Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Éric Vuillard, La Guerre des pauvres

Actes Sud, coll. « Un endroit où aller », 2019, 68 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Éric Vuillard, La Guerre des pauvres, Actes Sud, coll. « Un endroit où aller », 2019, 68 p.

Texte intégral

1Éric Vuillard est un écrivain et cinéaste qui, depuis 1999, nous livre des récits originaux appuyés sur des sources historiques, en privilégiant des événements marquants de notre société occidentale, de « La bataille d’Occident » à « Tristesse de la terre ». Mais parmi ses ouvrages, il convient d’attirer l’attention sur son « 14 Juillet », qui nous fait revivre les événements de l’année 1789 à travers des personnages anonymes, acteurs majeurs de ces journées, loin des figures glorieuses retenues par l’histoire.

2L’importance de ses réflexions et la qualité littéraire de ses textes ont conduit cet auteur à recevoir de nombreux prix, dont le Goncourt en 2017, alors que son ouvrage « L’Ordre du jour » ne répondait pas strictement aux critères habituels du jury de ce prix.

3En ce début d’année 2019, son dernier écrit paraît alors que la France traverse une nouvelle révolte, celle des « gilets jaunes », et la lecture de l’ouvrage renvoie inévitablement aux événements que nous vivons aujourd’hui.

4La révolte des paysans allemands en 1524-1526 a déjà été étudiée par Friedrich Engels dans son ouvrage « La Guerre des paysans en Allemagne » (1850), ainsi que par Ernst Bloch dans « Thomas Müntzer, théologien de la révolution » (1921), jusqu’au collectif italien Wu Ming dans un roman, « L’œil de Carafa », en 1999. Ces prédécesseurs ne sont pas ignorés d’Éric Vuillard, qui reprend ces événements historiques en treize courts chapitres et près de 70 pages. Il nous les livre dans un style décalé, mais toujours passionné et au souffle puissant. Il y joint aussi le récit des signes avant-coureurs de soulèvements d’époques plus lointaines en Angleterre.

5Tout d’abord, il aborde l’histoire de Thomas Müntzer avec une phrase abrupte : « Son père avait été pendu ». Né en 1489 dans les montagnes du Harz, il lit dès l’adolescence de nombreux livres de la Bible de Gutenberg. Il devient pasteur en 1520, disciple de Martin Luther et prêcheur anabaptiste auprès des pauvres, car « il croit en une chrétienté authentique et pure » (p. 13). L’accès aux textes vernaculaires illustre le partage d’une nouvelle richesse avec tous. Mais ses idées dérangent, il est chassé de Saxe et part prêcher en Bohême, région alors en pleine effervescence.

6Éric Vuillard raconte également la grande révolte de 1381 en Angleterre, lorsque le théologien John Wyclif (environ 1330-1384), réformateur précurseur de la Réforme anglaise, eut « une toute petite idée, une idée de rien du tout » (p. 15) selon laquelle « il existe une relation directe entre les hommes et Dieu » (p. 16), ce qui le conduit à penser la nécessité de traduire la Bible en langue vulgaire, de considérer l’esclavage comme un péché et surtout de prôner l’égalité des hommes. La grande révolte anglaise de 1381 fait suite à la promulgation d’un nouvel impôt, la poll tax. John Ball prêche contre les puissants, puis il est suivi par Wat Tyler à la tête des paysans du Kent. Malgré leurs échecs, Jack Cade relance le mouvement en 1450. Tous ces soulèvements sont mâtés, mais malgré ces échecs, leurs idées progressent dans le peuple.

7Puis nous revenons dans le Saint-Empire romain germanique, où Jan Hus prend la relève de John Wyclif en traduisant en tchèque son ouvrage le Trialogus. Il prêche lui aussi la désobéissance et déclenche l’émeute. Convoqué à Rome, il est condamné et exécuté. Thomas Müntzer, héritier de cette longue tradition, reprend alors le flambeau : il rédige sa « Protestation » et devient le héros principal de la révolte paysanne. Au moment où l’imprimerie permettait l’impression et la diffusion de la Bible, la rendant ainsi accessible en langue vernaculaire, ce prêcheur protestant fut l’une des voix les plus virulentes, notamment avec son « Sermon aux princes » de 1524. C’est le récit haletant d’une colère et d’une marche irrépressible vers la radicalisation et l’échec pour les rebelles au cours des batailles de Frankenhausen et Mühlhausen en 1525, qui furent de véritables massacres.

8« Ces mots vont petit à petit devenir les nôtres. Ils vont mettre longtemps, très longtemps à faire leur chemin jusqu’à nous » (p. 30). Éric Vuillard nous livre ainsi un récit enfiévré et fougueux, mais avec quelques pointes d’humour, de ces combats pour l’égalité et la dignité. Son style est efficace, l’utilisation du présent donne l’impression de voir les événements se dérouler devant nous. Il suggère aussi de belles images, comme celle de la métaphore de l’imprimerie : « La pâte avait coulé depuis Mayence sur tout le reste de l’Europe » (p. 8). Son sens de la formule est percutant : « Le pape se fâche, et quand le pape se fâche, il pleut des bulles » (p. 16). Enfin, les chutes de ses chapitres sont remarquables, en particulier dans le dernier : « Le martyre est un piège pour ceux que l’on opprime, seule est souhaitable la victoire. Je la raconterai. » (p. 68).

9Ainsi, Éric Vuillard nous promet d’écrire la suite : le récit de la victoire de la révolte. En retraçant une rapide histoire de la Réforme et de la chrétienté, il insiste surtout sur les idées révolutionnaires qui vont se diffuser, contre les ordres établis, au cours des siècles et jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Éric Vuillard, La Guerre des pauvres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12510

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page