Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Marceline, une femme, un siècle, film documentaire de Cordelia Dvorak, France, 2018, 60 min.

Le parcours exceptionnel de Marceline Loridan-Ivens
Anne-Marie Bidaud
p. 202-204

Texte intégral

1« Je suis née rousse, gauchère et juive ». C’est ainsi que Marceline Loridan-Ivens aimait à se présenter, un brin de défi dans la voix. Surnommée « la tornade », elle représente l’une des personnalités les plus singulières des dernières décennies. Cordelia Dvorak, productrice et réalisatrice allemande, lui a consacré un film chaleureux, résultant de longues conversations avec ce personnage hors norme, dont la vie se confond avec l’histoire. Née Rozenberg en France, de parents polonais issus d’une lignée rabbinique, elle a connu l’antisémitisme, la déportation (Auschwitz-Birkenau), l’extermination de proches. Survivante incapable de s’adapter dans un premier temps, il lui est impossible de dormir dans un lit et couche à même le sol.

2Marceline nous raconte avec légèreté, en termes crus parfois, comment elle s’est lentement réapproprié son corps, elle qui était revenue « gelée de l’intérieur ». Son corps est resté sec, elle n’est jamais tombée enceinte, elle ne voulait pas d’enfant de toute façon ; elle chausse du 33, comme la jeune adolescente envoyée dans les camps qui aurait refusé de grandir. La fréquentation du Saint-Germain-des-Prés des « enfants perdus de la guerre » comme elle, une sexualité libre conçue d’abord comme un acte de désobéissance, mais sans jouissance, ont constitué une première étape. Au seuil de sa vie, des plans discrets la montrent toujours élégante, soucieuse de son apparence, arborant un beau collier d’ambre, des bagues et des broches originales, de jolies sandales… Sa féminité est demeurée une preuve de sa force regagnée.

3Puis elle a trouvé un sens à sa vie, en se mettant au service des peuples opprimés. Soutien actif du FLN, elle part en Algérie avec son jeune amant Jean-Pierre Sergent et coréalise Algérie année zéro (1962). Sillonner le monde avec son nouveau compagnon, le cinéaste documentariste néerlandais Joris Ivens, épousé en 1963, va constituer le plus grand engagement de son existence. Militants anticolonialistes, se sentant tous deux exilés, ils partent ensemble tourner au Vietnam (Le 17ème parallèle, 1968). Pris dans la mouvance maoïste, ils vont aussi filmer en Chine une série de douze documentaires (Comment Yukong déplaça les montagnes, 1972-1976). Sur ce rêve illusoire d’utopie réalisée, elle porte rétrospectivement un regard lucide et reconnaît leurs erreurs : « on l’a payé très cher ». D’autres collaborations suivront, jusqu’à la mort de Joris en 1989.

4Au retour des camps, elle était, comme tous les déportés, incapable d’évoquer cette expérience. De toute façon, « les gens ne voulaient pas savoir ». Mais tard dans sa vie, elle a pu apprivoiser son traumatisme et revenir sur sa jeunesse dévastée. Car « rien ne s’efface ». Elle retourne à Auschwitz en 2003 pour tourner La Petite prairie aux bouleaux, où l’actrice Anouk Aimée retrace son parcours. En filmant les rails, les barbelés, le néant absolu du lieu, elle s’arrêtait parfois et pleurait. Comme si son matricule 78750 lui brûlait encore les chairs. En 2015, son premier livre (Et tu n’es pas revenu, Grasset) évoque la disparition de son père, qui l’a constamment obsédée. Trois ans plus tard, elle raconte sa douloureuse renaissance (L’Amour après, Grasset). Lorsqu’on a transféré le corps de Simone Veil au Panthéon en juin 2018, elle qui l’avait rencontrée à Auschwitz et la surnommait affectueusement sa « jumelle contradictoire », tant leurs itinéraires et choix de survie avaient différé, elle s’est sentie enfin apaisée, « comme si toutes les filles de Birkenau entraient au Panthéon ». La mort de Marceline Loridan-Ivens le 18 septembre de la même année ne signifie pas pour autant sa disparition. Elle laisse un héritage vivant de résistante et de féministe qui allait sans relâche parler de la Shoah aux jeunes des lycées, de femme engagée et rebelle qui n’hésitait pas à proférer des gros mots en buvant de la vodka ou en croquant des biscuits au cannabis.

5Ce beau film en mosaïque, alternant passé et présent, extraits de films et interviews, au montage discrètement fluide, rend bien compte de cette personnalité inclassable et libre jusqu’au bout.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bidaud, « Marceline, une femme, un siècle, film documentaire de Cordelia Dvorak, France, 2018, 60 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 202-204.

Référence électronique

Anne-Marie Bidaud, « Marceline, une femme, un siècle, film documentaire de Cordelia Dvorak, France, 2018, 60 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12390

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Bidaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page