Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart.
p. 205-219

Texte intégral

POÈME GRAPHIQUE

1Éloi Valat, Louises, les femmes de la Commune, Bleu Autour, 2019, 160 p.

« Les journaux étrangers, naturellement mis sous le boisseau par la presse française, rendaient au contraire hommage à la dignité des prisonnières. J’ai vu, disait l’un d’entre eux, une jeune fille habillée en garde national, marchant la tête haute parmi des prisonniers qui avaient les yeux baissés. Cette femme, grande, ses longs cheveux blonds flottant sur ses épaules, défiait tout le monde du regard. La foule l’accablait de ses outrages, elle ne sourcillait pas et faisait rougir les hommes par son stoïcisme. Si la nation française ne se composait que de femmes, quelle terrible nation ce serait ! ».

Prosper-Olivier Lissagaray, Les huit journées de mai derrière les barricades, Bruxelles, 1871, p. 203.

  • 1 On lui doit Le Journal de la Commune, 2008, L’enterrement de Jules Vallès, 2011 et La Semaine sangl (...)

2Éloi Valat a consacré plusieurs ouvrages à la Commune1 et nous suivons avec attention et sympathie ses déambulations dans les méandres des textes d’époque choisis (souvent littéraires) et des dessins surgissant de l’histoire, éclatants de couleur, qui rappellent sans cesse la modernité de cette insurrection.

3Loin de s’attarder à l’esprit mélancolique de la commémoration des vaincu(e)s, ce nouvel album, « ce poème graphique » pour reprendre l’expression de la très bonne préface de Sarah El-Matari, est consacré aux Louises, les femmes de la Commune. Il répond bien aux interrogations, voire aux mensonges et aux dénis sur la participation des femmes au mouvement communaliste.

  • 2 Voir l’ouvrage, toujours de référence et plusieurs fois réédité, de Paul Lidsky, Les Écrivains cont (...)

4Évidemment plane l’image emblématique de Louise Michel. Mais la vierge rouge ne saurait cacher d’autres héroïnes dont les portraits sont dressés dans la dernière partie du livre (VII-Aux citoyennes : André Léo, Paule Minck, choisie pour la couverture, Nathalie Le Mel, Hortense David, Lachaise), et surtout la masse des femmes issues des milieux populaires, désignées par de nombreux auteurs bourgeois et réactionnaires (voir notamment les textes de Zola ou de Flaubert) sous le nom terrible de « pétroleuses ». Le mépris est très grand pour ces révolutionnaires ordinaires, que Louise Michel a défendues contre le flot d’insanités déversées par les écrivains majoritairement engagés contre la Commune2 :

  • 3 Louise Michel, La Commune, Éditions Stock, collection « Stock plus », Paris, 1978 (1898), 480 p.

« Les légendes les plus folles coururent sur les pétroleuses. Il n’y eut pas de pétroleuses, les femmes se battirent comme des lionnes, mais je ne vis que moi criant le feu ! le feu devant ces monstres ! Non pas des combattantes, mais de malheureuses mères de famille, qui dans les quartiers envahis se croyaient protégées par quelque ustensile, faisant voir qu’elles allaient chercher de la nourriture pour leurs petits (une boîte au lait, par exemple), étaient regardées comme incendiaires, porteuses de pétrole, et collées au mur ! Ils les attendirent longtemps leurs petits ! Quelques enfants, sur les bras des mères, étaient fusillés avec elles, les trottoirs étaient bordés de cadavres. »3

  • 4 Voir l’interview de Mathilde Larrère par Gabriel Pornet : « Les féministes actuelles devraient se r (...)

5Femmes du peuple. Derrière la dure lutte pour la survie, remarquablement illustrée par Éloi, pointe sans arrêt le combat pour la dignité, qui ne s’arrête pas aux limites chronologiques de ce merveilleux album. Il sait redonner la parole aux femmes, montrer leurs sacrifices et surtout faire vivre leur espoir. Un combat à poursuivre toujours : « Les grandes revendications sociales du 19e siècle ont été portées par les femmes autant que par les hommes, et on ne le dit pas assez. Quand les révolutions meurent, elles sont les premières victimes : il y a toujours un double retour à l’ordre, politique et sexiste4 ». À commencer par celui qui est imposé à ces femmes, traînées devant les conseils de guerre chargés de les juger, humiliées, ramenées au rang de subalternes, jamais désignées comme combattantes et systématiquement discréditées pour en montrer la bestialité et l’absence de toute pensée propre. Des femmes « contre nature », mises au ban même de leur appartenance au genre féminin (comme le décrète Dumas fils), qui ont tant à nous apprendre encore aujourd’hui sur la lutte pour l’égalité sociale.

  • 5 Voir « Les Cahiers recommandent », dans les Cahiers d’histoire, n° 142, 2019.

6La défaite de la Commune réduit pour un temps au silence les communardes comme tous ceux qui ont participé à l’insurrection, survécu à la semaine sanglante et aux exécutions sommaires. La fusillade, la déportation et l’exil laissent la place à un courant féministe plus modéré et bourgeois, qui s’attache à l’obtention du droit de vote ; les femmes du peuple reviendront en luttant d’abord pour l’égalité salariale et pour les valeurs universelles d’émancipation. Elles sont toujours là, plus que jamais présentes dans nos mouvements sociaux, comme l’ont montré Gilles Perret et François Ruffin dans leur documentaire, J’veux du soleil5.

7En refermant le livre, la force des textes et la beauté des dessins qui les portent continuent encore longtemps à nous enchanter, mais aussi à nous interroger sur le combat des femmes et au-delà à nourrir toutes les luttes contre les discriminations et les oppressions.

EXPOSITIONS

8Franz Marc/August Macke, l’aventure du Cavalier bleu, Musée de l’Orangerie de Paris, du 6 mars au 17 juin 2019.

9En 1910, Franz Marc (né en 1880) et August Macke (né en 1887) se rencontrent à Munich, une des capitales de l’art moderne. Ils pratiquent tous deux une peinture postimpressionniste, marquée notamment par Gauguin (Marc) et Cézanne (Macke). Leur amitié, tissée de voyages, de découvertes communes, d’échanges féconds, est intense mais brève : quatre courtes années, durant lesquelles leurs styles évoluent radicalement, au contact des nombreuses avant-gardes qui éclosent alors en Europe : fauvisme, orphisme, cubisme, futurisme, expressionnisme… Un art nouveau s’invente, en résonance avec le progrès, transcendant les hiérarchies et les frontières : « De toutes parts, de nouveaux artistes s’adressent des signes : un regard, une poignée de main suffisent pour se comprendre ! » écrit avec enthousiasme Franz Marc dans l’almanach du Blaue Reiter en 1912.

10Le « Cavalier bleu » (Der Blaue Reiter), fondé en 1911 à Munich par Vassily Kandisky et Franz Marc, auxquels se joint August Macke, entend abolir les cloisonnements entre les genres, les siècles, les civilisations, au profit d’une véritable synthèse entre les arts. Le « cavalier » fait référence à Saint-Georges terrassant le dragon (ici celui du passéisme) ; le « bleu » renvoie au ciel, car Kandisky et Marc partagent le même spiritualisme. Ce mouvement constitue un jalon essentiel dans l’histoire de l’art moderne, qui parvient alors à l’aboutissement logique de décennies d’expérimentations et d’innovations : l’abstraction. Nos deux amis y arrivent eux aussi, mais par des cheminements différents, et le rapprochement est passionnant.

11Franz Marc s’enfonce dans sa quête d’un ailleurs fantasmé, où règne l’harmonie originelle, loin de notre univers urbain et technicien. L’être humain s’efface, les corps des animaux se disloquent. À la fin, il ne reste plus que des formes pures, une nature abstraite et édénique.

12De son côté, August Macke continue à manifester dans son travail un intérêt certain pour le monde qui l’entoure, qu’il s’agisse de scènes de la vie urbaine ou de vues de Tunisie, pays qu’il visite en 1914 avec Louis Moilliet et Paul Klee. Son goût pour la lumière débouche sur d’intenses « formes colorées », son abstraction est joyeuse.

13Pour nos deux amis, encore jeunes et plus que prometteurs, une riche carrière s’annonce. En fait, elle est finie. Nous sommes en 1914 et ils sont tous deux mobilisés. Macke tombe dès septembre 1914 en Champagne, Marc meurt en mars 1916 dans le secteur de Verdun. Nous sommes privés à tout jamais des œuvres qu’ils auraient créées. Maudits soient les fauteurs de guerre qui ont saccagé leurs vies et celles de tant d’autres !

14Catalogue indispensable : Cécile Debray et alii, Franz Marc/August Macke. L’aventure du Cavalier bleu, Musée d’Orsay et de l’Orangerie/Hazan, 192 p., 150 ill., 39,95 €.

15  

16Paris romantique, 1815-1848, Petit Palais et Musée de la Vie romantique, du 22 mai au 15 septembre 2019.

17

18C’est une exposition d’une envergure remarquable que nous proposent les deux musées de la Ville de Paris : représenter, par quartiers et par thèmes, ce que fut le Paris romantique, entre la chute de Napoléon Ier et l’avènement de la Deuxième République. Des cartes interactives, placées dans différentes salles des deux lieux d’exposition, permettent de visualiser les quartiers de Paris qui bougent le plus : le déplacement de l’activité artistique et littéraire de la rive gauche à la rive droite, les nouveaux quartiers de l’ouest.

19Au Petit Palais, les salles s’organisent selon un parcours thématique. D’abord, la représentation du pouvoir : portrait des rois qui posent « en bourgeois », entourés de leur famille, dépouillés des ornements de la royauté ; des meubles et objets reconstituent le décor de leurs règnes. Une attention particulière est portée à Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe et sculptrice douée. Puis une longue galerie évoque le Palais-Royal ; là est présentée la panoplie complète du parfait dandy, du gilet brodé à la canne à pommeau orné. Les tenues féminines ne sont pas en reste : quatre superbes robes prêtées par le musée Galliera trônent au centre de la galerie, ainsi que de nombreux accessoires. On entre ensuite dans une vaste salle, qui représente ce que pouvaient être les salons au Louvre, avec des tableaux accrochés sur plusieurs hauteurs et présentés sur fond rouge. Les plus célèbres des artistes agréés par l’Académie royale sont présents : Delacroix, Vernet pour la peinture ; Pradier et Préault pour la sculpture. La peinture d’histoire est abondante, ainsi que les œuvres à sujet littéraire (La Barque de Dante de Delacroix, le Roland furieux du sculpteur Duseigneur). D’autres salles parcourent les autres arts : la musique avec des partitions de Berlioz, le beau portrait de Liszt ; une grande galerie est destinée au théâtre et à l’opéra : portraits d’acteurs, de chanteurs. Cependant, le Paris romantique n’est pas qu’institutionnel : une salle est réservée à la représentation de la grisette et à la figure de l’étudiant, caricaturé par Daumier. Au centre de l’exposition, une salle montre que cette période, si riche pour les arts, fut très agitée politiquement : les révolutions de 1830 et de 1848, qui tentent de mettre à bas la royauté, sont aussi représentées par la peinture et par les caricatures de Louis-Philippe par Granville. Les commissaires de l’exposition ont donc choisi d’arrêter ce parcours historique et culturel au seuil de la Deuxième République, perspective d’un ordre nouveau...

20Le musée de la Vie romantique, rue Chaptal, est l’ancienne maison du peintre « troubadour » Ary Scheffer : il fait construire dans ce « nouveau » quartier de Paris une maison cossue entourée d’un jardin fleuri et arboré... C’est dans ce lieu délicieux, dans les deux ateliers du peintre, que se poursuit l’exposition, par une évocation des salons littéraires. Ils étaient nombreux (plus d’une dizaine), regroupant écrivains, mais aussi musiciens et peintres, autour d’une grande figure : Hugo pour le Cénacle, Gautier pour le Petit Cénacle, mais aussi Madame Récamier et Delphine de Girardin. N’oublions pas le Club des haschischins fréquenté par Baudelaire...

21La muséographie de cette double exposition est superbe : la mise en scène des salles par couleur, la mise en espace des objets et des sculptures donnent à voir et à entendre toute la dimension artistique et littéraire de cette époque. Cependant, il est dommage que rien ne vienne expliciter les origines de ce grand mouvement des arts, qui ne commence pas en 1815, et que le projet se limite à la représentation de la ville de Paris pendant la période de la Restauration et de la monarchie de Juillet.

22Catalogue officiel de l’exposition : Paris romantique, 1815-1848, 470 ill., Éditions Paris musées, 2019, 512 p., 49,90 €.

23  

24Rouge. Art et utopie au pays des Soviets, Grand Palais, Paris, du 20 mars au 1er juillet 2019.

25Plus de 400 œuvres sont présentées au Grand Palais pour cette belle exposition d’art soviétique, des photomontages avant-gardistes de Gustav Klutsis, d’Alexandre Rodtchenko et d’El Lissitsky aux grands tableaux plus conformistes des années 1930 et 1940 montrant la société communiste idéale, avec les toiles d’Alexandre Deineka comme Donbass, la pause déjeuner (1935) qui dépeint des corps juvéniles et vigoureux sortant de l’eau, ou d’Anatoly Yar-Kravchenko comme Gorki lit son conte « La jeune fille et la mort » à Staline, Molotov et Vorochilov (1941).

26Le cinéma (Sergueï Eisenstein), les affiches, les faïences... toutes les formes d’art sont représentées. Le plus impressionnant est sans doute la maquette du monument à la IIIe Internationale, faite en 1919 par Vladimir Tatline, en forme de spirale, mais jamais réalisée en grandeur nature finalement.

27On est frappé également par le caractère allégorique et même surnaturel de certaines œuvres de propagande, comme Le Bolchevik de Boris Koustodiev (1920), où un militant bolchevik, dix fois plus grand que la foule au-dessous de lui, marche dans les rues de Moscou, faisant flotter dans le ciel son immense drapeau rouge.

28Certaines toiles révèlent aussi la volonté du régime soviétique de modernisation et d’émancipation de la femme, comme le grand tableau La Nouvelle Moscou, de Youri Pimenov (1937), où le spectateur est amené à s’identifier à une jeune Moscovite moderne aux cheveux courts dans le vent, au volant de sa voiture décapotable, filant dans un Moscou futuriste aux grands buildings staliniens. Une passionnante plongée dans l’art de propagande communiste. Voir ces œuvres de près et dans leur grandeur réelle (souvent ces tableaux sont de grandes dimensions) permet d’être impressionné par l’ambition de cet art officiel et de regretter que le foisonnement artistique et l’élan de créativité des premières années après la révolution d’Octobre aient été stoppés net par Staline dès son arrivée au pouvoir en 1928.

29Catalogue : Rouge. Art et utopie au pays des Soviets, Paris, RMN/Flammarion, 2019, 288 p., 250 ill., 45 €.

FILMS

30Give me liberty, de Kirill Mikhanovsky, USA, 2018, 111 min.

31

32Le film démarre sur les chapeaux de roue :Vic, le jeune chauffeur d’une camionnette-taxi qui véhicule des personnes handicapées, est en retard et il est débordé ; son chef d’équipe le harcèle dans son talkie-walkie. Entre ses clients en fauteuil roulant qui lui racontent leur vie et son grand-père russe qui lui demande de l’accompagner, avec ses amis, à l’enterrement de sa vieille amie, Vic ne sait plus où donner de la tête. On suit sa course folle sur une journée : sa camionnette, où se serrent trois handicapés et six vieux Russes nostalgiques, file dans les rues désolées des quartiers sinistrés de Milwaukee. On va du centre social pour handicapés où s’organise un concours de chansons, au cimetière où les vieux Russes entonnent un chant de « là-bas » sur la tombe toute fraîche de leur vieille amie. Vic est un jeune homme taciturne et bienveillant, qui veut rendre service à tout le monde. Une de ses clientes, Tracy, une jeune Noire paraplégique au fort tempérament, lui demande d’intervenir pour sortir son jeune frère de prison et de payer sa caution. Pour trouver l’argent, il affronte sa mère, une professeure de piano russe, veuve et sentimentale, qui l’accable de caresses et de plaintes.

33Le film rappelle ceux de Cassavetes : la caméra se mêle à des groupes humains qui semblent vivre, se disputer, évoluer comme dans la vraie vie ; la caméra à l’épaule amplifie cette impression d’être en prise directe avec le réel. Les longues séquences permettent à la tension de monter progressivement entre les personnages, jusqu’à atteindre une hystérie tendre et drôle. Les scènes de repas, en particulier, donnent lieu à des débordements qui mêlent violence et sentiments. C’est des États-Unis d’aujourd’hui que nous parle Mikhanovsky. Dans ce quartier populaire, les communautés cohabitent sans se connaître : regard raciste des Russes sur le quartier noir qu’ils jugent dangereux ; léger mépris des Noirs sur ces Russes non anglophones... D’ailleurs, la révolte gronde : des scènes de manifestation dégénèrent en violence. Le point de vue adopté par le réalisateur est pourtant celui de l’empathie : il filme de façon presque féérique le spectacle des handicapés chantant et dansant dans le centre social. Une voix intervient à plusieurs reprises dans le film : celle du « confident » de Vic, tétraplégique, qui lui explique que le plus important dans sa vie, c’est l’amour.

34  

35Compañeros (La Noche de 12 años), d’Álvaro Brechner, Uruguay, 2018, 122 min. (Disponible en DVD).

36« Une nuit de douze ans », c’est ce qu’ont vécu Eleuterio Fernandez Huidobro, José Mujica et Mauricio Rosencof, les trois héros du film, prisonniers de 1973 à 1985 de l’armée uruguayenne, qui leur a annoncé sans vergogne sa volonté de les rendre fous. Pour cela, ils ont été ballottés d’un lieu d’emprisonnement à l’autre, dans des conditions de détention terribles, sinon inhumaines. Tous trois faisaient partie des neuf dirigeants des Tupamaros « pris en otages », qui seraient exécutés si leurs camarades reprenaient la lutte armée.

37Replaçons ce très beau film, éprouvant mais plein de force et d’espoir, dans le cheminement historique des Tupamaros, ce mouvement révolutionnaire méconnu de ce côté de l’Atlantique, au parcours singulier, « des armes aux urnes », pour reprendre le titre du bel ouvrage d’Alain Labrousse. Après avoir mené une guérilla intense contre l’État uruguayen entre 1966 et 1972, puis connu une répression féroce, ce mouvement s’est converti à la démocratie parlementaire et est arrivé au pouvoir par les élections.

38En effet, au début des années 1960, des militants d’horizons divers se rejoignent dans le même rejet de la stratégie légaliste des partis de gauche « traditionnels », vouée à l’échec face au verrouillage de la vie politique par les partis colorado (libéral) et blanco (conservateur). Inspirés notamment par Cuba et le Vietnam, ils décident de déclencher une guérilla pour libérer l’Uruguay de l’impérialisme américain et de ses séides locaux, qu’ils soupçonnent de préparer un coup d’État, et fondent le « Mouvement de libération nationale-Tupamaros ». Les Espagnols appelaient « Tupamaros » ceux qui se révoltaient contre l’ordre colonial, à partir du nom de Tupac Amaru, Indien révolté supplicié en 1781.

39Sur le modèle mythifié de la sierra maestra cubaine, les fondateurs du MLN-T voudraient créer un foyer de guérilla rurale dans le nord de l’Uruguay, où le charismatique Raul Sendic organise avec un certain succès le prolétariat des cañeros (coupeurs de canne à sucre). Cependant, face à la réalité de l’Uruguay, déjà fortement urbanisé, les Tupamaros inventent une forme de guérilla originale, surtout urbaine.

40Dans une première phase (1966-1969), ils mènent une habile stratégie de « propagande armée », dont les actions minutieusement organisées visent à convertir l’opinion sans effusions de sang. Ils sont populaires quand ils volent les riches pour nourrir les pauvres, soutiennent les occupations d’usines, investissent radios et cinémas pour faire de l’agit-prop, dénoncent la corruption et les malversations financières. Face à eux, l’autoritaire président Jorge Pacheco Areco durcit la répression contre les forces de gauche.

41Puis, dans un deuxième temps (1969-1973), la réflexion politique cède le pas au culte de l’action et du sacrifice. Le MLN-T connaît alors une « dérive militariste » : attentats ciblés contre les forces de l’ordre, enlèvements, exécutions. Les affrontements armés se multiplient. Ce recours à la violence rend le MLN-T impopulaire, même si par ailleurs celui-ci soutient en 1971 la création d’une coalition du centre et de la gauche, le Frente ampio (le « Front large »). La police étant débordée, l’armée entreprend de démanteler le MLN-T, avec un acharnement exacerbé par le contexte de guerre froide. Elle y parvient au cours de l’année 1972 ; les militants du MLN-T sont capturés ou en fuite. En 1973, elle prend prétexte de la guérilla, pourtant vaincue, pour faire un coup d’État et imposer sa dictature.

42Commence alors le calvaire de Huidobro, Mujica et Rosencof. De manière pertinente, Álvaro Brechner ne s’attarde pas sur les traitements inhumains qu’ils subissent, même si l’aperçu qu’il en donne suffit à glacer d’effroi le spectateur. Il s’attache plutôt à nous décrire les techniques que chacun met en œuvre, en fonction de ses ressources propres, pour ne pas être brisé, ne pas céder un pouce de son identité et de ses idéaux, alors même que la folie et le désespoir menacent. Le récit précis de ces douze années épouvantables se mue en hymne aux facultés de résistance et de résilience que recèle l’être humain, quand celui-ci a la foi chevillée au corps, ici la foi en un monde meilleur.

43Le calvaire connaît des rémissions, quand un contact s’établit avec un gardien ; des moments de grâce, quand le ciel réapparait après des mois d’obscurité, quand les compagnons d’infortune parviennent à communiquer entre eux après des mois de silence et de solitude.

44Le film s’achève sur la libération des prisonniers qu’une foule en liesse attend. Le peuple uruguayen a imposé à l’armée le retour à la démocratie en 1984. L’aventure de nos Tupamaros pourrait s’arrêter là : elle continue. Ils ne renoncent pas à leur combat, mais l’infléchissent.

45Le MLN-T reconstitué doit analyser ses erreurs passées et affronter un monde qui change – chute du bloc soviétique, triomphe du néolibéralisme. Après bien des débats, des scissions, les « vieux » (les dirigeants historiques) imposent le choix de la voie légale et créent le « Mouvement de participation populaire », lequel intègre le Front large, dirigé par le socialiste modéré Tabaré Vázquez. Huidobro et Mujica deviennent parlementaires, tandis que Rosencof reprend sa carrière d’écrivain. Les anciens guérilleros se rallient donc à un programme réformiste aux forts accents sociaux, qui séduit d’autant plus la population que l’Uruguay est frappé par une grave crise financière à partir de 2002, après des politiques néolibérales catastrophiques. En 2004, le Front large accède au pouvoir. Tabaré Vázquez est élu président, d’anciens Tupamaros entrent au gouvernement.

46Enfin, José Mujica, est élu président en 2009 avec 52 % des voix. Durant son mandat (2010-2015), il s’efforce de restaurer l’État-providence et fait approuver d’importantes lois sociétales, comme la légalisation de l’avortement. Il assume le renoncement à l’idéal de transformation radicale de la société au profit d’une politique « pragmatique » venant en aide ici et maintenant aux travailleurs et aux démunis. Nous ne trancherons pas ici l’éternel dilemme des gauches entre réformisme et révolution.

47José Mujica reste populaire dans son pays, de par son franc-parler, sa bonhomie et son image de président « pauvre » qui, durant son mandat, a continué à vivre simplement, sans se laisser griser par les fastes et le pouvoir – hé oui, cela existe ! Donnons-lui le mot de la fin : « Les battus sont ceux qui cessent de lutter, les morts sont ceux qui ne luttent pas pour vivre ».

48Le film est inspiré par le livre Memorias del calabozo (« Souvenirs du trou noir »), d’Eleuterio Fernández Huidobro et Mauricio Rosencof, paru en 1987, réédité en 2000 aux éditions Pázcuaro (Argentine), non traduit.

49Sur les Tupamaros, on pourra lire :

50- Alain Labrousse, Les Tupamaros. Des armes aux urnes, Éditions du Rocher, 2009.

51Les Tupamaros en Uruguay (1965-2010). De la guérilla à la politique légitime, Sciences-Po/OPALC (Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes), <www.sciencespo.fr/opalc/content/les-tupamaros-en-uruguay-1965-2010-de-la-guerilla-la-politique-legitime>.

52- La citation de José Mujica est extraite d’un entretien disponible sur le site de Libération : <www.liberation.fr/planete/2014/07/11/exclusif-afp-la-vie-extraordinaire-de-jose-mujica-president-d-uruguay>.

53- L’éditeur Folies d’encre a publié plusieurs ouvrages de Mauricio Rosencof, notamment Les lettres qui ne sont jamais arrivées (2009) et El bataraz (2011), dans lesquels il revient sur son expérience carcérale.

Haut de page

Notes

1 On lui doit Le Journal de la Commune, 2008, L’enterrement de Jules Vallès, 2011 et La Semaine sanglante, 2013.Voir également les dessins illustrant le roman d’Octave Mirbeau, Sébastien Roch, 2017, présenté dans « Les Cahiers recommandent », Cahiers d’histoire, n° 136, 2017. Tous ces livres ont été publiés par l’éditeur Bleu Autour.

2 Voir l’ouvrage, toujours de référence et plusieurs fois réédité, de Paul Lidsky, Les Écrivains contre la Commune, La Découverte, 2010 (1970), 210 p.

3 Louise Michel, La Commune, Éditions Stock, collection « Stock plus », Paris, 1978 (1898), 480 p.

4 Voir l’interview de Mathilde Larrère par Gabriel Pornet : « Les féministes actuelles devraient se revendiquer de la Commune », Libération, 22 mars 2019, <https://www.liberation.fr/debats/2019/03/22/mathilde-larrere-les-feministes-actuelles-devraient-se-revendiquer-de-la-commune_1716310>.

5 Voir « Les Cahiers recommandent », dans les Cahiers d’histoire, n° 142, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart., « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 143 | 2019, 205-219.

Référence électronique

Anne Kienast, Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart., « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12410

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page