Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Vincent Capdepuy, 50 histoires de mondialisation. De Néandertal à Wikipedia

Paris, Alma, 2018, 480 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Vincent Capdepuy, 50 histoires de mondialisation. De Néandertal à Wikipedia, Paris, Alma, 2018, 480 p.

Texte intégral

1Dans ce livre original et novateur, qui s’inscrit dans le courant de l’histoire globale et connectée, Vincent Capdepuy, enseignant et chercheur français basé à la Réunion, présente, en décentrant toujours le regard vers les régions non-occidentales du monde, cinquante études de cas chronologiques de phénomènes qui ont relié les différents continents. Le lecteur est invité à lire les chapitres dans l’ordre qu’il veut et, comme dans un « livre dont vous êtes le héros », il peut choisir, guidé selon ses goûts, l’ordre dans lequel il explore l’ouvrage.

2Ainsi, au fil des chapitres où à chaque fois une carte du monde synthétise le propos, on croise l’itinéraire de grands voyageurs, comme Ibn Battuta au 14e siècle. L’auteur montre que le monde était déjà à cette époque parcouru de flux multiples (hommes, marchandises, monnaies) ; il indique que l’« on peut voir en Ibn Battuta une véritable incarnation de la mondialisation » (p. 128).

3Vincent Capdepuy s’intéresse aussi bien aux grands personnages, comme Tamerlan, dont il analyse la mort en 1405 et son impact, qu’aux anonymes et simples gens, tous acteurs d’une certaine forme de mondialisation. Pour l’auteur, 1405 est une date charnière, car ce n’est pas simplement celle de la mort de Tamerlan, mais, avec la fin de son Empire mongol, « une des dates les plus importantes de l’histoire de l’Eufrasie », puisqu’elle « symbolise la fin d’un possible : la construction d’un empire des steppes garantissant de façon durable les relations entre les différents pôles de puissance établis en Europe, au Machreq, en Inde et en Chine ». C’est donc « une bifurcation dans l’histoire globale » (p. 144-145).

4L’auteur s’attache à décentrer le regard, habituellement focalisé sur l’Occident. Ainsi, il s’intéresse à des acteurs moins connus de l’histoire, par exemple Pedro Sarmiento de Gamboa, Inca, auteur au 16e siècle d’une Historia de los Incas, écrite à la demande du vice-roi du Pérou. Dans cet ouvrage, Gamboa rapporte le récit d’une expédition maritime menée au 15e siècle par l’Inca Tupac Yupanqui dans le Pacifique. Cet épisode est intéressant pour l’historien, car il inverse la perspective habituelle, qui est de penser que ce sont les Européens qui ont lancé des grandes expéditions maritimes.

5Vincent Capdepuy s’intéresse en particulier à l’histoire de la cartographie : ainsi, il retrace les apports de Matteo Ricci à la connaissance cartographique, lors de son installation en Chine à la fin du 16e siècle et de son séjour dans ce pays jusqu’à sa mort en 1610. En Chine, Matteo Ricci a eu l’occasion d’effectuer des comparaisons entre les représentations chinoises et occidentales du monde, opposées. Il aurait ainsi permis « une véritable greffe de la cartographie européenne, alors en pleine modernisation, sur la cartographie chinoise ». Les cartes de Matteo Ricci ont eu un grand succès et ont été très diffusées, aussi bien en Occident qu’en Asie, tout au long du 17e siècle, malgré l’Édit de Kan’ei en 1630, qui interdisait l’introduction au Japon d’ouvrages venus d’Europe.

6Parmi les événements que l’auteur met en avant figurent les luttes d’émancipation des peuples du Sud, comme la révolution haïtienne menée par Jean-Jacques Dessalines, ancien esclave et ancien lieutenant de Toussaint Louverture, qui proclame en 1804 l’indépendance d’Haïti. Il évoque aussi la figure de Sun Yat-Sen, qui a été le premier président de la République de Chine après la révolution chinoise de 1911. Ce dernier avait alors pris le Japon comme modèle, suite à la victoire du Japon dans la guerre russo-japonaise de 1905. Capdepuy rapproche la fascination de ce Chinois pour le Japon de celle également exprimée pour le Japon du nationaliste égyptien Mustafa Kamil, à la même époque. En effet, au début du 20e siècle, le Japon, émergent, pouvait apparaître comme un modèle pour nombre de peuples non occidentaux. « Nous sommes fascinés par le Japon, car c’est le premier gouvernement oriental à utiliser la civilisation occidentale pour résister à l’impérialisme européen en Asie », écrivait Mustafa Kamil (p. 320). Et à cette même époque, au Japon, se développe la doctrine panasiatique, promue notamment par l’« aventurier continental » Omar Kotaro Yamaoka.

7Au début du 20e siècle, l’auteur retrace les utopies d’unification du monde qui ont émergé, comme le rêve d’« unification du genre humain » développé par le Belge Paul Otlet, juriste, militant pacifiste et bibliographe (il est le créateur de la classification décimale universelle).

8Vincent Capdepuy insiste aussi sur l’importance des grandes réunions des pays et peuples du Sud, longtemps opprimés, comme la conférence de la Ligue contre l’impérialisme et l’oppression coloniale, tenue à Bruxelles en 1927, ou la conférence de Bandung (Indonésie) en 1955, jusqu’au Forum social mondial tenu à Porto Alegre (Brésil) en 2001, contre-sommet par rapport au Forum économique mondial de Davos, réunion des riches et des puissants du monde occidental.

9L’auteur de ce livre synthétique évoque aussi les grandes représentations du monde actuel, avec la notion de « Triade » (désignant les trois pôles du monde les plus développés : Europe occidentale, Amérique du Nord, Asie orientale), créée par le Japonais Ken’ichi Ohmae en 1985. Ce dernier n’était ni géographe ni économiste, mais était le directeur général du bureau tokyoïte d’une multinationale américaine. Or, il y a eu selon Vincent Capdepuy « un profond quiproquo sur le sens de l’expression Triade » : Ohmae « n’entendait pas montrer l’existence de trois pôles, mais bien au contraire l’unification d’un marché » (p. 384). Cette expression de Triade est en tout cas devenue un élément de la vulgate de géographie enseignée aux lycéens en France. Vincent Capdepuy fait le lien avec l’existence de la Commission trilatérale, organisation privée très discrète qui regroupe des personnalités influentes du monde de la politique, de la banque et des affaires, d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale et du Japon, visant à renforcer la coopération entre ces trois régions. Ainsi, dans son livre très documenté, il met au jour les liens existants, les connexions entre les différentes parties du monde, aussi bien l’Occident que le monde extra-occidental, dont il fait ressortir des acteurs et des événements peu connus et pourtant importants. Ce livre, qui fourmille d’exemples concrets, est stimulant et invite à poursuivre l’exploration des zones d’ombre de l’histoire, à remettre en lumière les parcours et les luttes d’anonymes et de peuples longtemps dominés ou ignorés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Vincent Capdepuy, 50 histoires de mondialisation. De Néandertal à Wikipedia », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12429

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page