Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marie-Anne Matard-Bonucci, Totalitarisme fasciste

Paris, CNRS éditions, 2018, 320 p.
Grégoire Le Quang
Référence(s) :

Marie-Anne Matard-Bonucci, Totalitarisme fasciste, Paris, CNRS éditions, 2018, 320 p.

Texte intégral

  • 1 Marie-Anne Matard-Bonucci a d’ailleurs participé à cette réflexion, notamment dans l’ouvrage dirigé (...)

1Totalitarisme : l’histoire du mot est connue. D’abord revendiqué par les idéologues du régime mussolinien eux-mêmes, en particulier par le philosophe Giovanni Gentile, le totalitarisme est ensuite devenu un concept, en particulier sous la plume d’Hannah Arendt... qui pensait avant tout aux régimes nazi et stalinien. Néanmoins, une bibliographie importante, que Marie-Anne Matard-Bonucci rappelle en introduction de Totalitarisme fasciste, tend à accepter pleinement d’y rattacher le fascisme italien, même si les discussions sur le sens du concept lui-même restent vives1. Les principaux éléments de la définition comprennent un système de parti unique, un contrôle social et politique qui repose sur un usage généralisé, sinon de la force, du moins de la terreur, l’importance d’un chef charismatique et, enfin, un projet de régénération de l’homme et de la société.

2Pour autant, l’ambition du présent ouvrage n’est pas de prolonger une controverse conceptuelle. Ce qui intéresse l’historienne, c’est plutôt de démontrer la valeur heuristique de la définition du totalitarisme, en effectuant un retour à l’analyse fondatrice d’Hannah Arendt, qui, pourtant, par méconnaissance de la nature précise du régime de Mussolini, n’avait pas considéré le fascisme comme un totalitarisme à proprement parler. Cette définition met l’accent sur le rôle capital que joue la violence dans les régimes totalitaires : la violence, sous toutes ses formes, est l’élément qui, paradoxalement, permet de stabiliser un ordre social fondé sur la haine de l’autre érigé en ennemi, intérieur comme extérieur. Cette fuite en avant se traduit, au gré de l’histoire du ventennio, à la fois par l’escalade dans la répression des opposants politiques puis des résistants, par la politique belliqueuse coloniale et, enfin, par l’antisémitisme et la persécution des juifs planifiée par l’État.

  • 2 Chapitre 11 : « D’une persécution l’autre ? Racisme colonial et antisémitisme ».

3L’ouvrage est structuré en douze chapitres dont certains ont été publiés précédemment sous forme d’articles, et d’autres sont inédits. Ils constituent, notamment en ce qui concerne les chapitres qui ouvrent chacune des trois parties (chapitres 1, 4 et 8), des mises au point conceptuelles et historiographiques sur les liens entre culture et violence, la nature de la doctrine fasciste et l’antisémitisme fasciste. Les multiples facettes de ces violences propres au régime fasciste sont abordées à la fois dans leurs spécificités et comme un ensemble : ainsi, l’auteure s’interroge sur les dynamiques à la fois propres et mêlées qui lient racisme colonial et antisémitisme2.

  • 3 L’auteure a par ailleurs consacré à l’antisémitisme fasciste plusieurs monographies, notamment L’It (...)
  • 4 Chapitre 12 : « L’antisémitisme totalitaire du fascisme ».

4Il ressort du tableau très complet de l’usage de la violence par un régime totalitaire une image tout à fait paradoxale : celle d’un recours calculé, démonstratif, à des formes de violence qui participent pleinement d’un projet politique de transformation de l’État et de l’homme. Alors qu’on s’attend à une histoire de la haine – ne parle-t-on pas un peu rapidement du « déchaînement » de la violence ? –, la plongée méthodique dans les archives dévoile le caractère fonctionnel et gradué de la persécution de ceux qui sont définis comme des ennemis. Dans le cas des opposants politiques, la violence a certes pour fonction première d’intimider et de décourager les résistances. Mais il s’agit aussi d’une manipulation politique de la haine de l’autre : l’exaltation de la violence joue alors le rôle de catalyseur, elle permet de créer du consensus quand il s’agit de conquérir le pouvoir ou d’accepter l’abandon des mécanismes de la démocratie, elle renforce la cohésion de la communauté à travers les épreuves dans lesquelles le régime finit par précipiter son peuple. Le processus qui mène à la persécution des juifs est à cet égard exemplaire3 : même s’il existe des fascistes fanatiquement antisémites dès l’origine, l’antisémitisme est absent de la doctrine officielle avant le tournant de 1938, date à laquelle les « lois raciales » qui excluent les juifs sont votées. Il ne s’agit pas d’absoudre le fascisme en ressuscitant le mythe d’un bravo Italiano contraint par le Reich à la persécution des juifs ; mais l’antisémitisme fasciste n’est pas dû à la réalisation d’un projet présent dès l’origine. Il répond plutôt à une opportunité politique et à la nécessité de mobiliser à nouveau, notamment après les difficultés rencontrées sur le terrain colonial, « retrouv[er] la guerre » (p. 195), en somme. L’admiration pour le modèle allemand et la volonté d’en être à la hauteur expliquent aussi cette fuite en avant tout à fait délibérée4.

  • 5 Chapitre 4 : « Les sables mouvants de la pensée fasciste ».
  • 6 Chapitre 2 : « Violence coloniale, violence de guerre, violence totalitaire dans l’Éthiopie fascist (...)

5In fine, ce qui fait le caractère totalitaire du régime est moins sa doctrine, mouvante et pragmatique5, que sa capacité à assumer, exalter et exposer un certain usage de la violence (puisque dans le même temps le régime rejette la subversion et valorise l’ordre et l’obéissance à la hiérarchie). L’analyse des violences coloniales le démontre : alors que toute domination coloniale s’appuie sur des mécanismes de domination plus ou moins explicites pouvant déboucher sur des formes de violences totales ou génocidaires, la colonisation fasciste repose sur une exaltation permanente des destructions matérielles et humaines6. Tuer est nécessaire à la conquête et à la répression des résistances, certes, mais la guerre coloniale permet aussi de faire advenir les héros fascistes dont la nation régénérée a besoin. Dans cet ordre d’idées, un colonel qui cherche à promouvoir, de manière isolée, une conception plus « humaniste » des opérations de « pacification » en Éthiopie devient un véritable danger : l’économie de la violence est plutôt interprétée comme un signe de faiblesse que de vertu (p. 58-59).

  • 7 Se reporter, dans une optique comparatiste, à Marie-Anne Matard-Bonucci et Pierre Milza (dir.), L’h (...)

6On voit donc à quel point la violence est fonctionnelle à l’ambition de transformation anthropologique qui fait également partie du projet totalitaire7. Remarquons toutefois que l’idée de création d’un « homme nouveau », en soi, caractérise les démarches révolutionnaires bien au-delà du cadre des totalitarismes, à commencer par la Révolution française, et qu’il peut aussi passer par un investissement dans l’éducation, dans une optique d’émancipation. Mais changer l’homme, pour le régime fasciste, engage bien évidemment à une tout autre perspective : celle de la coercition, de l’enrégimentement des consciences, ce qui conduit, là encore, à l’usage de la contrainte et à l’exaltation de la violence agie. C’est bien la violence qui restitue, en particulier dans le cadre de la guerre et par la valorisation d’une violence considérée comme proprement virile, ses lettres de noblesse à l’homme fasciste.

  • 8 Les chapitres 6, 7, 8 et 12 sont consacrés à ces thématiques.
  • 9 Simona Colarizi, L’ opinione degli Italiani sotto il regime: 1929-1943, Rome, Laterza, 1991 ; Chris (...)
  • 10 Voir à ce sujet les réflexions de Pierre Milza, « Le totalitarisme fasciste, illusion ou expérience (...)

7Mais, loin des paroxysmes, un dernier aspect de la contrainte propre aux régimes totalitaires reste essentiel : c’est celui qui relève des tentatives de fascisation de la culture, dont témoignent les interventions visant à discipliner la langue, l’humour ou la sexualité8. Sur ce point également, c’est la tentative d’éliminer ce qui est perçu comme différent et menaçant qui fait le propre du « style fasciste » (p. 126) que le régime tente d’imposer, tant par la coercition que par l’instrumentalisation du contrôle social. Ce « style » n’est pas relié à l’apparence, mais à l’identité. Il est pensé comme un outil à même de transformer les consciences. Pour autant, sur ce dernier aspect du totalitarisme fasciste, les limites du processus invitent à ne pas confondre projet politique totalitaire et contrôle absolu d’une société : de nombreux chapitres, nuancés, pointent en effet les résistances passives, le scepticisme, voire la dérision que suscitent certaines initiatives du régime. L’efficacité de la contrainte mise en place et le consensus relatif dont a bénéficié le régime font d’ailleurs l’objet de nombreuses polémiques mémorielles et historiographiques, qui mériteraient probablement d’être à nouveau interrogées9. La dynamique d’un régime totalitaire permet aussi de comprendre comment le fascisme a réussi à fédérer rapidement bon nombre d’Italiens, sans pour autant gagner durablement les consciences, ce qui pourrait expliquer la rapidité du détachement de la majorité lorsque la conjoncture se dégrade10.

8Rédigé d’une plume alerte mais toujours précise, convoquant une grande variété d’archives, y compris iconographiques, cet ouvrage, utile aux spécialistes comme aux étudiants et aux esprits curieux, témoigne aussi de la cohérence du parcours d’une historienne qui ne s’est pas limitée à l’étude du fascisme, mais ne l’a jamais non plus abandonnée. Paradoxalement, la mémoire du fascisme est aujourd’hui malmenée, tant par les nostalgiques qui brossent une image d’Épinal du régime et de l’action du Duce, dont le nombre est croissant en Italie, que par ceux qui réduisent le fascisme à une simple injure. Déjouer le piège des mots et démonter historiquement la mécanique du fascisme : on ne voit guère œuvre plus utile pour lutter contre les fanatismes contemporains.

Haut de page

Notes

1 Marie-Anne Matard-Bonucci a d’ailleurs participé à cette réflexion, notamment dans l’ouvrage dirigé par Jean Baudouin et Bernard Bruneteau, Le totalitarisme : un concept et ses usages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

2 Chapitre 11 : « D’une persécution l’autre ? Racisme colonial et antisémitisme ».

3 L’auteure a par ailleurs consacré à l’antisémitisme fasciste plusieurs monographies, notamment L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, PUF, 2012 [2ème éd.].

4 Chapitre 12 : « L’antisémitisme totalitaire du fascisme ».

5 Chapitre 4 : « Les sables mouvants de la pensée fasciste ».

6 Chapitre 2 : « Violence coloniale, violence de guerre, violence totalitaire dans l’Éthiopie fasciste ».

7 Se reporter, dans une optique comparatiste, à Marie-Anne Matard-Bonucci et Pierre Milza (dir.), L’homme nouveau dans l’Europe fasciste, 1922-1945 : entre dictature et totalitarisme, Paris, Fayard, 2004.

8 Les chapitres 6, 7, 8 et 12 sont consacrés à ces thématiques.

9 Simona Colarizi, L’ opinione degli Italiani sotto il regime: 1929-1943, Rome, Laterza, 1991 ; Christopher Duggan, Ils y ont cru : une histoire intime de l’Italie de Mussolini, Paris, Flammarion, 2013 ; Paul Corner, La dittatura fascista: consenso e controllo durante il Ventennio, Rome, Carocci, 2017.

10 Voir à ce sujet les réflexions de Pierre Milza, « Le totalitarisme fasciste, illusion ou expérience interrompue ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 100-4, 2008, p. 63‑67.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire Le Quang, « Marie-Anne Matard-Bonucci, Totalitarisme fasciste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12450

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page