Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christelle Dormoy-Rajramanan, Boris Gobille et Erik Neveu (dir.), Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu

Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2018, 477 p.
Juliette Froger-Lefebvre, Nicolas Simonpoli et Nicolas Tardits
Référence(s) :

Christelle Dormoy-Rajramanan, Boris Gobille et Erik Neveu (dir.), Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2018, 477 p.

Texte intégral

1Cinquante ans après les mois de mai et juin 1968, on observe l’engouement que suscite toujours ce moment inattendu de la vie politique française. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant à constater la pléthore de publications qui rendent hommage (ou justice) à l’événement et à ses participants. En revanche, ce qui l’est davantage, c’est de laisser la parole à « celles et ceux » qui ont vécu ce moment historique. Ce défi porté par Christelle Dormoy-Rajramanan, Boris Gobille et Erik Neveu, avec le soutien de Médiapart, offre un éclairage nouveau sur cet épisode extraordinaire vécu par des millions de personnes ordinaires.

2De par leur exhaustivité, les cent cinquante témoignages sélectionnés nous plongent dans les contextes – économique, social, politique – qui constituent la toile de fond de Mai 68. On y rencontre la multitude des protagonistes – ouvriers, étudiants, fonctionnaires, patrons, aumôniers, mères au foyer et même militaires – tantôt enthousiasmés, tantôt effrayés par l’atmosphère révolutionnaire qui nappe le pays. Les souvenirs retranscrits accordent systématiquement un regard singulier sur l’événement, teinté des nuances de la position sociale, de la distance géographique, de l’écart générationnel ou encore des engagements militants et parfois professionnels. Ce n’est plus un Mai 68 réifié qui nous est conté, mais une multitude de « situations » vécues et interprétées par une pluralité d’acteurs.

3L’incertitude quant aux débouchés de cette crise politique laisse entrevoir « un véritable tableau impressionniste » que chacun tente de saisir. Ainsi, au cœur même du Quartier latin, des étudiants racontent qu’ils prennent connaissance des événements au compte-gouttes, alors qu’en région, on écoute la radio pour savoir ce qui se passe dans un Paris « à feu et à sang ». Dans l’attente des décisions du Général, on s’interroge : « Où va-t-on ? », se demande un lycéen de dix-sept ans ; « Comment ne pas mourir ? », se répète inlassablement un notable de province craignant l’existence d’une « liste noire » antibourgeois ; « Que pensent mes parents ? », imagine cet enfant voyant son père cracher sur le poste après l’allocution radiophonique d’un Charles De Gaulle revenu de Baden-Baden ; « Comment agir contre le pouvoir en place ? », sondent les étudiants en quête d’un nouveau répertoire d’actions collectives. L’ouvrage permet ainsi d’appréhender finement toutes ces micro-interrogations qui ont façonné le mouvement de Mai. Il participe à rendre les acteurs plus humains et, quelque part, à « tuer un mythe » trop souvent présenté – par ses propres protagonistes – comme inaccessible.

4Cette démythification est également rendue possible par le décloisonnement géographique et temporel opéré grâce à l’enchaînement des récits. Le bouillonnement international de la contestation (au Vietnam, aux États-Unis, en Bolivie, etc.) impose au lecteur un recul nécessaire avec le contexte national. De même, le « Mè 1967 en Guadeloupe », dont la répression très violente occasionne plusieurs dizaines de morts, nous révèle une des faces cachées de la période. À l’inverse, à une autre échelle, dans une petite école de province, le grondement d’une volonté d’émancipation à la fois féministe et libertaire (du port du pantalon à la lecture d’ouvrages anarchistes) éclot en 1968. D’ailleurs, cette effervescence révolutionnaire est souvent à la croisée de plusieurs temporalités qui font surgir des conflits parfois anciens : la guerre civile en Espagne (« Mon Mai 68 commença le 18 juillet 1936 en Espagne »), la guerre d’Algérie (« Le bouillonnement général de la planète »), la Résistance (« Tout ce qui nous environnait nous a préparés à cela ») ou encore les séquelles de l’immigration italienne (« La société se réveille »).

5Entre violence et joie, entre répression et redoublement des solidarités, les mois de mai et juin reprennent toutes leur complexité et leur hétérogénéité historique. Le climat de violence pouvant exister à l’école (« Nous avions un principal autoritaire ») ou dans la rue (« le gaz lacrymo est ma madeleine de Proust ») laisse place aux récits inattendus des soldats refusant de se plier aux ordres de leur hiérarchie (notamment pour tirer sur la foule : « Si on doit tirer, ce sera sur les gradés », c’est « désobéir à un ordre qui est contre sa conscience »). De même, face à la répression, de nombreux témoignages reviennent sur les réseaux de solidarité qui se mettent en place pour soutenir et approvisionner les ouvriers en grève (« De l’essence dans les bidons de lait »). De la sorte, la solidarité, la fraternité et la joie occupent une place centrale dans les écrits d’acteurs dont la participation aux événements démultiplie l’investissement militant : un prêtre ouvrier évoque ses souvenirs d’un « souffle de vie », une étudiante a le sentiment de se « sentir pousser des ailes » et un journaliste conclura sur « l’espace d’un printemps, comme une insurrection de l’âme, où l’on voulut apprendre à exister ».

6Enfin, la variété des points de vue (enfants, ouvriers, étudiants, militaires, etc.), la teneur des témoignages (introspectifs, descriptifs, intimes, etc.) ainsi que la multiplicité des sources (récit a posteriori, extraits de journal intime, correspondances, etc.) donnent à voir les appropriations différenciées d’un même événement historique. Évidemment, nombre d’ouvrages sur les crises politiques font état de cette réalité, mais bien souvent le matériau utilisé par l’auteur est rendu invisible au lecteur. Cet état de fait provoque habituellement une grande frustration chez les apprentis historiens ou apprentis sociologues, qui ne prennent connaissance que du produit « fini ». Aussi, en nous épargnant de longs extraits d’entretiens, souvent indigestes, et en offrant des témoignages courts, clairs et précis, le livre rend possible une mise en comparaison de ces derniers, de manière à envisager ce qui différencie – socialement parlant – tel ou tel récit. Ce recueil a vocation à circuler largement et sera incontestablement un outil pédagogique précieux pour tout.e.s les enseignant.e.s du secondaire ou du supérieur envisageant de donner corps à l’histoire de cette révolte dont la mémoire n’est pas prête de s’éteindre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Froger-Lefebvre, Nicolas Simonpoli et Nicolas Tardits, « Christelle Dormoy-Rajramanan, Boris Gobille et Erik Neveu (dir.), Mai 68 par celles et ceux qui l’ont vécu », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12465

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page