Navigation – Plan du site
DOSSIER

Écrire l’histoire pour agir dans le présent : Daniel Guérin et la Révolution française

Caroline Fayolle
p. 19-34

Résumés

Intellectuel et militant, Daniel Guérin a consacré plusieurs travaux à l’histoire de la Révolution française, notamment son ouvrage Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795). Cet article restitue d’abord les principales interprétations de l’événement révolutionnaire qu’il propose, en s’appuyant sur la méthode du matérialisme historique. Il analyse ensuite la position critique de Daniel Guérin vis-à-vis des historiens de métier, qui l’amène à se situer dans une généalogie historiographique alternative, celle des théoriciens anarchistes et socialistes du 19e siècle. L’enjeu est enfin de montrer que l’écriture de la Révolution française implique pour Guérin une dialectique passé/présent qui cherche à rebâtir le socialisme sur des bases anti-autoritaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », Les Temps modernes, avril 1957, réédité à la suite (...)
  • 2 Ibid., p. 406-407.

1Dans un article des Temps modernes publié en 1957, l’historien Daniel Guérin écrit : « Autour de nous, aujourd’hui, tout n’est que ruines. Les idéologies qu’on nous a serinées, les régimes politiques qu’on a fait subir ou fait miroiter s’en vont les uns et les autres en morceaux. Pour reprendre l’expression d’Edgar Quinet, nous avons perdu nos bagages1 ». Il ajoute : « L’heure est venue pour la gauche française de repartir de zéro, de repenser jusque dans leurs fondements ses problèmes […]. C’était déjà une préoccupation de cet ordre qui, au lendemain de la Libération, m’avait incité à remonter jusqu’à la Révolution française2 ».

  • 3 De son voyage à vélo dans l’Allemagne hitlérienne de 1933 sont tirés La Peste brune et Fascisme et (...)
  • 4 Sur le parcours politique de Daniel Guérin, voir le numéro 29-30 de la revue Agone, « Historien & m (...)

2Intellectuel et militant, Daniel Guérin (1904-1988) s’engage dès les années 1930 dans les luttes décoloniales et antifascistes3. Il milite également au sein de la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert, puis au Parti socialiste ouvrier et paysan. Après guerre, lors de son voyage aux États-Unis, il soutient la lutte des Noirs américains pour les droits civiques4. Antistalinien convaincu, il est proche du trotskisme pendant un temps, avant d’évoluer vers le courant libertaire. Plus précisément, son projet est d’opérer, tant sur le plan militant qu’intellectuel, une synthèse entre la pensée libertaire et le marxisme. En 1958, dans le contexte de la « débâcle idéologique du stalinisme », Daniel Guérin précise en ces termes sa démarche et sa position vis-à-vis de Marx :

  • 5 Daniel Guérin, « Du jeune Marx à Marx », dans Arguments, 3e année, n° 12-13, janvier-mars 1959, p.  (...)

« Comme toute pensée humaine, la pensée de Marx, si géniale qu’elle soit, n’est pas infaillible : à part le fait qu’elle est difficile à saisir parce que sans cesse en mouvement, elle comporte des faiblesses et des failles (déjà entrevues par les  “anarchistes” de son temps : Stirner et Proudhon) ; et, s’il est toujours utile de boire à sa source, il faut le faire avec un sens critique toujours en éveil, et plus encore, en se méfiant comme de la peste de tout dogmatisme, de tout esprit partisan. Il serait nécessaire, notamment, de réévaluer le marxisme avec une vigilance socialiste libertaire jamais en défaut, et non point en laissant les existentialistes et les chrétiens de gauche monopoliser, tendancieusement et dans une perspective pas toujours révolutionnaire, ce souci de la liberté dont, à aucune époque, le besoin ne s’est fait sentir de façon aussi pressante qu’aujourd’hui. »5

  • 6 Sur le communisme libertaire : Georges Fontenis, Changer le monde. Histoire du communisme libertair (...)
  • 7 Alexandre Marchant, « Daniel Guérin et le discours militant sur l’homosexualité masculine en France (...)

3Poursuivant cette quête intellectuelle dans le domaine militant, Guérin participe en 1970 à la constitution du Mouvement communiste libertaire (MCL)6. Parallèlement à cet engagement, il prend part aux luttes homosexuelles qui, au même titre que les luttes féministes et dans le sillon des écrits de Michel Foucault, envisagent la sexualité comme une question politique. Il participe au FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire), créé en 1971, qui lutte à la fois contre l’hétéropatriarcat et le capitalisme d’État7.

  • 8 La Contemporaine [LC], F Δ 721/57/3 : coupure de presse datée du 15 janvier 1969. Daniel Guérin déc (...)
  • 9 Daniel Guérin, Ni Dieu, ni Maître. Anthologie de l’anarchisme, Paris, Petite collection Maspero, 19 (...)
  • 10 Sur la lecture de la Révolution française de Daniel Guérin, voir notamment : Jean-Numa Ducange, « S (...)
  • 11 Cette version a été l’objet en 2013 d’une précieuse réédition par les éditions Libertalia, avec une (...)
  • 12 On peut citer notamment : Daniel Guérin, « Bataille autour de notre mère », dans La Nouvelle réform (...)

4L’histoire occupe une place centrale dans la pensée de Daniel Guérin. À l’écart de l’institution universitaire, avec qui il entretient des relations souvent houleuses, il propose à la fois une lecture originale des luttes révolutionnaires du passé et une réflexion sur l’écriture de l’histoire. Bien qu’il récuse à plusieurs reprises la qualification d’« anarchiste8 », ses combats libertaires l’amènent bien sûr à s’intéresser au mouvement anarchiste du 19e siècle9. Mais c’est avant tout la Révolution française qui est au cœur de ses intérêts10. En témoigne son œuvre historique principale, La Lutte des classes sous la Première République. Bourgeois et « bras-nus », parue en 1946. Elle est rééditée en 1968 et, sous une forme plus accessible, en 1973 sous le titre Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795)11. En plus de ce maître ouvrage, Daniel Guérin consacre à la Révolution française une série d’articles dans les années 1950-1970, où il précise ses thèses principales et répond aux critiques qu’elles ont pu susciter12.

  • 13 Huit cartons de ce fonds d’archives sont consacrés à la Révolution française : F Δ 721/55 à F Δ 721 (...)

5Précisons d’emblée : l’objet de cet article n’est pas de discuter les interprétations proposées par Daniel Guérin à l’aune de l’historiographie actuelle de la Révolution française, considérablement renouvelée depuis la parution de Bourgeois et bras-nus. En s’appuyant sur ses publications et sur ses archives déposées à La Contemporaine (ancienne BDIC)13, il se propose plutôt de donner des pistes pour comprendre les ressorts d’une écriture de l’histoire engagée. De fait, Daniel Guérin aborde la Révolution française en militant révolutionnaire. En raison de ce point de vue situé, il entretient un rapport vivant au passé, conçu comme un moyen de dépasser les impasses politiques de son époque. Dans un premier temps, il s’agira de présenter brièvement son projet, qui vise, en s’appuyant sur la méthode du matérialisme historique, à « dédoubler » la Révolution française. Dans un deuxième temps, on reviendra sur sa position critique vis-à-vis de la communauté historienne, qui l’amène à se situer dans une généalogie historiographique alternative, celle des théoriciens anarchistes et socialistes du 19e siècle. Enfin, on montrera que l’écriture de la Révolution française implique pour lui une dialectique passé/présent qui cherche à rebâtir le socialisme sur des bases anti-autoritaires.

La Révolution française et son double

  • 14 Guérin sera par la suite particulièrement critique envers le Robespierre de Jean Massin paru en 195 (...)
  • 15 Sur les controverses, tant historiographiques que politiques, entre Guérin et Georges Lefebvre : An (...)
  • 16 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité.
  • 17 Sur ce point, voir : Denis Berger, « La révolution plurielle (pour Daniel Guérin) », dans Permanenc (...)

6Daniel Guérin fait sienne la célèbre phrase de l’anarchiste Kropotkine selon laquelle la Révolution française est « notre mère à tous ». Revenir à la Révolution, c’est revenir à une matrice politique, porteuse d’une pluralité de possibles révolutionnaires. Mais pour lui, ces différentes voies ont longtemps été niées ou oubliées, enfouies sous le récit imposé par l’historiographie universitaire dominante. Quand il fait paraître en 1946 La Lutte des classes sous la Première République, le débat intellectuel à gauche est largement dominé par le marxisme orthodoxe et par la lecture de la Révolution française alors promue par le PCF. Particulièrement dissonant dans ce contexte idéologique, Daniel Guérin formule une critique contre l’historiographie robespierriste qui, selon lui, vient masquer les véritables enjeux de la Révolution française14. Dans un premier temps, il voit comme positives les prises de distance de Georges Lefebvre, qui fonde en 1937 l’Institut d’histoire de la Révolution française (IHRF) et préside la Société des études robespierristes (SER), vis-à-vis du robespierrisme d’Albert Mathiez15. Cependant, après la guerre, ses espérances sont déçues et il reproche à Georges Lefebvre et à ses disciples de renouer avec une interprétation trop « jacobine » de la Révolution. En s’appuyant sur la méthode du matérialisme historique et dialectique, l’enjeu est dès lors pour lui de « déjacobiniser la Révolution16 ». Cette entreprise implique de dédoubler la Révolution qui, loin de constituer un bloc uni, serait porteuse d’une conflictualité structurelle17. Cette conflictualité serait beaucoup plus fondamentale que les clivages politiques classiques comme celui entre Girondins et Montagnards. En matérialiste, il la perçoit comme l’expression d’un rapport de classes : entre la bourgeoisie qui s’empare de l’appareil d’État et le peuple plébéien, les bras-nus (expression qu’il emprunte à Jules Michelet), les sans-culottes. En filigrane de ce projet de dédoubler la Révolution française, on peut sans doute voir la théorie de la dualité des pouvoirs telle qu’elle est élaborée par Léon Trotski dans son Histoire de la révolution russe (1930) dans laquelle il pointe la coexistence éphémère, en temps révolutionnaire, de deux structures de pouvoir issues de l’antagonisme de classe.

  • 18 Voir les travaux de Claude Guillon sur les Enragés, notamment : Deux Enragés de la Révolution. Lecl (...)
  • 19 Daniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795), Pa (...)
  • 20 Daniel Guérin, La Révolution française et nous, Bruxelles, La Taupe, 1969, p. 21. [Il s’agit de l’é (...)
  • 21 Cité par Daniel Guérin dans « Comment interpréter le robespierrisme », art. cité, p. 11.

7L’objectif de Daniel Guérin est de replacer au centre de l’histoire les masses populaires. Menant la « révolution permanente », ces dernières auraient radicalisé le processus révolutionnaire en réclamant des mesures économiques égalitaires, en luttant pour la déchristianisation et en imaginant des pratiques démocratiques « par le bas », qui contestent le transfert de souveraineté aux représentants de l’Assemblée. L’opposition entre bourgeois et bras-nus implique ainsi l’affrontement entre deux visions de la démocratie. À la démocratie bourgeoise, étatiste, qui se réduit au gouvernement représentatif, s’oppose une démocratie populaire qui prend la forme d’une démocratie directe. Le projet de fédérer les communes de France apparaît à Guérin comme une tentative de créer une nation décentralisée et fondée sur l’auto-organisation. Il y aurait ainsi, à l’intérieur de la révolution bourgeoise, un « embryon » de révolution prolétarienne. L’avant-garde du mouvement révolutionnaire populaire serait constituée par la Commune de Paris, les sociétés populaires, les sections sans-culottes, mais aussi les « enragés », dont il met minutieusement le rôle en lumière18. Cette avant-garde aurait, tout comme les Jacobins, cherché à briser par la contrainte la contre-révolution. Mais cette contrainte ne s’exercerait pas de la même façon : la « dictature jacobine » s’exercerait par le haut et en s’appuyant sur l’appareil d’État, alors que le projet de l’avant-garde populaire viserait à imposer la contrainte par le bas, de manière spontanée, en maintenant un fonctionnement démocratique19. Mais cette dualité de la révolution n’implique pas pour Guérin – et la précision est essentielle – de séparer artificiellement la révolution bourgeoise de la révolution prolétarienne. La Révolution française est conçue comme un « processus ininterrompu »20 mêlant, de manière « impure » selon l’expression de Trotski (dans La Révolution permanente), « les lettres les plus importantes de l’alphabet bourgeois avec les premières lettres de l’alphabet socialiste »21.

  • 22 Voir le compte rendu de l’ouvrage de Daniel Guérin rédigé par Georges Lefebvre dans les Annales his (...)
  • 23 Claude Mazauric, « Sans-culotte/sans-culotterie/sans-culottisme », dans Albert Soboul (dir.), Dicti (...)
  • 24 Voir notamment sa défense concernant la composition sociale de la sans-culotterie et la notion de c (...)

8L’idée selon laquelle on peut voir dans les sans-culottes des « protoprolétaires » a été l’objet de vives critiques par des historiens comme Georges Lefebvre22, Georges Rudé ou encore Albert Soboul, grand spécialiste de la sans-culotterie, qui occupe la chaire d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne à partir de 1967. Pour ce dernier, les sans-culottes, issus principalement de l’artisanat et de la boutique, ne peuvent être assimilés à des prolétaires. Ils ne désignent pas une classe sociale au sens de Marx ni un prolétariat embryonnaire, mais « une catégorie sociopolitique dont l’existence est déterminée […] par le mode de production manufacturier antérieur au capitalisme industriel, et par des affrontements politiques » propres à la dynamique révolutionnaire23. Plus généralement, Daniel Guérin est accusé de schématisme et de plaquer sur la Révolution française des catégories réductrices qui ne peuvent rendre compte de la complexité de la réalité historique. Il répondra à plusieurs reprises à ces critiques, soulignant les efforts de nuance qui émaillent ses écrits24. Il écrit notamment :

  • 25 LC, F Δ 721/55/3.

« Sauf erreur, ma tournure d’esprit est tout le contraire de dogmatique. Quand j’ai commencé mes recherches, je n’avais sur la Révolution française aucune idée préconçue et j’étais loin de pressentir à quelles conclusions elles m’amèneraient. Je n’ai abordé, dans mon travail, l’aride "théorie" qu’après avoir étudié aussi à fond que possible le fait historique vivant. Et je me suis appliqué à retracer la dialectique complexe des rapports de classes avec, il me semble, un souci des nuances, des subdivisions sociales, des contradictions secondaires, qui n’a rien de "schématique". »25

  • 26 LC, F Δ 721/55/1.
  • 27 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 439.
  • 28 Ibid.
  • 29 LC, F Δ 721/56/3, tapuscrit dans le dossier consacré à l’article « La Révolution déjacobinisée ».
  • 30 Ibid.

9Daniel Guérin répertorie aussi dans ses archives personnelles, dans un dossier intitulé « Mais déjà ! », des extraits de textes de Lefebvre et Soboul dans lesquels l’idée de lutte de classes serait présente au sens où il l’entend26. Son idée de dédoubler la Révolution française vise également à mettre en lumière l’émergence à cette période des deux principales tendances de la gauche révolutionnaire des 19e et 20e siècles : le « courant jacobin autoritaire » et le « courant libertaire27 ». Le premier, « d’"humeur bourgeoise", orienté de haut en bas, est surtout préoccupé d’efficacité révolutionnaire […], l’autre, d’esprit essentiellement prolétarien, orienté de bas en haut, met au premier plan la sauvegarde de la liberté28 ». Ces courants auraient engendré d’une part le socialisme étatiste et d’autre part l’anarchisme. Se méfiant du mythe des « grands hommes », Daniel Guérin précise : « L’anarchisme n’est pas né dans le cerveau de Proudhon et de Bakounine ; le socialisme scientifique n’est pas né dans le cerveau de Marx et d’Engels ; les deux sont des enfants de la Grande Révolution29 ». Son ambition est donc de créer la synthèse entre ces « frères jumeaux » souvent considérés comme des « frères ennemis30 ». En vue de cette synthèse, déjà esquissée notamment par les babouvistes, il s’inscrit dans une généalogie historiographique alternative à celle des historiens de métier.

Une filiation historiographique alternative

  • 31 Daniel Guérin, « D’une nouvelle interprétation de la Révolution française », art. cité, p. 84.
  • 32 LC, F Δ 721/57/3, lettre de Daniel Guérin à Jacques Godechot, 27 novembre 1971.

10Daniel Guérin entretient des rapports complexes et ambivalents avec les historiens universitaires de sa génération, qu’ils soient français ou étrangers. Ses archives témoignent du fait qu’il a beaucoup lu leurs travaux, recensé scrupuleusement leurs parutions et leurs critiques sur son ouvrage. C’est tout particulièrement Albert Soboul qui concentre toutes ses attentions. Il échange avec lui des lettres, cordiales dans un premier temps, qui témoignent de sa volonté d’établir un dialogue, de participer à des événements scientifiques communs et plus généralement d’obtenir une reconnaissance intellectuelle de sa part. Mais les relations entre les deux hommes vont rapidement se tendre. Alors même que Guérin a violemment critiqué la tradition historiographique dont est issu Soboul, il est vexé par les critiques formulées par ce dernier contre son ouvrage. Il lui reproche également de s’être inspiré de ses travaux sans lui avoir rendu hommage31. Un événement au début des années 1970, en soi anecdotique, est pour autant révélateur de ses rapports désormais franchement hostiles avec Albert Soboul, qui sont liés à sa souffrance de n’être pas reconnu comme historien à part entière. Membre de la Commission nationale d’histoire économique et sociale de la Révolution (à laquelle appartient également Soboul), Guérin écrit à plusieurs autres membres de cette commission pour dénoncer le traitement que lui infligerait Soboul. Dans une lettre adressée à Jacques Godechot, il cite un passage issu de l’ouvrage Structuralisme et marxisme dans lequel il est décrit par Albert Soboul comme « auteur publiciste plutôt qu’historien32 ». Il ajoute :

  • 33 Ibid.

« Il est vrai que je ne suis titulaire d’aucune chaire professorale, que je figure, on ne sait trop pourquoi, sur la liste officielle de notre Commission sous le titre dérisoire d’« homme de lettres » et que je ne dispose d’aucun bastion universitaire me permettant, comme le fait M. Soboul, d’organiser contre mes travaux, auprès des professeurs et des étudiants en histoire, une conspiration du silence ou de la calomnie ».33

  • 34 Dans une lettre à François Crouzet datée du 18 décembre 1971, Daniel Guérin écrit : « Dans ma situa (...)
  • 35 LC, F Δ 721/55/1 : extraits d’écrits de Friedrich Engels concernant l’ouvrage de Georges Avenel, An (...)
  • 36 Jean-Numa Ducange, « Comment Daniel Guérin utilise l’œuvre de Kautsky sur la Révolution française d (...)
  • 37 Daniel Guérin estime d’ailleurs que plusieurs théories anarchistes ont été déduites de l’expérience (...)
  • 38 Daniel Guérin, « Comment interpréter le robespierrisme », art. cité, p. 10.
  • 39 Pierre-Joseph Proudhon, Idée générale de la Révolution (1851), Antony, Tops/H. Trinquier, 2000, p.  (...)
  • 40 Ibid., p. 65.
  • 41 Idem.
  • 42 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 433.

11Même s’il dispose d’un solide réseau éditorial lui permettant notamment de faire traduire Bourgeois et bras-nus aux États-Unis, Daniel Guérin est persuadé que sa position à la marge de l’institution universitaire l’empêche d’accéder à un large public, notamment à celui des étudiants et des professeurs d’histoire34. Mais s’il rencontre des difficultés pour être reconnu comme historien, c’est aussi parce que son œuvre se nourrit finalement moins de l’historiographie universitaire que de la pensée des théoriciens politiques du 19e siècle. Marx et Engels sont bien sûr des références centrales pour lui, et pas seulement sur le plan de la méthodologie du matérialisme historique. Il discute ainsi les passages de leurs écrits relatifs à la question de la guerre pendant la Révolution française ou encore à la Terreur35. Il se réfère aussi à des théoriciens marxistes comme Karl Kautsky, qui perçoit la Révolution française comme une source du marxisme36. Mais ses écrits sur la Révolution française s’inspirent aussi des théoriciens qui ont été rattachés au mouvement de l’anarchisme37. Daniel Guérin se plaît à rappeler que la critique de la figure de Robespierre, loin de n’appartenir qu’à la droite contre-révolutionnaire, a aussi été formulée par les « fondateurs du socialisme libertaire » comme Proudhon38, qui évoque la Révolution française dans son Idée générale de la Révolution (1851), et cela avant tout en termes d’échec. L’abolition du régime féodal lors de la nuit du 4 août 1789 aurait dû selon lui aboutir à l’avènement d’une nouvelle société « organisée non plus pour la politique et la guerre, mais pour le travail39 ». Or, la Révolution aurait failli à produire cette organisation sociale et politique véritablement nouvelle. La raison de cet échec se trouve avant tout dans la volonté des révolutionnaires de créer un gouvernement. À ce « préjugé gouvernemental40 », comme dit Proudhon, s’ajoutent d’autres erreurs : « l’absence de notions économiques », « la méfiance où ils se tenaient du prolétariat » et « le principe de centralisation41 ». On retrouve ici les principaux reproches formulés contre la bourgeoisie révolutionnaire par Daniel Guérin, pour qui la critique de l’État de Proudhon se fonde en partie sur l’expérience politique de l’an II, notamment le décret du 14 frimaire an II renforçant le pouvoir central42.

  • 43 Gaetano Manfredonia, « James Guillaume, Pierre Kropotkine et la Révolution Française », dans James (...)

12La pensée de Pierre Kropotkine nourrit également l’arsenal théorique de Daniel Guérin. Kropotkine a consacré plusieurs textes à la Révolution française, dont La Grande Révolution, paru en 189343. Comme Guérin après lui, Kropotkine énonce une critique virulente contre les historiens de la Révolution française de son temps, à qui il reproche lui aussi « le préjugé gouvernemental » :

  • 44 Pierre Kropotkine, La Grande Révolution, Paris, au bureau de « La Révolte », 1893, p. 28.

« Si l’histoire de la Grande Révolution, telle qu’elle a été racontée par Michelet, Louis Blanc ou même Mignet, a puissamment aidé à réveiller dans le monde entier l’esprit de révolte et la haine des tyrans, elle a fait d’autre part un mal incroyable en cultivant le préjugé gouvernemental, en donnant aux gouvernements révolutionnaires et au club des Jacobins une importance qu’ils n’ont jamais eue, en effaçant le rôle des masses et en créant une tradition révolutionnaire absolument fausse. »44

  • 45 Ibid., p. 6.
  • 46 Idem. Souligné par l’auteur. [Il est à noter que le mot « anarchiste » était déjà utilisé pendant l (...)
  • 47 Ibid., p. 12.
  • 48 Idem.

13L’ambition de Kropotkine, qui est d’ailleurs partagée par Guérin, est de démasquer « le mensonge bourgeois, le mensonge jacobin, [qui] dénaturent l’œuvre du peuple dans la Révolution45 ». De même, comme Guérin, Kropotkine entreprend de dédoubler la Révolution française. Il estime ainsi que deux grands courants traversent la Révolution : « L’un est glorifié dans les discours officiels. À nous de rappeler l’autre – celui qu’on tait volontairement – parce qu’il fut anarchiste46 ». Pour Kropotkine, les révolutionnaires bourgeois, tout en se référant aux principes d’égalité et de liberté, promouvaient strictement l’inverse : « liberté illimitée d’utiliser les richesses de toute nature et d’exploiter le travail humain, sans garantie aucune pour les victimes de cette exploitation, et centralisation des pouvoirs pour garantir et assurer la liberté de l’exploitation, c’est-à-dire l’État jacobin, calqué sur l’État romain47 ». Au contraire, les masses populaires seraient portées par « une vague inspiration de communisme et d’anarchie48 ». À travers ces lignes se lit une anticipation du projet de Guérin, même si ce dernier est bien sûr plus complexe et beaucoup plus informé sur le plan historique.

  • 49 LC, F Δ 721/56/2 : notes sur Bakounine contre les Jacobins. LC, F Δ 721/55/1 : citations de Bakouni (...)
  • 50 LC, F Δ 721/56/2 : correspondance avec François Munoz.
  • 51 Daniel Guérin, Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire, Paris, Flammarion, 1971.
  • 52 LC, F Δ 721/56/2 : notes sur la brochure de Rosa Luxemburg sur la révolution russe (1918).
  • 53 Pierre Kropotkine, La Grande Révolution, op. cit., p. 9.

14Dans les notes prises par Daniel Guérin relatives à la Révolution française, on trouve aussi des extraits du théoricien de l’anarchisme Bakounine49. Il correspond d’ailleurs avec François Munoz, auteur en 1965 de Bakounine, La liberté 50. De même, la pensée de Rosa Luxemburg, à laquelle Guérin consacra un ouvrage51, est source d’inspiration pour lui, notamment lorsqu’elle dénonce la bureaucratie de la révolution russe, qu’elle qualifie de « dictature », en précisant : « non celle du prolétariat, mais celle d’une poignée de politiciens, c’est-à-dire une dictature au sens bourgeois, au sens de la domination jacobine52 ». Ainsi, Guérin s’appuie sur des penseurs et des militants qui entretiennent avec le passé révolutionnaire, non pas un rapport savant, mais un rapport éminemment politique. Il partage avec eux cette conception de l’histoire tournée vers le présent et pense, comme l’écrit Kropotkine, que « l’étude des luttes passées est le meilleur enseignement aux lutteurs de demain53 ».

Écrire l’histoire au présent

  • 54  LC, F Δ 721/55/1 : dossier « Pourquoi les staliniens sont opposés à mon interprétation ». Plus gén (...)
  • 55 LC, F Δ 721/55/3 : manuscrit du texte « Retour à la Révolution française ».
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

15L’œuvre historique de Daniel Guérin est traversée d’une tension : il ambitionne de proposer une lecture politique de la Révolution française, de lire l’événement à travers les grilles d’analyse du présent tout en conservant une rigueur historique qui permettrait d’éviter l’anachronisme. Cette question de l’anachronisme est omniprésente dans les critiques, cette fois politiques, qui ont été formulées contre son ouvrage54. Ses contradicteurs, notamment Sylvain Molinier et Jean Dautry, l’accusent de projeter sur Robespierre l’ombre de Staline55. De même, Pierre Hervé estime que sa défense des « enragés » est lié au fait que les trotskistes seraient atteints d’un « fétichisme de l’oppression vaincue et persécutée56 ». Guérin tente de disqualifier ces accusations, d’une part en affirmant qu’elles résultent elles-mêmes de l’engagement prostalinien de ces auteurs et d’autre part en soulignant qu’elles sont, « comme toutes les analogies historiques, bien superficielles57 ». Il ajoute : « Et, depuis surtout la publication du rapport "secret" Khrouchtchev, Robespierre, en comparaison de Staline, fait plutôt figure de doux Jésus58 ».

  • 59 LC, F Δ 721/56/1.
  • 60 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte (1852), traduction de Grégoire Chamayou, Paris, Flamma (...)
  • 61 LC, F Δ 721/55/3 : manuscrit du texte « Retour à la Révolution française ».
  • 62 Ibid.

16S’il serait effectivement simplificateur de voir une assimilation entre Robespierre et Staline dans l’œuvre de Guérin, il reste que ses archives témoignent du fait qu’il s’est renseigné sur Staline et sur la collectivisation forcée des campagnes pour préparer ses travaux sur la Révolution française59. Mais Guérin ne pense pas que les révolutions s’imitent ou se répètent, comme peut le suggérer le texte célèbre de Marx sur la révolution de 1848 pensée comme « parodie » de la Révolution française60. Sa lecture de la Révolution française à l’aune des autres révolutions est intrinsèquement liée à sa conception de l’écriture de l’histoire. Il est en effet persuadé « que le présent aide à mieux comprendre le passé, que la Révolution française, par exemple, a permis aux historiens de mieux saisir le mécanisme de la révolution anglaise du 17e siècle et que, de même, les expériences révolutionnaires de notre temps, de la révolution russe de 1905 à la révolution espagnole de 1936, nous permettent de considérer la Révolution française avec des verres nouveaux61 ». Il ajoute : « à condition bien sûr de ne pas refaire le passé à l’image du présent62 ».

  • 63 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 409.
  • 64 Claudia Moatti, Michèle Riot-Sarcey, « Introduction. La référence au passé », dans Claudia Moatti, (...)

17Cette dialectique passé/présent implique principalement deux enjeux à la fois théoriques et politiques. Tout d’abord, elle mène Guérin à penser la Révolution française comme un « germe ». Il trouve « en elle le germe d’une forme nouvelle de pouvoir révolutionnaire, dont les traits s’accuseront au cours des révolutions de la fin du 19e et du 20e siècle. De la Commune de 1793 à celle de 1871 et de celle-ci aux soviets de 1905 et 1917, la filiation est évidente63 ». Cette notion de « germe » n’implique pas, chez Guérin, une lecture téléologique de l’histoire qui ferait de la Révolution française une anticipation des autres révolutions. Bien au contraire, l’idée de germe peut se lire comme l’expression d’un possible qui sera par la suite réactualisé à chaque épisode révolutionnaire, tissant en cela un lien sous-jacent entre les révolutions. Autrement dit, les révolutions se nourrissent du passé pour produire du nouveau. En cela, on pourrait esquisser un rapprochement avec le concept de « germe » tel qu’il a été élaboré par Cornelius Castoriadis, qui induit « la pensée du possible, à la fois comme part de réflexion et comme constitutive de l’action en ce qu’elle rend imaginable et réalisable la nouveauté64 ».

  • 65 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 407-408.
  • 66 Daniel Guérin, La Révolution française et nous, op. cit., p. 97.

18La dialectique passé/présent est aussi une manière de sortir des impasses politiques de son époque, l’impasse principale étant pour Guérin et pour nombre de ses contemporains la faillite du communisme en Russie. Cependant, dans l’optique de Guérin, l’effondrement des idéologies majoritaires constitue en réalité une opportunité historique pour sauver le socialisme : « La double faillite du réformisme et du stalinisme nous fait un devoir urgent de réconcilier la démocratie (prolétarienne) et le socialisme, la liberté et la révolution. Or, précisément, la grande Révolution française nous a fourni les premiers matériaux de cette synthèse65 ». Revenir à la Révolution française permet ainsi d’exhumer une voie révolutionnaire alternative, populaire et libertaire, propre à refonder le socialisme sur des bases anti-autoritaires et démocratiques. Ce retour dialectique permet également de sauver les expériences démocratiques menées pendant la révolution russe, avant qu’elles ne s’éteignent sous la chape de plomb stalinienne. En effet, pour Guérin, la Révolution française prouve que la démocratie par le bas des conseils ouvriers soviétiques ne fait que renouer avec une tradition enfouie, celle de la démocratie directe expérimentée par les sans-culottes. Cette tradition, loin de provenir de quelconques textes théoriques, émergerait de manière spontanée du processus révolutionnaire et plus généralement de « l’évolution des sociétés66 ».

  • 67 Plusieurs cartons du fonds Guérin contiennent des correspondances avec C.L.R James : F Δ 721/55/3 ; (...)
  • 68 Matthieu Renault, C.L.R. James : La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », Paris, La Découverte, (...)
  • 69 Timothée Nay, « Une référence politiquement située : perspective d’alliances anticoloniales à parti (...)
  • 70 LC, F Δ 721/57/5 : article de CLR James, « Actualité de la Révolution française » (1956).
  • 71 Ibid.
  • 72 Ibid.
  • 73 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté : une histoire souterraine du XIXe siècle en France, P (...)

19Il n’est sans doute pas anodin que celui qui a le mieux compris la démarche historique de Guérin est C.L.R. James, avec qui il entretient une correspondance à la fois politique et amicale67. Militant noir socialiste, anti-impérialiste et antistalinien, James est lui aussi revenu à une révolution du 18e siècle : celle de Saint-Domingue, qui a mené à la première indépendance aux Amériques et à l’établissement d’une république noire68. L’intérêt de James pour l’histoire de la fondation d’Haïti est, comme chez Guérin, liée à un impératif politique. Son étude historique est une manière d’interpeller la gauche trotskiste sur la question du racisme et sur l’européocentrisme au sein de la mouvance révolutionnaire69. À propos de Bourgeois et bras-nus, James écrit : « Ce livre est avant tout l’histoire de la Révolution pour notre époque. À cela, il convient d’ajouter qu’il n’aurait pu être écrit à aucune autre époque70 ». Estimant que la question du rôle des classes populaires pendant la Révolution relève de problèmes « urgents pour le monde d’aujourd’hui71 », il voit notamment dans l’ouvrage de Guérin un outil nécessaire pour comprendre les processus de déstalinisation alors en cours dans certains pays de l’Est, comme la Pologne et la Hongrie. James ajoute : « Peut-être est-ce seulement quand sera réalisé ce que les masses de la Révolution essayèrent de créer que nous comprendrons enfin les buts de ces vaillants pionniers72 ». Dans cette assertion de James, on peut entendre l’écho de la réflexion de l’historienne Michèle Riot-Sarcey élaborée à partir du concept d’« origine » de Walter Benjamin : l’aspiration à la liberté exprimée dans les luttes révolutionnaires du passé revient sans cesse tant qu’elle ne trouve pas son entière réalisation73.

Conclusion 

  • 74 Michaël Löwy, Walter Benjamin : avertissement d’incendie. Une lecture des thèses sur le concept d’h (...)
  • 75 Sur la distinction entre utopie et idéologie, voir l’entretien dans ce présent numéro avec Michèle (...)
  • 76 Stéphanie Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique : Morelly, Mably, Babeuf, du ro (...)
  • 77 Ernst Bloch, Le Principe espérance, 3 vol., Paris, Gallimard, 1976, 1982, 1991.

20Assumant une position militante, Daniel Guérin écrit l’histoire en révolutionnaire. On pourrait penser, dans un premier temps, que sa position aurait pu se nourrir de la pensée de l’histoire élaborée par le philosophe Walter Benjamin. En effet, l’auteur des Thèses sur le concept de l’histoire, écrites avant son suicide en 1940, conçoit aussi l’écriture de l’histoire à travers une dialectique passé/présent fondée sur la méthode du matérialisme historique. Comme en témoigne le travail inachevé du Livre des passages, Benjamin cherche dans les utopies du 19e siècle des matériaux « explosifs » pour faire dévier le sens de l’histoire induite par l’idéologie du Progrès. L’écriture de l’histoire est aussi rédemptrice, dans le sens où elle vise à faire justice aux luttes révolutionnaires vaincues tout en les réactualisant de manière à affronter la catastrophe politique qui advient alors en Europe74. Pour autant, au-delà du fait que Guérin n’aborde pas l’histoire en philosophe, une différence fondamentale le sépare de Benjamin. Alors que ce dernier puise du côté de l’utopie, Daniel Guérin reste attaché, comme la plupart de ses contemporains, à la langue de l’idéologie75. Il cherche en effet plus à retrouver dans le passé la genèse des catégories idéologiques de son temps qu’à subvertir ces mêmes catégories par l’imaginaire utopique qui traversa la Révolution française76. C’est peut-être pour cette raison qu’il est peu attentif au « principe espérance »77 tel qu’il était porté par exemple par les femmes révolutionnaires, dont les voix multiples excèdent justement les catégories d’analyse de son époque.

21Pour autant, si Daniel Guérin est susceptible de nous parler aujourd’hui, c’est notamment parce qu’il promeut une écriture de l’histoire tournée vers l’action et mue par l’urgence de l’actualité. Dissonante et minoritaire à son époque, son œuvre historique continue à l’être aujourd’hui où l’exigence de neutralité vient encore masquer les présupposés politiques de l’historiographie. Sa référence à la Révolution française n’a pas tant pour enjeu de légitimer des idées politiques que de faire ressurgir de l’oubli des expériences passées qui sont propres à éclairer des processus révolutionnaires postérieurs et à construire une alternative politique. Guérin nous montre ainsi que le passé peut nourrir les résistances dans le présent et frayer des voies nouvelles pour sortir des impasses idéologiques de notre temps. Plus précisément, son travail rappelle qu’un retour à la Révolution française est essentiel pour élaborer une pensée critique qui noue de manière inextinguible la lutte contre les rapports sociaux de domination et l’exigence radicale de démocratie.

Haut de page

Notes

1 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », Les Temps modernes, avril 1957, réédité à la suite de Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795), préfacé par Claude Guillon, Paris, Libertalia, 2013, p. 405.

2 Ibid., p. 406-407.

3 De son voyage à vélo dans l’Allemagne hitlérienne de 1933 sont tirés La Peste brune et Fascisme et grand capital (1936). Ce dernier texte a été réédité par les éditions Libertalia en 2014 avec une postface de Dwight McDonald.

4 Sur le parcours politique de Daniel Guérin, voir le numéro 29-30 de la revue Agone, « Historien & militant. Daniel Guérin, un itinéraire » (2003). Voir aussi : David Berry, « Un contradicteur permanent. The Ideological and Political Itinerary of Daniel Guérin », dans Julian Bourg (dir.), After the Deluge. New Perspectives on the Intellectual and Cultural History of Postwar France, Lanham, Lexington Books, 2004, p. 149-174. On peut aussi se référer aux autobiographies de Daniel Guérin, notamment : Le Feu du sang. Autobiographie politique et charnelle, Paris, Grasset et Fasquelle, 1979.

5 Daniel Guérin, « Du jeune Marx à Marx », dans Arguments, 3e année, n° 12-13, janvier-mars 1959, p. 59.

6 Sur le communisme libertaire : Georges Fontenis, Changer le monde. Histoire du communisme libertaire, Paris, Le Coquelicot/Alternatives libertaires, 2000 ; Alex Prichard, Ruth Kinna, Saku Pinta, David Berry (ed.), Libertarian Socialism : Politics in Black and Red, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2012.

7 Alexandre Marchant, « Daniel Guérin et le discours militant sur l’homosexualité masculine en France (années 1950-années 1980) », dans Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2006/4 (no 53-4), p. 175-190. Sur le FHAR : Michael Sibalis, « Gay Liberation Comes to France : The Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) », French History and Civilization, 2005, p. 265-276.

8 La Contemporaine [LC], F Δ 721/57/3 : coupure de presse datée du 15 janvier 1969. Daniel Guérin déclare dans une interview : « Je ne suis pas un anarchiste ! Le terme ne me plaît guère. Je m’intitule socialiste libertaire ! ».

9 Daniel Guérin, Ni Dieu, ni Maître. Anthologie de l’anarchisme, Paris, Petite collection Maspero, 1970.

10 Sur la lecture de la Révolution française de Daniel Guérin, voir notamment : Jean-Numa Ducange, « Sartre et Guérin : controverses sur la Révolution française », dans Emmanuel Barot (dir.), Sartre et le marxisme, Paris, La Dispute, 2011, p. 107-126.

11 Cette version a été l’objet en 2013 d’une précieuse réédition par les éditions Libertalia, avec une excellente préface de Claude Guillon.

12 On peut citer notamment : Daniel Guérin, « Bataille autour de notre mère », dans La Nouvelle réforme, 1958, p. 195-217 ; « D’une nouvelle interprétation de la Révolution française », dans Annales ESC, 1965, p. 84-94 ; « Controverse sur la Révolution française », dans Cahiers Bernard Lazare, n° 119-120, 1987, p. 58-81 ; La Révolution française et nous, Bruxelles, La Taupe, 1969.

13 Huit cartons de ce fonds d’archives sont consacrés à la Révolution française : F Δ 721/55 à F Δ 721/62. Sur ce fonds arrivé entre 1979 et 1988 : Sylvie Chaperon, « Le fonds Daniel Guérin et l’histoire de la sexualité », Journal de la BDIC, n° 5, juin 2002, p. 10.

14 Guérin sera par la suite particulièrement critique envers le Robespierre de Jean Massin paru en 1956 : Daniel Guérin, « Comment interpréter le robespierrisme », dans Arguments, 1ère année, n° 5, décembre 1957, p. 9-11.

15 Sur les controverses, tant historiographiques que politiques, entre Guérin et Georges Lefebvre : Antonio De Francesco, « Daniel Guérin et Georges Lefebvre, une rencontre improbable », dans La Révolution française, n° 2, 2010, mis en ligne le 16 juin 2010, consulté le 24 octobre 2019. URL : <http://journals.openedition.org/lrf/162>. Sur la pensée de Lefebvre, voir Pierre Serna, « Lefebvre au travail, le travail de Georges Lefebvre : un océan d’érudition sans continent Liberté ? », La Révolution française, n° 2, mai 2010, mis en ligne le 16 juin 2010, consulté le 25 octobre 2019. URL : <http://journals.openedition.org/lrf/165>.

16 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité.

17 Sur ce point, voir : Denis Berger, « La révolution plurielle (pour Daniel Guérin) », dans Permanences de la Révolution, Paris, La Brèche, 1989.

18 Voir les travaux de Claude Guillon sur les Enragés, notamment : Deux Enragés de la Révolution. Leclerc de Lyon et Pauline Léon, Quimperlé, La Digitale, 1993.

19 Daniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795), Paris, Libertalia, 2013, p. 247-250.

20 Daniel Guérin, La Révolution française et nous, Bruxelles, La Taupe, 1969, p. 21. [Il s’agit de l’édition d’une préface inédite, écrite en 1944, de La Lutte des classes sous la Première République]. Guérin précise : « À partir du moment où les travailleurs ont commencé à prendre conscience de l’oppression de l’homme par l’homme, à secouer le joug séculaire, la Révolution suit une marche continue » (p. 21).

21 Cité par Daniel Guérin dans « Comment interpréter le robespierrisme », art. cité, p. 11.

22 Voir le compte rendu de l’ouvrage de Daniel Guérin rédigé par Georges Lefebvre dans les Annales historiques de la Révolution française, n° 106, 1947, p. 173-179. Lefebvre reproche notamment à Guérin d’utiliser la notion de lutte des classes de manière simplificatrice, « au préjudice de la complexité sociale du temps » (p. 174).

23 Claude Mazauric, « Sans-culotte/sans-culotterie/sans-culottisme », dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, Quadrige/PUF, 2005, p. 959.

24 Voir notamment sa défense concernant la composition sociale de la sans-culotterie et la notion de conscience de classe : Daniel Guérin, « D’une nouvelle interprétation de la Révolution française », art. cité, p. 85-88.

25 LC, F Δ 721/55/3.

26 LC, F Δ 721/55/1.

27 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 439.

28 Ibid.

29 LC, F Δ 721/56/3, tapuscrit dans le dossier consacré à l’article « La Révolution déjacobinisée ».

30 Ibid.

31 Daniel Guérin, « D’une nouvelle interprétation de la Révolution française », art. cité, p. 84.

32 LC, F Δ 721/57/3, lettre de Daniel Guérin à Jacques Godechot, 27 novembre 1971.

33 Ibid.

34 Dans une lettre à François Crouzet datée du 18 décembre 1971, Daniel Guérin écrit : « Dans ma situation de non-universitaire, le plus pénible n’est pas l’acrimonie de Soboul, mais l’écran qu’il tente de placer entre mes travaux et les étudiants ou jeunes professeurs d’histoire. Ce handicap est ressenti non par amour-propre, mais par le désir légitime qu’un historien peut avoir de faire connaître ses apports, et sans prisme déloyalement déformant » (LC, F Δ 721/57/3). Il est à noter que Guérin a archivé une lettre d’un jeune professeur qui utilise son ouvrage en classe pour enseigner la Révolution française (LC, F Δ 721/58/2). On peut y lire : « Soyez assuré que mes jeunes élèves découvrent avec étonnement et surprise le fil conducteur de ces événements et les réactions des protagonistes de ce drame : de quelle fausse auréole les manuels officiels… et la propagande des tréteaux électoraux n’ont-ils pas paré ces événements : l’utilisation de vos recherches me permet de les initier à une recherche historique impartiale et objective ».

35 LC, F Δ 721/55/1 : extraits d’écrits de Friedrich Engels concernant l’ouvrage de Georges Avenel, Anacharsis Cloots, l’orateur du genre humain. LC, F Δ 721/56/2 : citations de Marx et Engels sur la Terreur.

36 Jean-Numa Ducange, « Comment Daniel Guérin utilise l’œuvre de Kautsky sur la Révolution française dans La Lutte des classes en France sous la Première République, et pourquoi ? », dans Robert Schwarzwald, Hervé Baudry, Julia Guseva, et alii. (dir.), Daniel Guérin, révolutionnaire en mouvement(s), Paris, L’Harmattan, 2007, p. 89-111.

37 Daniel Guérin estime d’ailleurs que plusieurs théories anarchistes ont été déduites de l’expérience de la Révolution française : « La révolution déjacobinisée », art. cité, p. 427 et sq.

38 Daniel Guérin, « Comment interpréter le robespierrisme », art. cité, p. 10.

39 Pierre-Joseph Proudhon, Idée générale de la Révolution (1851), Antony, Tops/H. Trinquier, 2000, p. 64.

40 Ibid., p. 65.

41 Idem.

42 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 433.

43 Gaetano Manfredonia, « James Guillaume, Pierre Kropotkine et la Révolution Française », dans James Guillaume. L’émancipation par les savoirs, projet de publication des actes du colloque des 24-25 novembre 2016 à l’Unige, à paraître aux éditions Libertalia.

44 Pierre Kropotkine, La Grande Révolution, Paris, au bureau de « La Révolte », 1893, p. 28.

45 Ibid., p. 6.

46 Idem. Souligné par l’auteur. [Il est à noter que le mot « anarchiste » était déjà utilisé pendant la Révolution française, mais pas dans le sens que lui donne Kropotkine. Il s’agissait avant tout alors d’un terme péjoratif utilisé par les modérés pour stigmatiser les plus radicaux. Sur ce point, voir : Marc Deleplace, L’anarchie de Mably à Proudhon, 1750-1850 : histoire d’une appropriation polémique, Lyon, ENS éditions, 2001].

47 Ibid., p. 12.

48 Idem.

49 LC, F Δ 721/56/2 : notes sur Bakounine contre les Jacobins. LC, F Δ 721/55/1 : citations de Bakounine tirées de la « Lettre aux internationaux de Bologne ».

50 LC, F Δ 721/56/2 : correspondance avec François Munoz.

51 Daniel Guérin, Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire, Paris, Flammarion, 1971.

52 LC, F Δ 721/56/2 : notes sur la brochure de Rosa Luxemburg sur la révolution russe (1918).

53 Pierre Kropotkine, La Grande Révolution, op. cit., p. 9.

54  LC, F Δ 721/55/1 : dossier « Pourquoi les staliniens sont opposés à mon interprétation ». Plus généralement, sur la réception de Bourgeois et bras-nus dans le monde intellectuel, voir la préface de Claude Guillon de la réédition chez Libertalia de Bourgeois et Bras nus en 2013 (p. 7-25).

55 LC, F Δ 721/55/3 : manuscrit du texte « Retour à la Révolution française ».

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 LC, F Δ 721/56/1.

60 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte (1852), traduction de Grégoire Chamayou, Paris, Flammarion, 2007.

61 LC, F Δ 721/55/3 : manuscrit du texte « Retour à la Révolution française ».

62 Ibid.

63 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 409.

64 Claudia Moatti, Michèle Riot-Sarcey, « Introduction. La référence au passé », dans Claudia Moatti, Michèle Riot-Sarcey (dir.), Pourquoi se référer au passé ?, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2018, p. 12. Souligné par les auteures.

65 Daniel Guérin, « La Révolution déjacobinisée », art. cité, p. 407-408.

66 Daniel Guérin, La Révolution française et nous, op. cit., p. 97.

67 Plusieurs cartons du fonds Guérin contiennent des correspondances avec C.L.R James : F Δ 721/55/3 ; F Δ 721/57/5 ; F Δ 721/60/5 ; F ∆ 721 Rés./18/1 ; F ∆ 688 Rés./41/1.

68 Matthieu Renault, C.L.R. James : La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », Paris, La Découverte, 2016.

69 Timothée Nay, « Une référence politiquement située : perspective d’alliances anticoloniales à partir des Jacobins noirs de C.L.R James », dans Claudia Moatti, Michèle Riot-Sarcey (dir.), Pourquoi se référer au passé ?, op. cit., p. 267-290.

70 LC, F Δ 721/57/5 : article de CLR James, « Actualité de la Révolution française » (1956).

71 Ibid.

72 Ibid.

73 Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté : une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016.

74 Michaël Löwy, Walter Benjamin : avertissement d’incendie. Une lecture des thèses sur le concept d’histoire, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques théoriques », 2001.

75 Sur la distinction entre utopie et idéologie, voir l’entretien dans ce présent numéro avec Michèle Riot-Sarcey, qui l’élabore en lien avec la pensée de Miguel Abensour.

76 Stéphanie Roza, Comment l’utopie est devenue un programme politique : Morelly, Mably, Babeuf, du roman à la Révolution, Paris, Classiques Garnier, 2015.

77 Ernst Bloch, Le Principe espérance, 3 vol., Paris, Gallimard, 1976, 1982, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Fayolle, « Écrire l’histoire pour agir dans le présent : Daniel Guérin et la Révolution française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 144 | -1, 19-34.

Référence électronique

Caroline Fayolle, « Écrire l’histoire pour agir dans le présent : Daniel Guérin et la Révolution française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 144 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/13302

Haut de page

Auteur

Caroline Fayolle

Université de Montpellier–LIRDEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page