Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gabriel Gauny, Le philosophe plébéien

Textes rassemblés et présentés par Jacques Rancière, Paris, La Fabrique, 2017, 276 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Gabriel Gauny, Le philosophe plébéien, Textes rassemblés et présentés par Jacques Rancière, Paris, La Fabrique, 2017, 276 p.

Texte intégral

1Gabriel Gauny était un menuisier parisien du début du 19e siècle qui s’est efforcé, dans les plis temporels que le travail lui laissait, de construire une véritable œuvre philosophique et littéraire. Ses réflexions portent aussi bien sur les conditions de travail que sur l’art d’entretenir une amitié. Dans une langue dense, riche, subtile, foisonnante, il rend compte d’une époque marquée par la fatigue des corps prolétaires, par le bruissement du Paris populaire ainsi que par les expériences de vie collectives alternatives. Son écriture se déploie le long d’une histoire scandée par la pauvreté permanente, la dureté du capitalisme industriel naissant, ainsi que les espoirs politiques d’un changement radical. Ces heurts du temps (de 1848 à la Commune) ne sont pas de simples trouées dans l’épaisseur d’un conservatisme politique, moral et économique. Elles sont la matrice de forces contraires aux mouvements réactionnaires. Entre ces moments de surgissement des volontés populaires soudainement convergentes, les écrits de Gauny tracent en pointillé une politique quotidienne de l’émancipation.

2Les textes rassemblés ici par Jacques Rancière sont extraits d’un fonds conservé à la bibliothèque municipale de Saint-Denis. Le Belvédère relate, sous une forme quelque peu romancée, l’éveil philosophique de Gauny. Très tôt, « la conception obscure de l’immensité [l’]obsédait d’une impossible horreur » (p. 34). Avec un camarade, ils se prennent de passion pour les « projets d’étude scientifique et d’exploration dans les curiosités du monde » (p. 35). Malgré leur absence de ressources pécuniaires, ils « s’affol[aient] de minéralogie, de botanique, de numismatique, d’archéologie et de fossiles » (p. 35-36). Gauny décrit sa « passion de lecture » qui lui permet de se constituer « une collection de lectures insolites dans leur amalgame » (p. 38). Il côtoie un « réfugié », savant homme, minéralogiste et « habile botaniste » (p. 39), qui l’entraîne dans la collecte de plantes et l’exerce à la controverse philosophique. Gauny apprend la menuiserie au contact de maîtres fort peu didacticiens. Il évoque surtout un métier alliant la maîtrise du corps à la rigueur de l’esprit : « Je pris un métier généralisant beaucoup d’œuvres industrielles en développant l’adresse de la main, la rectitude du coup d’œil et l’attention de la pensée » (p. 41). Très tôt, il constate l’abrutissement du travail qui fait obstacle à l’épanouissement intellectuel. C’est d’ailleurs sur ce thème que « le travail à la journée » (p. 53) déplie le motif d’une activité prolétaire incapacitante. Reprenant toutes les étapes d’un jour ordinaire de labeur, Gauny rapporte les errements d’une pensée rongée par l’impatience. La menuiserie « harcèle le corps » (p. 53). Les pauses ne permettent d’entretenir qu’« une vague espérance » (p. 55). La surveillance impitoyable du maître interdit les égarements ; elle contraint au labeur et livre l’anatomie de l’ouvrier à son intensité. La pensée se cabre contre cette tension somatique supportée avec peine : « furieuse d’avoir été mise au repos », elle « l’emporte dans d’extravagantes hypothèses » (p. 56). Dans le « travail à la tâche », Gauny décrit les ambivalences d’une activité qui offre une certaine liberté d’action, mais reste marquée par la pression sur les corps : « le métier voûte cet homme sous des fatigues violentes… » (p. 61).

3La gamme des métiers pénibles s’étend à ceux des « chemins de fer » (p. 67), au sein desquels Gauny a opéré quelque temps. L’exploitation ouvrière s’y déploie avec cruauté : « les ouvriers qui s’y débilitent sont vendus à la dîme du corps et de l’âme que prélève le capital, avec son escorte d’amendes, de mises à pied, d’espionnage et de livrets » (p. 67). Gauny délivre une analyse tout à la fois topographique et politique des « ateliers de chemins de fer », soumis à la surveillance constante (p. 68). Les possibilités d’une sortie de cet asservissement patronal autant qu’architectural sont rares. Dans un style flamboyant, Gauny dépeint la triste fatalité de la condition ouvrière : « L’émancipation est enchaînée par des milliers de mailles horribles qui se soudent d’un bout à toutes les misères et dont les extrémités, en remontant se joindre dans la serre de la tyrannie, forment un piège savamment tendu sur le prolétariat, afin de le dompter sous le harnais de la servitude » (p. 74). Dans ce réseau fin de dépendances disciplinaires, le livret joue un rôle crucial : il « subalternise son titulaire » (p. 77). Gauny espère que lorsque viendra le règne de « l’association », le livret constituera un outil égalitaire dans les relations de travail (p. 77).

  • 1 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.

4Le texte consacré « aux ouvriers constructeurs de prisons cellulaires » (p. 85) est exemplaire en ce qu’il révèle tout à la fois une technique d’enquête (comment s’approcher d’un chantier litigieux) et les ambiguïtés morales d’une classe ouvrière contrainte de participer à l’élaboration des structures collectives d’asservissement. Le panopticon cher à Michel Foucault1 est ici décrit avec un luxe de détails.

5Les écrits de Gauny consacrés à « l’économie de la liberté » (p. 111) mettent l’accent sur les éléments pratiques d’une vie « cénobitique » (p. 125), condition d’une élévation intellectuelle guidée par la philosophie. Gauny fait l’éloge d’un ascétisme matériel dont il théorise les bienfaits : « Celui qui s’abstient possède une vitalité qui remplace largement ce qui manque à l’abondance de ses besoins corporels, en leur imposant silence sous sa volonté » (p. 125). Se dégager des « fausses jouissances » permet d’aller « droit dans un air radical » (p. 125). Gauny détaille et chiffre les besoins vitaux : nourriture, vêtements, loyer, c’est une éthique en acte de la frugalité qu’il décrit avec force arguments.

6La philosophie de Gauny ne se contente pas de fournir des ressources morales pour la tempérance ; elle se confronte également aux grands mouvements historiques de la pensée. C’est ainsi que le menuisier récapitule une foudroyante chronologie de « l’esprit », occupant tantôt le cœur des villes, tantôt les franges du désert. Mais l’émancipation ne pourra être atteinte qu’au prix d’une rupture avec la « centralisation étouffante » (p. 147). Gauny explore également la riche philosophie de Diogène et de saint Jean le Précurseur (p. 151). Le premier, se délestant de toutes les matérialités encombrantes, finissait par incarner la « liberté d’être » (p. 153) ; le second repoussait plus loin encore le mépris des « biens temporels » (p. 154).

7En décrivant les « indépendants », Gauny stylise le philosophe exemplaire, détaché des contingences du monde, libre dans sa façon de mener ses réflexions (p. 161).

8Sur le plan politique, le menuisier érige les « principes d’émancipation de la multitude » en horizon absolu (p. 171). L’éducation est au centre de ce processus général de réappropriation de la destinée prolétaire : contact des livres, « agriculture et enseignement populaire » (p. 174), lecture collective de textes essentiels (« les Droits de l’homme, le Contrat social, la Servitude volontaire » [p. 175]).

9Enfin, les correspondances de Gauny, notamment avec des saint-simoniens rassemblés autour d’Enfantin, révèlent à la fois les liens étroits du menuisier philosophe avec les expériences de communautés sociales alternatives du 19e siècle, ainsi que l’estime littéraire dont il bénéficiait auprès de ses amis. Sa poésie est admirée (p. 203), son ascétisme est proverbial (p. 245). Dans les échanges épistolaires engagés dans des voies subversives diverses, se dessinent des espérances politiques et littéraires, intensément mêlées.

10Ce recueil des textes de Gabriel Gauny livre un aperçu saisissant d’une philosophie prolétarienne en actes. On objectera qu’elle était probablement exceptionnelle, qu’elle n’était sûrement pas représentative de la classe laborieuse dans son ensemble. Mais il ne faudrait pas, au nom de cette irrégularité inclassable, la recouvrir du sceau de l’anecdotisme. La poésie du menuisier, comme sa philosophie politique, densifient l’expérience quotidiennement partagée par les ouvriers du 19e siècle d’un travail abrutissant, d’une extraction contrainte des forces vitales ainsi que d’une espérance émancipatrice sans cesse reconduite. La langue éblouissante de Gauny éclaire les ombres furtives des ateliers, écrasées par la misère. En même temps que les capitalistes de l’industrie jetaient les bases d’un système d’exploitation généralisée, certains prolétaires forgeaient les armes intellectuelles d’une contre-attaque politique. Les textes de Gauny prennent place dans cette constellation émancipatrice qui, de la Révolution à la Commune, a participé aux reconfigurations subversives du 19e siècle.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Gabriel Gauny, Le philosophe plébéien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12438

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page