Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales

Paris, La Découverte, 2017, coll. « L’envers des faits », 255 p., 22 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, La Découverte, 2017, coll. « L’envers des faits », 255 p., 22 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une enquête (sociale) sur une enquête (citoyenne). Le point de départ de ce travail de restitution sociologique et historique d’un drame sanitaire et social est la verrerie de Givors. Pascal Marichalar rappelle que c’est au 18e siècle que la petite cité rhodanienne, par la conjonction de ressources en silice et en charbon « de terre » (p. 21), devient un haut lieu de la fabrication du verre. En 2003, la « dernière coulée » scelle le sort d’une usine qui avait notamment appartenu au groupe Danone (p. 25). La focalisation de cette multinationale sur l’alimentaire (le contenu) plutôt que sur le verre (le contenant), puis celle de BSN Glasspack à Owens-Illinois Manufacturing, sont les désormais classiques stratégies de cupidité capitaliste qui démonétisent l’outil de travail. Lors de l’annonce inéluctable de la fermeture de l’usine, les revendications portent principalement sur un « reclassement de bonne qualité », ainsi que sur une « réindustrialisation du site laissé vacant » (p. 33). Si la première demande sera très partiellement entendue, la seconde ne donnera lieu à aucune réelle mise en œuvre. Les anciens ouvriers se retrouvent donc, après la fermeture, dans un local associatif. Entre le soutien aux ouvriers en reclassement et la reconstitution d’une mémoire patrimoniale, les anciens de l’usine de Givors maintiennent actifs leurs liens amicaux et professionnels. Au cœur de ce dispositif, Christian Cervantes, syndicaliste à la CGT, en pré-retraite, s’active notamment pour la création d’un musée (p. 37). Mais en 2005, les médecins lui diagnostiquent un cancer de la gorge. Malgré des traitements difficiles, et suite à l’apparition d’une tumeur au niveau de la bouche, Christian Cervantes meurt en février 2012.

2Ce décès est, en quelque sorte, l’acte dramatique inaugural d’une prise de conscience collective. Deux personnes vont jouer un rôle crucial dans ce qui est d’abord une analyse rétrospective de conditions de travail intenables : Mercedes Cervantes, l’épouse de Christian, et Laurent Gounon, imprimeur très impliqué dans les luttes sociales locales. C’est en 2008 ou 2009 qu’émerge le lien entre les activités professionnelles des anciens ouvriers de la verrerie et la multiplication des pathologies mortelles dont ils sont affectés, alors que Mercedes Cervantes interpelle les collègues de son mari pour leur signaler la mortalité terrifiante qui les accable (p. 41-42). Les maladies et les décès déciment les rangs des ouvriers. Mercedes Cervantes met sur pied une véritable enquête épidémiologique de terrain, aidée par Laurent Gounon, ancien imprimeur, très engagé dans les luttes sociales et passionné d’histoire. Il a déjà mené un travail d’enquête en construisant, en 1995, un questionnaire adressé à un millier de personnes concernant la fermeture alors programmée de la maternité de l’hôpital de Montgelas. Il dispose donc d’un savoir-faire militant, conjugué à une forte compétence pour élaborer des dispositifs d’information. L’« épidémiologie populaire » (p. 50) que Mercedes Cervantes et Laurent Gounon mettent en place repose sur un ensemble de sept questions adressées aux anciens ouvriers de la verrerie. Il faut également comparer avec une enquête de références. Les résultats sont impressionnants : « 14 % de cancers contractés sur une période de six ans » (p. 52), beaucoup plus qu’attendu. Cependant, il ne suffit pas d’être armé de ce chiffre pour convaincre les ouvriers de leur position de victimes. Comme le note Pascal Marichalar, de nombreuses « loyautés » relient les employés à leur ancienne usine (p. 54). Une vraie « concurrence entre le monde privé et le monde de l’usine » (p. 55) s’est instaurée : elle repose sur un surinvestissement des hommes dans leur travail (qui constitue donc la principale ressource de la famille) et une limitation de l’activité féminine. Les codes de la verrerie comme les amitiés professionnelles ont forgé un univers de confraternité qu’il est difficile d’attaquer, quand bien même il est responsable de la mort prématurée de nombreux ouvriers.

3Pour bien saisir les spécificités du travail de la verrerie, Pascal Marichalar consacre un chapitre à l’organisation des activités au sein de l’usine. En suivant l’enquête de Mercedes Cervantes et Laurent Gounon, le sociologue recompose le complexe de substances nocives dans lequel les ouvriers ont évolué : pyralène, « titiane », produits hydrocarbures pour le graissage des moules… Autant de toxiques qui flottent dans un brouillard empoisonné.

4Le recueil de ces informations, la soudaine évidence d’une mise en danger, pendant de longues années, de tous les ouvriers de la verrerie font basculer le collectif peu à peu constitué dans une lutte « pour que justice soit rendue » (p. 93). Cependant, les structures politiques et administratives ont mis en place un « dispositif de gouvernement des travailleurs malades » qui a pour objectif de « restreindre le nombre de personnes qui seront reconnues, tout en projetant l’apparence d’une procédure qui se fonderait uniquement sur la connaissance scientifique » (p. 94). Certaines demandes (notamment le formulaire 60-3950) semblent construites pour être systématiquement refusées. Le soutien des médecins (qui délivrent un certificat) n’est pas fréquent. De façon générale, les interactions avec le corps médical sont d’une grande violence pour les anciens employés de la verrerie (p. 99). La médecine du travail pratique également une forme de rétention d’informations, puisque les dossiers personnels des ouvriers sont largement expurgés (p. 105). Rarement, une pathologie cancéreuse parvient à répondre à l’ensemble des improbables épreuves de la bureaucratie médicale. C’est notamment le cas de la maladie de Joseph D’Introno, dont l’amiante est à l’origine, ce qui entraîne un « déverrouillage des blocages administratifs » (p. 110). La loi de 1919 sur les maladies professionnelles impose des conditions restrictives à la reconnaissance des pathologies du travail. Les « critères de reconnaissance » pour étendre le tableau nosographique n’évoluent que très lentement (p. 114).

5L’aberration administrative et médicale à laquelle les anciens employés sont confrontés les pousse à mener une « contre-expertise » (p. 117). Ils reçoivent l’aide de Marie-Christine Cabrera Limame, infirmière « dans une entreprise industrielle de Chasse-sur-Rhône » et « militante syndicale » (p. 117). Très en pointe sur les questions de maladies professionnelles, elle a appris « l’existence d’une équipe de recherche située à Bobigny, en région parisienne, qui a mis au point une méthodologie originale pour aller retrouver aux tréfonds de la mémoire des travailleurs les éléments nécessaires pour reconstituer l’histoire de leurs expositions professionnelles » (p. 118). Il s’agit de constituer « le curriculum laboris » en établissant avec précision, par entretien avec les employés, leurs différentes activités dans l’entreprise. Ce témoignage est ensuite étudié « par un panel d’experts bénévoles (ingénieurs de prévention, toxicologues, médecins du travail, sociologues…) dont le rôle est de déterminer la fréquence et l’intensité des expositions à des produits dangereux associées à ce type de travail (p. 119). L’entretien avec Christian Cervantes permet de mettre au jour une grande quantité de matériaux dangereux au contact desquels il a travaillé et qui ne figurent pas « dans [s]a fiche de poste » (p. 121). C’est dans cette nouvelle façon d’envisager les pathologies des employés de la verrerie que « deux mondes » se rencontrent : « celui des militants ouvriers et celui des professionnels de la science » (p. 122). Comme le note très justement Pascal Marichalar, « la science occupe une place ambiguë dans la procédure de reconnaissance des maladies professionnelles » (p. 123). Les critères retenus sont le résultat d’une négociation et d’un rapport de force entre les connaissances scientifiques et les « concessions » du patronat. Les ouvriers sont bien souvent exclus du domaine de l’expertise, alors que leur corps, leurs gestes et leur mémoire constituent des répertoires fiables pour connaître leurs conditions d’exposition aux produits dangereux. Il faut ici rappeler le rôle central d’Annie Thébaud-Mony, sociologue, et Henri Pézerat, chimiste, qui ont lutté pour mettre au jour les conséquences de l’exposition à l’amiante dans les années 1990. Ils ont ainsi produit des savoirs robustes susceptibles de circuler dans les sphères militantes. Aidée par un cabinet d’avocats spécialisé dans ces questions, Mercedes Cervantes poursuit, après la mort de son mari, la procédure de reconnaissance pour sa maladie professionnelle. Dans un premier temps, elle parvient à obtenir un jugement favorable du tribunal. Christian Cervantes, avant son décès, avait entamé une action en justice pour « blessure involontaire » (p. 147) afin d’accroître la pression sur les autorités. Mais les discours de la justice (en quête de certitude absolue) et de la science (capable, dans le meilleur des cas, de fournir un faisceau d’indices) se neutralisent, ce qui incite les défenseurs des ouvriers à ne pas poursuivre dans cette voie pénale (p. 163). L’audition du nouveau responsable de l’entreprise (celui qui a racheté la verrerie) montre la façon dont celui-ci se déleste de toute responsabilité.

6La restitution des nouvelles audiences aux prud’hommes en 2014 impressionne par la finesse des observations. Pascal Marichalar rend sensible tout à la fois le cynisme insolent de l’avocate de l’entreprise (qui tente de désolidariser l’amiante des autres produits toxiques), la rigidité du droit face à des situations dramatiques et l’immense déception des verriers lorsque le jugement négatif tombe finalement.

7Visitant une autre verrerie au printemps 2014, Pascal Marichalar constate que les risques demeurent nombreux. Un véritable « cycle du sacrifice » (p. 193) s’est installé, qui fera encore des victimes.

8Cet ouvrage est une enquête ethnographique singulière, une « enquête sur une enquête » comme le dit son auteur, une recomposition d’un drame médical et professionnel. Les principaux acteurs de cette lutte difficile témoignent de la mise en œuvre de compétences et de savoirs collectifs qui débordent les cadres nosographiques habituels. Cependant, la force inertielle des industries méprisant les corps ouvriers est redoublée par le cadrage juridique incapable de comprendre ce que peut signifier une preuve scientifique. En restituant l’âpreté des situations, l’injustice ressentie par les ouvriers et les veuves, ainsi que les logiques proprement politiques d’abandon des impératifs de santé aux intérêts économiques, Pascal Marichalar propose un livre à la fois puissant et sensible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 143 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/12524

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page