Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marco Grispigni, La violence politique en Italie dans les années 68

Paris, L’Harmattan, 2018, 204 p.
Bertrand Michel
Référence(s) :

Marco Grispigni, La violence politique en Italie dans les années 68, Paris, L’Harmattan, 2018, 204 p.

Texte intégral

1Comment un pays sur la voie du progrès social et économique, avec un Parti communiste fort et structuré, bascule-t-il dans la violence terroriste aveugle ? Le livre de Marco Grispigni répond à ces interrogations qui traversent notre présent sur l’usage de la violence par des groupes politiques contre l’État et sur l’usage de cette violence par l’État. En réalisant une synthèse sur une période qui travaille la mémoire de la Péninsule, dont les acteurs politiques sont les héritiers, Marco Grispigni mène une réflexion éclairant une période sur laquelle portent de nombreuses ombres et pour laquelle il manquait une synthèse cohérente. Pourquoi l’Italie a-t-elle connu une période de violence terroriste dans les années 1970 ? Est-ce un prolongement des mouvements sociaux très actifs durant les années 1960 ? Est-ce la même violence politique que la violence révolutionnaire ? Comment est-on passé de cette période « d’assaut du ciel », cette période de conquêtes sociales et de réduction des inégalités, à « ces années de plomb », cette violence terroriste qui fit plusieurs centaines de morts ? Comme le dit Robert Maggiori, « La lutte armée menée par les Brigades rouges (...) et les actes de terrorisme ne peuvent en effet recouvrir de cendres le “devenir des cultures créatives” qui était en acte entre 1968 et 1977 » (extrait de l’article « Mai 68 dans le prisme transalpin », Libération,15 février 2017). En ayant recours à des sources multiples, archives judiciaires, articles de presse, témoignages ou romans, en examinant aussi un savoir militant dont Marco Grispigni, en archiviste scrupuleux et engagé, fait un usage rigoureux, le livre parvient à contredire la thèse, très présente dans la mémoire collective et dans les médias, d’une continuité et de liens de causalité entre la violence prégnante dans les mouvements sociaux et la lutte armée de mouvements comme les Brigades rouges. L’intérêt principal du livre est de disculper le mouvement social, rendu responsable par paresse intellectuelle de la violence des « années de plomb », la violence terroriste en Italie dans les années 1970. On aurait aimé que le concept de « violence » soit mieux défini, car seule la notion de « terrorisme » est précisée, « une stratégie politique qui tient la lutte armée pour unique mode d’action ».

2Marco Grispigni choisit d’abord de présenter l’évolution des positions des différents acteurs et de comparer les pratiques et la culture des forces de l’ordre en France et en Italie, qui font de la violence légitime un usage croissant ou décroissant selon les majorités politiques au pouvoir. Il met en relief la répression du mouvement communiste et des mouvements sociaux durant la guerre froide. Il compare la violence des forces de l’ordre lors des conflits sociaux en France en 1947-1948 avec celle des carabiniers ou de la police en Italie dans les années 1950, qui entraîne à Modène, en 1952, la mort de six manifestants à la suite d’une fusillade des forces de l’ordre contre la foule rassemblée devant les aciéries. La répression sauvage des manifestations anticolonialistes à Paris du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962 montre la brutalité d’une police « du roi », selon l’analyse de Marco Grispigni, instrument de pouvoir pour imposer ses lois de façon intransigeante aux classes dominées et aux organisations syndicales. Les rivalités entre les différentes forces de l’ordre, policiers et carabiniers, la culture du maintien de l’ordre et les techniques du contrôle de la rue qui changent entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et les années 1970, sont analysées de façon pertinente. L’auteur montre que l’État italien n’a pas su gérer les conflits en Italie comme en France où, si la violence ne disparaît pas dans les années 1960, on évite pour des raisons politiques la confrontation systématique et l’usage des armes à feu. La gestion de la rue révèle une culture des forces de l’ordre moins meurtrière en France, avec la création des CRS, la formation au maintien de l’ordre, le décrochage pour éviter l’affrontement. La violence de rue participe au conflit social bien avant 1968 et elle constitue un élément culturel de l’identité militante des manifestants des organisations communistes.

3Dans le deuxième chapitre, l’auteur présente les conceptions et pratiques de la violence dans les mouvements sociaux à partir des années 1960 : les différentes formes de violence et de conflits s’expliquent par l’irruption de nouveaux acteurs ; la violence juvénile des mouvements étudiants, pour lesquels la violence est un « rite de passage », cette violence subversive d’une jeunesse est souvent verbale, mais prend aussi d’autres formes. Dresser une barricade, briser une vitrine, jeter des cocktails Molotov, c’est lutter et briser l’interdit, mais cela ne peut être vu comme la matrice de la lutte armée de la décennie suivante. Ces formes de violence révèlent plutôt l’adoption de nouveaux codes et d’une « nouvelle identité collective » (d’après Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil, Rennes, PUR, 2008, p. 63-64) ou une « conquête de la dignité ». De nouveaux acteurs sociaux s’approprient cette violence qui était celle du mouvement ouvrier. Marco Grispigni aborde alors la question d’une violence intrinsèque à l’antifascisme : l’affrontement entre néofascistes et militants antifascistes est-il responsable de cette violence ? Il écarte des idées communément admises, à savoir une disposition à la violence des groupes militants, car cette violence n’explique pas le passage à la clandestinité et à la lutte armée. Il écarte aussi l’idée d’une guerre civile rampante et d’un affrontement de groupes armés qui ne correspondent pas à la situation politique de l’Italie, option minoritaire de militants ne rendant pas compte des mouvements de contestation de cette génération. Pour Grispigni, la violence révolutionnaire n’est pas une matrice d’autres violences, mais une forme d’expression des mouvements sociaux, dont certes le vocabulaire marxiste est imprégné, la violence comme « accélérateur de l’histoire » qui ne peut être confondue avec la violence terroriste.

4Dans le troisième chapitre, la prise en considération de la dimension européenne, mondiale et internationaliste du Mai 68 italien permet de briser l’idée d’une singularité italienne qui expliquerait le basculement dans cette violence terroriste. La comparaison entre le Mai italien et le Mai français montre l’effacement de la violence dans les mémoires des deux côtés des Alpes, malgré l’usage de la violence par les forces de l’ordre et le nombre élevé de victimes en Italie comme en France. Original dans ses formes, théâtral, employant un langage marxiste, animé par de nouveaux acteurs (les étudiants, les jeunes travailleurs et les femmes), Mai 68 est sans doute plus long en Italie, mais rien ne permet d’étayer l’idée d’une singularité d’un conflit qui se prolonge également en France dans « ses vies ultérieures » (dixit Kristine Ross dans Mai 68 et ses vies ultérieures, Marseille, Agone, 2010, p. 15).

5Dans le chapitre suivant, l’auteur revient sur l’attentat commis le 12 décembre 1969 en plein centre de Milan, Piazza Fontana, qui expliquerait le passage du mouvement social de la lutte politique à la lutte armée. C’est en faisant porter la responsabilité de cet attentat sur les anarchistes par un télégramme du préfet de Milan que l’État aurait déclenché les violences dès le début de l’enquête. La violence terroriste dont l’Italie pâtit après l’attentat de la Piazza Fontana « met fin à l’innocence » des mouvements contestataires. Elle représente pour l’auteur le moment charnière du déclenchement de cette violence hors-norme, qui naît de l’instrumentalisation de l’extrême droite par une partie de l’appareil d’État. Attentats aveugles sur les places, dans les gares, dans les banques et dans les trains de travailleurs partant manifester, l’attentat ouvre la voie à la « nuit de la République ». Pour la gauche, ces violences ont pour but de contenir la poussée progressiste et révolutionnaire en mettant fin aux mouvements sociaux.

6Marco Grispigni éclaire d’un regard neuf les thèses d’un complot, celle des groupes gladio liés à l’OTAN et guidé par l’anticommunisme des classes dirigeantes en pleine guerre froide, opposées à l’arrivée au pouvoir du PCI et mettant en œuvre cette « stratégie de la tension ». Mais, il montre aussi les divisions et l’ambiguïté de la classe dirigeante sur cette stratégie et cette option autoritaire. Le basculement de certains groupes au sein de l’État dans cette violence pour discréditer les mouvements de gauche se justifie selon l’auteur par la crainte d’un rapprochement des mouvements étudiants et des travailleurs, le mouvement social passant des universités aux entreprises, les étudiants « passant le relais aux travailleurs » après 68 ; la perspective d’un « automne chaud » aurait inquiété la bourgeoisie. Cette stratégie prend fin dès sa mise en œuvre, en raison des divisions et contradictions au sein de l’État.

7Marco Grispigni se focalise ensuite sur les actes et les positions des mouvements d’extrême droite néofascistes, ces « chevaliers noirs » moins analysés et moins connus que les groupes d’extrême gauche, et leur manipulation par une partie de l’État. En veillant à contextualiser les événements précisément par une chronologie fine, il parvient à démontrer les responsabilités de l’État dans la riposte violente de certains groupes politiques. On peut regretter que cette chronologie n’ait pas été donnée en annexe pour les lecteurs qui ne sont pas familiers de l’histoire italienne récente, même si le système de notes de bas de page est très éclairant.

8En se penchant dans son dernier chapitre sur les « années de plomb » et les théories et pratiques de la violence, Marco Grispigni analyse les mouvements clandestins et les différentes cultures politiques des mouvements d’extrême gauche pour construire une typologie entre les mouvements en montrant les divisions sur cette question de la violence, ses différentes formes ou pratiques (enlèvements, séquestrations, attentats ciblés). Les positions léninistes de certains groupes, les stratégies des Brigades rouges et celles de mouvements radicaux refusant ce recours à la violence, comme Lotta continua, montrent qu’il n’y a pas une culture unique. Le rapprochement entre le PCI et la démocratie chrétienne, le « compromis historique » engagé en 1973, justifierait les craintes d’une partie des militants de la gauche basculant dans la violence. La résistance de ces groupes à la répression et leur reconstitution après la dissolution permettent aussi de comprendre que cette violence se soit prolongée. La comparaison entre l’exemple français ou les comparaisons moins fréquentes avec l’exemple allemand sont pertinentes et permettent de procéder à des différenciations sans basculer dans le paradigme d’une exception et d’une singularité italienne.

9Le travail de Marco Grispigni est remarquable, vivant et rigoureux. La réflexion, étayée par des arguments solides et nuancés, se montre honnête en ce qu’elle n’écarte aucune thèse sur la violence politique. Mais ce travail suppose une bonne connaissance de l’histoire des « années de plomb » et donne envie de prolonger cette lecture avec celle d’autres textes, comme La horde d’or, aux éditions de l’Éclat, traduit en France en 2017, pour saisir le pendant joyeux de cet « assaut du ciel » et comprendre le soubassement politique et culturel de ces mouvements sociaux, ces espoirs et ces rêves défaits par la violence de l’État et des groupes politiques.

10Il est surprenant qu’il manque à un ouvrage d’une telle importance une conclusion étoffée, qui aurait permis d’éclairer comment ces usages illégitimes de la violence par l’État et de la violence par les groupes politiques armés ont effacé les « espoirs et les rêves ». Elle aurait permis de mettre en perspective comment la violence a entraîné une situation de blocage politique en détruisant un espace pour une opposition politique et a favorisé un repli sur la sphère privée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Michel, « Marco Grispigni, La violence politique en Italie dans les années 68 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12492

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page