Navigation – Plan du site
DOSSIER

Écrire l’histoire des révolutions : un engagement

Jean-Charles Buttier et Caroline Fayolle
p. 13-17

Texte intégral

1Ce numéro des Cahiers d’histoire se propose d’explorer les liens entre engagement politique et écriture de l’histoire des révolutions. Pour cela, il cherche à mettre en lumière la démarche d’historien-nes qui ont mené de front un travail historique et un engagement dans la Cité. « Engagement » ne doit pas être ici entendu comme la simple obtention de responsabilités au sein d’une organisation partisane (parti ou syndicat), mais comme la participation aux débats de société qui agitent la sphère publique. Si leurs engagements peuvent relever d’orientations politiques différentes, ils et elles ont le point commun de s’appuyer sur une pensée critique et une volonté de promouvoir une transformation radicale des rapports sociaux. Ce choix n’est pas anodin : l’enjeu est en effet de comprendre en quoi le fait de s’inscrire dans une perspective critique, voire révolutionnaire, a des incidences sur la manière même d’appréhender l’objet historique « révolution ». Cela implique une réflexion plus large sur la place de la subjectivité politique de l’historien-ne au sein du processus d’écriture de l’histoire. Ce rapport dialectique entre les savant-es et leurs objets de recherche a été clairement défini par Pierre Bourdieu. Il récuse l’opposition entre science (scholarship) et engagement (commitment), qui fut le fondement de nombreuses critiques de son engagement dans le contexte des grèves de décembre 1995 :

  • 1 Texte d’une rencontre à Athènes qui eut lieu en mai 2001, repris dans Pierre Bourdieu, Intervention (...)

« Il y a dans la tête de la plupart des gens cultivés, surtout en science sociale, une dichotomie qui me paraît tout à fait funeste : la dichotomie entre scholarship et commitment — entre ceux qui se consacrent au travail scientifique, qui est fait selon des méthodes savantes à l’intention d’autres savants, et ceux qui s’engagent et portent au dehors leur savoir. L’opposition est artificielle et, en fait, il faut être un savant autonome qui travaille selon les règles du scholarship pour pouvoir produire un savoir engagé, c’est-à-dire un scholarship with commitment. Il faut, pour être un vrai savant engagé, légitimement engagé, engager un savoir. Et ce savoir ne s’acquiert que dans le travail savant, soumis aux règles de la communauté savante. »1

2Nous aimerions discuter le postulat de départ consistant à affirmer qu’écrire l’histoire des révolutions revient justement à « engager un savoir », pour citer Bourdieu, tout en adoptant une posture de savant-e engagé-e.

  • 2 Florence Hulak, Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch, Paris, Hermann, 2012 ; (...)
  • 3 Michaël Löwy, Walter Benjamin : avertissement d’incendie. Une lecture des thèses sur le concept d’h (...)
  • 4 Daniel Bensaïd, « Walter Benjamin, thèses sur le concept d’histoire », 2009, en ligne, <http://danielbensaid.org/Walter-Benjamin-theses-sur-le-concept-d-histoire>.

3Depuis que l’histoire s’est érigée en « science », à la fin du 19e siècle, se pose la question de la neutralité des historien-nes. La quête d’objectivité nécessiterait, non pas seulement d’établir une distance avec l’objet d’études, mais bien de tenter d’évacuer tout ce qui relève de la subjectivité de l’historien-ne. Comme si, en s’effaçant derrière son objet, l’historien-ne pouvait faire abstraction de son histoire personnelle, de ses positions sociales et politiques, qui sont pourtant parfois à l’origine même de son questionnement historique. Cette conception de l’objectivité historique, et plus généralement les liens entre l’écriture de l’histoire et les conditions même de sa production, ont déjà été largement discutés. Pour Marc Bloch, la compréhension des sociétés passées implique de se situer dans son propre temps. L’interrogation des sources prend corps dans le présent et s’inscrit en résonnance avec les enjeux contemporains. Dès lors cet ancrage de la pratique historique dans l’actualité invalide toute prétention à une lecture totalisante de l’histoire et invite à saisir, comme le souligne la philosophe Florence Hulak, les « décalages », non seulement entre le passé et le présent, mais entre le passé lui-même qui porte en lui une pluralité de points de vue2. Contemporain de Marc Bloch, qui comme lui a vécu et subi de manière tragique l’avènement du fascisme et du nazisme en Europe, le philosophe de l’histoire Walter Benjamin a aussi produit une réflexion sur les liens entre l’écriture de l’histoire et l’urgence politique de l’actualité. Dans ses Thèses sur le concept d’histoire, Benjamin opère une révolution copernicienne du rapport dialectique passé/présent3. Alors que l’on considérait le passé comme un point fixe autour duquel gravite le présent, il faut selon Benjamin considérer le présent comme le point fixe autour duquel tourne le passé. Il s’agit ainsi de partir du présent, désormais au centre de la réflexion historique, pour retrouver les « déchets » du passé, ce qui a été effacé par la philosophie triomphante du progrès et qui est susceptible de faire naître de l’alternative politique. Comme l’écrit Daniel Bensaïd, le passé est ainsi « ouvert à la fécondation du présent toujours chargé du pouvoir messianique de réveiller ses potentialités inexplorées4 ».

  • 5 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté : une histoire souterraine du XIXe siècle en France, P (...)
  • 6 Ludivine Bantigny, L’Œuvre du temps : mémoire, histoire, engagement, Éditions de la Sorbonne, 2019.

4Récemment, des historien-nes engagé-es se sont emparé-es de la réflexion de Walter Benjamin sur l’écriture de l’histoire. On peut citer Michèle Riot-Sarcey, qui s’y réfère pour penser notamment la réactualisation des espoirs passés et oubliés dans les luttes politiques actuelles (voir l’entretien dans ce numéro)5. De même, Ludivine Bantigny a nourri sa réflexion d’historienne en s’inspirant à la fois de Walter Benjamin et de la psychanalyse6. Déplorant un usage de la neutralité comme un « masque » pour l’historien-ne, elle entend au contraire dévoiler ce qui, dans sa propre histoire, l’a menée à vouloir « sauver » les luttes du passé pour mieux nourrir les espoirs d’émancipation aujourd’hui. À rebours des idées reçues, ces travaux défendent l’idée que c’est par l’affirmation de sa subjectivité et de son engagement que l’historien-ne gagne en rigueur méthodologique. Cela suppose d’avancer « à découvert », d’être lucide à la fois sur les enjeux politiques qui conduisent vers un objet historique et sur le rôle des processus psychiques à l’œuvre dans l’écriture de l’histoire.

  • 7 Sur cette question, voir notamment : Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités : introduction à la thé (...)

5Depuis un horizon théorique différent, les épistémologies féministes du « point de vue situé7 » ont également souligné que la recherche gagnerait à interroger de manière critique l’impératif de la neutralité scientifique. Alors même que les discours arguant de cette neutralité entreprennent de délégitimer les recherches qui assument une dimension politique, ils sont en réalité porteurs eux-mêmes d’un point de vue bien souvent androcentré et occidentalocentré. Or, ce point de vue « non-situé » a, de fait, ses points aveugles. Pour ne prendre qu’un exemple tiré de la discipline historique, les historiens ont longtemps maintenu les femmes et les rapports de domination entre les sexes dans une forme d’invisibilité, arguant que les sources faisaient défaut. Il a fallu attendre les tournants historiographiques de l’histoire des femmes et de l’histoire du genre pour que l’on comprenne que c’était plutôt une grille d’analyse et un questionnement sensible à la question des rapports sociaux de sexe qui avaient manqué. De fait, c’est une histoire féministe, donc politiquement située, qui a permis « objectivement » de produire de la connaissance sur la moitié oubliée de l’humanité…

6Afin de suggérer des pistes propres à nourrir ce débat, l’objectif de ce numéro est d’interroger les effets concrets de l’engagement politique sur le travail des historien-nes des révolutions. Dans quelle mesure a-t-il pu encourager leur volonté de travailler sur les conjonctures révolutionnaires ? En quoi participe-t-il à construire leurs choix conceptuels, méthodologiques, historiographiques et modifie-t-il leur écriture de l’histoire ? En quoi être situé politiquement dans le présent, participer aux luttes sociales et politiques implique-t-il un rapport particulier aux archives révolutionnaires ? Les révolutions du passé constituent-elles en soi un objet historiographique « subversif » et propre à nourrir les résistances et les espoirs d’émancipation d’aujourd’hui ?

7Pour tenter d’esquisser des réponses à ces questions, le dossier s’organise en deux axes principaux. Le premier axe est centré sur deux générations d’historiens de la Révolution française, qui se sont engagés dans différents courants de la gauche révolutionnaire : le marxiste-libertaire Daniel Guérin (1904-1988) et le communiste Michel Vovelle (1933-2018), qui nous a quittés récemment et auquel nous souhaitons rendre ici un hommage. En s’appuyant sur les travaux de Daniel Guérin relatifs à la Révolution française, Caroline Fayolle analyse sa conception militante de l’écriture de l’histoire, fondée sur une dialectique passé/présent. Pierre Serna, quant à lui, dévoile un pan méconnu de l’œuvre de Michel Vovelle en mettant en perspective avec son engagement communiste ses travaux relatifs à la sexualité et l’iconologie sexuelle pendant la période révolutionnaire.

8Le deuxième axe vise à donner la parole à des historiennes engagées d’aujourd’hui. Historienne de la citoyenneté du 19e siècle, Mathilde Larrère revient sur son rôle, à la fois d’actrice et de témoin, dans les mouvements sociaux des dernières années. Ces expériences l’amènent à produire une réflexion sur les liens entre ses engagements présents et sa pratique d’historienne et d’enseignante soucieuse de promouvoir une histoire émancipatrice. Également spécialiste du 19e siècle et de la révolution de 1848, Michèle Riot-Sarcey retrace dans un entretien son parcours émaillé d’engagements, de la guerre d’Algérie aux mouvements des Gilets jaunes, ce qui lui permet de préciser sa conception théorique de l’engagement et sa pensée de l’histoire écrite à partir de l’actualité. Enfin, l’historienne tunisienne Kmar Bendana revient sur l’impact de la récente révolution tunisienne sur sa vie et sa conception du métier d’historienne. Ces différents textes sont l’occasion d’ouvrir des pistes de réflexion sur les enjeux spécifiques d’une écriture de l’histoire « à chaud », alors que le devenir des révolutions et des mouvement sociaux est encore ouvert.

Haut de page

Notes

1 Texte d’une rencontre à Athènes qui eut lieu en mai 2001, repris dans Pierre Bourdieu, Interventions (1961-2001). Sciences sociales et action politique, Agone, Marseille, 2002, puis dans Le Monde diplomatique de février 2002, disponible en ligne : <https://www.monde-diplomatique.fr/2002/02/BOURDIEU/8602>.

2 Florence Hulak, Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch, Paris, Hermann, 2012 ; Francesco Pitocco, Crisi della storia, crisi della civiltà europea. Saggio su Marc Bloch e dintorni, Milan/Rome, Mondadori università/Sapienza Università di Roma, 2012.

3 Michaël Löwy, Walter Benjamin : avertissement d’incendie. Une lecture des thèses sur le concept d’histoire, Paris, PUF, coll. « Pratiques théoriques », 2001.

4 Daniel Bensaïd, « Walter Benjamin, thèses sur le concept d’histoire », 2009, en ligne, <http://danielbensaid.org/Walter-Benjamin-theses-sur-le-concept-d-histoire>.

5 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté : une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016.

6 Ludivine Bantigny, L’Œuvre du temps : mémoire, histoire, engagement, Éditions de la Sorbonne, 2019.

7 Sur cette question, voir notamment : Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, PUF, coll. « Philosophies », 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Buttier et Caroline Fayolle, « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 13-17.

Référence électronique

Jean-Charles Buttier et Caroline Fayolle, « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13292

Haut de page

Auteurs

Jean-Charles Buttier

Université de Genève (UNIGE)

Articles du même auteur

Caroline Fayolle

Université de Montpellier (LIRDEF)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page