Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Le Traité de Versailles dans ses meubles

Exposition Le Traité de Versailles, le centenaire de la signature, musée des Beaux-arts d’Arras, du 28 juin au 11 novembre 2019.
Georges Vayrou
p. 139-141

Entrées d’index

Schlagwortindex :

Traité, Versailles, centenaire, exposition

Palabras claves :

Traité, Versailles, centenaire, exposition
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il n’en demeure pas moins que nous regretterons – rêverons – que la même exposition n’ait eu lieu… (...)

1Le Traité de Versailles a un siècle, et il ne fait l’objet, à notre connaissance, d’aucune commémoration officielle. Il est vrai que les puissances « victorieuses » de la Première Guerre mondiale n’ont pas de quoi être fières de ses conséquences, jusqu’à nos jours, et ce n’est sans doute pas fini. C’est donc avec une curiosité très intéressée que nous nous sommes rendus à la présentation d’une exposition sur le sujet organisée par l’Établissement public du Château de Versailles (pourquoi pas ?) à… Arras (plus surprenant !). En fait, cette « décentralisation culturelle » est le fruit d’un partenariat avec la Région Hauts-de-France, la Ville d’Arras et son musée, comme les institutions parisiennes aiment le faire depuis quelques années (toutes proportions gardées : Metz et le Centre Pompidou, Lens et le Louvre…)1.

2Cette exposition a commencé le 28 juin (le traité fut signé le 28 juin 1919), et se terminera le 11 novembre 2019. C’est bref, mais symbolique.

  • 2 Par exemple, Louis XIV reçoit l’ambassadeur Mehemet Reza-Bey dans la galerie des Glaces, 19 février (...)
  • 3 Ambulance prussienne dans la galerie des Glaces, de Victor Bachereau-Reverchon (1842-1885) ; La pro (...)

3Le château de Versailles a été un lieu d’évènements dans l’histoire. Passons sur les fastes du « Roi soleil » – évoqués dans le dossier de presse, « en guise d’introduction », par quelques tableaux2 ou reproductions – et arrêtons-nous à la proclamation de l’Empire allemand, le 18 janvier 1871, dans la fameuse « galerie des Glaces » : un autel est établi, au centre, pour la cérémonie religieuse. Une estrade a été installée du côté du salon de la Guerre, à l’opposé de l’emplacement du trône, sous les peintures de Le Brun glorifiant les victoires de Louis XIV sur le Rhin3. Plus tard, les Allemands laisseront place « aux députés de la France vaincue »… Tout un symbole déjà.

4En 1919, le choix du lieu de signature du traité est donc un acte hautement symbolique et politique : « Clémenceau savoure par là sa revanche ».

  • 4 Attribué à Charles Cressent (1685-1768), vers 1730, Château de Versailles, dépôt du musée du Louvre (...)

5L’exposition présente « à partir de la riche iconographie conservée au château de Versailles », d’autres tableaux (originaux ou reproductions), meubles et objets, photographies, plans et documents d’archives, « la préparation de la galerie pour la journée du 28 juin est relatée ». Bien sûr, le bureau sur lequel le traité fut signé est présent4, mais également d’autres objets plus originaux comme un laissez-passer pour le personnel du château, qui doit bien continuer de travailler, ou un mémoire d’architecte pour l’aménagement de la galerie.

  • 5 William Orpen, The Signing of Peace in the Hall of Mirrors, Versailles, 28th June 1919, 1925, Londo (...)
  • 6 Pour une interprétation critique du tableau, se reporter par exemple à  François Bouloc, « La signa (...)

6La reproduction géante du fameux tableau de William Orpen, La signature du traité de paix dans la Galerie des Glaces5, est imposante. Sa limpidité semble immédiate : les plénipotentiaires allemands Müller et Bell signent sous le regard dominateur des représentants des trois puissances victorieuses. Mais le peintre, qui a connu les tranchées, relativise la majesté des gouvernants victorieux en les écrasant sous les hauts plafonds de la galerie des Glaces. Les miroirs n’ont rien à refléter : les peuples ne sont pas conviés. En haut au centre, l’artiste a reproduit l’inscription « Le Roy gouverne ». Clemenceau et Wilson se tournent le dos et ce dernier lit un journal… A-t-il perdu ses illusions sur « la paix des nations » et « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes6 » ?.

  • 7 Conversation avec Bertrand Rondot, co-commissaire de l’exposition.
  • 8 Dossier de presse de l’exposition, p. 20.

7« Nul ne sait où se trouve aujourd’hui l’original du traité ». Évacué dans des conditions rocambolesques au cours de la débâcle en 19407, sans doute récupéré par les forces allemandes et « rapatrié » à Berlin, il n’a pas été retrouvé à ce jour, pas même dans les archives de Moscou ! « On en conserve cependant l’instrument de ratification, copie exacte conservée par le ministère des Affaires étrangères8 ». L’exposition présente néanmoins quelques pages du « seul document reproduisant en couleurs les six pages des signatures du traité », parues dans L’Illustration du 6 septembre 1919.

8Allez à Arras découvrir le « traité de Versailles dans ses meubles », et profitez-en pour visiter la Maison Robespierre !

Haut de page

Notes

1 Il n’en demeure pas moins que nous regretterons – rêverons – que la même exposition n’ait eu lieu… dans la galerie des Glaces du château ! Sans doute, au-delà d’un partenariat légitime avec Arras, la « rentabilité » n’était pas au rendez-vous. À Arras, nous nous contentons donc de quelques meubles, documents et objets.

2 Par exemple, Louis XIV reçoit l’ambassadeur Mehemet Reza-Bey dans la galerie des Glaces, 19 février 1715, vers 1715, attribué à Nicolas de Largillière (1656-1746), Château de Versailles.

3 Ambulance prussienne dans la galerie des Glaces, de Victor Bachereau-Reverchon (1842-1885) ; La proclamation de l’Empire allemand, par Anton Von Werner (1843-1915).

4 Attribué à Charles Cressent (1685-1768), vers 1730, Château de Versailles, dépôt du musée du Louvre, département des Objets d’art.

5 William Orpen, The Signing of Peace in the Hall of Mirrors, Versailles, 28th June 1919, 1925, London Imperial Museum.

6 Pour une interprétation critique du tableau, se reporter par exemple à  François Bouloc, « La signature du traité de Versailles », Histoire par l’image [en ligne], site consulté le 17 août 2019. URL : <http://www.histoire-image.org/fr/etudes/signature-traite-versailles>.

7 Conversation avec Bertrand Rondot, co-commissaire de l’exposition.

8 Dossier de presse de l’exposition, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vayrou, « Le Traité de Versailles dans ses meubles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 139-141.

Référence électronique

Georges Vayrou, « Le Traité de Versailles dans ses meubles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12272

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page