse en effet le mouvement : d’un côté, une « tendance Auguste Comte », qui vise « l’amour de tous par tous » à travers la diffusion d’un « savoir universel » ; de l’autre, ceux qui visent une prise de parole et de pouvoir des ouvriers pour les aider dans leurs luttes. Véra est de ce côté.

21Mais la conception des militants des universités populaires sur la condition des femmes et le féminisme est alors pour le moins contrastée. Le féminisme n’y est pas majoritaire, au contraire.

Un théâtre de combat : la dramaturge

22Du plus loin que le théâtre existe en Europe occidentale (mais pas dans la Grèce antique), des femmes y ont participé amplement dans le rôle d’actrices, non sans l’opprobre qu’on sait. L’actrice de théâtre fait partie de ces populations interlopes, proches des prostituées, déjà parce qu’elle se montre et se déshabille, en outre, parce qu’elle se maquille, se déguise, se grime, feint d’être ce qu’elle n’est pas. Tout l’Ancien Régime politique et religieux proscrit le déguisement, au sens précis : porter un vêtement qui n’est pas celui de sa classe sociale ; et a fortiori le transvestisme. Il faudrait donc attendre pour que des femmes investissent l’écriture de textes dramatiques, et plus encore la mise en scène ? Les rôles de dramaturges et de metteurs en scène, comme ceux de compositeurs de musique et de chefs d’orchestre, seraient longtemps restés masculins ? C’est « l’histoire officielle », propagée même par des femmes dramaturges modernes, telle Marguerite Duras, qui se posait dans les années 1960 comme « la première femme dramaturge depuis près d’un siècle » ; la précédente, voire l’unique, aurait été… George Sand.

  • 21 Notamment Cecilia Beach, ouvr. cité, ainsi que : Johnny Ebstein, Philippe Ivernel, Monique Surel-Tu (...)

23Or, de récents travaux d’historiens et de féministes – dont un grand nombre d’Américaines21 – nous font découvrir une abondante dramaturgie féminine française, y compris sous l’Ancien Régime. Question de curiosité, et de levée de « censure ». Démentons donc l’idée fausse selon laquelle les femmes dramaturges ne seraient apparues qu’à la deuxième moitié du 20e siècle. Quelques irruptions fameuses et scandaleuses se sont déjà produites, dans une visée libertaire. L’une des premières en France n’est autre que la flamboyante Olympe de Gouges. Elle écrit en 1785 sa pièce intitulée Zamore et Mirza, qui sera jouée en 1789 sous le titre L’Esclavage des Nègres. Plus tard, plusieurs des pièces de Louise Michel (Nadine, La Grève, Le Coq rouge) ont été « meurtries » par les censeurs ou interdites. L’intégralité de leurs manuscrits n’a été retrouvée que dans le fonds de la censure, aux Archives nationales. On remarque qu’après la Commune, sous la Troisième République, la censure raye systématiquement des textes dramatiques les mots « Commune » et « communards », et remplace le terme « fédérés » par celui d’« insurgés ».

24La fin du 19e et le début du 20e siècle voient surgir une série de femmes dramaturges, parmi lesquelles, outre Louise Michel déjà citée, Nelly Roussell, Madeleine Pelletier, Marie Lenéru et… Véra Starkoff. Loin d’elles un « théâtre de dames », avec fleurs bleues et petits fours, un théâtre mondain, bourgeois, ou « de boulevard ». C’est bien un théâtre engagé, social, de combat.

  • 22 Hebdomadaire anarchiste paraissant de 1889 à 1902, il distille à travers ses articles au ton popula (...)

25Pourquoi choisir le théâtre, plutôt que le roman, le poème ou l’essai ? C’est que – faute d’un cinéma encore en gésine – le théâtre peut toucher même un public illettré. Mieux que le cinéma, le théâtre instaure un jeu vivant et direct entre écriture dramatique, mise en scène et public présent, réagissant, idée qu’illustrait vertement Émile Pouget – syndicaliste révolutionnaire et compagnon de route de Louise Michel – dans Le Père peinard 22 du 18 mars 1893 : « Le théâtre, voilà un riche moyen de semer les idées, nom de dieu. En effet, si mal bâtie que soit une pièce, elle a cette supériorité sur un bouquin, c’est que le plus niquedouille saisit ce que l’auteur a voulu dire : y’a pas besoin de se creuser la caboche, les idées vous défilent sous le nez, comme qui dirait toutes vivantes ».

  • 23 Pionnières, filles d’Ève et de Marianne, ouvr. cité.

26Véra Starkoff fait du « théâtre populaire » un moyen d’abolir le monopole de la connaissance par les classes privilégiées. « À côté de ses revendications de l’estomac et de la raison, écrit-elle, la classe ouvrière éprouve la nécessité d’élever son cœur et de mettre en harmonie ses idées, ses sentiments et ses actes, d’élaborer, en un mot, une morale sociale. C’est là le rôle du théâtre populaire »23. Ces femmes dramaturges font du théâtre un moyen de promouvoir leurs idées politiques, c’est pourquoi leurs pièces sont censurées. Mais, ô miracle de la dialectique, les auteurs des rééditions d’aujourd’hui avouent « remercier la censure » d’avoir gardé, en ses archives, les textes de ces pièces maudites qui, sans elle, auraient disparu.

  • 24 Il n’existe à notre connaissance que trois éditions de librairie des pièces de Véra Starkoff : L’Am (...)

27Elle écrit au moins cinq pièces dans la première décennie du 20e siècle : L’Amour libre, L’Issue, Le Petit verre, Tolstoïenne et Le Concierge antisémite24. Toutes furent jouées. En 1909, elle fonde le Théâtre de l’Idée, où elle fait jouer Tolstoïenne et organise des lectures de textes militants. Selon Cecilia Beach, elle enseigne la diction et met en scène ses propres pièces et celles de ses amis, tels Jacques Nayral et Han Ryner. Il lui arrive aussi de jouer comme actrice, par exemple dans Les Vaincues, de Poinsot et Normandy, qui dénonce l’exploitation du travail à domicile des ouvrières brodeuses et lingères.

28Envisageons ces programmes à la lumière de deux de ses pièces : L’Amour libre et L’Issue. La particularité de ces pièces est qu’elles donnent à voir en abyme l’université populaire à la fois comme cadre et comme protagoniste.

29L’Amour libre, créé en 1902 (elle a alors 35 ans), conteste les conventions du mariage et incrimine la condition des femmes dans la société bourgeoise. Le mariage comme « prostitution légale » ? On trouve déjà cette expression chez Flora Tristan, chez Mary Wollstonecraft et dans des termes un peu différents dans Indiana de George Sand et tout autant dans Que faire ? de Tchernychevski. L’oxymore « prostitution légale » sape l’édifice des convenances admises, y compris par un bon nombre d’anarchistes et de militants ouvriers. Selon nos auteurs, on ne saurait lier devoir et amour. L’amour ne peut créer de devoirs ni faire naître de droits. L’Amour libre ne consiste pas en une apologie directe de celui-ci, mais en une problématique exposée sur la scène du théâtre.

30Prologue à une soirée : un bureau-bibliothèque qui mène à la salle de conférences de l’université populaire. Huit personnages, plus « divers ouvriers et ouvrières » : un écrivain conférencier « progressiste », un couple ouvrier qui pratique « le partage des tâches », y compris « garder les enfants », ce qui scandalise un ouvrier misogyne.

31Blanche (brodeuse), la secrétaire de l’université populaire, élève seule son enfant. Elle considère l’amour comme une affection sérieuse et durable et ne conçoit pas l’amour sans enfant. L’écrivain-conférencier progressiste, Ruinet, lui fait un brin de cour. Blanche décline cette cour au nom de sa liberté, fraîchement conquise. Elle gagne sa vie. Elle a été séduite par un étudiant en droit, Louline, qui lui a fait mille promesses amoureuses et lui a laissé un enfant, avant de se marier à une jeune fille de la bourgeoisie honorable. Ruinet, candidat à une élection, se présente à l’université populaire pour y gagner des voix (chose alors courante : plusieurs intellectuels à la mode sentent le bon filon, y viennent gonfler leur assise électorale).

32Quel sera le contenu de la conférence sur « l’amour libre » ? Le conférencier défend « la maternité volontaire » (autrement dit la contraception, prônée dans les universités populaires), affirmant que dans l’amour libre, l’homme est plutôt victime que bourreau, « la femme étant plus infidèle de nature ». Blanche lui oppose sa propre conception de l’amour libre. L’amour est pour elle une affection durable, qui peut (et doit) générer un enfant, mais qui ne saurait se confondre avec un « papillonnage ». Elle dénonce les lois patriarcales iniques qui font de l’enfant illégitime un paria et qui, en cas de reconnaissance (rare) par le père dûment marié, déclarent la mère « inconnue » et privée de tout droit sur l’enfant.

33Ces deux conceptions de l’amour libre sont-elles conciliables ? Affaire à suivre : Blanche et Ruinet se serrent la main comme deux bons amis, la pièce s’achève quand la conférence commence.

Figure 3 : Collectif, Le Théâtre de contestation sociale autour de 1900, Paris, Publisud, 1991. Publication de cinq pièces, dont L’Issue, de Véra Starkoff.

34L’Issue, pièce sociale en deux actes, de 1903, la deuxième de Véra Starkoff, est plus longue et plus dramatique (traduite en italien sous le titre La Via d’Uscita, bozetto sociale, elle sera jouée dans cette langue, étonnamment au Brésil). L’héroïne du drame, Lucie (anagramme sonore de l’issue), est une jeune fille de 22 ans, née et élevée dans une famille bourgeoise de nouveaux riches. Son petit frère Henri (9 ans) reçoit des leçons de morale et de philosophie de Roche, instituteur, militant d’une université populaire. La mère de Lucie, Madame Rouet, catholique bigote, fait donner ces leçons au garçon pour contrer l’athéisme brutal du père, qui la vilipende lorsqu’elle va à la messe et s’entretient avec ses coparoissiennes (« elle n’entend rien à ces choses »), mais se fie au jugement de Monsieur Toudoux, homme gentil, fort riche et prétendant officiel de Lucie.

35Premier temps : Monsieur Rouet, le papa, accepte ces leçons pour complaire au prétendant officiel, dont il attend la déclaration, l’argent, et… la délivrance. Lucie, jeune fille sans instruction ni métier, déclare à l’instituteur l’intérêt pour l’étude qu’il a suscité en elle et, paradoxalement, sa décision d’épouser sans amour le brave homme Toudoux, pour pouvoir se consacrer aux œuvres de solidarité dont l’instituteur lui a donné le goût. Pour elle, « c’est la seule issue ». L’instituteur émet quelques doutes.

36Basculement du drame : le père Rouet congédie l’instituteur lorsqu’il comprend, non seulement qu’il conteste ses valeurs patriarcales auprès de son fils et son autorité sur les opinions de sa femme, mais qu’il est probablement, en outre, amoureux de Lucie et que les sentiments sont partagés.

37L’université populaire passe alors du stade de « cadre » à celui de « protagoniste ». Des ouvriers demandent à l’instituteur de remplacer le secrétaire défaillant. Roche accepte. Il expose, face à un couple ouvrier qui a fait un mariage d’amour (jolie évocation d’un jour de fête à Suresnes, en canot), sa tristesse d’amoureux sans espoir et d’homme privé de revenus.

38Coup de théâtre : tandis que l’instituteur se morfond, rangeant les livres de la bibliothèque et se croyant à jamais privé de la femme qu’il aime, Lucie débarque, seule, en pleine nuit, glacée mais heureuse de sortir enfin de « sa prison » bourgeoise (comme l’héroïne d’Une maison de poupée, d’Ibsen !) : « Je suis lasse de tâtonner dans les ténèbres et j’ai enfin trouvé l’issue qui me mènera vers la lumière ». Cette nouvelle « issue » consiste en un changement de vie : le travail, l’autonomie. Lucie a quitté la maison paternelle et se moque de l’inquiétude de l’instituteur, encore effrayé de son amour. Roche lui demande un moment d’apprentissage à la pauvreté, à l’autonomie dans le travail. « Par vous, mes yeux se sont ouverts, répond Lucie, mais rien ne peut les fermer ». Et Roche de conclure, « avec énergie et sans emphase » (sic) :

« N’était-ce pas mon devoir ? L’homme, bêtement, s’est arrogé le monopole de la vérité. Il a enlevé à la femme ce qui compose l’essence même de la vie, la pensée et la liberté ! Il en a fait un cadavre et sa cohabitation avec une morte les précipite tous deux dans la tombe ! Il faut que l’homme relève sa compagne jetée à terre pour qu’il reste debout. »

Conclusion

  • 25 Pionnières, filles d’Ève et de Marianne, ouvr. cité.

39Véra Starkoff n’est finalement pas si (re)connue. Elle partage les contradictions et les hésitations des militant-e-s anarchistes, féministes et autres de son temps : ambiguïtés dans la Grande Guerre, enthousiasme puis réserves et condamnation de la révolution d’Octobre, féminisme dont certains aspects peuvent paraître aujourd’hui surannés. Elle n’est pas radicalement opposée au mariage, à l’amour dans le mariage, mais elle prône la liberté de choix : est-ce la raison pour laquelle les féministes de la deuxième moitié du 20e siècle l’ignorent25 ? Pourtant, son féminisme inclut quelques thèmes essentiels : l’encouragement au travail des femmes ; la lutte contre leur exploitation, dans un but d’autonomie ; leur instruction ; la lutte contre les violences, y compris conjugales ; le droit de vote des femmes ; le droit au divorce ; « l’amour libre » et le droit au célibat, y compris dans la maternité (une de ses héroïnes est ouvrière, mère célibataire et secrétaire d’une université populaire) ; le contrôle de la maternité, dite maternité volontaire, grâce à la contraception et à l’avortement, sans compter la participation des hommes aux tâches familiales et éducatives. Bref : le programme féministe le plus moderne qu’on puisse concevoir aujourd’hui !

40Une véritable biographie reste à faire : elle pourrait compléter, voire corriger cette notice. Véra Starkoff mérite une vraie (re)découverte… Beau et vaste chantier en perspective.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Alexandre Pouchkine, Rouslane et Ludmile, poème traduit du russe par Véra Starkoff, illustrations de Marie Egoroff, Paris, Librairie de l’art indépendant, 1898.

2 Pratique courante chez les femmes et les immigré-e-s… russes en particulier.

3 Dictionnaire « Maitron ». <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr>, notice Véra STARKOFF.

4 Un paradoxe parmi d’autres : pourquoi est-elle enterrée avec son oncle, agent supposé du tsar, sous une pierre très austère portant simplement son nom ?

5 Cecilia Beach, Staging Politics and Gender, French Women’s Drama, 1880-1923, New York, Palgrave MacMillan, 2005.

6 Véra Starkoff, La Sibérie, précédé d’une notice de Charles Simond, Paris, Plon, 1899.

7 Véra Starkoff, Le Vrai Tolstoï, avec un portrait par Schutz-Robert, Paris, Éditions Eugène Figuiére & Cie, 1911.

8 Nicolaï Tchernychevski, Que faire ?, traduit du russe par Dimitri Sesemann, Genève, Éditions des Syrtes, 2000 ; Véra Starkoff, « Tchernychevsky », Portraits d’hier, 1er juin 1910, n° 30, Paris, p. 163.

9 Le Vrai Tolstoï, ouvr. cité.

10 On peut se reporter à Anne Steiner, « Vivre l’anarchie ici et maintenant : milieux libres et colonies libertaires à la Belle Époque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 133, 2016, p. 45-58.

11 Véra Starkoff, Le Bolchévisme, préface de Han Ryner, Paris, Éditions du Fauconnier, 1922. Cette édition indique deux « ouvrages à paraître » : Jalousie (adaptation du roman de Tchernychevski Que faire ?) et L’Histoire d’une révolutionnaire, roman. À notre connaissance, ces ouvrages n’ont pas été édités. On rêve d’en découvrir les manuscrits, même inachevés.

12 Bien que la révolution ait pour conséquence de la priver d’une bonne partie de ses revenus… ce qui va entraîner des difficultés financières durables. Staging Politics and Gender, ouvr. cité.

13 Louis Couturier, La Libre Pensée et les femmes, les femmes et la Libre Pensée, Paris, ELP, 2014, p. 238.

14 Ibid., p. 29.

15  Jacqueline Lalouette, La libre pensée en France, 1848-1940, préface de Maurice Agulhon, Paris, Albin Michel, 1997. En particulier, p. 93 et suivantes.

16 En 1896, Marguerite Durand, journaliste au Figaro, est envoyée au Congrès international des droits de la femme, qui se tient à Paris. Enthousiasmée, elle fonde en 1897 le quotidien d’information générale, politique et culturelle La Fronde, premier quotidien au monde entièrement conçu et réalisé par des femmes. Le titre paraît quotidiennement de 1897 à 1903, avec un pic de 50 000 lecteurs-trices.

17 Edmond Potier, « Rapport du congrès d’hygiène alimentaire », Revue de l’enseignement primaire, n° 11, Imprimerie de la Bibliothèque d’éducation, Paris, 1906.

18 Michèle Ducker, « Véra Starkoff et le théâtre de combat », dans Pionnières, filles d’Ève et de Marianne (ouvrage collectif), préface de Catherine Jeannin-Naltet, Paris, Conform Édition, 2013.

19 Ibid.

20 Les Cahiers de la Quinzaine, année 1902 : « Les universités populaires 1900-1901 », vingtième cahier de la cinquième série, qui relate le congrès des universités populaires en mai 1904.

21 Notamment Cecilia Beach, ouvr. cité, ainsi que : Johnny Ebstein, Philippe Ivernel, Monique Surel-Tupin, Sylvie Thomas (textes réunis par), préface d’Alain Badiou, Au temps de l’anarchie, un théâtre de combat (1880-1914), 3 tomes, Paris, Séguier-Archimbaud, 2001 ; Caroline Granier, « Nous sommes des briseurs de formules » : les écrivains anarchistes en France à la fin du dix-neuvième siècle, Cœuvres-et-Valsery, Ressouvenances, 2008.

22 Hebdomadaire anarchiste paraissant de 1889 à 1902, il distille à travers ses articles au ton populaire des attaques en règle contre le système. Les thèmes abordés sont variés : action directe, antimilitarisme, anticléricalisme, dénonciation de la répression et critiques de la bourgeoisie et des « exploiteurs ». Souvent poursuivi en justice à cause de ses appels à l’action directe, sa parution est irrégulière et chaotique.

23 Pionnières, filles d’Ève et de Marianne, ouvr. cité.

24 Il n’existe à notre connaissance que trois éditions de librairie des pièces de Véra Starkoff : L’Amour libre, pièce sociale en un acte, Paris, Stock, 1902 ; L’Issue, pièce sociale en deux actes, Paris, Stock, 1903 ; Le Petit verre, comédie sociale en un acte, Paris, Stock, 1904. Dans cette dernière pièce, elle dénonce l’alcoolisme comme obstacle à toute organisation sociale, y compris syndicale. On peut trouver de larges références des autres pièces dans Au temps de l’anarchie, un théâtre de combat (1880-1914), ouvr. cité.

25 Pionnières, filles d’Ève et de Marianne, ouvr. cité.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Véra Starkoff, « La Sibérie », dans Bibliothèque illustrée des voyages autour du monde, n° 95, sans date (vers 1899). 22x13,5 cm., 32 p., introduction de Charles Simond.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/12072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2 : Véra Starkoff, Le Bolchévisme, préface de Han Ryner, Paris, Éditions du Fauconnier, 1922, 70 p.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/12072/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 3 : Collectif, Le Théâtre de contestation sociale autour de 1900, Paris, Publisud, 1991. Publication de cinq pièces, dont L’Issue, de Véra Starkoff.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/12072/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Auffret et Georges Vayrou, « Une militante à (re)découvrir : Véra Starkoff (1867-1923) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 103-117.

Référence électronique

Séverine Auffret et Georges Vayrou, « Une militante à (re)découvrir : Véra Starkoff (1867-1923) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12072

Haut de page

Auteurs

Séverine Auffret

Agrégée de philosophie, Université populaire de Caen.

Georges Vayrou

Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page